Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4416 fois

Gaza -

Plainte du Ministre de la Justice de PALESTINE et du Procureur Général de la Cour de GAZA auprès de la Cour Pénale Internationale (vidéo de la conférence de presse)

Par

La plainte et sa traduction ont été communiqués par Gilles Devers.

Monsieur Saleem AL-SAQQA Ministre de la Justice de Palestine et Monsieur Ismail JABR, Procureur Général de la Cour de GAZA auprès de la Cour Pénale Internationale ont ce matin déposé une plainte fondée sur l’article 15.1 du statut auprès de Madame Fatou BENSOUDA, procureur près la Cour Pénale Internationale, concernant les crimes de guerre commis par l’armée israélienne en juin et juillet 2014 en Palestine, dans le contexte de l’opération militaire appelé « Bordure protectrice ».

Plainte du Ministre de la Justice de PALESTINE et du Procureur Général de la Cour de GAZA auprès de la Cour Pénale Internationale (vidéo de la conférence de presse)

La plainte vise les infractions suivantes, qui sont toutes des crimes de guerre définis par le statut de la CPI :
- Homicide involontaire
- Attaques portées contre des civils
- Attaques causant incidemment des pertes en vies humaines, des blessures et des dommages excessifs
- Destruction et appropriation de biens
- Crime de colonisation
- Crime d’apartheid
- Violation des règles du procès équitable.

S’agissant de la recevabilité, la plainte vise la déclaration de compétence du 21 janvier 2009 du ministre de la Justice de la PALESTINE (article 12.3 du statut). Cette déclaration reste parfaitement valable, surtout que, depuis, la PALESTINE a été reconnue comme Etat, observateur non-membre de l’ONU. La qualité la PALESTINE comme Etat n’est pas contestable.

L’Etat de PALESTINE, du fait de l’occupation miliaire, du blocus et de l’agression armée en cours, n’est pas en mesure d’exercer son pouvoir judiciaire. Aussi, Monsieur Saleem AL-SAQQA, Ministre de la Justice de Palestine, et Monsieur Ismail JABR, Procureur Général, ont décidé de transférer cette fonction à la Cour Pénale Internationale, la seule instance en mesure d’enquêter et de rendre justice au peuple palestinien.

Ils ont missionné le cabinet Gilles DEVERS pour assurer la transmission de cette plainte. Ils demandent à être reçus par Madame BENSOUDA, procureur près la CPI.

Israël, puissance occupante, conduit une opération militaire qui, dans son principe comme dans ses modalités, viole les bases du droit international. Chaque jour est marqué par la commission de nouveaux crimes, et la population civile représente plus de 80% des victimes. Les enfants, les femmes, les hôpitaux, les écoles de l’ONU… : les soldats israéliens ne respectent rien. C’est une attaque miliaire contre la population palestinienne.

Cette action en justice montre clairement, au monde entier, quel est l’agresseur et quelle est la victime. Les victimes sont Palestiniennes, mais la violation des lois concerne le monde entier, et la plus large unité doit se former autour du peuple Palestinien.


Photo


Vidéo de la conférence de presse


Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Poursuites judiciaires

Même auteur

Gilles Devers

Même date

26 juillet 2014