Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2029 fois

Palestine -

Pour la canonisation de Fayyâd

Par

Vite : Pâques sera bientôt là, et le pape arrive en Palestine dans moins d’un mois. Il est donc plus que temps d’entamer le processus de canonisation de Salâm Fayyâd, le « Premier ministre » palestinien, un véritable saint. Fayyâd est révéré depuis longtemps à l’égal d’un saint par la plupart des gens, en Occident. Après avoir été nommé (illégalement) Premier ministre, les ministres des Affaires étrangères du monde entier ont clamé qu’il était la seule et unique raison pour laquelle les Palestiniens continuaient à recevoir les subsides de la culpabilité dont les Européens leur font l’aumône.

Pour la canonisation de Fayyâd

Tony Blair (un ancien Premier ministre désastreux devenu un envoyé spécial du Quarter calamiteux) s’est joint au chœur. Même les Israéliens (dont on n’a pas le souvenir qu’ils eussent jamais été sympas avec les Palestiniens) ont déclaré que Fayyâd était aussi proche de D.eu qu’il est donné à être humain (mais oui, tout de même…) de l’être.

Se sacrifiant en permanence pour la cause palestinienne, Fayyâd a accepté à son corps défendant la tâche de Premier ministre, et quand son gouvernement n’a pas obtenu l’investiture du Conseil législatif palestinien, il a accepté à l’insu de son plein gré de rester (illégalement) Premier ministre, pour plus d’un an et demi !

Durant son mandat, Saint Salâm a été vu, assistant à des réunions avec les Israéliens visant à s’assurer qu’aucune fourniture en vivres ou en carburant ne pénétrait dans la bande de Gaza ; il a été vu aussi en train de s’efforcer de démanteler les syndicats, menaçant de couper l’électricité aux réfugiés palestiniens des camps de Cisjordanie et interdisant toute manifestation durant l’holocauste sioniste des Vingt-Trois jours dans la bande de Gaza.

Bien entendu, beaucoup ont reconnu son sens du sacrifice : en février, Hillary Clinton, après avoir vu le Saint en personne lors d’une énième conférence destinée à lever du fric de la culpabilité lors d’une sorte de vente de charité – une conférence tenue à seule fin de tenter (péniblement) d’occulter l’holocauste sioniste à Gaza -, Mme Clinton a vanté le jeu d’acteur de Saint Salâm à un groupe d’étudiants de Ramallah, s’exclamant (off the record) : « C’est un des meilleurs qu’il m’ait été donné de voir : il y a au moins un de mes meilleurs amis qui soit palestinien ! »

Ce néo-saint s’auto-sacrifiant a même démissionné, le mois dernier, afin de permettre au dialogue entre le Fatah et le Hamas d’avancer (ce dialogue était dans une large mesure dans l’impasse à cause de lui – mais il ne faut pas montrer du doigt, cela ne se fait pas). Saint Salam a juré que, dès le 31 mars, il serait sans boulot, qu’un nouveau gouvernement palestinien d’unité nationale ait été formé ou non. Le Saint a invité un groupe de journalistes palestiniens – tous stipendiés par l’Autorité palestinienne – d’expliquer son autosacrifice. « Horreur », clamèrent les manchettes. « Que deviendront les Palestiniens, sans leur Saint ? » « Qui pourra jamais le remplacer ? » « Qui continuera à verser le fric de la culpabilité ? ».

Mais tout saint qu’il soit, après avoir lu ces « analyses » dans les canards palestiniens, Saint Salâm a déclaré, voici deux ou trois jours, qu’il resterait à son poste afin d’assurer « la gestion des affaires courantes », jusqu’à ce qu’un nouveau gouvernement ait été formé. Pfioûoûoû… ! Qu’aurions-nous fait sans lui, nous autres, pauvres Palestiniens ? Au moins nous pouvons être tranquilles, désormais, puisque nous savons que Saint Salâm et ses souteneurs américains prennent soin de nous. Hallelujah !

NB : Ne manquez pas de consulter sa page de soutiens, sur Facebook (Facebook support page) ? Bon, elle ne compte qu’une trentaine de membres ; mais ce n’est pas grave. Ce qui compte, c’est la qualité, non ?

Source : Kabobfest.com

Traduction : Marcel Charbonnier

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Collabos

Même date

6 avril 2009