Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3150 fois

Jérusalem -

Nouvelles d’Al-Quds, la capitale palestinienne occupée, à partir des rapports de juillet et début août 2013 de l’Institution Internationale al-Quds (IIQ)

Par

Présence massive des fidèles palestiniens
Les vendredis du mois de Ramadan ont été témoins d’une présence massive des fidèles dans la mosquée al-Aqsa, pour la prière collective. C’est depuis l’aube que les fidèles ont essayé de tenter leur « chance » et de passer les multiples barrages de l’armée sioniste qui séparent les routes de la Cisjordanie de la ville sainte d’al-Quds. Âgés ou jeunes, les Palestiniens venant de la Cisjordanie occupée et des territoires occupés en 1948 ont fidèlement assisté aux prières dans la mosquée al-Aqsa et partagé la rupture du jeûne dans l’esplanade, pour rester jusqu’après la prière de l’aube. Entre 200 mille (le premier vendredi) et 450 mille fidèles ont participé à ce grand rassemblement hebdomadaire spirituel dans la mosquée al-Aqsa.

Nouvelles d’Al-Quds, la capitale palestinienne occupée, à partir des rapports de juillet et début août 2013 de l’Institution Internationale al-Quds (IIQ)

Des Palestiniens grimpent par dessus le mur à Al-Ram, au nord d'Al-Quds, pour aller à la mosquée Al-Aqsa assister aux prières du troisième vendredi de Ramadan, le 26 juillet 2013 (Oren Ziv / ActiveStills)
Pendant les autres jours, la mosquée a également été le lieu de rassemblement pour la rupture du jeûne et la prière des Tarawih, et des centaines de familles de Cisjordanie et des territoires occupés y sont restées jusqu’après la prière de l’aube.

Les autorités sionistes prétendent avoir délivré des « laissez-passer » à des dizaines de milliers de Palestiniens de Cisjordanie , par crainte d’être accusées de « restrictions des libertés religieuses » par les associations défendant « les droits de l’homme », mais en réalité, elles ont arrêté des centaines de jeunes qui tentaient d’entrer dans leur capitale occupée. Il faut cependant craindre qu’après ces « largesses » sionistes envers les musulmans, les tentatives de judaïsation reprennent de manière plus intensive, dans le sens du partage de la mosquée al-Aqsa, dans le temps et dans l’espace, entre les sionistes et les musulmans.

C’est ainsi que l’on assiste de nouveau aux appels de députés ultras (Feglin) réclamant la présence massive des juifs dans la mosquée. La presse sioniste a également dévoilé que le gouvernement Netanyahu finançait lui-même les associations juives qui réclament de bâtir, à la place de la mosquée, un temple juif qui serait le troisième, d’après les fables sionistes. Un rapport du Jérusalem Post met en lumière la participation des services de renseignements (Shabak) aux multiples raids juifs contre la mosquée ces dernières semaines.

Expulsion des familles maqdisies

La Palestinienne Nazira Siyam, 72 ans (photo ci-dessous) est menacée par le département sioniste des biens confisqués (aux Palestiniens) d’expulsion de sa maison, située dans sheikh Jarrah. Un groupe sioniste prétend vouloir s’emparer de la maison, entraînant une longue lutte de la famille Siyam dans les coulisses des tribunaux sionistes, lutte qui s’avère très chère, financièrement. En solidarité avec la famille, un repas de rupture du jeûne a été organisé et a réuni les habitants du quartier et des personnalités maqdisies actives.

Photo

De nouvelles mesures vont être prises contre la présence des Palestiniens dans leur ville. L’avocat Ahmad Ruwaydi, du bureau de la présidence palestinienne, a expliqué que de nombreux maqdisis ont renouvelé leur carte « de séjour » après des autorités sionistes, et il s’est avéré que le terme « en séjour » a été ajouté avec une date limite de ce séjour, une dizaine d’années sur l’une des cartes consultées. Bien que la pratique soit ancienne, c’est-à-dire que pour les sionistes, les maqdisis ne sont pas citoyens mais « en séjour » dans leur propre ville et capitale, les autorités de l’occupation mènent actuellement au grand jour leur politique de nettoyage ethnico-religieux dans la ville arabo-musulmane d’al-Quds.

Répression, arrestations et condamnations

Le tribunal central sioniste a condamné trois jeunes de Selwan d’avoir lancé des cocktails Molotov sur la police sioniste. Sabri Abu Diyab (18 ans) a été condamné à 20 mois de prison, et Iyad Qara’in (18 ans) et Ahmad al-Qaq (18 ans) ont été condamnés à 26 mois de prison. Ils avaient été arrêtés le 16 novembre 2012, au cours de la guerre sioniste contre la bande de Gaza.

Le 9 juillet, les autorités de l’occupation ont libéré les deux maqdisis Kifah Sarhan (43 ans) et Fouad Hamdiyé (44 ans) après 20 mois de prison, mais en les plaçant en détention à domicile, et hors de la ville d’al-Quds.

Photo
Kifah Sarhan, ici avec deux de ses cinq enfants


Le tribunal central de la ville d’al-Quds a condamné Abdel Fattah Abdel Rahman (17 ans) à 14 mois de prison, accusé d’avoir poignardé un colon musta’rib (se faisant passer pour un Palestinien et travaillant avec les renseignements sionistes) dans le camp de She’fat.

L’occupation a renouvelé pour la deuxième fois la détention administrative du député maqdisi Ahmad Attoun, pour six mois. La détention dite administrative est une détention qui n’est basée sur rien d’autres que les rapports secrets des services de renseignements de l’occupation. Tout Palestinien jugé par ces services comme étant « dangereux » sont arrêtés et détenus pour des périodes indéterminés.

Le 17 juillet, le tribunal sioniste prolonge la détention de Khaled Khashan (18 ans), Moussa Amayra (20 ans), pour avoir participé à une manifestation « interdite » et lancé des pierres.

Le 18 juillet, le tribunal central d’al-Quds a condamné le jeune Mohammad Siyam -16 ans- à 15 mois de prison, pour avoir lancé des cocktails molotov contre une colonie à Selwan. Le jeune Ahmad Qawasmi (14 ans) a été condamné à payer une amende de 3000 shekels pour avoir brisé les vitres d’une voiture appartenant à un colon.
 
Colonisation dans al-Quds, vandalisme et barbarie des colons

Un institut de sondage sioniste a déclaré que 2/3 des sionistes sont favorables au partage de la mosquée al-Aqsa entre les juifs et les musulmans. Un tiers des sionistes soutient la construction du temple au détriment de la mosquée al-Aqsa.

Des sources journalistiques ont dévoilé que le ministère sioniste de l’habitation a décidé de construire prochainement 600 unités de logement dans les colonies qui étouffent déjà la capitale palestinienne, ainsi que 1200 unités de logement au sud-ouest de la ville, et 100 unités sur les terres de Beit-Safafa, au sud d’al-Quds, et entre 1000 et 2000 unités dans la colonie située dans Jabal Ghunaym.

« Le comité local de la planification et de la construction » sioniste a publié le 29 juillet un permis de construire une nouvelle colonie dans Jabal Mukabber, composée de trois immeubles. C’est la deuxième colonie dans Jabal Mukabber, après la construction de « Armona Netsev ».

L’institution « al-Aqsa pour le waqf et le patrimoine » a dévoilé un plan gouvernemental sioniste (le 30/7) consistant à construire 21 unités de logement et une synagogue, à moins de 500 dunums des murs de la vieille ville d’al-Quds, près de Bab al-Sahira dans le quartier de Burj al-Luqluq.

Elle a également affirmé le 17 juillet que les creusements sous la mosquée al-Aqsa et aux alentours ont atteint les 4 mètres, notamment dans la partie sud-ouest sous la mosquée. Une fois encore, le département sioniste archéologique prétend avoir découvert un ancien temple juif, malgré l’affirmation de nombreux archéologues juifs et occidentaux de l’absence totale d’une quelconque trace juive en ces lieux.

Photo
Maquette du prétendu "second temple" exposée à Al-Qods


Le ministre sioniste des « religions » a déclaré le 17 juillet qu’il fera en sorte que « les Juifs puissent prier collectivement dans la mosquée al-Aqsa », au moment où le ministre sioniste de l’habitation déclarait qu’il espère que « viendra le jour où la souveraineté totale sur la mosquée al-Aqsa soit à l’Etat juif ».

De son côté, le premier ministre sioniste Netanyahu a lancé une campagne internationale touristique qui montrerait le « caractère juif » de la ville d’al-Quds et de la mosquée al-Aqsa, avec l’aide de chaînes satellitaires américaines. Un film 3D a même été produit, consistant en un tour dans la mosquée al-Aqsa, selon la vision sioniste, où la mosquée ne serait que le prétendu temple juif que les Juifs sionistes essaient de construire sur les ruines de la mosquée al-Aqsa.

Un nouveau plan de judaïsation concocté par la municipalité coloniale consiste en la construction d’hôtels et de bâtiments commerciaux sur une partie du cimetière historique Ma’manullah dans al-Quds, près du musée « de la tolérance » prévu pour être construit sur cette terre musulmane depuis des centenaires.

Des colons agressent le 14 juillet un maqdisi qui se trouvait à une station du « tram colonial ».

Des affrontements ont eu lieu entre les maqdisis et des groupes de colons soutenus par les forces armées le 16 juillet après que les colons aient agressé des Palestiniens et vandalisé leurs voitures et propriétés, dans Bab al-Asbat.
 
Résistance des Maqdisis

Un sioniste a été poignardé, le mardi 6 août, par deux jeunes maqdisis, qui ont réussi à prendre la fuite.

4 soldats des Garde-frontières sionistes ont été touchés lors des affrontements avec des jeunes Palestiniens du quartier Selwan, le 5 août.

Des affrontements ont eu lieu le premier août, suite à la manifestation organisée contre le plan Prawer, qui vise à un nettoyage tehnico-religieux du Naqab. Lorsque les manifestants se sont rapprochés du consulat américain, une unité de cavaliers sionistes les a attaqués et les a poursuivis dans la rue Salaheddine. Une autre manifestation a eu lieu dans la rue Nablus en direction de Bab al-Amoud, réprimée elle aussi par les forces de l’occupation. Deux jeunes Maqdisis ont été arrêtés, dont Mohammad Hamad (23 ans) qui est un prisonnier libéré.

Deux jeunes Maqdisis ont été arrêtés, accusés d’avoir poignardé des sionistes il y a deux semaines dans le parc « Blomfield » et près de la porte de Nablus.

Le 24 juillet, des affrontements ont eu lieu dans al-Issawiya, suite à un raid mené par les forces sionistes aidées par un hélicoptère, sous prétexte d’arrêter des Palestiniens recherchés.

Nadi al-Assir dans la ville d’al-Quds a rapporté que le tribunal sioniste a refusé de libérer le 23 juillet trois jeunes maqdisis, sous le prétexte qu’ils auraient attaqué la police lors de leur arrestation. Il s’agit de Mustafa Bassam Jaradat, 19 ans, de Wadi al-Joz, et des frères Qussay (16 ans) et Issa Mohamad Khalil. Ils sont accusés d’avoir lancé des pierres dans Bab al-Amoud contre l’occupant et résisté lors de leur arrestation.

15 jeunes Palestiniens ont été arrêtés dans Bab al-Amoud le 24 juillet pendant une heure puis libérés, dans un climat de grande tension, après qu’un jeune ait poignardé un sioniste près d’al-Qatamon dans al-Quds, avant de prendre la fuite.

4 colons sionistes ont été légèrement blessés le 25 juillet lorsque des jeunes ont lancé des pierres contre leur car, près de Bab al-Amoud.

Le 11 juillet, les fidèles ont chassé plusieurs groupes de colons qui avaient investi la mosquée al-Aqsa, malgré la protection policière qui leur était assurée. De même, le 16 juillet, les fidèles ont réussi à interdire l’entrée de la mosquée à des colons à partir des portes al-Maghariba, al-Silsila, l-Hadid et Hatta.

Le 17 juillet, les fidèles ont réussi à chasser de la mosquée al-Aqsa le vice-ministre sioniste des affaires étrangères. Zeev Ilkein, qui n’a pu y rester que quelques minutes.

Le 20 juillet, des affrontements ont eu lieu entre une unité d’élite de l’armée sioniste et les services de renseignements d’une part et les jeunes maqdisis, dans plusieurs rues de la ville, notamment aux abords de Bab al-Amoud, Bab al-Sahira et Sultan Sulayman. Les forces sionistes ont arrêté 7 maqdisis, les jeunes ont lancé des pierres sur les voitures militaires et un soldat a été légèrement blessé.

Solidarité avec les prisonniers en lutte

Plusieurs maqdisis ont rompu leur jeûne en ne prenant que du sel et de l’eau, en soutien avec les prisonniers grévistes de la faim, le combattant Abdallah Barghouty en tête, devant le siège du CICR.

Les familles des prisonniers d’al-Quds et des territoires occupés en 48 ont refusé de visiter les prisonniers dans la prison de Nafha, en protestation contre les fouilles humiliantes qu’elles subissent lors de ces visites.
 
Judaïsation de la mosquée de Nabi Daoud

L’institution d’al-Aqsa pour le waqf et le patrimoine a dénoncé la confiscation de la mosquée Nabi Daoud et sa transformation en synagogue, dans la ville d’al-Quds. Les autorités de l’occupation ont arraché tout le marbre datant de l’époque ottomane avant de procéder à une transformation radicale de la mosquée.
 
Découverte d’un bâtiment hospitalier dans le quartier chrétien de la capitale palestinienne

Les fouilles archéologiques menées par les sionistes ont permis de découvrir un ancien hôpital datant de l’époque des croisades enseveli par un tremblement de terre.

Sport et occupation

L’équipe de Barcelone (football) a déçu le public palestinien, qui s’attendait à ce que cette équipe soit moins investie dans le soutien à l’occupation sioniste. En effet, les membres de l’équipe ont presque tous participé à une visite du mur al-Bouraq (transformé en « mur des Lamentations » par les sionistes) sous le contrôle de l’armée sioniste, et vêtus de la « kippa », signe de leur allégeance au mouvement sioniste.

Solidarité avec les Maqdisis et al-Quds

Pendant le mois de Ramadan, de multiples gestes de solidarité et d’entraide ont permis à de nombreuses familles démunies de vivre ce mois béni dans un climat serein, malgré l’occupation. Tous les jours, des repas de rupture de jeûne organisés par diverses associations ont réuni les maqdisis et leurs familles, dans divers quartiers de la ville. De même, des concours furent proposés pour évaluer la connaissance des maqdisis et des fidèles à propos de la mosquée al-Aqsa et la ville d’al-Quds.

Parmi les initiatives menées par les jeunes maqdisis, celle des jeunes de Beit Safafa, « Awlad Haratina » qui ont organisé des dizaines d’activités dans le quartier, à l’occasion du mois de Ramadan.


Source : Alquds.online

Traduction : et compilation par Baladi

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Nettoyage ethnique

Même auteur

Institution internationale Al-Quds

Même date

13 août 2013