Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2089 fois

Israël -

Pourquoi collaborent-ils ?

Par

Pourquoi les Israéliens dans leur ensemble collaborent-t-ils à l’Occupation ?
Pour la plupart, la colonisation ne les enthousiasme pas.
On entend souvent dire : "Je ne supporte pas les colons"…
"J’aimerais bien qu’on lâche les territoires et qu’on obtienne la paix".
Et s’il y a bien un battage nationaliste en Israël, c’est limité.

Pendant les deux premières années de la dernière Intifada, j’accompagnais des Palestiniens dans le besoin dans des hôpitaux israéliens. Quand ils finissent par y arriver, un très grand nombre d’israéliens font de leur mieux pour les aider. Dans la situation de tous les jours on rencontre beaucoup de courtoisie, de générosité, de tolérance et de chaleur humaine, en Israël.

Et pourtant les fils de ces mêmes personnes sont dans l’armée, mettent leurs vies en danger dans les territoires occupés et tirent sur les Palestiniens chaque fois qu’ils en reçoivent l’ordre.

Par exemple : depuis le début de l’Intifada, l’armée israélienne s’est impliquée dans le saccage systématique de Gaza.

Pas seulement en réponse à la dernière attaque de Sderot – les Qassams sont un phénomène relativement nouveau.

Pendant deux ans, avant les Qassams, l’activité de l’armée dans la Bande de Gaza a pu être considérée comme purement offensive ;

Les incursions de l’armée avaient lieu à des semaines d’intervalle : par des séries d’attaques sur des quartiers palestiniens surpeuplés pendant lesquelles les habitants ne peuvent se cacher nulle part et ne peuvent trouver refuge nulle part.

On a entrepris la destruction des champs : plus de la moitié des terres arables de Gaza ont été rasées aux bulldozers.

On a mis en place la destruction massive des maisons : des dizaines de milliers de gens sont devenus des SDF. Tout ça dans le but avoué de maintenir quelques milliers de colons sur des biens mobiliers gazaouites de choix.

(Ces colons de Gaza qu’on est supposé évacuer en juillet. Mais jusqu’à présent personne n’a reçu l’autorisation de partir même quand ils le désirent).

Pourquoi ces soldats israéliens sont-ils partant pour contribuer à cette infamie ?

Les mêmes questions se posent pour les problèmes économiques récents qui ont touché la plupart des Israéliens.

Pourquoi n’y a-t-il pas d’opposition significative à cette politique économique ?

Israël est insolvable, les fonds de l’état sont détournés pour renforcer l’occupation et pour un grandiose projet d’extension des colonies, le Mur, un système fou de routes et de tunnels pour rendre la vie des colons confortable, et celle des Palestiniens impossible.

Dans tous les autres secteurs publics – santé et services sociaux, éducation – ont été opérées des coupes sombres dans les budgets.


Récemment, on a annoncé des compressions importantes dans le budget des universités. La réponse de mes collègues s’est faite humble – et dans le passé ces mêmes collègues prenaient moins de gants pour organiser des grèves à la moindre atteinte à leur salaire.


Nulle part on ne rencontre d’opposition sérieuse à ce gouvernement.

Sharon est généralement perçu comme un opposant des colons et un faiseur de paix, et non comme le chef des colons.

Lors d’une récente manifestation des Women-in-Black (Femmes en Noir) j’ai entendu des femmes très cultivées se demander "Pouvons-nous croire que Sharon ait changé à ce point ?".

Pourquoi, pour l’amour de Dieu, est-ce que des gens intelligents sont prêts à croire, une fois encore, les bonnes intentions d’un vieil homme dont la vie est n’est qu’un long tissu de racisme, de violence, de mensonges éhontés, et de mépris total de la vie humaine ?

Evidemment, il n’y a rien d’extraordinaire à ce que des gens ordinaires élisent des leaders pourris et exécutent leurs plans, au XXIè siècle comme à n’importe quelle autre époque de l’histoire, ici et ailleurs.

Pourquoi les citoyens des Etats-Unis réélisent-ils Bush ?

Pourquoi les Italiens ont-ils choisi pour leader un parfait escroc ?

Pourquoi les américains et les anglais veulent-ils tuer et mourir en Irak, et les Russes en Tchétchénie ?

Ne voient-ils pas que c’est le moyen parfait pour encourager la terreur, et non pour la combattre, et que, dans cettte histoire, ils commettent eux-mêmes des actes terroristes ?


La question du pourquoi reste intéressante, et je vais essayer de la poser à propos de mon pays puisque c’est le seul que je connaisse et dont j’ai le plus de souci.

Le socialisme sioniste des débuts avait un slogan optimiste : « Un peuple sans terre pour une terre sans peuple ».

Le fait inconfortable que les arabes habitaient déjà cette terre que nous avions à apprendre à partager cette terre avec eux n’a généralement pas été assimilé.

Le citoyen israélien moyen est encouragé à «imaginer de mettre les arabes dehors» et il ou elle y arrive, généralement.

Le principal courant israélien ne discute pas avec des gens comme nous, qui sommes capables d’utiliser le gros mot «d’occupation» dans une conversation bien-élevée.
Nous ne sommes pas «dans la course» nous sommes «des gens de mauvais goût» nous n’avons pas des «opinions équilibrées» et par conséquent on ne doit pas faire attention à nous.


Quand on aborde les faits liés à cette abominable occupation, ils estiment que c’est une opinion déplacée, ou qu’on exagère . «Nos braves gars juifs ne font pas ce genre de choses».

Maintenant des soldats cherchent à briser la barrière du déni en racontant tout ce qu’on leur a ordonné de faire (via Briser le Silence). Le message ne passe pas. Le récent sondage d’un journal a montré qu’une vaste majorité de juifs israéliens ont confiance dans leur armée.

Les responsables israéliens ont fait plus que simplement imaginer de les mettre dehors (i-e les Arabes), ils ont inventé des politiques pour confisquer la terre arabe, oppresser et expulser - la fin évidente objective étant de se débarrasser du plus d’Arabes que possible.


Mais nos chefs ont parfaitement compris le besoin qu’ont les bourgeois israéliens de se sentir en accord avec eux-mêmes.


Ainsi un "Mur de séparation" mental fait d’axiomes et de slogans a été construit tout autour de la psyché collective.

Le mur est si haut, que la plupart des gens sont incapables de voir à l’extérieur.

Ce mur est fait de différents étages de dogmes (qui sont pris pour argent comptant et qu’importe s’ils sont grotesques) si bien que si un citoyen arrive à passer outre le premier étage, il en reste bien d’autres.

Le mur leur permet de se sentir à l’aise intérieurement et les protège des pensées déplaisantes, ce qui a pour revers de servir les colons et l’occupation.

Pendant des années les partis nationaux religieux ont exigé de tenir le ministère de l’éducation dans tous les gouvernements dont ils ont fait partie, ce n’est pas par hasard.

Un aspect majeur du système de propagande israélien, consiste à renommer.

Donnez à une chose abominable – dans le cas précis, une sale guerre coloniale - un nom qui sonne bien, comme « guerre contre le terrorisme » ou « combat pour l’existence » et on vous obéira.

Quatre ex-chefs du Shabak (Service Général de la Sécurité Israélienne) ont déclaré dans un article largement diffusé que l’actuelle politique d’extension des colonies avec fermeture-aux-arabes met en danger l’existence même de l’état d’Israël.

Ces déclarations n’entrent pas dans la tête des soldats israéliens ou de leurs parents, dont la plupart continuent de croire pieusement qu’ils Luttent contre le Terrorisme.

Leur besoin de vivre eux-mêmes comme les braves types des livres de contes (de fée) est écrasant.

Dans l’esprit de la plupart des citoyens juifs israéliens, leur armée est invulnérable.

Pendant des années, on a appris aux enfants qu’être un «idéaliste» c’est synonyme d’être un «soldat dans une unité d’élite».

Récemment, je parlais avec un homme très instruit qui, des années durant, a fait son devoir de réserviste au Liban.
Son fils fait le sien maintenant à Gaza.

L’homme est fier de son passé militaire et qu’aujourd’hui son fils soit soldat. Je n’ai même pas essayé de le toucher dans sa fierté, j’ai seulement essayé de lui expliquer les abominables réalités des Territoires Occupés.

Son visage est devenu livide, comme s’il avait brusquement entendu parler chinois. Il n’est pas devenu hostile, il a seulement changé de sujet de conversation.

Sur le plan personnel, cet homme est respectable, il est pourvu de sens moral, c’est un homme bien.

C’était comme si j’avais essayé d’expliquer à un vrai chrétien qu’on ne peut pas avoir d’enfant sans sexe. – la virginité de l’état d’Israël est inattaquable.
Les mots "Sécurité de l‘Etat" met les Israéliens dans un état mental qui vaut un «garde à vous». Ensuite, l’esprit d’un homme est vierge et on peut lui ordonner de faire n’importe quoi, y compris des actes hautement dangereux pour la Sécurité de ce même Etat.

Il arrive qu’on rencontre des gens nettement de gauche dont les fils servent dans les Territoires. Ces parents ne s’inquiètent pas seulement pour la sécurité de leurs fils, mais ils souffrent aussi moralement, quoique silencieusement.

Une préoccupation primordiale semble être que les parents veulent que leurs enfants soient «dans» (la course).
Et dans ce pays, le moyen traditionnel de rester «dans la course», c’est le service militaire.

Les gens veulent pouvoir dire fièrement : «Mon garçon est dans une unité parachutiste». Et ils sont incapables de dire à leur jeune homme, tout fier dans son nouvel uniforme : «Mon fils, tu participes à une sale guerre coloniale, aussi dangereuse pour l’Etat d’Israël – quitte l’armée ».


De plus, la plupart des Israéliens se consolent en se disant que tout ça n’est que temporaire.

"Le Mur pourra être détruit en fonction de la conduite des Palestiniens. On pourra détruire les colonies, mais elles représentent une carte dans de futures négociations pour un accord de paix permanent.
En même temps nous devons protéger les colons, car ce sont des citoyens israéliens. Mais on peut avoir bon espoir. Il existe toujours des développements positifs en faveur de la paix, soutenus par des hommes d’état comme de Gaulle, comme Ariel Sharon".


On a du mal à croire qu’il y ait des gens capables de gober cette foutaise, et pourtant si. C’est ce qu’ils ont compris de ce gouvernement que les medias protègent.


Au niveau du texte sur le « mur de séparation » mental, cela fait partie d’une paranoïa victimaire activement cultivée par notre gouvernement.

Par exemple on dit aux Israéliens que l’Europe est anti-sémite et qu’on y trouve un grand nombre de gens qui veulent nous détruire. Il y a certainement des gens qui détestent les juifs en Europe.

Mais le racisme européen est plus dirigé contre les Musulmans et les Africains que contre les Juifs et dans tous les cas le niveau de racisme n’y est en rien comparable à celui que pratique Israël à l’encontre des Palestiniens.

Mais la propagande du gouvernement s’insinue dans l’esprit des Israéliens – on peut entendre les libéraux, gens apparemment raisonnables - la reprendre à leur compte. La propagande a différents objectifs.

La plupart des gens n’essaient même pas de lire les critiques formulées par les medias européens à propos d’Israël.

Un article critique est immédiatement assimilé à de "l’antisémitisme".
Et la plupart des gens pensent qu’ils doivent soutenir le gouvernement "parce que le monde qui nous entoure est contre nous tous et que nous devons faire corps parce que c’est le seul pays que nous avons".

L’idée que nous pourrions nous opposer à ce gouvernement qui est en train de détruire notre seul et unique pays ne traverse bizarrement l’esprit que d’une poignée d’israéliens. C’est beaucoup plus gratifiant, sur le plan émotionnel, de pleurer sur soi-même.

Plus encore, la paranoïa victimaire est cultivée au détriment des Palestiniens. On enseigne aux soldats que "Chaque Palestinien est un Terroriste en Puissance dont les enfants de Tel Aviv doivent être sauvés".


Les coups fourrés de Sharon sont simples : rendez la vie des Palestiniens aussi désespérée et aussi dénuée d’avenir que possible et vous obtiendrez le terrorisme.

Racontez aux soldats israéliens que chaque Palestinien est suspect de terrorisme - et vous obtiendrez la déshumanisation.

Faites stationner les soldats dans ou près des colonies, et vous obtenez la solidarité (« J’ai rencontré des gens si gentils dans les colonies»° .

Et quand il est rendu à la vie civile – un jeune homme peut obtenir une maison familiale bon marché - mais seulement dans une colonie. Pas surprenant alors qu’un soldat considère comme un devoir de protéger un colon, qu’importe la violence, et le harcèlement des Palestiniens, qu’importe comment on arrivera à la paix.

Avez-vous vu la pièce de Tom Stoppard « Rosenkrantz et Gilderstern sont morts » ?

Dans cette pièce, deux types ordinaires ( adaptation d’Hamlet) déboulent dans un spectacle fabuleux avec rois, reines et princes, et ne parviennent pas à s’en échapper bien qu’une fin tragique soit visiblement proche. Sortir de cette pièce et ne pas y avoir de place, c’est pire que de mourir.

La même chose risque d’arriver à mes compatriotes israéliens. Dans la mentalité collective, on vit dans un merveilleux état juif démocratique, qui lutte pour son existence. Ils ne connaissent pas d’autre scénario.

Peut-être même est-ce encore plus simple. La plupart des Israéliens sont accaparés par leur vie quotidienne, ne connaissent pas personnellement d’Arabes et ne connaissent de l’occupation que les informations israéliennes "passées à la moulinette".

La plupart des Israéliens ne comprennent rien à ce qu’est devenu leur pays.
Beaucoup sont des gens charmants et inoffensifs.

Est-ce une démocratie pour vous ?…

Source : www.kibush.co.il/

Traduction : CS pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Sionisme

Même auteur

Victoria Buch

Même date

9 avril 2005