Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2520 fois

USA -

Pourquoi un boycott économique d'Israel est-il justifié ?

Par

Cet article est paru dans le journal norvégien Aftenposten paru le 14 janvier.

La récente proposition d'un boycott des produits israéliens par la Norvège a provoqué un débat passionné.
A mon avis, une étude rationelle de cette question poserait deux questions :
1) les violations israéliennes des droits de l'homme justifient-elles un boycott économique ?
et 2) un tel boycott peut-il apporter une contribution signicative pour mettre fin à ces violations ?
J'arguerais du fait que la réponse à ces deux questions devrait être affirmative.

Pourquoi un boycott économique d'Israel est-il justifié ?

Bien qu'il ait fait l'objet de nombreux rapports d'organisations des droits de l'homme, le véritable rapport sur le respect des droits de l'homme par Israël dans les Territoires Palestiniens Occupés n'est généralement pas bien connu à l'étranger.

C'est principalement dû à l'industrie formidable des relations publiques des défenseurs d'Israël ainsi qu'à l'efficacité de leur stratégie d'intimidation, comme en collant l'étiquette d'Anti-Sémite à toute critique de la politique israélienne.

Cependant, c'est un fait incontestable qu'Israël a commis un large éventail de violations des droits de l'homme, dont beaucoup s'élevant au niveau de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité.


Elles comprennent :

Meurtres illégaux :

Considérant que les attaques-suicides palestiniennes visant des civils israéliens ont attiré énormément l'attention des médias, le registre quantitativement bien pire d'assassinats de non-combattants par Israël est bien moins connu.

Selon les chiffres les plus récents du Centre israélien de l'Information pour les Droits de l'Homme dans les Territoires Occupés (B'Tselem), 3.386 Palestiniens ont été tués depuis septembre 2000, dont 1.008 ont été reconnus comme étant des combattants, en comparaison aux 992 Israéliens tués, dont 309 étaient des combattants.

Cela signifie qu'ont été tués trois fois plus de Palestiniens que d'Israéliens et jusqu'à trois fois plus de civils palestiniens que de civils israéliens.
Les défenseurs d'Israël maintiennent qu'il y a une différence entre viser des civils et les tuer par inadvertance.

B'Tselem conteste cela : "Quand autant de civils ont été tués et blessés, le manque d'intention ne fait aucune différence. Israël reste responsable."

En outre, Amnesty International rapporte que "beaucoup" de Palestiniens n'ont pas été tués accidentellement mais "visés délibérément", tandis que le journaliste du New York Times récompensé par un Award, Chris Hedges indique que les soldats israéliens "attirent les enfants comme des souris dans un piège et les assassinent pour le sport."



Torture

Depuis 1967,” rapporte Amnesty, “les services de sécurité israéliens ont habituellement torturé des suspects politiques palestiniens dans les Territoires Occupés.”

B’Tselem a constaté que 85% des Palestiniens interrogés par les services de sécurité israéliens ont été soumis à “des méthodes de torture”, tandis qu'il y a déjà une décénnie Human Rights Watch estimait que le nombre de “Palestiniens torturés ou gravement maltraités” représentait “des dizaines de milliers - un nombre qui devient particulièrement significatif quand on se souvient que l'univers des Palestiniens mâles adultes et adolescents en Cisjordanie et à Gaza est inférieur à trois quarts d'un million (750.000).”

En 1987, Israël est devenu "le seul pays au monde à avoir réellement légalisé la torture" (Amnesty).

Bien que la Cour Suprême israélienne ait semblé interdire la torture dans une décision en 1999, le Comité public Contre la Torture en Israël a rapporté en 2003 que les forces de sécurité israéliennes continuaient à appliquer la torture d'une manière "méthodique et habituelle".

Une étude de B'Tselem de 2001 a documenté que les Forces de Sécurité israélienne appliquaient souvent une "torture grave" sur les mineurs palestiniens.



Démolitions de maisons

"Israël a mis en application une politique de démolition massive de maisons palestiniennes dans les Territoires Occupés", rapporte B'Tselem, et depuis septembre 2000, "il a détruit environ 4.170 maisons palestiniennes."

Jusqu'à récemment, Israël recourait habituellement aux démolitions de maisons comme forme de punition collective.

Selon Middle East Watch, indépendamment d'Israël, le seul l'autre pays au monde qui a utilisé une punition aussi draconienne était l'Irak sous Saddam Hussein.

De plus, Israël a démoli des milliers de maisons "illégales" que les Palestiniens ont construit en raison du refus d'Israël de leur fournir des permis de construire.
Le motif derrière la destruction de ces maisons, selon Amnesty, est de maximiser le secteur disponible pour les colons juifs : "Des Palestiniens sont pris pour cible sans autre raison qu'ils sont Palestiniens."

En conclusion, Israël a détruit des centaines de maisons sur des prétextes de sécurité, pourtant un rapport de Human Rights Watch sur Gaza a constaté que "la composition de la destruction... suggère fortement que les forces israéliennes ont démoli des maisons en bloc, sans se soucier si elles constituaient une menace spécifique."

Amnesty a constaté lui aussi que "la destruction considérable par Israël des maisons et des propriétés dans l'ensemble de la Cisjordanie et à Gaza... n'est pas justifiée par une nécessité militaire," et que "certains de ces actes de destruction équivalent à des infractions graves de la Quatrième Convention de Genève et sont des crimes de guerre."



Indépendamment de l'importance de ses violations des droits de l'homme, le caractère exceptionnel de la politique israélienne mérite une remarque. "Israël a créé dans les territoires occupés un régime de séparation basé sur la discrimination, en appliquant deux systèmes de loi séparés dans la même région et en basant les droits des individus sur leur nationalité."

B'Tselem conclut : "Ce régime est le seul du genre au monde, et est réminiscent des régimes regrettables du passé, tel que le régime d'Apartheid en Afrique du Sud."

Si le choix de l'Afrique du Sud pour un boycott économique international était défendable, il semblerait également défendable de choisir l'occupation israélienne, qui ressemble uniquement au régime d'Apartheid.

Bien qu'un boycott économique puisse être justifié pour des raisons morales, la question demeure : est-ce que la diplomatie pourrait être utilisée plus efficacement. Pourtant, la documentation écrite à cet égard, n'est pas encourageante.

Les termes de base pour résoudre le conflit Israëlo-Palestinien sont incorporés dans la résolution 242 des Nations Unies et les résolutions suivantes des Nations Unies qui demandent un retrait total des Israéliens de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza et la création d'un Etat palestinien dans ces secteurs en échange de la reconnaissance du droit à Israël de vivre en paix et en sécurité avec ses voisins.

Tous les ans, la majorité écrasante des Etats membres des Nations Unies votent en faveur de ce règlement pour deux Etats, et tous les ans, Israël et les Etats-Unis (et quelques uns les îles du Pacifique Sud) s'y opposent.

De même, en mars 2002 les vingt-deux Etats membres de la Ligue Arabe ont proposé cet accord de Deux-Etats ainsi que "des relations normales avec Israël." Israël a ignoré la proposition.

Non seulement Israël a obstinément rejeté cet accord pour deux Etats, mais la politique qu'il poursuit actuellement fera avorter toute possibilité d'un Etat palestinien viable.

Tandis que l'attention du monde était rivée sur le redéploiement d'Israël de Gaza, Sara Roy de l'Université de Harvard observait que "le plan de désengagement de Gaza est, au fond, un instrument pour l'annexion continue par Israël de la terre de Cisjordanie et l'intégration physique de cette terre à Israël."

En particulier, Israël a construit un mur profondément à l'intérieur de la Cisjordanie qui annexera les ressources en eau et la terre la plus productive ainsi que Jérusalem-Est, le centre de la vie palestinienne. Il divisera également la Cisjordanie en deux.

Bien qu'Israël ait au début affirmé qu'il construisait le mur pour combattre le terrorisme, le consensus parmi les organisations des droits de l'homme est que c'est réellement une saisie de terre pour annexer les colonies Juives illégales à Israël.

Récemment, le Ministre de la Justice d'Israël a franchement reconnu que le mur servira "de future frontière de l'Etat d'Israël."


La politique actuelle du gouvernement israélien mènera à un bain de sang sans fin ou au démembrement de la Palestine.

"Il est pratiquement impossible de concevoir un Etat palestinien sans sa capitale à Jérusalem," concluait récemment le respecté Crisis Group, et en conséquence la politique israélienne en Cisjordanie "est en guerre avec aucune solution pour deux-Etats viables et n'apportera pas la sécurité à Israël; en fait, elle la sapera, en affaiblissant les pragmatiques palestiniens... et en semant les graines d'une radicalisation croissante."


Rappelant la Charte des Nations Unies qu'il est inadmissible d'acquérir un territoire par la guerre, la Cour Internationale de Justice a déclaré dans un avis consultatif de 2004 que les colonies israéliennes dans les Territoires Palestiniens Occupés et le Mur construit pour les annexer à Israël étaient illégaux en vertu du droit international.

Elle a invité Israël à cesser la construction du mur, à démanteler les parties déjà achevées et à réparer les dommages aux Palestiniens. De façon cruciale, elle a également souligné les responsabilités légales de la communauté internationale:


Tous les Etats sont dans l’obligation de ne pas reconnaître la situation illicite découlant de la construction du mur dans les Territoires Palestiniens Occupés, y compris à l'intérieur et à l'extérieur de Jérusalem-Est.
Ils ont également l'obligation de ne pas prêter aide ou assistance au maintien de la situation créée par cette construction.
C'est également à tous les Etats, dans le respect de la Charte des Nations Unies et du droit international, de mettre fin à tout obstacle, résultant de la construction du mur, empêchant les Palestiniens d'exercer leur droit à l'autodétermination.

Une résolution de l'Assemblée Générale des Nations Unies soutenant l'avis de la Cour Internationale a été votée de façon écrasante. Cependant, le gouvernement israélien a ignoré l'avis de la cour, en continuant rapidement la construction, alors que la Cour Suprême israélienne jugeait le Mur légal.


En raison de la stratégie obstructioniste des Etats-Unis, les Nations Unies n'ont pas pu affronter efficacement les pratiques illégales d'Israël.

En effet, bien qu'il soit vrai que les Nations Unies maintienne Israël à un double niveau, c'est exactement l'inverse de l'une des allégations des défenseurs d'Israël : Israël occupe non pas un niveau plus élevé mais plus bas que les autres Etats membres.

Une étude de Marc Weller de l'Université de Cambridge comparant Israël et les Territoires Palestiniens Occupés aux situations comparables en Bosnie Herzégovine, au Kosovo, au Timor Oriental, au Kowéit et à l'Irak occupés, et au Rwanda, a constaté qu'Israël a joui "d'une immunité virtuelle" des mesures de mises en vigueur telles qu'un embargo sur les armes et des sanctions économique adoptés par les Nations Unies contre des Etats membres condamnés pour des violations identiques du droit international.

Dû en partie à une campagne agressive accusant l'Europe de "nouvel anti-Sémitisme", l'Union Européenne a également échoué dans son obligation légale à imposer le droit international dans les Territoires Palestiniens Occupés.

Bien que l'affirmation du "nouvel anti-Semitisme" n'ait en fait aucune base (toutes les preuves soulignent une baisse de l'anti-Semitisme en Europe), l'Union Européenne a réagi en apaisant Israël.

Elle a même supprimé la publication de l'un de ses propres rapports, parce que les auteurs -- comme le Crisis Group et beaucoup d'autres – ont conclu qu'en raison de la politique israélienne "les perspectives d'une solution à deux-Etats avec Jérusalem-Est comme capitale de la Palestine reculent."


Le fardeau moral pour éviter la catastrophe imminente doit maintenant être soutenu par des Etats différents qui sont prêts à respecter leurs engagements en vertu du droit international et par des hommes et des femmes de conscience.

Dans une initiative courageuse, Human Rights Watch basée aux Etats-Unis, a récemment invité le gouvernement américain à réduire de manière significative son aide financière à Israël jusqu'à ce que Israël mette fin à sa politique illégale en Cisjordanie .


Un boycott économique semblerait être une entreprise également judicieuse. Une stratégie non-violente dont le but est d'arriver à un règlement juste et durable du conflit entre Israël-la Palestine ne peut pas légitimement s'appeler de l'anti-sémitisme.

En effet, les véritables ennemis des Juifs sont ceux qui rabaissent la mémoire de la souffrance des Juifs en comparant l'opposition de principe à la politique illégale et immorale d'Israël avec de l'anti-Sémitisme.


Source : http://www.normanfinkelstein.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

USA

Même sujet

Boycott

Même auteur

Norman G. Finkelstein

Même date

15 janvier 2006