Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3740 fois

Palestine occupée -

Pourquoi appeler les Palestiniens à la "retenue" est une façon d'ignorer la brutalité de l'occupation et de la colonisation d'Israël

Par

05.07.2014 - Au lendemain de la dernière explosion effroyable de violence entre Israël et les Palestiniens, le mot à la mode parmi les leaders internationaux fut "retenue". Dans la plupart des conflits, cela semble être la solution évidente. Mais dans ce cas, le mot pose problème. Appeler les deux côtés à la retenue dépeint la situation comme un conflit à égalité, les deux bords s'infligeant l'un l'autre des degrés égaux de violence. Ce n'est tout simplement pas le cas ici. La situation israélo-palestinienne n'est pas une bataille équitable, mais un processus prolongé de colonisation par Israël qui a conduit à une brutale occupation du peuple palestinien.

Pourquoi appeler les Palestiniens à la 'retenue' est une façon d'ignorer la brutalité de l'occupation et de la colonisation d'Israël

Les enlèvements et les meurtres de trois jeunes colons israéliens sont une tragédie horrible, mais beaucoup de gens n'arrivent pas à la voir comme un symptôme de l'occupation israélienne.

Haneen Zoabi, membre du parlement du pays, a fait une des évaluations les plus pertinentes de la situation. "Est-ce étrange que des gens vivant sous occupation et dont les vies sont invivables [...] agissent de cette façon ?" a-t-elle demandé. "Ce ne sont pas des terroristes. Même si je ne suis pas d'accord avec eux, ce sont des gens qui ne voient aucune façon de changer leur réalité, et ils sont obligés d'utiliser des moyens pareils jusqu'à ce qu'Israël se réveille voit la souffrance, ressente la souffrance de l'autre."

L'opération des Forces israéliennes d'occupation pour retrouver les colons a montré leur contrôle total de la population palestinienne. C'est à ce moment là que nous aurions eu besoin d'appel à la modération.

Avec peu de condamnations des dirigeants internationaux, Israël a lancé des raids dans plus de 2000 immeubles, arrêté plus de 550 personnes (dont des enfants), démoli des maisons et bombardé Gaza. Déployant sa tactique habituelle de punition collective, Israël a fait de son mieux pour montrer au monde que la vie palestinienne est jetable et qu'elle ne vaut rien.

Mais les Palestiniens ne sont pas restés inertes devant cette dernière attaque contre leurs libertés.

Ils ont résisté à Ramallah après que les forces d'occupation sont entrées dans la ville pour la première fois depuis 2007, et ont manifesté à Jérusalem Est contre les vigiles israéliens qui ont enlevé et tué un adolescent palestinien, après la découverte des corps des trois jeunes colons israéliens.

Et maintenant, on murmure qu'une troisième Intifada est à l'horizon. Alors, qu'attend-on exactement des Palestiniens quand les dirigeants internationaux leur demandent à nouveau maintenant de la retenue ? Est-ce si étrange, comme interroge Haneen Zoabi, que les Palestiniens résistent à tant d'années d'occupation, de siège et de violations des droits humains ?

Il n'est pas question ici d'absoudre quiconque d'actes de violence. Il s'agit de définir l'escalade effrayante des événements sur le terrain dans le contexte correct pour pouvoir, d'une manière ou d'une autre, y mettre fin.

Le paradigme international actuel insiste pour que lorsqu'on appelle à la retenue, on la demande des deux côtés, juste pour être équitables. Mais cette idée persistante que les Palestiniens et les Israéliens sont des adversaires égaux est on-ne-peut-plus éloigné de la vérité.

l'Etat d'Israël est l'une des plus premières puissances nucléaires mondiales et il a l'une des armées les plus meurtrières au monde. Il maintient une occupation sur le peuple palestinien depuis des décennies. Et maintenant il se sert du meurtre de trois jeunes colons israéliens comme justification pour se livrer à un déchaînement de violence.

Ce n'est pas une escalade entre deux ennemis en guerre, c'est une occupation qui dure depuis plus d'un demi-siècle, et qui doit être comprise comme telle.


Source : Stop War

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine occupée

Même sujet

Armement israélien

Même auteur

Yara Hawari

Même date

5 juillet 2014