Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1087 fois

Qu'est-il arrivé au droit à l'autodétermination ?

Par

Rune Agerhus est commentateur politique et directeur général du Conseil de solidarité du Yémen Sur Twitter : @Aldanimarki

27.09.2021 - Les articles 1 et 55 de la Charte des Nations unies soulignent précisément le respect des droits des peuples à l'autodétermination. Il s'agit d'une partie cruciale et très importante de la charte, ratifiée comme une loi impérative de jus cogens [droit contraignant] à laquelle tous les États membres doivent se conformer. Au total, 50 États membres ont signé la charte comme étant juridiquement contraignante, y compris les cinq États membres permanents. Il s'agit d'un droit unanime accordé à tous.

Qu'est-il arrivé au droit à l'autodétermination ?

Cependant, une chose est ce que le droit international stipule, et une autre est la manière dont certains États membres l'appliquent ou le respectent.

En termes simples, l'autodétermination signifie le droit pour un peuple de déterminer sa propre forme de gouvernance et la manière dont il souhaite préserver sa souveraineté nationale. Et si la charte existe pour maintenir une paix relative dans le monde, le droit à l'autodétermination ne présuppose pas que l'on y parvienne par les moyens pacifiques nécessaires. L'Assemblée générale des Nations unies a souligné à de nombreuses reprises le respect et la légalité du recours à la lutte armée par les peuples opprimés et colonisés dans leur quête directe d'autodétermination. L'une de ces déclarations est la résolution 1514 de décembre 1960. Le premier point de la résolution réaffirme le droit des peuples à l'autodétermination tel qu'il est défini dans la Charte. Le deuxième point « réaffirme la légitimité de la lutte des peuples pour leur indépendance, leur intégrité territoriale, leur unité nationale et leur libération » de systèmes tels que le colonialisme, l'apartheid et l'occupation étrangère. On pourrait penser que c'est assez clair et direct. Mais une telle résolution est-elle respectée par les autres États membres de l'ONU ? Rarement.

Certains États membres de l'ONU, et en particulier les États-Unis, le Royaume-Uni, "Israël" et d'autres pays alignés sur ces derniers, ont leur façon d'interpréter les résolutions de l'ONU et le droit international d'une manière si peu scrupuleuse et sélective qu'elle sert leurs propres agendas et aspirations de politique étrangère. Au Yémen, les Nations unies ont parrainé l'Accord de paix et de partenariat national le 21 septembre 2014. Cet accord, inclusif et bipartisan, devait servir de base au futur état de gouvernance du Yémen. L'accord a suscité une large appréciation au niveau mondial, de nombreux États demandant instamment une mise en œuvre et une ratification aussi rapides que possible de l'accord. Quelques mois plus tard, le Conseil de sécurité des Nations unies est revenu sur ses précédentes déclarations de soutien en adoptant la résolution 2216, qui a effectivement donné le feu vert à la guerre saoudienne contre le Yémen, soutenue par les États-Unis, tout en s'ingérant directement dans les affaires intérieures du Yémen en reconnaissant uniquement le président Mansour Hadi, déjà démissionnaire, comme chef d'État légitime, sans tenir compte de la majeure partie du vaste paysage politique yéménite signataire de l'APNP. Qu'est-il arrivé au droit à l'autodétermination ?

En Palestine - les terres occupées de 1948, la Cisjordanie et Gaza - la résistance, qui défend inlassablement son droit à la lutte armée et à l'autodétermination en défendant son peuple les armes à la main contre une entité fasciste et coloniale, que même l'organisation israélienne de défense des droits de l'homme B'tselem et l'interventionniste libéral célèbre Human Rights Watch considèrent comme un « régime d'apartheid », est critiquée et condamnée à gauche, à droite et au centre par les membres de la soi-disant « communauté internationale » et les membres de l'ONU pour des motifs absolument sans fondement de « terrorisme et d’« antisémitisme » supposés. Mais, sans surprise, ces accusations des suspects habituels de la terreur impérialiste suivent un schéma comportemental connu. Par exemple, les États-Unis avaient l'habitude de condamner Nelson Mandela comme un criminel qui se livrait, comme l'a dit Reagan en 1988, à « une terreur calculée (...) le minage de routes, les bombardements de lieux publics, conçus pour provoquer une répression supplémentaire ». Nelson Mandela et son mouvement de libération ANC n'ont été retirés de la liste des terroristes américains qu'en 2008. Et tandis que Mandela était condamné pour sa lutte armée légale contre l'apartheid colonial, le Royaume-Uni et les États-Unis ont adopté et soutenu le fondateur d'Al-Qaida, Oussama Ben Laden, en tant que combattant héroïque de la liberté.

Les États-Unis se sont ingérés dans les affaires du Venezuela en reconnaissant l'escroc Juan Guaidó comme le soi-disant chef d'État « légitime », en appliquant des sanctions, des blocus et d'autres peines capitales contre le peuple vénézuélien, et en empêchant ainsi les Vénézuéliens d'exercer leur droit à l'autodétermination. Les États-Unis maintiennent un état d'ingérence à l'égard d'Haïti, pays souverain, s'opposant à toute forme d'initiative politique qui servirait d'abord le peuple haïtien et non les États-Unis.

Ils ont renversé le premier ministre iranien populaire Mossadegh en 1953 en opposition aux plans iraniens de nationalisation du pétrole, puis, des décennies plus tard, ils ont crié à l'injustice sur le podium de l'Assemblée générale en déclarant que leur régime fantoche indésirable avait été renversé, une fois de plus en parfaite harmonie avec la charte des Nations unies sur les droits à l'autodétermination.

Les États-Unis se sont ingérés dans les affaires intérieures de tant de pays que la liste serait trop longue à écrire. Si ce n'est pas militairement, c'est par le biais de sanctions, de blocus, d'interférences financières ou d'opérations secrètes, et leurs alliés leur apportent généralement leur soutien. Ils ont tout fait pour s'opposer à la législation internationale qu'ils prétendent défendre. Ils ne peuvent pas vivre avec le fait que des milliards de personnes à travers le monde refusent de souscrire à l'idée que le parlementarisme libéral capitaliste est la quintessence d'une société libre et équitable, et ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher les gens d'exercer leur droit à l'autodétermination si cela sert la politique étrangère américaine.

Contenir, restreindre et s'opposer à l'ingérence malveillante des États-Unis dans les affaires de peuples souverains sert la paix mondiale. Le Groupe d'amis pour la défense de la Charte des Nations Unies , composé de 18 membres et créé en mars 2021, est l'une de ces coalitions qui peut contribuer à renforcer la paix mondiale en faisant respecter rigoureusement la Charte des Nations Unies dans tous les aspects de la diplomatie mondiale. Parce que la charte permet spécifiquement aux peuples indépendants de choisir leur propre destin en fonction de leurs propres valeurs et croyances. De défendre leur souveraineté nationale face aux conspirations étrangères ou aux interventions malveillantes.

Les États-Unis et leurs alliés ne se sont jamais souciés du droit international ni des droits de l'homme d'aucune sorte. Ils agissent comme un serpent venimeux à deux langues. Ils rassurent le Nord tandis que les bombes, les sanctions, les coups d'État, l'ingérence politique et les invasions s'abattent sur le Sud. Et toute opposition, violente ou non, est légale et doit être encouragée. Le droit international le fait certainement. Peu importe les larmes de crocodile versées par Washington.


Source : Al Mayadeen

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.