Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2440 fois

Egypte -

Peres impose ses diktats chez Moubarak au mépris des droits arabes, sans réaction

Par

Depuis la guerre de Gaza, le président israélien Shimon Peres ne rate aucune occasion ou tribune pour défendre la cause sioniste, et imposer les diktats israéliens, au mépris des droits arabes. La dernière occasion a eu lieu mardi, lors d'une conférence de presse à Sharm el-Cheikh. "Israël sera un état juif, et la Palestine un état arabe, la question est tranchée" a-t-il lancé au nez du président égyptien Hosni Moubarak.

Peres impose ses diktats chez Moubarak au mépris des droits arabes, sans réaction

Au mépris des positions arabes qui refusent la judaïcité d'Israël, vu qu'elle exclut catégoriquement le retour des réfugiés palestiniens vers les territoires de 1948, (un droit stipulé par des résolutions onusiennes) et menacent ceux qui sont restés sur la terre de leurs aïeux d'un nouveau transfert.

Signalant que la seule solution est celle des deux états, "avec le peuple palestinien d'un côté, le peuple israélien de l'autre", il n'a eu de réponse de la part du dirigeant égyptien : "lorsque nous serons autour de la table des négociations, les choses seront plus claires," s'est contenté de lui dire le raïs égyptien.

Une scène aussi défiante avait eu lieu au Kazakhstan, la semaine dernière, lors d'un forum inter-religieux. En présence du cheikh d'al-Azhar, Mohammad Sayed Tantaoui, du ministre égyptien du lèg, et d'autres responsables jordanien et saoudien, Peres était au rendez-vous, évoquant pour thème central la régression arabe perçue à l'encontre d'Israël, leur rappelant que ce sont les Arabes qui ont changé de positions, abandonnant leur refus de négocier avec Israël, optant pour une solution qui accepte l'état d'Israël, fustigeant "le terrorisme islamiste", et condamnant les mouvements de résistance et l'Iran. Là non plus, aucun des responsables arabes présents n'a eu de mot pour lui répondre. Seule la délégation iranienne avait boycotté la séance avant même que le dirigeant sioniste ne prenne la parole.

Cette séance rappelle un autre forum, celui économique de Davos en février dernier, auquel Peres avait tenu à participer pour défendre les alibis israéliens dans leur guerre contre la Bande de Gaza. C'est le Premier ministre turc Recep Tayeb Erdogan qui, lui, a tenu tête à Peres, évoquant les crimes que son armée a commis alors que le secrétaire général de la ligue arabe Amro Moussa n'a soufflé mot.

Cette impuisance officielle arabe a été le thème central de l'éditorial du quotidien libanais arabophone, signé par Talal Salmane, qui dénonce ce qu'il considère être la capitulation du "régime arabe" au principe qu'il ne détient plus le droit de décider son avenir, au point d'en arriver à ne plus vouloir défendre ses causes.

Fort heuresement, face à Perez l'israélien, s'est dressé Ahmadinejad l'Iranien, qui ne manque aucune occasion ou tribune internationale pour condamner l'entité sioniste et défendre les droits arabes usurpés, à leurs têtes la cause palestinienne.



Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Egypte

Même sujet

Collabos

Même auteur

Leila Mazboudi

Même date

9 juillet 2009