Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2607 fois

Jérusalem -

Pourquoi protester contre la construction d’une synagogue ?

Par

La synagogue Hurva a été détruite pendant la guerre de 1948 par l’armée jordanienne. Avant 1948, les synagogues étaient utilisées par les forces sionistes clandestines pour des activités illégales ; elles servaient en particulier de caches d’armes (1). Mais pourquoi cette fureur sur sa reconstruction ? D’abord, le droit international reconnaît clairement que Jérusalem Est est illégalement occupé par Israël et que les constructions ou les activités dans les zones occupées sont soumises aux conventions de Genève. Tout transfert de population dans les zones occupées, y compris les infrastructures pour ces individus, est considéré comme une activité de colonisation interdite et contraire tant à la lettre qu’à l’esprit du droit.

Pourquoi protester contre la construction d’une synagogue ?


Ensuite, les informations israéliennes ont rapporté que : « Selon une prophétie rabbinique vieille de plusieurs siècles qui apparaît se réaliser, le 16 mars 2010, Israël commencera la construction du troisième temple à Jérusalem. Au 18ème siècle, le Vilna Gaon, une autorité rabbinique respectée, a prophétisé que la synagogue Hurva, à Jérusalem, construire pendant ce siècle, sera détruite et construite une deuxième fois, et que lorsque la Hurva sera terminée pour la troisième fois, la construction du troisième temple pourra commencer. »

Beaucoup d’Israéliens le croit, et il y a en ce moment une prolifération de projets, de cérémonies et autres événements pour lancer cette construction du troisième temple. Des sites religieux musulmans existent à cet endroit : la première Qibla, ou direction de la prière pour l’Islam et le troisième site saint de l’Islam, le Haram al-Sharif. Des creusements israéliens souterrains qui menacent le site n’ont fait qu’attiser l’incendie.

Enfin, les Palestiniens, les Arabes, les Musulmans, et beaucoup d’autres, se demandent pourquoi cette synagogue est reconstruite, mais aucune des 1.200 mosquées et 200 églises détruites par Israël au cours des soixante dernières années n’en ont l’autorisation.

Pour ma part, et pour la plupart des Palestiniens, nous savons par l’histoire que les juifs, les chrétiens et les musulmans ont vécu ensemble en paix pendant 1.400 ans sous la loi islamique (à quelques rares exceptions). Nous savons qu’il est possible d’avoir tout simplement un quartier juif, un quartier chrétien, un quartier musulman, ou même des zones mélangées. Nous savons que les mariages mixtes sont possibles, les amitiés entre communautés, etc.

Mais le sionisme pense autrement ; pour lui, la coexistence n’est pas une solution, mais plutôt l’épuration ethnique et la destruction des autres. Comment pouvons-nous expliquer autrement la destruction de 530 village et villes ? Comment pouvons-nous expliquer autrement la croissance rapide des colonies sur la terre palestinienne, ou même à l’intérieur des maisons palestiniennes ? Il y a certainement assez de place pour tous. Pourquoi les Palestiniens se voient-ils interdire d’aller à l’école cette semaine ?

Pourquoi ne pas simplement vivre, et laisser vivre ? La densité de la population à l’intérieur de la ligne verte est maintenant proche de 1/8ème de la superficie de la Cisjordanie et de Gaza destinée aux réserves/ghettos pour les Palestiniens indigènes. Si les juifs veulent vivre dans le vieux quartier juif de Jérusalem Est et y reconstruire la synagogue, pourquoi ne pas autoriser les Palestiniens à revenir aux vieux quartiers de Jérusalem Est et y reconstruire les nombreuses églises et mosquées ?

L’AIPAC a diffusé un communiqué de soutien au vice-président Biden, qui a affirmé qu’il n’y avait aucun ‘espace’ entre les Etats-Unis et Israël. En d’autres termes, la politique et les intérêts des USA et d’Israël ne font et ne doivent faire qu’un, et pareil pour la famine, l’oppression, la colonisation, etc. (et oh oui, il faut toujours mettre l’Iran en tête au nom d’Israël, maintenant que nous en avons fini avec l’Irak,).

Le général US David Petraeus n’est pas d’accord :

« Les progrès pour une paix globale au Moyen-Orient sont insuffisants. Les hostilités persistantes entre Israël et quelques-uns de ses voisins constituent de vrais défis à notre capacité à faire avancer nos intérêts dans le AOR [zone de déploiement de l’armée américaine – commandement US pour la région Centre - CENTCOM (2) (NdT)]. Les tensions israélo-palestiniennes dégénèrent souvent en violence et confrontations armés à grande échelle. Le conflit fomente un sentiment anti-américain, à cause de la perception d’un favoritisme US vis-à-vis d’Israël. La colère arabe sur la question palestinienne limite la force et la profondeur des partenariats US avec les gouvernements et les populations de l’AOR et affaiblit la légitimité des régimes modérés dans le monde arabe. Pendant ce temps, al-Qaeda et d’autres groupes militants exploitent cette colère pour mobiliser des soutiens. Le conflit donne aussi de l’influence à l’Iran dans le monde arabe, à travers ses clients, le Hezbollah libanais et le Hamas. »

J’irais beaucoup plus loin et dirais que les intérêts et le trésor US sont déjà paralysés par la relation de soumission aux lobbies israéliens. Si le lobby finit par réussir à approfondir le conflit avec l’Iran, ce n’est pas l’Iran qui perdra, mais les USA et Israël prendront un coup terrible. L’économie US dégringolera et les 3 milliards de dollars d’aide militaire US à Israël seront réduits encore davantage, au fur et à mesure que le dollar US perdra de sa valeur.

L’AIPAC et les sionistes chrétiens sont en train de mobiliser des milliers d’individus pour écrire au Congrès et à la Maison Blanche de maintenir le financement et le soutien à la politique israélienne d’expansion de la colonisation. Nous ne pouvons pas faire moins que d’écrire, nous aussi :
- Maison Blanche
- Congrès (Affaires Etrangères)

Mazin Qumsiyeh, PhD
Popular Committee to to Resist the Wall and Settlements-Beit Sahour
A Bedouin in Cyberspace, a villager at home



(1) Ce fut une pratique répandue de la Haganah et des autres groupes de tirer depuis les synagogues et de les utiliser comme avant-postes militaires. Voir Ha’aretz aujourd'hui.

(2) Afghanistan, Bahreïn, Égypte, Iran, Iraq, Jordan, Kazakhstan, Kowait, Kyrgyzstan, Liban, Oman, Pakistan, Qatar, Arabie Saoudite, Syriae, Tajikistan, Turkmenistan, Emirats Arabes Unis,Uzbekistan, Yemen (source Egea)



Source : A Bedouin in cyberspace, a villager at home

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Nettoyage ethnique

Même auteur

Mazin Qumsiyeh

Même date

19 mars 2010