Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 662 fois

Israël/EAU -

Les vrais gagnants de l'accord israélo-américain ? Les marchands d'armes

Par

Sahar Vardi est une militante anti-militariste israélienne et l'une des fondatrices de Hamushim, un projet qui conteste l'industrie militaire et le commerce des armes d'Israël.

L'accord de normalisation entre Israël et les Émirats arabes unis a été présenté comme un accord de paix. En réalité, il s'agit de permettre aux fabricants d'armes d'élargir leur clientèle.
8.10.2020 - L'accord de normalisation entre Israël et les Emirats arabes unis est, selon les dirigeants de l'industrie de l'armement israélienne, une situation "gagnant-gagnant".

Les vrais gagnants de l'accord israélo-américain ? Les marchands d'armes

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le président américain Donald Trump, le ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale des EAU Abdullah bin Zayed Al Nahyan et Abdullatif bin Rashid Al-Zayani, ministre des affaires étrangères du Bahreïn, assistent à la cérémonie de signature des accords d'Abraham à la Maison Blanche à Washington, aux États-Unis, le 15 septembre 2020. (Avi Ohayon/GPO)
S'exprimant fin août lors d'une conférence d'affaires en ligne sur le potentiel de l'accord avec les Émirats arabes unis, le PDG adjoint d'Israël Aerospace Industries, Eyal Younian, a parlé avec beaucoup de lyrisme du savoir-faire régional d'Israël et des poches profondes des Émirats arabes unis et de leur "grand appétit pour les technologies de pointe". IAI est le plus grand fabricant d'armes d'État d'Israël, et les remarques de Younian s'inscrivaient dans le cadre d'une focalisation claire sur les éventuels accords d'armement lors de la conférence. De ce point de vue, la normalisation est en effet une victoire pour Israël et les EAU, et peut-être pour les États-Unis aussi - une situation gagnant-gagnant-gagnant.

Il y a aussi la question de l'utilisation par les EAU de logiciels de surveillance israéliens. En 2007, les Émirats arabes unis ont passé un contrat avec 4D Security Solutions, une entreprise américaine dirigée par un expatrié israélien, Mati Kochavi, pour déployer un système de surveillance "intelligent" dans tout Abou Dhabi.

En réalité, une partie cruciale de la technologie a été fournie par une filiale basée en Israël, Logic Industries de Kochavi (en 2015, la société a licencié plus d'un tiers de ses effectifs israéliens afin de maintenir un contrat avec un client du Golfe). Ce projet, achevé en 2016, a donné naissance à "Falcon Eye", l'un des systèmes de surveillance des villes les plus intrusifs au monde.

En 2016, les EAU ont utilisé un logiciel espion israélien, Pegasus, exploité par le tristement célèbre groupe NSO, dans une tentative de piratage informatique contre Ahmed Mansoor (photo ci-dessous), un défenseur des droits de l'homme émirati. Aujourd'hui, Mansoor purge une peine de 10 ans de prison pour son travail en faveur des droits de l'homme.

Photo


DarkMatter, un programme émirati de cyber-intelligence engagé dans la surveillance d'autres gouvernements, de militants et d'activistes des droits de l'homme critiques envers la monarchie, a également des liens avec Israël.

Ce ne sont là que les accords rendus publics jusqu'à présent. Selon certains membres de la cyber-industrie israélienne, qui préfèrent ne pas trop en parler, c'est un secret de polichinelle que les jeunes pousses israéliennes s'installent à Chypre pour vendre aux pays du Golfe qui préfèrent dissimuler leurs affaires avec des entreprises israéliennes. Nous ne pouvons que supposer que cela inclut les EAU et le Bahreïn.

Cependant, le scénario gagnant-gagnant-gagnant pour les industries de l'armement est bien plus qu'une simple expansion du marché négociée diplomatiquement. En marge de l'accord tripartite entre Israël, les EAU et les États-Unis, ces deux derniers pays ont conclu un accord en vertu duquel les États-Unis vendront des avions de chasse F-35 américains de cinquième génération à l'État du Golfe à un prix minimum de 77,9 millions de dollars l’unité. Israël réfléchit maintenant au type de "compensation" qu'il doit obtenir du gouvernement américain en échange de l'affaiblissement de son "avantage militaire qualitatif" dans la région - dont le maintien a empêché jusqu'à présent de tels marchés d'armes. Cette "compensation" se manifestera dans le cadre de l'aide militaire des États-Unis à Israël.

En résumé, l'accord de normalisation permet aux industries de l'armement israélienne et américaine d'augmenter leurs ventes aux EAU, à l'industrie de l'armement américaine d'augmenter (ou du moins d'accélérer) ses ventes d'armes à Israël grâce à l'accord d'aide militaire et, par conséquent, aux EAU de mettre la main sur des systèmes d'armement plus avancés.

Il y a aussi un autre niveau de profit pour Israël dans l'accord, précisément dans la zone où il est censé être "perdant". A la mi-septembre, le géant américain de l'armement Lockheed Martin a attribué à la société israélienne Elbit Systems un contrat pour la fourniture d'assemblages pour le F35. Ce contrat ajoute d'autres pièces du F35, comme ses systèmes d'affichage montés sur le casque et l'écran panoramique du cockpit, qu’Elbit Systems fabrique depuis des années.

Avec cette situation gagnant-gagnant-gagnant pour les industries de l'armement, qui est perdant dans tout cela ? Étant donné que les Émirats Arabes Unis utilisent déjà les technologies israéliennes pour empêcher la contestation et l'opposition parmi leurs propres citoyens, et compte tenu du rôle d'Abou Dhabi dans la guerre contre le Yémen, les vrais perdants de cette "normalisation" sont évidents : les populations.

À Jérusalem, la perte locale est également évidente : tout d'abord, les Palestiniens, qui viennent de voir des pays qui ont historiquement prétendu soutenir leurs droits et leur indépendance signer un accord de normalisation avec leur occupant.

Deuxièmement, les Israéliens, qui sont maintenant dans un deuxième confinement complet dû à la COVID-19 au milieu d'une récession économique dévastatrice, doivent regarder leur premier ministre consacrer son temps et son énergie à des accords de normalisation qui n'ont aucun effet sur leur vie quotidienne et qui ne profitent qu'aux échelons supérieurs de la société israélienne.

Pour les citoyens américains, cet accord n'est qu'un reflet supplémentaire du complexe militaro-industriel-diplomatique du pays au sein duquel les États-Unis ont engagé mille milliards de dollars pour le développement de l'avion de chasse F35 - de l'argent qui aurait pu être dépensé pour l'éducation, le bien-être et, maintenant plus que jamais, les soins de santé. Perdant-perdant-perdant.

En tant que militant pour la paix, il est étrange de faire autre chose que de soutenir un quelconque traité de paix. Mais cet accord de normalisation - que le gouvernement israélien essaie de vendre comme un accord de paix - nous oblige à nous rappeler ce que nous entendons réellement par paix. Un accord dans lequel les principaux bénéficiaires sont les industries de l'armement et les élites économiques, et les perdants sont les peuples, n'est pas un accord de paix. C'est un accord de guerre - des gouvernements contre les peuples.



Source : +972mag

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël/EAU

Même sujet

Normalisation

Même date

15 octobre 2020