Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1948 fois

Israël -

Où est l'occupation ?

Par

Les Territoires Occupés et les Palestiniens qui y vivent deviennent petit à petit des réalités virtuelles, loin des yeux et loin du coeur. Les ouvriers palestiniens ont disparu de nos rues.
Les Israéliens n'entrent plus dans les villes palestiniennes pour y faire du shopping.
De chaque côté, il y a une nouvelle génération qui ne connait pas l'autre.

Où est l'occupation ?


Moins les Israéliens verront l'occupation, plus il leur sera facile de l'ignorer

Même les colons ne rencontrent plus les Palestiniens en raison du système de routes différentes qui séparent les deux populations ; l'une est libre et mobile, l'autre est coincée derrière les barrages routiers.

Pendant que les politiciens discutent d'une séparation de la terre entre les deux peuples, le public est amorphe. Les gens estiment que la séparation a déjà eu lieu. Le désengagement de la Bande de Gaza, l'évacuation du Gush Katif, la construction d'une barrière de séparation : à notre satisfaction, le problème est résolu.

Les colons mènent leur propre politique de colonisation, en s'emparant de nouveaux secteurs, en agrandissant les colonies, tout ce qui peut empêcher une solution permanente. Ils sont également satisfaits du statu quo qui repose sur les services de sécurité du Shin Bet et les Forces de "Défense" Israéliennes.

Aujourd'hui, la séparation de fait ressemble plus à une politique d'Apartheid qu'à un régime d'occupation en raison de sa constance.

Une partie - déterminée par une association nationale et non géographique – englobe des gens qui ont le droit de choisir et la liberté de se déplacer, et une économie en expansion.

L'autre partie englobe des gens enfermés derrière les murs qui encerclent leur communauté, qui n'ont ni le droit de vote, ni le droit de se déplacer librement, et n'ont aucune chance d'envisager leur futur.

Le fossé économique devient de plus en plus large et les Palestiniens observent avec nostalgie pendant qu'Israël fait venir des travailleurs de Chine et de Roumanie.
La crainte des attaques terroristes a transformé les travailleurs palestiniens en personnes indésirables.

Il y a récemment eu des déclarations sur une nouvelle "modernisation" de l'occupation.
Seize passages entre la Cisjordanie et Israël sont maintenant gérés par des civils au lieu des soldats.
A première vue, c'est un acte de normalisation, semblable à la situation au passage des frontières internationales. Mais dans ce cas-ci, il n'y a un pays que d'un seul côté.

En l'absence d'une frontière officielle, il n'y a qu'une frontière de sécurité établie unilatéralement par Israël. Les soldats frustrés et effrayés qui contrôlaient les Palestiniens ont été maintenant remplacés par des fournisseurs engagés par le Ministère de la Défense.

Leur travail est de vérifier les gens munis d'autorisations; en d'autres termes, les gens que l'administration civile, sous les conseils du Shin Bet, laisse entrer en Israël.

Les contrôles sont effectués via des moyens sophistiqués, presque sans contact humain, dans des structures renforcées et à l'épreuve des explosions.
La nouvelle méthode a enlevé un fardeau aux soldats de l'IDF mais elle a créé une distance.

Le contact entre les soldats et les Palestiniens aux passages, précisément parce qu'il était tellement traumatisant, a mené les Israéliens et les Palestiniens à chercher une solution politique.

Les histoires rapportées par les soldats attisaient le débat public. Maintenant les soldats ne sont postés qu'aux barrages routiers de Cisjordanie , et il y a moins de frictions. Donc, le débat est également réduit au minimum.

Cette situation peut-elle continuer indéfiniment ? Moins les Israéliens verront l'occupation, plus il leur sera facile de l'ignorer.

En septembre, 33 Palestiniens et un soldat ont été tués dans des opérations contre le "terrorisme" et les roquettes Qassam.

Mais seulement lors du prochain Intifada, ou lorsque des missiles seront tirés sur Israël depuis la Cisjordanie , nous nous souviendrons de l'occupation.

Source : http://www.haaretz.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Checkpoints

Même auteur

Haaretz

Même date

4 octobre 2007