Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1571 fois

Jénine -

Livrés au chaos, les Palestiniens recherchent désespérément une issue

Par

Assis dans son bureau, avec derrière lui, sur le mur, deux affiches anti-tabac, Salah ad-Din Mousa écoute, toute la journée, ses concitoyens qui viennent interrompre son train-train bureaucratique pour se plaindre de la lourdeur de leurs factures des services publics ou encore pour demander du travail. Il se demande quelles peuvent bien être leurs accointances et aussi, s’ils ont des flingues…
"Nous vivons désormais une absence totale de contrat social", dit-il. "Nous ne pouvons plus compter que sur nos relations privées."

Livrés au chaos, les Palestiniens recherchent désespérément une issue


Un vendeur de thé installé à la sortie de la vieille ville de Jénine

A l’autre bout de la ville, dans le camp de réfugiés, Zakarya Zubeïdah est confronté aux mêmes problèmes, et aussi à certains problèmes d’une nature différente, et autrement plus inquiétants : cambriolages, vols à l’arraché, voire même : assassinats.


M. Moussa et M. Zubeïda se sont connus en prison, en 1989. Ils étaient alors adolescents, et ils participaient à la première insurrection palestinienne contre l’occupation israélienne. Durant la seconde insurrection, l’actuelle Intifada, qui entre désormais dans sa quatrième année, leurs chemins ont divergé :
M. Moussa (34 ans) est administrateur de la ville de Jénine, et il désapprouve la violence.
M. Zubeïda (28 ans) est, quant à lui, le dirigeant des Brigades des Martyrs d’Al-Aqsa, formation révolutionnaire qu’Israël redoute plus que toute autre.


Titulaire d’une maîtrise de droit (spécialité : droits de l’homme) d’une université suédoise, M. Moussa rêve de devenir le futur ministre palestinien de la Justice. Mais, en attendant, c’est bien M. Zubeïdah qui, avec son égalisateur chromé de la marque Smith & Weston suspendu à la ceinture, administre ce qui tient lieu de loi.


« La plus haute autorité, ici, c’est moi ! », affirme M. Zubeïdah, faisant écho à une opinion largement partagée à Jénine. Cet homme svelte au sourire charmeur nous a reçus dans le camp de réfugiés : assis sur un canapé défoncé, il était vêtu d’un T-shirt marron et d’une paire de blue-jeans, et il portait des tennis blanches.


Pour les Palestiniens, la contradiction est ironique : le président américain Bush et le Premier ministre israélien Ariel Sharon parlent d’un Etat palestinien comme d’une certitude quasi historique. Mais, sur le terrain, après des années d’incursions militaires israéliennes, de blocus israélien et de paralysie politique palestinienne, l’économie dépend de plus en plus de donateurs étrangers et les institutions de l’Etat se délitent…


En Cisjordanie et dans la bande de Gaza se déroule une sorte de compétition entre seigneurs de guerre et démocrates, entre dirigeants islamistes et laïcs, entre ceux qui voudraient détruire Israël et ceux qui accepteraient de vivre à ses côtés, entre des enclaves du type Jénine ou Gaza et l’idée même d’un Etat national palestinien unifié.


A nouveau, les bulldozers sont à l’œuvre, dans le camp de Jénine : des centaines de maisons s’élèvent de terre. Elles remplaceront celles qui avaient été arasées au sol lorsque les soldats ont réglé leurs comptes avec des Palestiniens armés, durant une incursion israélienne, voici deux ans. A l’extérieur, dans les champs, au-delà du camp, on voit un autre legs du conflit : le mur qu’Israël est en train d’édifier pour tenir en respect les Palestiniens de Cisjordanie .


Pour Israël, ce mur est le signe qu’après avoir occupé trente-sept années durant la Cisjordanie et la bande de Gaza, il est en train de décider ce qu’il veut faire, à savoir : se couper des Palestiniens, renoncer à la bande de Gaza, en s’accrochant au maximum possible (du territoire) de la Cisjordanie , et surtout : conserver la majorité juive, dans un Etat démocratique.


Mais, pour les Palestiniens, les choses sont loin d’être aussi claires : ils n’ont pris aucune décision d’ampleur nationale et les derniers mécanismes qui permettraient d’en adopter une quelconque, puis de la mettre en application, sont en train de s’effondrer.


Pour beaucoup des 45 000 habitants de Jénine, leur ville est devenue une île, qui compte essentiellement sur elle-même, et aucunement sur l’Autorité Nationale Palestinienne.


« Au cours de ces trois dernières années, Jénine est redevenue un petit village, qui doit compter sur lui-même », dit le maire, Waleed A. Mwais. « Israël a détruit toutes les formes d’autorité. Tout le monde a une arme. C’est le problème, ici, à Jénine : nous vivons dans une situation de chaos absolu. »


Les critiques à l’encontre d’un leadership palestinien blanchi sous le harnais, voire même de Yasser Arafat lui-même, ont atteint un nouveau degré. Mais les dirigeants réformistes s’efforcent de reprendre les choses en main, après que plus de 3 200 Palestiniens et de 1 000 Israéliens soient morts de mort violente, dans un conflit qui semble être devenu un mode de vie tant il est entré dans les mœurs.


"On aimerait ressentir quelque chose qui ressemblât à un quelconque lien avec un lendemain", nous a dit Muhammad Hurani, un député palestinien d’Hébron, lequel qui se bat depuis des années pour un changement démocratique.


L’investissement privé s’est pratiquement tari. Mais les Etats donateurs ont pris le relais, qui doublent leurs contributions, les portant à un milliard de dollars par an : cette somme correspond à un tiers du PNB palestinien, qui s’établissait l’an dernier à 3,1 milliards de dollars. Cela correspond à environ 310 dollars par personne, soit une aide per capita plus importante qu’aucun autre pays n’a perçue depuis la Seconde guerre mondiale, fait savoir la Banque mondiale.


Grâce à l’aide reçue des pays arabes, européens et autres, l’Autorité palestinienne continue à faire fonctionner les écoles et à verser des salaires qui permettent à des dizaines de milliers de familles de vivre.

Cette dépendance nationale est ici évidente. Dans le camp, certains habitants dont les maisons ont réchappé à la destruction envient ceux qui reçoivent les clés de leur maison flambant neuve, financée par les Emirats arabes unis.
A l’instar de la société palestinienne prise dans son ensemble, Jénine perd du terrain, mais elle tient toujours. Elle se débrouille. Il s’agit d’une histoire d’effritement, et non pas d’écroulement subit ; il est question de la lente corrosion d’une société éduquée et relativement aisée, dont les responsables tant israéliens que palestiniens affirment qu’elle tient encore en ses mains les éléments essentiels permettant d’édifier une société démocratique modèle.


Le rêve national palestinien n’est pas mort. Il y a encore des gens qui luttent pour que la vie soit vivable, pour ramasser les poubelles, pour éclairer les rues et garder une chance pour des jours meilleurs. Mais, pour certains d’entre eux, l’effondrement, en matière de leadership, est d’ores et déjà consommé.


Après le coucher du soleil, ici, dans ce camp, tout récemment, M. Moussa nous a fait monter sur sa terrasse balayée par le vent pour nous montrer la vue imprenable qu’il a sur cette ville qu’il aime, et pour laquelle il souffre, aussi. Il pense que Jénine est désormais une sorte de « mini-Etat ». Un « mini-Etat » que personne ne contrôle…

"Nous gérons cet endroit ; nous ne le gouvernons pas : nuance !", nous a-t-il dit, en contemplant les lumières de Jénine, étalées sous nos yeux. "Nous gérons… nous gérons… nous gérons… : que pouvons-nous faire d’autre ?"



Zubeïdah, le leader militant

"J’ai été retenu par un problème de construction à résoudre", nous dit M. Zubeïdah, s’excusant pour son retard : un réfugié avait ouvert le feu sur le bureau de l’agence de l’ONU qui domine le camp : cet homme était mécontent de la lenteur des travaux de construction de sa nouvelle maison…


M. Zubeïdah, que tout le monde connaît, à Jénine, sous son prénom de Zakariya, nous dit qu’il réussit à combler « environ à hauteur de 70 % » l’ « absence de toute loi » résultant, à son sens, de la pression maintenue par Israël sur l’Autorité palestinienne.
De fait, M. Zubeïdah, qui comme bien d’autres, se plaint du fait que beaucoup trop de Palestiniens, ici, sont armés, semble devoir consacrer plus de temps à régler des problèmes internes qu’à l’objectif proclamé de l’Intifada Al-Aqsa, à savoir : résister à l’occupation israélienne.


Depuis septembre 2000, 28 attentats suicides ou tirs ont eu Jénine pour origine – 38 % de ce genre d’attaques, disent les responsables israéliens de la sécurité. Depuis l’édification du mur israélien de séparation, dans une partie de la Cisjordanie , toutefois, ce chiffre a chuté. Jusqu’ici, depuis le début de l’année, il n’y en a pas eu (même si des tentatives continuent à exister).


Dans des villes israéliennes telles Tel Aviv et Haïfa, il est désormais possible d’oublier le conflit, au moins pour un temps. Mais, de ce côté-ci du mur de séparation, le conflit imbibe tous les aspects de l’existence. En juin, les forces israéliennes ont effectué des incursions régulières, de nuit, à Jénine, arrêtant ou tuant de jeunes hommes, qu’elles ont accusés d’être des activistes.


Jénine est un endroit où tout le monde apparemment a perdu qui un ami, qui un parent, du fait des violences, ou bien parce qu’il a été fait prisonnier.
"Chaque seconde", répond Mahmoud Ajawi (45 ans), après qu’on lui ait demandé s’il pensait souvent à son fils, Anas, mort à l’âge de dix-sept ans. "C’est impensable, qu’un père ait pu pousser (comme ils le disent) son propre fils dans cette voie."


Jamilah Nubani (58 ans) se rend chaque jour au cimetière des Martyrs, pour pleurer sur les tombes de deux de ses fils et de son gendre, enterrés là. Tous trois étaient des combattants ou des membres des services de sécurité. "Mon Dieu, accorde-nous ta miséricorde ! " dit-elle, s’agrippant à la pierre tombale de son premier fils pour se relever, avant d’aller sur la tombe du deuxième.


En préparant son émission de radio intitulée « La Ville », Ziad Shelbak (44 ans) ne cesse de se demander quel est le bon dosage dans la programmation des chansons, entre chants nationalistes édifiants et romances d’amour…


Le conflit ayant diminué d’intensité, il a augmenté la dose des romances d’amour, qu’il préfère nettement. Il ne revient aux chants nationalistes que lorsqu’un Palestinien est tué, localement. "Si quelqu’un est tué à Naplouse, ou à Ramallah, je ne passe pas de chant nationaliste. A moins qu’il s’agisse d’un chef… " explique-t-il.


Jénine, c’est aussi un endroit où, en dépit du conflit, la vie continue. Tout au long de la rue Fayçal, qui traverse le centre-ville, des hommes se rassemblent, à la tombée du jour, pour jouer d’interminables parties de cartes et siroter des verres d’un thé très sucré, à un shekel (un shekel vaut environ 20 centimes d’Euro).


Les gens qui ont un peu plus d’argent vont au restaurant Gardens, à l’orée de la ville, pour déguster un thé à trois shekels. Le Gardens dispose également d’une piscine et, récemment, à onze heures moins quart du soir, un plongeur a effectué plongeon arrière depuis le plongeoir du haut…


Mais, signe des temps, même le Gardens a instauré une zone séparée pour les « shebab », ces jeunes hommes chahuteurs, et souvent combattants, qui ont le don de taper sur les nerfs des clients habituels.


Vers minuit, les joueurs de carte et les dégustateurs de thé rentrent chez eux, abandonnant les rues sombres aux combattants, qui patrouillent dans les voitures israéliennes volées qu’ils réussissent encore, tant bien que mal, à faire franchir le mur de séparation et à faire rentrer à Jénine. On entend des tirs pratiquement toutes les nuits…


Voici environ deux ans, Israël a commencé à interdire à la police palestinienne (ici, à Jénine et dans beaucoup d’autres villes cisjordaniennes) de porter une arme. La police et les hommes d’autres services de sécurité tiraient sur les Israéliens, dirent ceux-ci.

Aujourd’hui, vêtus d’impeccables uniformes bleus, les policiers palestiniens s’assemblent en petits groups sur les trottoirs, durant la journée, "mais ils ne font rien pour faire respecter la loi", disent tant les habitants que les responsables officiels.


L’absence de sanctions fait sentir ses effets sur l’ensemble de la société.
A l’auto-école de Jénine, Abdul Karim Jarrar (40 ans) ne peut pas payer sa facture d’électricité, pourtant modique.
"La police ne fait plus respecter le code de la route : prendre des leçons de conduite et même obtenir le permis : voilà bien le dernier souci des nouveaux conducteurs !… ", nous explique-t-il, dépité.


Yassine Abu Sariyéh (32 ans), employé municipal qui s’évertue à récolter les factures impayées pour différents services, nous a dit qu’il comprenait bien que M. Jarrar ne pouvait payer son électricité. Mais il nous précise que, même s’il pouvait le faire, Nidal Jaradat ne paierait pas…

« Tu ne vas pas payer ? » a-t-il demandé, récemment, à M. Jaradat, tenancier d’un bazar. Il nous a expliqué que M. Jaradat (40 ans), a trois ans de factures impayées, pour un montant de plusieurs milliers de shekels.


Debout derrière des rayonnages débordant de bonbons, M. Jaradat a argué que dès lors que son frère, un militant, est prisonnier en Israël, il n’a pas à payer. La ville doit des millions de dollars d’impayés d’eau et d’électricité fournies par les compagnies nationales israéliennes.


Le maire dit que, sans un nouvel apport d’aide étrangère, la municipalité devra mettre la clé sous la porte avant la fin de l’année. Elle a dû déjà renoncer à repaver la Rue de l’Amitié Palestino-Américaine, devenue une sorte de piste sillonnée d’ornières, qui fait le tour de la ville. Le taux de recouvrement des factures atteint à grand-peine les 15 % ; les agents receveurs se font menacer, et parfois même attaquer…


M. Jaradat a indiqué que si M. Abu Saryéh insistait, il irait expliquer sa situation à la mairie.


« S’ils ne m’écoutent pas, j’y retournerai, en emmenant cette fois-ci des gens avec moi », a-t-il ajouté. "Mon frère est bien connu". Puis il s’est empressé d’ajouter que, si certaines personnes recouraient parfois aux menaces, telle n’était pas son intention.


Au cours de l’incursion israélienne dans le camp de Jénine, les bulldozers israéliens avaient écrasé la maison de Jamal Nashrati. Il s’est réfugié, avec sa famille, chez son frère, et là, les combats se prolongeant durant des semaines, ils ont dû, à la fin, boire l’eau des toilettes, explique-t-il.


M. Nashrati (47 ans), a creusé à ses frais une citerne, au-dessous de la cour de sa nouvelle maison (construite par l’Onu). Au-dessus de cette citerne, il a installé une fontaine avec une vasque en carrelages bleus : un endroit où ses enfants pourront jouer en sécurité.
Derrière cette fontaine, dans le mur, il a installé une copie agrandie de sa carte de réfugié délivrée par l’Onu, afin d’attester que sa famille a été dépossédée par la guerre israélo-arabe de 1948.


Il voudrait que ce bassin aide ses enfants à « oublier ce qui s’est passé, voici deux ans, et « à avoir une vie normale ». S’il a installé la reproduction de sa carte de réfugié, explique-t-il, c’est « parce qu’il veut que ses enfants gardent en mémoire que nous venons d’un village, qui s’appelle Zaharin. »


Nous lui avons demandé s’il espérait retourner un jour dans son ancien village, Zaharin, qui se trouve aujourd’hui en Israël. M. Nashrati nous a répondu : « C’est impossible. Cela, je le sais. »

Tandis que M. Nashrati, qui a travaillé naguère comme soudeur en Israël, nous parlait de paix et de la solution à deux Etats. Mais ses enfants, ayant mûri dans cette période de violence et de séparation, ont fait entendre un langage plus dur.
Rukon, 10 ans, nous a dit qu’il voulait grandir pour devenir un combattant comme Mahmoud Tawalbé, un dirigeant du Jihad islamique, tué au cours d’une incursion israélienne, il y a deux ans de cela.


"Cela m’effraie, quand j’entends mon fils parler ainsi", nous a dit M. Nashrati. "C’est un problème général, pour nous : nous avons le sentiment que nos enfants sont devenus incontrôlables."


Lui ayant demandé s’il pourrait avoir un ami israélien de son âge, Rukon a fait le geste de scier son cou avec sa main : "Je voudrais une seule chose : le poignarder !", nous a-t-il répondu.

M. Nashrati, gêné, s’est empressé de nous dire que Rukon était jeune, et qu’il ne savait rien. "Mais mon autre fils est assez grand, pour comprendre», nous dit-il, parlant de Munir (20 ans).

A la même question, Munir Nashrati nous a répondu : "C’est impossible".

Nous lui avons alors demandé qui il admirait, chez les dirigeants palestiniens. Il nous a répondu que c’était Zakarya.



Arafat, le leader absent

Après qu’Israël ait pour un court instant levé le siège qu’il imposait au complexe du président Arafat à Ramallah, voici plus de deux ans de cela, le leader palestinien est venu en visite à Jénine. Mais, de peur d’être importuné (voire peut-être même agressé), M. Arafat ne s’est pas arrêté dans le camp de réfugiés dévasté.

Des centaines de réfugiés s’étaient rassemblés devant un podium dressé devant un portrait géant de M. Arafat, mais son cortège d’automobiles ne fit que les frôler.
Quelqu’un coupa les câbles qui maintenaient le portrait géant, qui chuta lourdement, tandis qu’un jeune homme, qui portait une casquette de base-ball, murmura : "Il n’a pas voulu salir ses chaussures !"


Aujourd’hui, la bouille réjouie d’Arafat resplendit depuis les murs de tout bureau officiel. Mais ici, à Jénine, les Palestiniens le critiquent à tout va.


"Il s’en fout", dit Zakarya Zubeïdah, pourtant chef local de sa propre faction, le Fatah.


Parlant du leadership d’Arafat, d’une manière générale, il dit : "Pour moi, celui qui est à Ramallah – qui-vous-savez – est dans sa villa, dans sa chambre climatisée, tandis que nous, nous crevons de chaud – et il ferme ses fenêtres pour ne pas entendre le bruit des tanks que nous subissons en permanence."

L’an dernier, M. Zubeïdah et ses porte-flingues ont kidnappé le gouverneur de Jénine, un membre du Fatah nommé par M. Arafat, et ils l’ont retenu plusieurs heures durant. Relâché sur l’intervention insistante de M. Arafat, l’homme est allé se réfugier en Jordanie.

"Il faisait beaucoup de conneries", a dit M. Zubeïdah, parlant du gouverneur. "Nous avons attendu – deux ans durant – que le leadership palestinien fasse quelque chose. Il n’a rien fait."


Tant M. Zubeïdah que M. Moussa, administrateur de la ville, ont monté en grade dans le mouvement de M. Arafat, c’est-à-dire dans le sérail consensuel et laïc qui a adopté le processus de négociations d’Oslo et qui domine, dans l’Autorité palestinienne. Leurs cheminements divergents illustrent la confusion idéologique qui a mis le Fatah cul par-dessus tête, semant le chaos en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.
Cette confusion idéologique étant alimentée par le caractère brouillon de la politique palestinienne et les profondes divisions sociales et économiques, dans des villes dont Jénine est emblématique.


Si M. Zubeïdah évoque des avancées produites par la présente insurrection, M. Moussa, quant à lui, lève les yeux au ciel lorsqu’il entend des discours grandiloquents au sujet d’une Intifada faite essentiellement, de son point de vue, par des Palestiniens d’une autre étoffe. Il les appelle : « les héros des chaînes satellites ».

« Jamais, au grand jamais, je ne ferai confiance à un leadership, quel qu’il soit, dorénavant », nous dit-il.



Moussa, un leader optimiste

A l’instar de M. Zubeïdah, M. Moussa a des états de service en qualité de combattant : il a passé sept ans dans les geôles israéliennes pour avoir tabassé un colon, au cours de la première Intifada. Il a été relâché en raison d’une amnistie découlant du processus d’Oslo.

Le juge israélien qui l’avait condamné lui a demandé ce qu’il aurait fait de son existence, s’il ne s’était pas retrouvé en prison ? Il aime à rappeler que toute la salle d’audience avait éclaté de rire, après qu’il eut répondu à ce juge qu’il rêvait de devenir avocat…

« Je n’ai cessé d’en rêver », poursuivit-il, ajoutant après une pause : « Et maintenant…, hé bien… je suis… : avocat ! »

Alors que M. Moussa a saisi les opportunités offertes par Oslo, M. Zubeïdah a vu son sort scellé par l’échec d’Oslo. Condamné à plus de quatre années d’emprisonnement durant la première Intifada, lui aussi a été libéré au milieu des années 1990.

En prison, ajoute-t-il, d’autres Palestiniens lui ont enseigné la primauté de la lutte armée. Mais, une fois libéré, il a été « confronté à une nouvelle réalité ». Avec une femme israélienne, sa mère avait entrepris de mettre en scène des pièces de théâtre prenant sur les thèmes de la souffrance palestinienne et de l’espoir d’une paix. A l’intention des spectateurs israéliens venus assister à ces spectacles, M. Zubeïdah assurait la traduction des dialogues en arabes vers l’hébreu, qu’il parle couramment depuis son séjour en prison.

Mais, la deuxième Intifada ayant éclaté, à la différence de M. Moussa, il ressentit à nouveau l’appel de la lutte armée.


Dans la seconde Intifada, au début, des membres du Fatah menait le combat. C’est seulement cinq mois, environ, après le début de l’Intifada, pas avant, que le Hamas a commencé à effectuer ses premiers attentats suicides. Certains politiciens palestiniens pensent que la direction de l’Intifada assurée par le Fatah a contribué à légitimer, aux yeux de l’opinion publique palestinienne, la violence déployée par le Hamas.


Le Hamas commençant à gagner en popularité, le Fatah se sentit poussé à mener des attaques spectaculaires. Le nom même de la milice du Fatah – Brigade des Martyrs d’Al-Aqsa – reflète ce que certains responsables palestiniens interprètent, en la regrettant, comme une islamisation de cette faction combattante, qui aurait été en quelque sorte désireuse de surpasser le Hamas.


En janvier 2002, Israël frappant en retour et le conflit s’étant intensifié, les Martyrs des Brigades d’Al-Aqsa ajoutèrent, eux aussi, les attentats suicides à leurs moyens d’action.



Hamas VS Al-Aqsa

Officiellement, le Hamas est voué à la destruction d’Israël, tandis que M. Arafat a fait sienne une solution à deux Etats. Beaucoup des dirigeants du Fatah pensent qu’il devrait circonscrire ses attaques aux soldats et aux colons israéliens, dans les territoires conquis par Israël à l’issue de la guerre de juin 1967.

Mais les Brigades des Martyrs d’Al-Aqsa ont entrepris d’attaquer des civils israéliens en-dehors de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, persuadant, ce faisant, les Israéliens que le Fatah avait le même objectif que le Hamas, et induisant les Palestiniens en erreur au sujet de la stratégie réelle du premier.


M. Zubeïdah se dit opposé à l’assassinat de civils, et vouloir un Etat établi en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, avec Jérusalem pour capitale. Mais, faisant allusion à l’ainsi dite Ligne Verte, entre Israël et la Cisjordanie , il demande : "Pourquoi devrais-je, moi, respecter la frontière de 1967, alors qu’eux (= les Israéliens) l’ignorent totalement ?"


Beaucoup des (sinon tous les –) combattants des Martyrs d’Al-Aqsa, à l’instar des membres du Hamas, sont originaires des camps de réfugiés. Nourrissant le désir de retourner dans leurs maisons situées dans ce qui est aujourd’hui Israël, les résidents des camps, tels ceux par exemple de celui de Jénine, sont restés à l’écart de la vie citadine. Ils ne participaient même pas aux élections municipales.


Les camps ont alimenté la militance anti-israélienne, et cela explique la position très dure des Martyrs d’Al-Aqsa. Ils ont également alimenté un certain ressentiment à l’égard des Palestiniens résidents des villes, qui étaient perçus comme amollis, riches, et pleins de préjugés à l’encontre des réfugiés. C’est cela, qui a alimenté une certaine violence, et parfois des exactions, de certains résidents des camps à l’encontre des citadins (palestiniens).


Votre reporter avait déjà interviewé M. Zubeïdah à l’automne 2001, époque où il était un simple garde armé, tout en bas de la hiérarchie, patrouillant sur le marché de Jénine. M. Zubeïdah venait juste d’être blessé par l’explosion d’une bombe qu’il préparait : gravement brûlé à la face, il avait le visage entièrement noirci. Il rejetait toute idée de pourparlers de paix. "Je suis défiguré !", m’avait-il dit, à l’époque. "Et qu’est-ce que j’ai gagné ? Je suis toujours un réfugié !…"

Depuis lors, M. Zubeïdah a perdu sa mère, tuée lors d’un raid aérien israélien, et un de ses frères, tué lors de la grande offensive israélienne, voici deux ans de cela. Presque tous les jeunes acteurs du théâtre que sa mère avait créé sont morts. M. Zubeïdah a monté en grade (quasi littéralement) en vertu d’un processus d’éliminations. Ses deux prédécesseurs sont morts de mort violente, et l’armée israélienne ne s’est pas fait faute d’essayer de le tuer. Au cours d’une conversation que j’ai eue avec lui, il a relevé sa chemise pour me montrer les cicatrices laissées par les balles, à une épaule et dans son dos…


Après avoir payé un prix plus élevé que la moyenne des Palestiniens, les membres des Brigades des Martyrs d’Al-Aqsa n’envisagent pas de gaîté de cœur de déposer leurs armes pour moins que la souveraineté que l’insurrection était supposée conquérir. Mais ils ont sans doute, aussi, une autre raison de continuer à combattre : les responsables israéliens de la sécurité affirment que certaines des cellules d’Al-Aqsa, dans cette partie (du nord) de la Cisjordanie ont commencé à percevoir des fonds iraniens, par l’intermédiaire de la célèbre formation de guérilla du Liban : le Hezbollah.


Depuis environ un an, le Fatah s’efforce de faire rentrer M. Zubeïdah, ainsi que d’autres dirigeants d’Al-Aqsa, dans le rang. En juin, M. Zubeïdah a rejeté une ouverture de l’Autorité palestinienne, qui proposait d’intégrer les Brigades d’Al-Aqsa dans les forces de sécurité.
Beaucoup de responsables et d’analystes palestiniens disent que ce sont les Brigades d’Al-Aqsa, et non la direction palestinienne, qui font preuve d’initiative. Fin juin, leurs militants ont publié un manifeste de dix pages dénonçant la corruption de l’Autorité palestinienne et exigeant un véritable changement politique.


Toutefois, M. Zubeïdah, qui a avalisé ce manifeste, dit que les Palestiniens ne pourront espérer avoir un gouvernement efficace tant que les Israéliens n’auront pas mis fin à l’occupation.

"Tant que nous n’avons pas d’Etat", dit-il, "personne ne nous dirigera". "Tout le monde peut se proclamer chef des Palestiniens ; ça n’est pas difficile. Pour moi, cela n’a aucun sens."


Quant à Qaddurah Moussa, le chef du Fatah à Jénine, il minimise les Brigades des Martyrs d’Al-Aqsa, dans lesquelles il voit un phénomène passager. "Quand l’occupation cessera, ce phénomène disparaîtra", dit-il, ajoutant : "Et tout le monde retournera au sein du Fatah".


Dans l’attente, dit-il, M. Zubeïdah est utile, en tant que « force de frappe contre toute personne qui s’aviserait d’abuser de son pouvoir ». Apparemment, il ne trouve pas bizarre qu’un groupe initialement créé pour combattre les Israéliens se retrouve, en lieu et place, essentiellement tourné contre des Palestiniens…


M. Moussa conversait avec nous, assis sous une tonnelle de vigne, dans son jardin qui domine Jénine. Il regardait le soleil couchant disparaître, au-delà du mur, derrière le mont Carmel. Il nous dit que le conflit a ramené Jénine vingt ans en arrière, ajoutant que cela n’était pas grave.


"Dans d’autres endroits, nous avons encore des nôtres, qui vivent sous la tente", expliqua-t-il. "Nous voulons l’indépendance et la liberté. Pour le confort, on verra après…"

En dépit de la combativité des Brigades d’Al-Aqsa et de leur ascendant local, certains responsables locaux nous ont dit que le Fatah était en perte de vitesse et que le Hamas remporterait à coup sûr des élections municipales, ici, à Jénine.


Le prédicateur musulman le plus influent dans la région, Khaled Suleiman (37 ans) nous dit que les contradictions internes au Fatah sont en train de déchirer ce mouvement.

"Pour moi, le Fatah est aujourd’hui à la croisée des chemins", nous a dit cet imam, qui n’est affilié officiellement à aucune faction, mais qui est généralement considéré ici comme proche du Hamas. "L’existence du Fatah est fondée sur la survie d’Arafat. Sans Arafat, il éclatera."


Nous lui avons demandé comment il voyait ce possible éclatement. Il nous a répondu : "(Ce sera un éclatement) entre Gaza et la Cisjordanie ; entre les villages et les villes ; entre les villes et les camps. Parce que le Fatah est un mouvement qui n’a pas de pensée politique. Il est tout entier basé sur le dirigeant (= Yasser Arafat, ndt)".


M. Moussa, l’administrateur de la ville, pense lui aussi que le Fatah est à la croisée des chemins, et qu’il ne lui reste plus que deux options s’il veut réaffirmer son leadership.
La première, c’est de dissoudre l’Autorité palestinienne et de déclarer qu’Israël n’a laissé aux Palestiniens d’autre choix que la guerre à outrance. Quant à la seconde option (qu’il préfère), c’est une possibilité que très peu de Palestiniens évoquent ouvertement :

"L’Autorité palestinienne devrait se présenter devant le peuple et déclarer : « Nous avons perdu !", nous a dit M. Moussa, un soir, au dîner. "Mais ce n’est pas la fin du monde. Non, c’est une nouvelle étape dans notre existence". Après ça, il vous reste à demander au monde entier : "S’il vous plaît ; aidez-nous !"


Après avoir épargné durant des années pour acheter son appartement, M. Moussa s’est marié, en juin dernier – signe, nous a-t-il dit, qu’il a conservé l’espoir en un futur meilleur. Il a tenu à nous préciser qu’il a décliné l’offre que lui faisaient des combattants palestiniens, de fêter ça avec des rafales de Kalâchin [pluriel interne arabe de « Kalachnikof », ndt]…

Source : The New York Times

Traduction : Marcel Charbonnier

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jénine

Même sujet

Interviews

Même auteur

James Bennet