Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3895 fois

Palestine -

Pétrole, paix et la Palestine : Energies Clef pour le passé et le futur de la Terre Sainte

Par

World Energy Monthly Review Vol. 1 No. 4 . Juillet 2005

Les Palestiniens ont l'une des populations à plus forte croissance sur terre.
La population israélienne se développe plus lentement.
La combinaison de ces facteurs signifie que les demandes dans tous les types d'énergie se développent en Palestine et en Israel. Comme tout en Terre Sainte, la politique de l'énergie est compliquée.
Cet article se concentrera sur trois points : l'état actuel de la politique d'énergie dans la région, les liens entre l'énergie et l'eau et, en conclusion, les problèmes posés par le mur de séparation.

Peu de gens considèrent Ramallah comme une ville-clé lorsqu'il s'agit du futur de l'énergie au Moyen-Orient. La ville de l'Autorité Palestinienne et la capitale de facto de l'Etat indépendant encore-inexistant de la Palestine, Ramallah est une ville à l'etroit et quelque peu désordonnée d'environ 60.000 habitants.

La ville, dont on trouve ses racines au 16ème siècle, se trouve à environ 16 kms au nord de Jérusalem.

Comme d'autres villes de Cisjordanie , elle possède beaucoup de pauvreté et beaucoup des rêves envolés, et pourtant beaucoup d'espoir qu'un jour, d'une façon ou d'une autre, la Palestine deviendra un pays indépendant.
Si la création de l'Etat se produit - et même cela n'arrive pas - l'énergie continuera d'être le principal fil conducteur de l'économie Palestinienne.
Ce peut également être le point de friction qui mènera à plus de conflit entre les Israéliens et les Palestiniens.


Depuis la guerre des six jours en 1967, les négociations de paix intermittentes entre les Israéliens et les Palestiniens sont concentrées sur la terre, l'eau, les colonies juives dans les territoires occupés et, plus récemment, sur le Mur de Séparation qu'Israël construit, en grande partie sur la terre revendiquée par les Palestiniens.

Toutes ces questions sont extrèmement importantes, et malheureusement, en grande partie non résolues.

Mais la question de l'approvisionnement approprié en énergie à des prix raisonnables est également un élément clef, pourtant souvent ignoré, dans l'équation de la paix.

Les Palestiniens ont l'une des populations à plus forte croissance sur terre. La population israélienne se développe plus lentement. Mais l'économie de la ville, en dépit de la violence permanente dans les territoires occupés, se développe à environ 2,5 % par an.

La combinaison de ces facteurs signifie que les demandes dans tous les types d'énergie se développent en Palestine et en Israël. Comme tout en Terre Sainte, la politique de l'énergie est compliquée.

Cet article se concentrera sur trois points : l'état actuel de la politique d'énergie dans la région, les liens entre l'énergie et l'eau et, en conclusion, les problèmes posés par le mur de séparation.



Développement de la demande en Israël et en Palestine

Au cours des 15 années à venir, le Ministère de l'Energie et des Ressources Naturelles de l'Autorité Palestinienne s'attend à ce que la demande en électricité en Cisjordanie et dans la bande de Gaza quadruple.

La demande en carburant et en Gaz de Pétrole Liquéfié (GPL), qui a été calme pendant plusieurs années largement en raison de l'occupation israélienne, devrait aussi augmenter.

En Israël, on s'attend à ce que la demande en gaz naturel soit multipliée par 14 au cours des deux décennies à venir. La demande en électricité augmentera de 25 % en 2010.

Ces demandes énergétiques signifient que les Arabes et les juifs doivent vivre ensemble (malheureusement pourtant) afin de conserver les lumières éclairées.
Actuellement, les compagnies israéliennes assurent toute l'énergie de la Palestine : le carburant des moteurs, le GPL et l'électricité.
Mais les Palestiniens sont désireux de briser leur dépendance à Israël.

Et étant donné les bonnes conditions, cela pourrrait se produire : Les Palestiniens sont, dans l'ensemble, riches en énergie.

Au cours des six dernières années, l'Autorité Palestinienne était assise sur un gisement de gaz important qui contient au moins 40 milliards de mètres cubes de gaz.

En 1999, le groupe BG, en partenariat avec les Palestiniens, forait au large de la cête de la bande de Gaza, où ils ont découvert le gisement de gaz de Gaza. Et cet été, BG forera un autre puits dans les eaux territoriales palestiniennes afin de trouver plus de gaz.

Déterminer qui aura le gaz palestinien, et à quel prix, sera une clef du futur de la Palestine.

Mais en ce moment, le gaz pourrait bien être fictif.

"C'est leur terre et leur eau. Le gaz vaut 4 milliards de dollars, "dit Amit Mor, un consultant en matière d'énergie israélien. "c'est la seule ressource naturelle qu'ils ont. Ils ne peuvent pas le vendre. Ils ne peuvent pas le développer pour leurs propres besoins parce que leurs propres besoins sont trop petits pour permettre le développement économique du gisement. Aussi, ils sont très frustrés."

Les Israéliens sont la cause de cette frustration.

En 2003, le premier ministre israélien Ariel Sharon a bloqué une proposition qui aurait permis aux Palestiniens de vendre leur gaz de Gaza aux usines d'énergie électrique en Israël.
BG avait proposé une canalisation pour transporter le gaz de Gaza vers la terre, où sa majeure partie aurait été utilisée par les Israéliens.
La canalisation aurait également acheminé le gaz vers les Palestiniens et signifiait 50 millions de dollars par an de revenu à l'Autorité Palestinienne.

Le Dr. Omar Kittaneh, ministre-adjoint à l'Energie et aux Ressources Naturelles de l'Autorité Palestinienne, m'a dit que : "comme n'importe quel pays, nous voulons avoir notre indépendance énergétique."
Mais les Palestiniens n'auront jamais d'indépendance énergétique sans Etat.

S'ajoute à la frustration en Cisjordanie et à Gaza, la disparité des niveaux de consommation en énergie entre Israël et la Palestine.

Selon Nationmaster.com, qui publie des statistiques sur les pays du monde entier, les Israéliens sont ceux qui sont le plus dépendants au monde des importations de pétrole (avec en second le Japon). Ils sont également parmi les plus gros consommateurs d'énergie avec une consommation pétrolière de 7 litres par jour par personne, ils occupent le 8ème rang mondial.

En attendant, les Palestiniens sont parmi les plus pauvres en énergie.

L'Israélien moyen consomme environ 13 fois plus de carburant et sept fois plus d'électricité que le Palestinien moyen. Les chiffres sont encore plus mauvais dans la bande de Gaza, où le péruvien moyen consomme plus d'électricité qu'une palestinien qui vit à Gaza. Les chiffres de consommation d'énergie reflètent la disparité des normes de vie entre les deux voisins.

Le revenu annuel par personne en Israël est d'environ 22.000 dollars .
En Palestine, il se situe entre 600 $ et 800 $.

Alors que les Palestiniens ont besoin de plus d'énergie pour améliorer leurs standards de vie, les Israéliens ont obtenu un succès remarquable dans le forage en mer.

A peu près en même temps que BG trouvait du gaz à Gaza en 1999, la société Noble Energy basée à Houston trouvait un grand gisement de gaz dans le gisement Mari-B, situé dans les eaux territoriales israéliennes à environ 20 kilomètres à l'ouest d'Ashqelon.

Noble a trouvé environ 22 milliards de m3 et peut fournir bien plus de produit qu'il peut en vendre sur le marché israélien.

En vendant maintenant environ 52 millions de mètres cubes de gaz par jour (tout pour la production de l'électricité), le président Charles Davidson de Noble a dit qu'Israël se différencie du marché normal : la "majeure partie du temps, je suis inquiet de l'approvisionnement. En Israël, le marché est l'enjeu." Mais, il ajoute, "l'infrastructure vient avec."


En effet, pendant la décennie à venir, Israël aura un développement dans la construction de canalisation puisque le pays prolonge des lignes de gaz vers les usines d'énergie industrielle et électrique dans le pays. Ce gaz aidera Israël à réduire la quantité de pollution venant de ses centrales. Il aidera également sa balance commerciale en réduisant la quantité de pétrole et de charbon des importations. Mais tandis que les nouveaux approvisionnements de gaz fourniront de grands avantages à l'environnement et à l'économie d'Israël, ces avantages sont peu susceptibles d'atteindre les Palestiniens.



Eau et Energie

Israël et la Palestine sont des terres arides.

Le fleuve du Jourdain, fournisseur principal d'eau douce, est exploité par la Syrie, la Jordanie et Israël pour l'eau potable. Et ces pays ne laissent aucune eau dans le fleuve.

La mer morte, qui était alimentée par le Jourdain, est réduite à 1 mètre d'eau ou plus par an.

Israël et la Palestine dépendent en grande partie des couches aquifères pour leurs approvisionnements en eau potable. Ces ressources diminuent également. La seule option pour la région est dessalement à grande échelle, un processus qui demande des quantités énormes d'énergie.

Selon Ishai Menuchin, un chercheur pour Oxfam qui travaille à Jérusalem, en Israël "les questions de l'eau et de l'énergie vont main dans la main."

La question du dessalement est particulièrement critique pour les Palestiniens qui vivent dans la bande de Gaza. Le territoire, qui se trouve sur la cête méditerranéenne, a été disputé pendant des décennies et a besoin désespérément de plus d'eau potable.

Fournir cette eau était à l'origine l'un des buts de la seule usine d'énergie électrique située sur la terre palestinienne - la Palestinian Electric Corporation, l'usine de la ville de Gaza.

Évalué à 140 mégawatts (MW), le projet a été lancé il y a environ six ans dans un partenariat qui incluait l'Autorité Palestinienne, une entreprise grecque appelée CCC et Enron Corp.

Le projet avait été lancé par l'administration Clinton, qui a encouragé Enron à s'impliquer et a également assuré qu'une partie du financement pour le projet viendrait de Overseas Private Investment Corporation, une agence de crédit à l'exportation.

Le projet est resté en sommeil pendant de nombreux mois en raison de l'effondrement d'Enron et de la violence du deuxième Intifada.
Finalement, en mars 2004, l'usine, qui a coûté 100 millions $ pour sa construction, a commencé à fonctionner commercialement.

Un ancien responsable d'Enron qui a aidé à développer la centrale de Gaza déclare qu'un des objectifs originaux de l'usine était de la relier à une installation de dessalement qui pourrait alors fournir l'eau à Gaza. De plus, dit l'ancien membre d'Enron, point clé pour les centrales était "d'apporter le gaz."

En effet, alors que les termes du projet étaient négociées, le puits Gaza Marine-1 avait trouvé le gaz. Mais aujourd'hui, presque six ans après, les Palestiniens ne peuvent pas encore amener ce gaz vers la terre pour remplir de combustible la centrale ou pour fournir l'énergie à une usine de dessalement de l'eau.


Tandis que Gaza reste bloquée, les Israéliens commenceront bientêt à faire contionner l'une des plus grandes usines de dessalement au monde.
L'usine, située à Ashkelon, aura une capacité de 100 millions de mètres cubes par an.
Le projet, une société en participation entre le géant de l'eau français Vivendi et des intérêts israéliens, inclut une centrale de gaz d'une capacité de 80 MW. Mais la puissance requise pour les projets de dessalement est seulement une fraction de la puissance dont Israël aura besoin dans les prochaines années.

Au cours des cinq années à venir, selon Jacob Karni, un professeur de l'institut des Sciences Weizmann, les besoins en l'énergie électrique du pays augmenteront de 25 % soit 12.500 MW de la capacité installée. Un expert en énergie solaire, Karni fait partie d'une équipe impliquée dans la construction d'une usine d'énergie solaire de 100-MW dans le désert du Negev, au sud d'Israël.
De plus, Karni indique que tandis que les découvertes de gaz dans la Méditerranée aideront Israël à court terme, elles fourniront seulement une fraction du gaz requis.

Aussi, Israël devra négocier avec l'Egypte riche en gaz, importer du GNL du golfe Persique ou, probablement, construire une canalisation au nord qui apportera le gaz de Russie. De plus, ce n'est pas un secret que les Israéliens sont également intéressés par le pétrole Kurde.

Comme l'a résumé Karni : "Les problèmes d'énergie d'Israël ne peuvent pas être isolés de leur environnement. Ils sont isolés des états arabes, mais pas les Palestiniens."



Statistiques sur les principales énergies pour'Israël et la Palestine


Consommation d'électricité

• Les Israéliens consomment 6,183 kWh/par personne/par an. Cela les place à la 27ème position mondiale.

• Les Palestiniens consomment 854 kWh/par personne/par an, Cela les place à la 127ème position mondiale, juste derrière l'Egypte.

• Dans la Bande de Gaza, la consommation d'électricité n'est que de 654 kWh/ par personne/par an, ce qui place la région à la 136ème rang mondial, derrière le Pérou. (En comparaison, les Etats-Unis consomment 12,406 kWh/ par personne/par an.)


Capacité de production électrique installée

• Palestine : 140 MW* /3.92 million = 35 watts de capacité

• Israël: 10,000 mw/6.1 million = 1,639 watts de capacité de production par personne

* Tandis que le rendement de la centrale de Gaza est estimé à 140 MW, la centrale ne peut atteindre que 70 MW en raison du manque d'infrastructure de transmission


Consommation de carburant

• Les Israéliens consomment 12 million de tonnes par an.
Divisé par 6.1 million d'habitants = 2,251.6 litres/par personne/par an

• Les Palestiniens consomment 175.5 litres/par personne/par an


Consommation de GPL

• Israël : 86.8 kilograms/par personne/par an

• Palestine : 41.05


Réserves de gaz naturel

• Israël : 49 milliards de mètres cubes

• Palestine : 46 milliards de mètres cubes.


Réserves de pétrole

• Israël: 3.8 millions de barils

• Palestine: nul

Sources : Israël’s Ministry of National Infrastructure, Palestinian Ministry of Energy and Natural Resources, Nationmaster.com, Energy Information Administration



Le Mur

Les murs sont mauvais pour les canalisations. Ils sont également mauvais pour les routes, le trafic, les communications et, naturellement, des lignes d'énergie.

Etant donné ces faits, l'effet du mur de séparation actuellement construit par le gouvernement israélien entre Israël et la Palestine est évident : Les coûts d'infrastructure énergétique en Palestine augmenteront considérablement.

Le Dr. Kittaneh a déclaré que le mur de séparation, qui est haut de neuf mètres dans certains endroits, exigera que les Israéliens et les Palestiniens construisent des tours plus hautes pour que les lignes électriques passent par-dessus les monolithes de béton. "Vous devez avoir un permis spécial pour passer par-dessus le mur de séparation. Et c'est plus cher parce que la distance de sécurité doit être plus haute" a dit Dr. Kittaneh.

En dépit des coûts, le gouvernement israélien en construit 600 kilomètres de barrières et de murs. (environ la moitié de cette distance a déjà été construite.) Et les barrières politiques et religieuses qui ont empêché la paix dans la région pendant des siècles seront achevées par un rideau de béton-et-d'acier qui varie de 6 mètres à 9 mètres de haut et en largeur de quelque mille mètres de maille en acier à plus de 30 mètres de dalles de béton et d'acier.
Le mur impose, en effet, un charge importante au commerce en Palestine.

Il limitera également la capacité aux Palestiniens d'obtenir assez d'électricité et de carburant pour conserver leur économie actuelle. Mais, comme d'habitude, les questions d'énergie sont écartées dans la discussion plus large de la paix et du développement dans la région.


C'est particulièrement vrai à Gaza, en grande partie encerclé maintenant par le mur.

La famille de Mahmoud El Kozendar possède un certain nombre de stations service dans Gaza, qui a l'une des densités de population les plus élevées au monde. Kozendar indique que les questions clés pour les Palestiniens dans Gaza sont la disponibilité de l'énergie et la fixation des prix de l'énergie. Les résidants de Gaza payent le GPL actuellement environ 10 fois plus cher que les habitants de l'Egypte, m'at-il dit. De plus, les Gazéens doivent payer des prix du marché pour l'électricité (environ 9 cents par kilowatt/heure) bien que le salaire moyen d'un Palestinien ne représente qu'une franction du salaire moyen d'un Israélien.

En plus du coût, "il y a toujours un manque d'électricité," dit Kozendar. "et sans électricité, nous ne pouvons pas avoir d'industrie."

Sans industrie, Gaza et le reste de la Palestine ne pourront pas créer des emplois. Sans travail, la région continuera à être appauvrie. Et s'il y a une chose qui a prouvé sa véracité pendant les décennies du conflit Palestino-Israélien, c'est que la pauvreté multiplie la violence.

Malheureusement, à moins ou jusqu'à ce que les questions d'énergie soient abordées en Terre Sainte, il est évident que le cycle de la pauvreté et de la violence continuera.

Et cela signifie que le conflit continuera non seulement pour Israël, mais pour l'Amérique aussi.



Principales Compagnies


Entreprises d'Electricité Palestiniennes

• Recettes 2003 : 22.3 millions de dollars

• Capitalisation boursière : 134.4 .4 million de dollars

• Son premier et seul générateur, une centrale de 140-megawatt, a commencé ses activités commerciales le 15 mars 2004. Ses actions ont commencé à s'échanger sur le Palestinian Securities Exchange le 28 mars 2004 à un prix de 1 dollar l'action.
Les actions valent maintenant environ 2,24 dollars


Alon Israël Oil Company

• Recettes 2004 : 3.32 milliards de dollars

• Capitalisation boursière : n/a

• Le conglomérat Alon possède des supermarchés, des débouchés de restauration rapide et un large éventail de capitaux d'énergie.
C'est le plus grand détaillant de carburant en Israël.
Il a également des exploitations substantielles aux Etats-Unis, y compris la chaîne de station d'essence Fina et une raffinerie à Big Spring, au Texas.
L'actionnaire privé le plus célèbre de la compagnie est le diamantaire Leviev, qui possède environ 26% d'Alon via sa compagnie, Africa-Israël Investments
Une filiale d'Alon, Dor Energy, possède l'unique contrat unique pour la founiture du carburant et du GPL en Palestine. Les clauses contractuelles ne sont pas publiques.


Le mur de séparation se situe juste au sud de la ville de Ramallah près du checkpoint de Qalandiya.

L'ensemble du mur, dont des sections font neuf mètres de haut, rendra la construction de la nouvelle infrastructure énergétique (canalisations, lignes électriques, etc...) plus difficile et plus couteuse.



Historique de l'Energie

Le pétrole a longtemps été le produit clé dans le conflit continu entre Israël et ses voisins.
Il a également été le produit qui mené les rapports de l'Amérique dans le golfe Persique.

Voici quelques uns des événements principaux dans l'histoire de l'énergie d'Israël :

1935
Une canalisation de 2 cm de diamètre venant de Kirkuk, en Irak, vers Haïfa commence à acheminer le brut. Le coût de la canalisation 75 millions $, qui avait également un terminal à Banias, enSyrie, a été partagé entre plusieurs partenaires dont l'Iraq Petroleum Co, BP, Shell, Total, Exxon at Mobil.
C.S. Gulbenkian, le célèbre négociateur américain, avait un intérêt de 5 %.

1940
Alors que la seconde guerre mondiale commence, la flotte britannique en mer méditerranéenne dépend fortement du carburant de la raffinerie de Haïfa tout en protégeant la cête égyptienne des attaques.

1948
La canalisation Kirkuk-Haïfa est fermée par les états arabes pour protester contre la création de l'état d'Israël.

1956
La crise du canal de Suez : Les pays producteurs de pétrole arabes déclarent un embargo, qui a échoué parce qu'ils n'ont pas contrêlé assez les approvisionnements du pétrole mondial.


1961
La famille de Rothschild fournit le financement pour la première principale canalisation du pétrole d'Israël, d'Eilat à Ashkelon, qui amène du pétrole brut d'Iran jusqu'à la raffinerie israélienne d'Haïfa.


1967
L'Egypte bloque le détroit de Tiran, empêchant le pétrole iranien (fourni par le Shah d'Iran) d'arriver jusqu'en Israël. Après quelques jours de blocus, Israël attaque l'Egypte.
Alors que la guerre des Six Jours continue, les producteurs de pétrole arabes annoncent un embargo sur les ventes de pétrole à Israël et en occident, mais ils ne contrêlent pas le marché mondial du pétrole et l'embargo est inefficace.

1973
Israël et ses voisins arabes vont à nouveau se faire la guerre. Israël les bat, encore. Les producteurs de pétrole arabes déclarent l'embargo, encore. Mais cette fois, une hausse des prix de l'OPEP et l'embargo causent des spasmes immédiats sur le marché mondial du pétrole. En à peine 3 mois, le prix de pétrole quintuple.

1978
Les gisements de pétrole de Sinai, qu'Israël avait capturé à l'Egypte dans la guerre des six jours, sont le point clé des accords de paix de Camp David. En échange de l'accord d'Israël de rendre les gisements de pétrole à l'Egypte, les Etats-Unis promettent de fournir du pétrole à Israël en cas d'embargos ou d'urgences. Israël se fournissait d'un cinquième de ses besoins en pétrole des gisements du Sinai.

1999
La Compagnie Noble Energy basée à Houston découvre du gaz dans les eaux territoriales israéliennes, à quelques kilomètres d'Ashqelon.
Presque au même moment, le Groupe BG trouve un gisement au large de la bande de Gaza

2003
Peu de temps après que l'Amérique ait lancé sa deuxième guerre contre l'Irak, le ministère israélien de l'Infrastructure Nationale commence à analyser le coût pour rétablir la canalisation Kirkuk-Haïfa. Ils estiment que 1,000 kilomètre d'une canalisation de 42 cm coûterait environ 1 milliards $.

2005
Overseas Private Investment Corporation fournit l'assurance contre les risques politiques pour 25 250 millions $de canalisation sous-marine qui acheminera le gaz naturel des nouveaux gisements de gaz en mer d'Israël aux centrales terrestres.
Israël commence à construire des centaines de kilomètres de canalisations pour distribuer le gaz aux centrales et aux équipements industriels.

Source : www.epalestine.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Environnement

Même date

31 juillet 2005