Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3334 fois

Cisjordanie -

Quelqu'un peut-il offrir un révolver à Abbas sur un plateau d'argent ?

Par

Stuart Littlewood est auteur du livre "Radio Free Palestine", qui parle du calvaire des Palestiniens sous occupation.

Dans notre joie et notre enthousiasme pour l'Egypte, n'oublions pas la tache grise et sinistre qui est Mahmoud Abbas. Il doit se demander, avec crainte, pourquoi il a jusqu'à maintenant échappé à la purge alors que ses frères de lait Hosni et Zine sont envoyés paître ailleurs. Certains disent qu'Abbas n'est pas un mauvais bougre, qu'il a juste perdu le nord. En réalité, il a contre lui un long dossier de crime, trop fastidieux à détailler ici.

Quelqu'un peut-il offrir un révolver à Abbas sur un plateau d'argent ?

Illégitimité

Membre fondateur de la section Fatah d'Arafat, il a remporté la présidence de l'Autorité nationale palestinienne en 2005, lors d'un concours douteux et profondément biaisé – qu'on ne peut honorer du mot "élection" – dans lequel Israël a lourdement interféré pour faire obstruction aux autres candidats. Il a dépassé la durée de son mandat de deux ans et on considère largement qu'il n'a ni légitimité ni mandat populaire ; pourtant, il continue d'être soutenu par les Etats-Unis et Israël et leurs courtisans.

En 2007, il a dissous le gouvernement d'unité dirigé par le Hamas et nommé Salam Fayyad au poste de Premier ministre, décision presque certainement illégale selon la Loi fondamentale palestinienne et destinée à assurer la désunion et la faiblesse qu'Israël voulait absolument.

Collaboration

Dernièrement, il a été sérieusement touché par les documents Wikileaks, qui ont divulgué que le gouvernement israélien "avait consulté l'Egypte et le Fatah avant l'Opération Cast Lead, leur demandant s'ils étaient prêts à assumer le contrôle de Gaza une fois qu'Israël aurait vaincu le Hamas."

Un vrai patriote palestinien ne serait certainement pas resté silencieux sur un projet diabolique de crimes de guerre visant ses compatriotes !

Il semble qu'il a aussi demandé à Israël de renforcer le blocus de ses compatriotes à Gaza, en invitant même l'entité raciste à réoccuper la zone frontalière entre Gaza et l'Egypte.

Il a ensuite essayé d'enterrer le rapport Goldstone en retirant le soutien palestinien à un vote du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies visant à l'envoyer devant l'Assemblée Générale pour une éventuelle action. Un tel vote aurait été la première étape vers les tribunaux pour crimes de guerre, et il a été rapporté que les responsables états-uniens l'ont prévenu que ceci compliquerait les efforts en vue de relancer les pourparlers de paix israélo-palestiniens – alors irrémédiablement discrédités de toute façon.

Faire le sale boulot d'Israël

Les escadrons sécuritaires d'Abbas, financés par les Etats-Unis, se sont déchainés dans toute la Cisjordanie , faisant le sale boulot des forces d'occupation israélienne, réprimant comme des voyous tous signes de résistance et raflant les membres du Hamas. Et l'Autorité palestinienne a maintenant aboli la liberté d'expression en interdisant aux Palestiniens de manifester leur soutien aux Egyptiens et aux Tunisiens.

Abbas a téléphoné à Moubarak pour lui exprimer "sa solidarité" devant la révolte populaire grandissante des Egyptiens qui exigent sa démission, en dépit de sa collaboration avec Israël pour aider le régime voyou à maintenir son blocus cruel et asphyxiant de Gaza. Abbas a également téléphoné au président tunisien Zine el-Abidine Bin Ali avant qu'il soit éjecté.

Quand il a pris ses fonctions de président, Abbas a prêté le serment suivant :

"Je jure devant Dieu Tout-Puissant d'être fidèle à ma patrie et à ses lieux saints, et au peuple et à son patrimoine national, de respecter le système constitutionnel et le droit, et de sauvegarder complètement les intérêts du peuple palestinien, que Dieu m'en soit témoin."

Puisse Dieu le frapper de la foudre ! Il s'est totalement moqué de la Loi fondamentale, il a détourné la présidence et fait de la comédie du processus de paix une farce sanglante. Il a veillé à ce que la désunion devienne le nom du jeu tandis que les compétences diplomatiques étaient abandonnées, ou plus exactement jamais maîtrisées.

Quant au patrimoine national et aux lieux saints, les négociateurs du dingue étaient prêts à les remettre à l'ennemi sur un plateau d'argent.

Jadis, un perdant de premier rang aurait reconnu que le jeu était fini et fait ce qu'il fallait. Il se serait retiré dans son bureau et aurait fermé la porte. Le maître d'hôtel lui aurait apporté, sur un plateau d'argent, un verre de son meilleur brandy et un revolver, et aurait quitté discrètement la pièce. Après quelques instants de réflexion et écrit une lettre d'adieu, le gentleman se serait fait sauter la cervelle et aurait sauvé tout le monde d'une foule de problèmes.

Les Palestiniens feraient bien d'avoir un Plan B crédible, pour quand ils entendront le bang.

Source : Redress

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie

Même sujet

Collabos

Même auteur

Stuart Littlewood

Même date

3 février 2011