Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3179 fois

Suisse -

Lettre ouverte du PACBI à la Conférence de l'ECCP (Genève, 25 - 29 mai 2006)

Par

La Campagne palestinienne pour le boycott universitaire et culturel (PACBI - Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott) (1), en tant qu'un des principaux initiateurs de l'Appel de la société civile palestinienne au boycott, au désinvestissement et à des sanctions [BDS] (2) soutient totalement le mouvement croissant qui se fait jour en Europe afin d'exercer une pression effective sur Israël visant à l'obliger à satisfaire à toutes les obligations que lui impartit le droit international.

En effet, depuis le combat contre l'apartheid sud-africain, nous avons appris que les régimes colonialistes et racistes ne renoncent jamais de leur plein gré à leur contrêle oppressif ; il faut les y contraindre.

C'est en cela que la société civile internationale peut jouer un rêle crucial, en particulier en l'absence d'une quelconque forme de pression venue des gouvernements, de par le monde, pour mettre un terme à l'injustice.


Même si le récent "Appel de la société civile" publié par des associations suisses, en solidarité avec la Palestine, fait sienne la philosophie des pressions, il ignore des dimensions fondamentales de l'oppression israélienne, et en particulier son déni persistant des droits des réfugiés palestiniens et sa discrimination raciale à l'encontre de ses propres citoyens palestiniens, illustrée par le récent jugement raciste rendu par la Cour suprême israélienne, qui avalise la mise au ban de la réunification familiale pour les citoyens palestiniens d'Israël ayant épousé des conjoints vivant dans les territoires palestiniens occupés, ce jugement enfreignant, par conséquent, pour des motifs ethniques, ce droit humain fondamental qu'est la liberté de former un couple avec le conjoint de son choix.


De plus, l'Appel suisse n'indique pas clairement de quelle manière des citoyens européens qui se sentent moralement responsables et désirent soutenir le combat pour la justice, l'égalité et une paix authentique peuvent participer à l'exercice de cette pression sur Israël.

Le désinvestissement, la suspension de la collaboration militaire et les actions pénales proposés s'adressent principalement à des Etats et à des corps constitués officiels, et non à de simples citoyens.

Nous sommes persuadés que le boycott est non seulement une forme de résistance à l'injustice parfaitement fondée tant du point de vue moral que politique, et que les mouvements de solidarité doivent le mettre en oeuvre - sous la forme de leur choix- mais qu'il s'agit aussi de la mesure la plus efficace en terme de mobilisation au niveau de la base.



Nous ne saurions accepter les critiques biaisées formulées à l'encontre des partisans du boycott en Europe, selon lesquelles "ils encourageraient, à leur insu, l'antisémitisme".

Comme le dit Etienne Balibar, "Israël ne doit pas être autorisé à se servir du génocide des juifs d'Europe pour se placer au-dessus du droit des nations" [3].

Il n'y a tout simplement aucun lien logique ni politique entre le boycott et un quelconque extrémisme visant un quelconque groupe humain. L'appel au boycott et au désinvestissement de la société civile palestinienne ne vise en aucun cas les juifs, ni même les Israéliens en leur qualité de juifs.

Il vise les institutions israéliennes, spécifiquement en raison de leur complicité dans la perpétuation de la forme israélienne spécifique d'apartheid, tant dans les territoires palestiniens occupés qu'en Israël même.

Pour les opprimés, l'identité ethnique et religieuse des oppresseurs n'a en aucun cas la moindre importance : seule compte l'oppression qu'ils subissent.


Enfin, faisant appel à votre sens de la cohérence morale, nous espérons sincèrement que les associations et les mouvements oeuvrant en vue d'une paix juste en Palestine / Israël soutiendront les appels lancés par la société civile palestinienne, tel qu'il est reflété dans l'Appel au Boycott et au Désinvestissement, et qu'ils traiteront Israël exactement de la même manière que l'immense majorité du monde a traité l'Afrique du Sud raciste, ou tout autre pays instituant et pratiquant l'apartheid, c'est-à-dire : comme un pays paria.

Ce n'est qu'alors qu'il pourra exister une chance réelle d'une paix juste, en harmonie avec le droit international, basée sur les droits humains pour tous, dans l'égalité, sans considération d'origine ethnique, de religion ou autre.


NOTES


[1] www.PACBI.org

[2] http://www.pacbi.org/boycott_news_more.php?id=66_0_1_10_M11

[3] Etienne Balibar, Une cause politique universelle, complexe et urgente. Conférence prononcée devant la Faculté pour la Paix
Israélo-Palestinienne [Faculty for Israëli-Palestinian Peace - FFIPP],
Université Libre de Bruxelles, 3-4 juillet 2005.


BOYCOTTONS ISRAEL !

Source : http://www.pacbi.org/

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Suisse

Même sujet

Boycott

Même auteur

PACBI

Même date

26 mai 2006