Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1845 fois

Grande Bretagne -

Rafah en miniature.

Par

Jocelyn Hurndall est la mère de Tom Hurndall volontaire ISM en Palestine mortellement blessé à la tête par un tireur d'élite israélien en avril dernier à Rafah, Bande de Gaza, alors qu'il aidait des enfants palestiniens tétanisés par les tirs israéliens à se mettre à l'abri. Tom Hurndall est actuellement maintenu en vie par une machine dans un hôpital anglais, et d'après les médecins et sa famille il n'y a aucune chance pour qu'il survive.

La tragédie qui a touché Tom et notre famille est un microcosme d'une terreur à large échelle ressentie par des milliers de familles dans les territoires occupés.

Jeudi dernier, j'ai fait parvenir une lettre à Mr Blair, y exprimant mon désespoir face à l'absence de réponse du gouvernement israélien concernant notre demande qu'une enquête complète soit menée sur la mort de notre fils, Tom. Alors qu'il travaillait comme journaliste photo, un commandant israélien dans Rafah, Gaza, lui a tiré une balle dans la tête. Il descendait une rue calme remplie de civils, ou 20 enfants jouaient quand des tireurs d'élite israéliens ont commencé à leur tirer dessus. Il emmenait les enfants dans un endroit sûr, quand il s'est fait tirer dessus, et portait une veste fluorescente d'observateur des droits de l'homme. Il ne représentait pas un danger. Son cerveau a été sévèrement endommagé et il ne s'en remettra pas.

Suite à notre séjour traumatisant de 7 jours en Israël, alors que nous regardions notre fils sur le point de mourir, nous avons soumis une requête, par le biais du ministère des affaires étrangères britannique, au procureur général de l'état d'Israël, et nous avons demandé qu'une enquête complète soit faite. Nous y avons joint 13 témoignages de témoins visuels, ainsi que de nombreuses photos pouvant servir de preuves, sur ce qui s'est passé avec Tom juste avant et après qu'on lui a tiré dessus.

Cela fait maintenant 6 mois que Tom a été mortellement blessé, et 3 mois 1/2 que l'affaire a été passée au procureur général israélien. A ce jour, nous n' avons eu aucune réponse, si ce n'est une collection d'excuses creuses. " La complexité et la subtilité du processus d'examen", nous a - t -on dit, " demande un examen conséquent et beaucoup de temps ", et " il y a eu un autre attentat suicide, et il (le procureur général) est très occupé".

Nous constatons avec quel sens de l'urgence, La Grande Bretagne condamne et fait des excuses, lorsque deux responsables d'attentats suicide étaient porteurs de passeports britanniques, nous constatons aussi, avec quelle rapidité l'Amérique a dépêché des agents du FBI en réponse à l'attaque à la bombe perpétrée il y a une semaine et qui a tué 3 membres de sécurité américains au point de contrôle d' Erez dans la Bande de Gaza. Dans le cas de Tom, comme dans celui de Rachel Corrie et d'autres, il n'y a pas eu d'urgence, et cependant le besoin que les preuves soient rassemblées et évaluées n'est certainement pas moins crucial.

Pourquoi est ce aux parents dans la peine, d'avoir à organiser des interviews avec les 13 témoins des tirs, ou de rassembler les preuves photographiques, balistiques, médicales et médico-légales ?

Le gouvernement britannique devrait avoir été plus actif dans la collecte et la protection des preuves. Mais, alors qu'il traînait des pieds, l'armée israélienne a démoli le mirador d'où est parti le coup de feu qui a mortellement touché Tom, pour le replacer quelques mètres plus bas sur la frontière. Cette action à elle seule rendra presque impossible de discuter l'assertion que le tireur d'élite qui a tiré sur Tom n'avait pas de ligne de vision claire. Six mois plus tard, les témoins se sont dispersés, certains d'entre eux se sont retrouvés arrêtés, sans motif, et déportés.

La tragédie qui a touché Tom et notre famille est un microcosme d'une terreur à large échelle ressentie par des milliers de familles dans les territoires occupés.

Je suis dans une détresse inexprimable par la perte d'un fils. Mais j'ai des revenus réguliers, de la nourriture, l'eau courante, l'électricité, un toit intact au dessus de ma tête, accès à l'hôpital, je sais aussi qu'il y a peu de chance pour que mes autres enfants soient touchés par des tirs sur leur trajet scolaire, et que mon sommeil a peu de chance d'être interrompu par des tirs ou le bruit des tanks. J'ai une vie décente.

La semaine dernière, l'incursion israélienne dans Rafah - la plus importante depuis le commencement de la deuxième intifada, il y a trois ans- a laissé 120 maisons démolies, 1500 civils devenus sans abri, 8 morts et 60 blessés. Après, j'ai reçu un email d'Anees, un des amis de Tom dans la ville de Rafah, me disant que sa maison avait été démolie. Lui, et les 26 membres de sa famille élargie font partie de ceux laissés sans abri et ont très peur que l'armée israélienne ne revienne, à n'importer quel moment. C'est ce jeune homme qui bouillant de colère, a transporté Tom après que celui - ci eut été touché.

Pourquoi Tony Blair ne représente- t-il pas les intérêts de ses citoyens et pourquoi ne fait-il pas sérieusement pression sur Ariel Sharon pour qu'une enquête complète et transparente soit faite sur la mort de Tom ? Des demandes polies ne sont pas suffisantes. Et pourquoi ne conteste - t -il pas le soutien de Mr Bush à l'état Israël, un régime cruel au delà de toute compréhension ? J'ai pu le constater moi-même : les destructions de maisons, d'oliveraies, le processus visant à empêcher les gens de gagner leur vie, la fermeture des points de contrôle, la destruction des conduites d'eau et des lignes électriques, les couvres - feu appliqués en tuant, l'humiliation, la terreur. En bref, la déshumanisation d'un peuple.

Cela ne devrait pas être nécessaire de faire l'expérience de la terreur palestinienne pour agir. La Grande Bretagne trouve acceptable de maintenir une diplomatie de façade en s'abstenant des votes critiques du Conseil de sécurité : l'un condamnant la politique israélienne décidant d'assassiner ou d'expulser le chef d'état Yasser Arafat; l'autre, cherchant à empêcher Israël d'étendre une barrière de sécurité profondément à l'intérieur de la Cisjordanie . Ces deux affaires ont été condamnées par le monde entier - sur quelle base la Grande Bretagne peut -elle justifier une position trouble ou indécise sur ces questions ?

Je ne peux m'empêcher d'évoquer la fermeté de Mr Blair lorsqu'il s'est agi de décider d'entrer en guerre contre l'Irak, qu'il ne voulait pas être accusé d'inaction, ou que cela soit sur sa conscience plus tard.

Ou est sa conscience actuellement concernant l'inaction de la Grande Bretagne par rapport à ce qui se passe en Palestine ?

Tom Hurndall, 22 ans, est à l'hôpital maintenu en vie par une machine après qu'un soldat israélien l'ai mortellement touché en avril dernier.

Source : www.guardian.co.uk

Traduction : MDB

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Grande Bretagne

Même sujet

Victimes ISM

Même date

20 octobre 2003