Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3587 fois

Liban -

Madsen : « Cheney avait son propre escadron de la mort, qui a assassiné Hariri et Hobeika »

Par

Dick Cheney, le nom qui surgit chaque fois qu’il est question d’un crime grave, quelque part dans le monde. Eh bien, Cheney avait sa propre unité d’escadron de la mort à la CIA, qu’il dirigeait depuis la Maison Blanche. Sur ses ordres, l’unité d’élite de l’assassinat a tué Elie Hobeika, ministre libanais et chef des forces libanaises, le 24 janvier 2002 et l’ancien premier ministre Rafik Hariri, le 14 mars 2005, affirme l’éminent journaliste d’investigation Wayne Madsen.

Madsen : « Cheney avait son propre escadron de la mort, qui a assassiné Hariri et Hobeika »

Madsen, connu pour ses liens étroits avec des cercles actifs de la CIA, était interviewé par la chaîne de télévision Russia Today lorsqu’il a révélé que le même escadron, qui avait assassiné Hobeika en coordination avec le bureau du Premier ministre israélien Ariel Sharon, avait également assassiné Hariri.

« J'en ai entendu parler il y a environ cinq ans, de sources CIA, » a dit Madsen. « J’ai déclaré en 2004-2005 que l’unité de la CIA liée à la Maison Blanche était responsable de la coordination, au Liban, des assassinats de l’ancien dirigeant chrétien Elie Hobeika, et également de l’ancien Premier ministre libanais Rafik Hariri, et que ce fut organisé en coordination étroite avec une unité similaire opérant pour le bureau du Premier ministre israélien d’alors, Ariel Sharon, à Jérusalem. »

En 2002, Hobeika devait se rendre à La Haye pour témoigner contre Sharon sur les massacres de Sabra et Shatila, à Beyrouth, en 1982.

En 2005, l’assassinat d’Hariri avait pour but de provoquer des circonstances exceptionnellement favorables pour déstabiliser le Liban, s’emparer de la Syrie, construire une base américaine au Liban Nord et se débarrasser de mouvements de résistance dans la région, à savoir Hezbollah qui pourchassait Sharon.

Les révélations de Madsen ont provoqué une tempête de réactions exigeant que Cheney soit poursuivi. Madsen a étayé ses révélations par des informations révélées par le journaliste d’investigation américain, Seymour Hersh, et les a diffusées après les avoir vérifiées.

Le 3 mars dernier au Minnesota, Hersh a révélé qu’une unité de commandos secrets de la Force Delta appelée « Branche d’assassinats » et des unités d’hommes-grenouilles ont eu l’ordre de commettre des assassinats dans le monde entier sans passer par le Secrétariat à la Défense, et en dehors du Pentagone ; seulement par le bureau de Cheney.

« C’est une branche spéciale de notre service d’opérations spéciales, qui est indépendante. Ils ne rendent compte à personne, sauf pendant les mandats de Clinton et de Bush. Ils rendent compte directement au bureau de Cheney... C’est essentiellement une branche pour exécuter des assassinats, et ça a perduré pendant des années, » a dit Hersh.

« D’après ce qu’a révélé Hersh, il ne fait aucun doute que Dick Cheney était au sommet de cette structure. Ce que j’avais présenté dans un rapport en 2004-2005 était que Karl Rove, le principal conseiller politique du Président George W. Bush, était impliqué, ainsi que le Conseiller adjoint à la sécurité nationale de l’administration Bush, on s’en souvent, Elliot Abrams, qui était impliqué dans le scandale des Iran Contra, pour lequel il a été mis en examen, puis pardonné par l’ancien Président George H.W. Bush. »

En 2005, Madsen avait cité une « source clé » dans son rapport et il avait dit que « un certain nombre de sources des services secrets avaient déclaré que les assassinats de dirigeants étrangers comme Hariri et Hobeika ont finalement obtenu l’accord de deux fonctionnaires clés de la Maison Blanche, le Chef d’Etat-major adjoint, Karl Rove, et le Conseiller adjoint à la sécurité nationale, Elliot Abrams. De plus, Abrams est la liaison clé entre la Maison Blanche et le bureau de Sharon pour de telles opérations secrètes, dont les assassinats politiques, et Abrams est le gars à qui s’adressent les Israéliens pour avoir le feu vert pour de telles opérations. »

Les nouvelles révélations ouvrent de nouvelles perspectives sur des assassinats qui ont gangréné le Liban pendant plus de quarante ans, et donnent du poids à des hypothèses – principalement sur l’assassinat d’Hariri – que certains Libanais avaient caché au profit d’accusations politiques bidonnées.


Source : Al Manar

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Liban

Même sujet

Assassinats ciblés

Même auteur

Mohamad Shmaysani

Même date

7 mai 2009