Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2863 fois

Negev -

Negev : Faire disparaitre les villages non reconnus

Par

Discours de Mohammed Abu El Heija, Président de l'association des 40, à la Conférence Internationale pour les Droits du Peuple Palestinien qui s’est tenue du 17 au 19 octobre 2003 à Bilbao.

Le Negev est une région particulièrement affectée par cette politique.
Pendant l'année 2002, 29 maisons ont été démolies. Entre janvier et septembre 2003, 37 maisons ont été démolies ainsi que 12 magasins, 1 mosquée et un réservoir d'eau soit au total 51 bâtiments. Ce sont les statistiques. Maintenant quel sera le futur de la région si on se base sur le plan du gouvernement ?

Quand on pense au mot maison, certaines images naissent dans nos esprits.
Malheureusement, certaines Puissances dans le Monde ont le pouvoir de réduire ces images en poussière. Evidemment, le gouvernement israélien est l'un d'entre eux : Il s'autorise à démolir des maisons quotidiennement, à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de ses frontières.

Israël est un Etat moderne et industrialisé qui est considéré comme ayant l'un des niveaux de vie le plus élevé au monde. Il est défini comme un Etat juif et démocratique. Cependant, il existe une deuxième population non juive qui, selon les lois et la politique basées sur cette définition, a subi une discrimination systématique : Ce sont les habitants Arabes Palestiniens autochtones qui, en 1948, sont restés sur leurs terres et dans les frontières du nouvel Etat établi. Aujourd'hui, les habitants Arabes Palestiniens d'Israël représentent à peu près 20% de la population.

Néanmoins, bien que constituant une communauté d'environ 1200 000 personnes, ils n'ont pas le statut de minorité nationale et ne bénéficient pas des mêmes droits ni des mêmes protections et privilèges dont bénéficient les citoyens juifs.

Israël a marginalisé la population palestinienne par le biais de lois et une politique qui dénient leur existence et ne respectent pas leurs droits humains élémentaires ainsi que leurs besoins nationaux, économiques, sociaux et culturels.

" Village non reconnu" : un terme ajouté à notre vocabulaire, résultat de l'établissement de l'Etat d'Israël. Je vais vous présenter une brève explication du développement de ce terme.

• a) La guerre de 1948 a eu pour résultat l'établissement d'un Etat Juif Démocratique qui possède aujourd'hui 93% des terres.

• b) Pendant cette guerre, plus de 500 villages palestiniens ont été détruits et leurs habitants évacués. Environ 150 000 sont restés à l'intérieur de l'Etat dont à peu près la moitié en tant que réfugiés internes. Tous ont été considérés comme citoyens israéliens.

• c) Beaucoup de lois furent instituées permettant à l'Etat, au fil des ans, de prendre le contrôle des terres.

• d) Au cours de l'année 1965, le problème des villages non reconnus se précisa, car, la Loi de Planification et de Construction qui divisait la terre d'Israël en zones à destinations variées, fut instaurée. En même temps, un plan principal fut établi qui incluait 123 villages arabes, ignorant intentionnellement le reste . Ainsi fut créé le statut de villages non reconnus.

• e) Par conséquent, les terres sur lesquelles étaient établies ces villages reçurent un statut illégal sous le pretexte d'être situées en zones agricoles, militaires ou de parcs.

Aujourd'hui, environ 100 000 Palestiniens citoyens Israéliens vivent dans ces villages non reconnus : 30% dans le Nord et 70% dans le Sud, le Negev. ( plus de 90% de ces villages existaient avant l'établissement de l'Etat d'Israël. Les autres ont été créés par des réfugiés internes lors de la fondation de cet Etat).

Il n'y a pas de nombre précis des villages non reconnus, car il n'y a pas de définition légale de ce qu'est un village dans l'Etat d'Israël. Mais nous parlons de 9 agglomérations dans le Nord et de 46 dans le Sud soit au total 12 000 maisons construites illégalement. Ces villages ne sont pas reconnues par les instances gouvernementales, n’ont pas de représentants officiels et ne reçoivent pas de subsides gouvernementaux tels qu’en bénéficient les autres municipalités.

Cela veut dire que ces villages existent et se maintiennent :

• sans infrastructure routière, d'alimentation en eau, d'écoulement des eaux usées, de branchements électriques et de lignes téléphoniques,
• sans services et programmes gouvernementaux comme le ramassage des ordures, les Services Postaux, les Centres de Soins, les écoles, les crêches, les parcs ainsi que les autres services culturels et sociaux dont bénéficient généreusement la population juive.


Le gouvernement n'a pas réussi dans sa stratégie à persuader les habitants d'abandonner leurs maisons. Au lieu de cela, les habitants se sont adaptés à ces conditions de vie insupportables. Ainsi, à la fin des années 70 et au début des années 80, des ordres de démolitions furent produits et des dizaines de maisons démolies.

Le refus de l'autorisation de construire dans tout le secteur arabe en Israël a abouti à une augmentation du nombre des immeubles construits illégalement. Par exemple, entre 1986 et 2000, le nombre des immeubles illégaux dans le secteur arabe a progressé de près de 11 000 à plus de 30 000, parce que nous avons une demande tres égoiste : nous voulons avoir des maisons ( en 2003 : 126 immeubles arabes ont été démolis dans les frontières d'Israël ).
Il est important de noter qu'au cours de l'année 2000, 16 400 bâtiments illégaux appartenaient à des Juifs. Cependant, aucune démolition n'a été enregistrée concernant ces immeubles illégalement construits.

Le Negev est une région particulièrement affectée par cette politique.
Pendant l'année 2002, 29 maisons ont été démolies. Entre janvier et septembre 2003, 37 maisons ont été démolies ainsi que 12 magasins, 1 mosquée et un réservoir d'eau soit au total 51 bâtiments. Ce sont les statistiques. Maintenant quel sera le futur de la région si on se base sur le plan du gouvernement ?

Le " plan de développement du Negev" , un programme prévu sur une période de 6 ans, propose un généreux budget de 200 millions de shekels pour le développement du Négev. Cependant, 48% de ce budget sera dépensé pour renforcer les démolitions de maisons.

Par exemple, il sera établi un Département de Police avec 50 officiers se consacrant à l'exécution des ordres de démolitions, 2 nouveaux juges seront désignés pour traiter le problème et des plans ont été budgetés pour empoisonner les champs cultivés illégaux.

La prochaine mesure prise par le gouvernement israélien pour développer le Negev c'est d'établir un Département pour la mise en application du programme d’Aménagement et de la Construction. Ce Département comprend des représentants du Ministère de l’Aménagement Intérieur, du Ministère de la Justice, des officiers de police, et des juristes externes. Cette combinaison va permettre d'accéler le processus d'émission d'ordres de démolition et leur exécution.

De plus, le Gouvernement israélien a l'intention de développer le Negev par une Loi actuellement en cours de législation : "la loi sur les intrus" qui raccourcira la procédure de démolition de maisons et de confiscation de terres. Ces mesures, si elles sont mises en application, constitueront une autre catastrophe pour notre peuple et créera de nouveaux réfugiés internes.

C’est drôle comment notre destin à nous, les Palestiniens, semble avoir des dénominations commençant par "non" (ex : villages "non" reconnus ndlt). Nous sommes confrontés à une situation difficile et instable. J'aimerais terminer en mentionnant le fait que lors des années 90, l'Association des 40 avec l'aide d'organisations nationales et internationales a fait pression sur le gouvernement pour reconnaître 9 des villages non reconnus. Cependant, cette reconnaissance n'est pour l'instant que de l'encre sur du papier. Pourtant, cette expérience nous a laisse penser qu' avec des partenaires appropriés nous pourrions obtenir beaucoup plus en faisant du lobbying et en développant des contacts nationaux et internationaux.

Ittijah - Union des Associations de Communautés Arabes

Ittijah est une organisation regroupant des organisations non gouvernementales ( ONG) en Israël. Ittijah lutte pour renforcer les droits des citoyens Arabes Palestiniens en Israël , pour promouvoir le développement de la société civile palestinienne et soutenir des changements politiques, économiques et sociaux.

Traduction de la Lettre d'information N° 16

Source : Ittijah

Traduction : MDB

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Negev

Même sujet

Negev

Même date

7 novembre 2003