Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3445 fois

Gaza -

Opération "Ciel Bleu" : Israel compense ses concessions à Rafah par une zone-tampon au nord de Gaza "

Par

Les dernières actions d'Israel au nord de Gaza (créer une zone-tampon) n'est pas une surprise, en fait c'est une conséquence normale du Plan de Désengagement d'Israel.
La région du nord de Gaza a déjà fait l'objet d'une opération similaire le 30 septembre 2004 quand l'armée israélienne a effectué une opération offensive appelée 'Jours de Pénitence' visant le même secteur sous le même prétexte que l'opération actuelle qui est d'arrêter les tirs de roquettes Qassam par la résistance palestinienne en direction du territoire israélien.

Opération 'Ciel Bleu' : Israel compense ses concessions à Rafah par une zone-tampon au nord de Gaza '


Carte ARIJ : Colonies et zone-tampon du nord de Gaza (agrandir la carte)

L'armée israélienne a diffusé par les airs aux habitants du nord de Gaza des tracts les prévenant qu'ils avaient un délai de 12 heures pour évacuer la zone visée avant le début de leur opération destinée à créer une zone-tampon.

La zone à laquelle se réfèrent les tracts représente 8 km2. Cependant, elle est essentiellement une partie additionnelle à la ceinture de sécurité israélienne de 53 km2 située à l'Est de Gaza : commençant au sud de Gaza à la frontière Rafah-Israël-Égypte, elle remonte jusqu'au nord de Gaza et jusqu'à la nouvelle zone-tampon annoncée par Israël.



La vérité derrière la zone-tampon au nord de Gaza

Les Israéliens ont déclaré que la zone-tampon au nord de Gaza permettra à Israël de contrêler totalement le passage de sécurité entre Gaza et la Cisjordanie (qui arait dû être en fonction depuis le 15 décembre 2005), cependant, la situation intense dûe à l'anticipation des résultats de la prochaine élection du Conseil Législatif Palestinien (CLPL) le 25 janvier, a mené Israël à reporter l'ouverture du passage sécurisé.

Quelque soit les résultats des prochaines élections, Israël devrait assurer le contrêle total du passage sécurisé et de chaque individu ou chose entrant et sortant de Gaza.



ARIJ avait anticipé la zone-tampon israélienne en septembre 2004

Les projets israéliens d'une zone-tampon au nord de Gaza n'ont pas été une surprise pour ARIJ puisque le sujet était abordé dans une étude intitulée "Qu'est-ce que Sharon veut faire de Gaza?' et publiée le 20 octobre 2004.

Le Plan de Désengagement n'était rien d'autre qu'une stratégie de la part des Israéliens.

Ils avaient eux-mêmes qualifié le retrait de Gaza comme un geste de bonne volonté envers le processus de paix bancale. En même temps ils voulaient débarrasser l'état israélien d'une situation de non-victoire parce que le projet de colonisation israélienne s'était avéré stérile et excessivement couteux à de nombreux niveaux; en particulier dans les coûts de fonctionnement pour y garder les colons sous une protection d'une armée israélienne épuisée.
Voir carte 2



Est-ce qu'Israël s'est retiré de Gaza ?

Contrairement à ce qui a été annoncé systématiquement dans les médias, les Israéliens ne se sont pas retirés de Gaza et, pour être plus précis; de la zone de ceinture de sécurité le long des frontières nord et est de Gaza.

Ils n'ont d'ailleurs jamais eu l'intention de le faire comme cela était constamment perceptible dans leurs actions réelles.

Une étude de cas d'ARIJ, (Le retrait de Gaza!... Une initiative audacieuse ou juste stratégique) datant du 25 février 2004, indique clairement trois colonies israéliennes du nord de Gaza (Elei Sinai, Nisanit et Dugit) et la zone industrielle d'Erez : Elles font partie du secteur déclaré par Israël comme étant la zone-tampon du nord de Gaza. Voir la Carte 2



Les opérations israéliennes effectuées dans le secteur indiqué (nord de Gaza) ont commencé vers la fin 2003 avec l'indication claire de créer une zone-tampon pour achever la ceinture de sécurité israélienne aux frontières orientales de Gaza; ce qui avait été annoncée lors du discours de Sharon au Comité Central du Likud sur le "Désengagement" (5 janvier 2004) : 'Nous prolongerons une ligne de sécurité qui empêchera tout passage dans notre territoire'.

Pourquoi la ceinture de sécurité? Pourquoi une zone-tampon au nord ?

La réponse est évidente : tout simplement pour garder la mainmise sur les six sorties de Gaza utilisées par des individus ou des produits entrant et sortant de Gaza : le passage de Beit Hanun ou 'Erez', le passage d'Ash-Shuja'ia ou 'Nahal Oz', le passage d'Al-Mintar ou 'Karni', le passage d'Al-Qarara ou 'Qisoufem', le passage d'A-Awda ou 'Sofeh' et enfin Kerim Shalom, un passage de frontières déjà totalement sous contrêle israélien).

Israël n'a à aucun moment eu l'intention de quitter implicitement de Gaza, c'est pourquoi il a conçu et mis en application le Plan de Désengagement avec des procédures unilatérales et menaçantes, définies dans le discours de Sharon au Comité Central du Likud sur le "Désengagement" (5 janvier 2004) : 'Un accord serait mieux qu'une initiative unilatérale. Un accord serait mieux pour nous et mieux pour les Palestiniens qui obtiendront bien moins du Plan de Désengagement que d'un accord politique".

Pendant un certain temps, Israël a distrait le monde avec son Plan de Désengagement conçu et mis en application unilatéralement et sous les applaudissements du monde, Israël a déployé son artillerie profondément à l'intérieur des secteurs civils palestiniens et par conséquent a pris en otage la partie nord de Gaza et l'ensemble de la bande de Gaza.

Par l'opération israélienne 'Ciel Bleu', la Bande de Gaza est pratiquement réoccupée par Israël; car ils contrêlent les sorties terrestres, la sortie maritime, l'espace aérien et maintenant que les colons israéliens ont été évacués de Gaza, l'armée israélienne a bien plus de latitude pour frapper les Palestiniens encore plus dur qu'avant.

Le bombardement belligérant et conscient des secteurs résidentiels de Gaza par Israël est illégal et peut être interprété comme crimes de guerre selon le droit international.



Source : ARIJ

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Rapports

Même auteur

ARIJ

Même date

20 janvier 2006