Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 601 fois

Cisjordanie occupée -

Netanyahu veut utiliser la démolition de Khan al-Ahmar pour obtenir des votes

Par

27.02.2019 - Benjamin Netanyahu pourrait programmer la démolition du village palestinien de Khan al-Ahmar juste avant les élections générales israéliennes d’avril pour en retirer un bénéfice politique. Le Premier ministre a dit au début du mois que la destruction du village « améliorerait certainement » ses chances de gagner, selon The Times d'Israël .

Netanyahu veut utiliser la démolition de Khan al-Ahmar pour obtenir des votes

En octobre 2018, un Palestinien ramène ses enfants de l'école dans le village occupé de Khan al-Ahmar, en Cisjordanie . (Ahmad Al-Bazz/ActiveStills)
« J'ai dit que Khan al-Ahmar serait évacué, donc il sera évacué », a-t-il déclaré.

Deux des ministres du gouvernement israélien ont déclaré au journal que Netanyahu « allait planifier » la démolition qui aurait lieu juste avant les élections « afin de gagner un capital politique à droite ».

Le journal n'a pas nommé les ministres.

Netanyahu espère rester le Premier ministre israélien après les élections du 9 avril.

Son parti, le Likoud, s'est uni au parti ultra-nationaliste anti-palestinien Habayit Hayehudi (foyer juif) et à l'extrême droite Otzma Yehudit (pouvoir juif).

Le parti Otzma Yehudit appelle à l'annexion totale de la Cisjordanie occupée et à l'expulsion des Palestiniens qui sont considérés comme « non loyaux » à Israël du Jourdain à la mer Méditerranée.

Le parti est inspiré par Meir Kahane, fondateur de la Ligue de défense juive, un groupe radical sioniste violent, à New York en 1968. Kahane a appelé à l’expulsion totale des Palestiniens et incité un colon israélien né aux États-Unis, Baruch Goldstein, à commettre le massacre de la Mosquée Ibrahimi à Hébron, dont le 25ème anniversaire a eu lieu cette semaine.

L'extrémisme se généralise

Le principal rival de Netanyahu, Benny Gantz, l'ancien chef de l'armée israélienne, est également terrible.

Gantz s'est vanté vanté du nombre de meurtres et de destructions qu'il a commis à Gaza dans une série de vidéos de campagne pour son nouveau parti politique, publiées sur YouTube et sur les réeaux sociaux.

Le rapprochement de Netanyahu avec Otzma Yehudit ouvre la voie à l'intégration de ce parti dans le courant politique dominant en Israël.

Des représentants de l'organisation israélienne d'extrême-droite Regavim, favorable aux colonies, ont arboré une bannière à Khan al-Ahmar la semaine dernière pour protester contre le retard pris par Israël dans la démolition du village.

L'administration civile, l’organe bureaucratique de l'occupation militaire israélienne, a enlevé la banderole.

« Les autorités israéliennes ont refusé de raccorder la communauté à l'électricité ou à un réseau d'égouts, de paver des routes d'accès, ont interdit la construction de maisons ou de structures à l'usage du public dans la communauté et ont réduit les pâturages des résidents. En conséquence, les habitants vivent dans des conditions effroyables », a déclaré le groupe de défense des droits de l'homme B'Tselem.

Khan al-Ahmar se situe en zone C, qui représente 60% de la Cisjordanie occupée et est toujours entièrement contrôlée par Israël en vertu des accords d'Oslo signés dans les années 1990.

C'est sur cette terre à l'est de Jérusalem, dans la zone dite E1, qu'Israël envisage d'étendre sa méga-colonie de Maaleh Adumim, complétant ainsi l'isolement des parties nord et sud de la Cisjordanie et encerclant Jérusalem de colonies.

La Haute Cour israélienne a donné au gouvernement le feu vert pour démolir Khan al-Ahmar et déplacer de force ses habitants, rejetant toutes les pétitions contre la démolition déposées par les habitants.

En fait, la haute cour israélienne n'a jamais fait droit à une seule requête déposée par des Palestiniens contre les démolitions, selon un rapport de B'Tselem.

Israël refuse d'autoriser pratiquement toutes les constructions palestiniennes dans la zone C.

Cela oblige les habitants à construire sans permis et à vivre dans la peur constante des démolitions.

« Sceau légal » pour comportement illégal

La haute cour israélienne « donne une approbation implicite à la politique israélienne », a noté B'Tselem.

Il le fait en considérant ces démolitions comme « une affaire de construction illégale », balayant ainsi les plans d'expansion à long terme du gouvernement israélien en Cisjordanie occupée. Ces plans ont été décrits récemment dans la loi sur l’État-nation, approuvée par la Knesset, le parlement israélien, en juillet 2018.

La loi décrit la colonisation juive comme une « valeur nationale » et engage l'État à « encourager et promouvoir son établissement et sa consolidation ».

L'approbation juridique de la colonisation juive ne fixe aucune limite géographique, ce qui signifie qu'elle encourage la colonisation israélienne en cours de la Cisjordanie , y compris Jérusalem-Est, ainsi que des hauteurs du Golan en Syrie.

En dépit du « sceau juridique implicite » fourni par les tribunaux israéliens, les activités de peuplement israéliennes sont illégales au regard du droit international.

Sans abri

Dans le même temps, Israël a démoli la semaine dernière deux maisons palestiniennes dans le quartier de Beit Hanina à Jérusalem-Est, faisant ainsi 10 membres de sa famille, y compris des enfants, sans abri.

Les maisons appartenaient à Taysir al-Muhtaseb et à son fils Shadi. Elles ont été démolies au motif qu'elles avaient été construits sans permis en 2012.

L'administration civile a déposé des ordonnances de démolition en 2015. La famille a tenté d'obtenir un permis depuis, mais en vain.

Les forces israéliennes ont expulsé une famille palestinienne de leur domicile dans le quartier musulman de la vieille ville de Jérusalem la semaine dernière et l'ont donnée à des colons juifs. La famille Abu Asab vivait dans la maison depuis 67 ans.Ils ont été déplacés de force de leur domicile dans le quartier de Baqa, à l'ouest de Jérusalem, pendant la Nakba de 1948 - le nettoyage ethnique des Palestiniens effectué par les forces sionistes pour établir l'État d'Israël à leur place.

Entre-temps, Israël a démoli trois maisons et un entrepôt à Jérusalem-Est plus tôt ce mois-ci, sans préavis.

Israël a également démoli plusieurs structures dans la vallée du Jourdain la semaine dernière. Les forces israéliennes ont expulsé une famille et démoli leur tente dans la même région la semaine dernière également.

Des dizaines de ministres israéliens et de membres de la Knesset ont déclaré leur soutien, plus tôt ce mois-ci, à un projet d’installation de deux millions de colons illégaux en Cisjordanie occupée.

Parmi les partisans du plan figurent Naftali Bennett et Ayelet Shaked, qui détiennent les portefeuilles de l’Education et de la Justice dans le gouvernement israélien.

Il y a actuellement environ 700.000 colons israéliens en Cisjordanie .


Source : The Electronic Intifada

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie occupée

Même sujet

Nettoyage ethnique

Même auteur

Tamara Nassar