Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2854 fois

ONU -

Ramallah veut annuler la discussion du rapport Falk sur Gaza - Après le rapport Goldstone, le rapport Falk est combattu par la daytonesque administration palestinienne

Par

L'autorité de Ramallah se bat bec et ongles pour ajourner jusqu'en juin prochain la discussion du rapport de Richard Falk, le rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, sur Gaza, et pour l'effacer de l'ordre du jour de la réunion du Conseil des Nations Unies aux droits de l'homme consacrée à la Palestine, qui se tient ce mois de mars à Genève.

Ramallah veut annuler la discussion du rapport Falk sur Gaza - Après le rapport Goldstone, le rapport Falk est combattu par la daytonesque administration palestinienne


Combats de rue à Al-Qods, le 28 février 2010 (Ahmad Gharably/AFP)

Ibrahim Khreicheh, observateur permanent pour la Palestine aux Nations Unies à Genève, a déclaré à Al Jazeera que le but de l'ajournement est de "permettre d'accorder l'attention nécessaire aux trois rapports que l'autorité considère comme prioritaires, parmi lesquels le rapport Goldstone".

Monsieur Khreicheh a indiqué que le rapport en question contenait des informations imprécises, contrairement au rapport Goldstone, et ajouté que l'autorité souhaitait qu'il englobe l'ensemble des violations israéliennes dans les territoires occupés.

Une vingtaine d'organisations juridiques et d'associations civiles ont aussitôt dénoncé la manœuvre de la délégation palestinienne à Genève ainsi que les attaques personnelles formulées à l'encontre de Richard Falk. Elles ont adressé une lettre à Mahmoud Abbas lui demandant de confirmer le rapport Falk sur l'ordre du jour de la réunion. Elles ont par ailleurs rappelé que Richard Falk avait été violemment combattu par les sionistes et accusé d'antisémitisme, qu'il avait été à plusieurs reprises interdit d'accès aux territoires, et détenu puis remis dans l'avion par lequel il était arrivé.

On est en droit de se demander quels sont les deux autres rapports "prioritaires" invoqués par l'autorité collaborationniste, et de s'interroger sur sa volonté de noyer la guerre contre Gaza dans "l'ensemble des violations dans les territoires occupés".

N'oublions pas que le rapport Goldstone, dont l'auteur est connu pour son sionisme avéré et revendiqué, avait en son temps fait l'objet de la même procédure d'ajournement par la clique abbasso-dahlanienne.

A présent qu'elle a rendu ses armes à l'occupant et cru effacer des mémoires la lutte de libération armée, la marionnette de Ramallah vit dans l'angoisse des rapports des institutions internationales qui n'ont jamais fait peur à personne.

Heureusement, et l'histoire l'a toujours prouvé, le destin des peuples qui veulent se libérer ne se joue pas sur les podiums mais dans la rue.


- Présentation du rapport Falk sur le site des Nations Unies.

- Rapport Goldstone.

Source : Al Jazeera

Traduction : Nadine Acoury

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

ONU

Même sujet

Collabos

Même auteur

Al Jazeera

Même date

1 mars 2010