Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2127 fois

Israël -

Pour la première fois depuis 1967, Israel interdit l'entrée aux Palestino-Américains

Par

Pour la première fois depuis 1967, Israel interdit l'entrée des Palestiniens qui possèdent une citoyenneté étrangère, en majorité des Américains
La plupart de ceux à qui Israel a refusé l'entrée venaient de l'étranger, mais avaient vécu et travaillé pendant des années en Cisjordanie.

Le Ministère de l'Intérieur et l'Administration Civile n'ont fait aucune annonce officielle concernant un changement de politique et laissent les réfugiés découvrir la situation quand ils atteignent le passage des frontières.

Selon diverses estimations, l'interdiction a affecté, pour l'intant, plusieurs milliers de ressortissants Américains et Européens, qu'Israël empêche de rentrer chez eux et de revenir travailler ou de rendre visite à leurs familles en Cisjordanie .

Cela pourrait probablement affecter des milliers d'autres personnes qui vivent dans les Territoires – y compris des enseignants d'université et des chercheurs, des employés travaillant dans divers programmes de développement et des chefs d'entreprises – ainsi que des milliers de citoyens étrangers qui viennent rendre visite à leurs familles chaque année.

Cette politique s'applique également aux étrangers qui ne sont pas Palestiniens mais qui sont mariés à des Palestiniens, et des universitaires en visite.

Le premier groupe à souffrir, ce sont les Palestiniens nés dans les Territoires, à qui Israël a retiré le statut de résident après 1967 alors qu'ils travaillaient à l'étranger ou qu'ils y faisaient des études.
Quelques uns se sont, par la suite, mariés à des personnes résidant dans les territoires, ou sont retournés vivre avec leurs parents âgés et leurs frères et soeurs.


Israël a rejeté leurs demandes de "réunification des familles" (c.-à-d., des demandes pour récupérer leur statut de résident). Cependant, jusqu'à récemment, Israël leur permettait de continuer à vivre dans les territoires avec des visas de touristes, renouvelables tous les trois mois en sortant et ré-entrant dans le pays.
Dans certains cas, l'Etat leur accordait également des permis de travail.


Les citoyens des Etats Arabes (qu'ils soient ou non d'origine palestinienne) sont empêchés d'entrer en Israël depuis 2000.

Quelques uns ont été autorisés à entrer dans des "cas humanitaires exceptionnels" - la plupart du temps quand un parent proché était mourant ou décédé - mais même cette pratique a été suspendue en avril.


Dans des cas particuliers que l'avocat Leah Tsemel a représenté devant la Cour Suprême de Justice, Israël a demandé, entre autres, que des demandes d'autorisation de visite soient validées par un représentant du Ministère de l'Intérieur palestinien de bas échelon, qui ne soit pas lié au Hamas.

Le Ministère refuse de se soumettre à cette condition.

Maintenant il s'avère que cette politique a été étendue aux citoyens Américains et Européens.

Un porte-parole du Ministère de l'Intérieur israélien a déclaré à Haaretz que ce n'était pas une politique nouvelle, mais simplement "une mise à jour procédurale".

Mais le Département des pétitions de la Cour Suprême au Bureau du Procureur d'Etat, qui avait abordé le phénomène dans plusieurs pétitions particulières, a écrit à Tsemel en date du 2 mai 2006 qu'une politique sur l'entrée des ressortissants étrangers en Cisjordanie serait formulée seulement "au début de la semaine prochaine".

Depuis lors, Tsemel n'a pas su si une telle politique avait été en effet rédigée.

L'Ambassade des États-Unis à Tel Aviv a indiqué à Haaretz qu'aucun responsable israélien ne les avait informés d'un changement de politique sur l'entrée dans le pays, et a déclaré que les Etats-Unis ne pouvaient pas intervenir dans les décisions souveraines d'un autre pays.

Plusieurs personnes qui ont été interdites d'entrer et qui ont parlé à des représentants Américains ont déclaré que le Consulat et l'Ambassade étaient bien au courant de la politique apparemment nouvelle.


Un mail du Département des Services des Citoyens Américains à Jérusalem adressé à un citoyen Américain qui se renseignait sur l'entrée en Cisjordanie déclarait que le Consul Général avait rencontré un représentant du Ministère de l'Intérieur israélien concernant la politique sur l'entrée dans le pays du gouvernement : "Le responsable israélien a concédé que les visas d'entrée pour une durée de 90 jours, accordés par le passé, en particulier aux citoyens Américains, étaient maintenant plus difficiles à obtenir, spécifiquement pour les citoyens Américano-Palestiniens qui se rendaient en Cisjordanie et pour les ressortissants Américains membres d'organisations humanitaires. L'Ambassade et le Consulat Américains à Jérusalem suivent la question."

Dans sa réponse, l'Administration Civile Israélienne a indiqué que "l'entrée dans la région des étrangers qui ne sont pas résidants des Territoires se fait par des autorisations de visite émises par l'Autorité Palestinienne et approuvées par les Israéliens", puisque la coordination s'est arrêtée après septembre 2000, et l'entrée a été autorisée dans des cas humanitaires exceptionnels - une pratique qui a été également suspendue après que le gouvernement du Hamas ait été formé.

Aujourd'hui, poursuit la déclaration, des cas "impliquant des besoins humanitaires spéciaux" sont envisagés.

L'Administration Civile a confirmé que les demandes devaient être transmises par un fonctionnaire de bas échelon qui ne soit pas lié au Hamas.

Le Ministère de l'Intérieur et l'Administration Civile ont refusé de commenter le fait que, depuis 40 ans, il n'était pas exigé aux citoyens palestiniens des pays occidentaux d'avoir "une autorisation de visite".

Source : http://www.palsolidarity.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Refus d entrer

Même auteur

Amira Hass

Même date

10 juillet 2006