Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4175 fois

Gaza -

Rapport de la mission spécialisée sur la Santé dans la bande de Gaza du 14 mai 2009

Par

1. Lors de sa 124e session, le Conseil exécutif a adopté la résolution EB124.R4, qui, entre autres, demandait au Directeur général d'envoyer une mission spécialisée sur la Santé afin de déterminer les besoins sanitaires et humanitaires urgents et évaluer la destruction des installations médicales, qui a eu lieu dans les territoires palestiniens, en particulier dans la Bande de Gaza, et de lui présenter un rapport sur les besoins actuels, à moyen et à long terme et sur les impact sanitaires directs et indirects des opérations militaires israéliennes pour la 62eme Assemblée Mondiale de la Santé.

Rapport de la mission spécialisée sur la Santé dans la bande de Gaza du 14 mai 2009


Photo ISM : L'hôpital de la Société du Croissant Rouge après le bombardement israélien le 15 janvier

ÉVALUATION DE L’AMPLEUR DE LA DESTRUCTION

2. Quinze sur les 27 hôpitaux ont été endommagés pendant les trois semaines d’attaques et au moins 43 centres d’accès aux premiers soins ont été endommagés ou détruits (24 ont été entièrement ou partiellement fermés pendant les trois semaines d'attaques).
L’Hôpital Al Qods a été fortement endommagé, avec un pavillon entièrement détruit et d'autres salles partiellement détruites. 500 civils qui avaient cherché refuge à l'hôpital et 50 malades ont dû être évacués dans la rue en l'absence d'un cessez-le-feu coordonné.
L’hôpital Al Wafa a également subi des dégâts importants. Au total, 16 employés des services de santé ont été tués et 25 ont été blessés dans l'accomplissement de leur devoir, et 29 ambulances ont été endommagées ou détruites.

3. Au cours de la crise, seules les interventions urgentes ont été effectuées. Rien qu’à l’hôpital Shifa, près de 300 morts et blessés sont arrivés pendant la première heure de l'attaque. L'hôpital a mobilisé 600 personnes et 11 salles d'interventions, avec des opérations effectuées dans les couloirs ou là où c’était possible.
En dépit de l'immense et soudaine charge de patients, le personnel de l'hôpital s’en est bien sorti avec des standards élevés en matière de gestion clinique.

4. Après un traitement initial, 1053 blessés graves ont été évacués, en grande partie vers des hôpitaux égyptiens et le reste (96 patients) dans des pays tiers, pour y recevoir gratuitement des soins complémentaires. Les évacuations ont été organisées par les Croissant-Rouge palestiniens et égyptiens et les équipes médicales de Réaction Rapide du Ministère égyptien de la Santé. Trois victimes ont été traitées en Israël.

5. L'infrastructure électrique a été complètement détruite dans de nombreux secteurs et les routes et les ponts ont été endommagés. Les terres cultivées, le bétail, les puits d'eau et des réseaux d'irrigation ont subi des dommages, de même que les secteurs industriel, commercial et des services. Les réseaux d’approvisionnement en eau potable et les égouts ont aussi subi d'importants dégâts.

6. En raison du manque de matériaux de construction, les seules réparations effectuées dans les hôpitaux endommagés ont été le remplacement des fenêtres cassées par des feuilles de plastique.


EFFETS DIRECTS ET INDIRECTS SUR LA SANTE

7. En raison de la situation critique, les efforts visant à améliorer le système de santé ont été complètement bloqués. Le système s’était concentré, à juste titre, sur les premiers soins de santé, mais l'infrastructure hospitalière est composée de nombreux petits hôpitaux et manque énormément de services secondaires et tertiaires, des faiblesses qui sont devenues encore plus évidentes au cours de la crise actuelle.

8. La plupart des fonctions de santé publique, y compris la surveillance des maladies transmissibles, ont été suspendues. La vaccination a repris après le cessez-le-feu, et le risque de maladies évitables par la vaccination devrait être faible. Le laboratoire de santé publique a repris ses activités dans le contrôle de l'eau, de la nourriture et des eaux usées, mais il lui manque encore du matériel et des équipements. Le programme de surveillance épidémiologique a été réactivé, mais il est encore incomplet.

9. Le personnel de santé et le grand public ont exprimé leur préoccupation au sujet de la présentation clinique plutôt inhabituelle chez certains blessés, et se demandent si cela pourrait être lié au type d'armes utilisées.

10. Pendant la crise, les équipes médicales d'urgence et leurs ambulances ont vécu de grandes difficultés dans leurs déplacements. Néanmoins, la plupart des blessés ont été transportés rapidement du site de l'incident aux urgences, en dépit du danger pour les équipes et leurs conducteurs d'ambulance.

11 Plus de 100 produits de la liste des médicaments de base étaient épuisés avant les attaques et il n'y avait pas de stocks tampons pour les autres produits.
Alors que le nombre de victimes augmentait, le ministère de la Santé, ses partenaires et les donateurs extérieurs ont répondu en fournissant rapidement de gros volumes d’approvisionnements.
Toutefois, la distribution des médicaments aux hôpitaux a été difficile en raison de l'absence de liberté de mouvement et de l'insécurité générale.

12. Avant la crise, 80% de l'eau distribuée dans la bande de Gaza ne répondait pas aux normes de l'OMS pour l’eau potable. Au cours de l'attaque, le réseau d'eau a été gravement endommagé, et suite aux dommages subis par le système de traitement des eaux usées, la nappe aquifère a été contaminée. Ceci, ainsi que les logements surpeuplés, pourrait augmenter le risque d'épidémie, avec l'arrivée de la belle saison.

13. L'insécurité et le manque de carburant pour les camions de ramassage des ordures ont interrompu le travail et l'inaccessibilité aux sites d'élimination des déchets a submergé le secteur de gestion des déchets solides. Les réseaux d'assainissement et les stations de pompage à quatre endroits - et une usine de traitement des eaux usées d'urgence - ont été endommagés, entraînant une contamination par les eaux usées dans plusieurs secteurs.

14. En raison de l'augmentation de la pauvreté et du blocus, les Palestiniens ont réduit la qualité et la quantité de leurs aliments. Plus de la moitié des ménages sont en insécurité alimentaire, dépensant environ deux tiers de leur revenu en nourriture (dont les prix augmentent rapidement). Le Programme alimentaire de l'UNRWA ne fournit que 60% des besoins caloriques quotidiens aux un million de réfugiés

15. Les fournitures humanitaires sont revenues à peu près au même niveau qu'avant l'opération militaire, sinon, le blocus est presque total, faire des réparations et se relever sont pratiquement impossibles.

16. Depuis 2006, les effets sur la santé du blocus entrainent une stagnation de l'espérance de vie, une aggravation de la mortalité infantile et juvénile, un retard de croissance chez les enfants.
La santé mentale de la population prise au piège est maintenant touchée, par exemple, environ 30% des enfants scolarisés présentent d'importantes conséquences sur leur santé mentale suite à leurs expériences, ce qui peut avoir de graves implications pour l'avenir en termes de perte d'engagement, d'aliénation, et des comportements violents et destructeurs.


BESOINS URGENTS SANITAIRES ET HUMANITAIRES

17. Les besoins actuels sont les suivants:

Pour le secteur de la santé :
• évaluer l'impact fonctionnel et infrastructurel de la crise, remettre en état les installations sanitaires et l’infrastructure d'eau et d'assainissement endommagées
• assurer une coordination efficace de réponse sanitaire immédiate, y compris la gestion des fournitures humanitaires et des dons médicaux
• soutenir les services de santé, avec un accent particulier sur les soins pour les blessés, les maladies chroniques, et les soins secondaires et tertiaires
• répondre aux priorités dans les soins de santé primaires - y compris les vaccinations, la réadaptation des victimes d’invalidité et de traumatisme, la santé reproductrice, la santé environnementale
• améliorer la surveillance des menaces sanitaires, des déterminants sanitaires et la fourniture des soins médicaux ainsi que le renforcement de l'alerte/réponse précoce à d’éventuelles épidémies

Pour un soutien psychosocial et de santé mentale
• évaluer l'impact de la crise, assurer la coordination pour le secteur entre la Cisjordanie et la
Bande de Gaza et fournir d'urgence des réparations aux services de santé mentale endommagés du Ministère de la Santé
• fournir une aide technique et un soutien logistique/opérationnel et une formation aux mécanismes existants de santé mentale et psychosociaux dans la bande de Gaza

Pour l'eau, l'assainissement et l'hygiène
• évaluer les dommages, les besoins de réparation et le ravitaillement urgent pour les équipements d'eau et d'assainissement
• entreprendre des réparations d'urgence en conséquence, tant dans les maisons civiles que dans les réseaux publics
• améliorer l'hygiène et l'assainissement grâce à la fourniture des besoins indispensables et la création de l’hygiène de haute qualité en encourageant les groupes de santé à base communautaire

Pour la sécurité alimentaire et la nutrition
• répondre d'urgence aux besoins alimentaires et nutritionnels de base et améliorer la consommation alimentaire de la population
• restaurer et protéger les moyens de subsistance en danger, améliorer la sécurité alimentaire au niveau des ménages et promouvoir la restauration de l'économie locale
• veiller à ce que la sécurité alimentaire et l’aide alimentaire atteignent ceux qui ont le plus besoin.


18. Les besoins importants en matière de santé à moyen et à long terme sont les suivants:
• Elaborer un plan de préparation aux catastrophes pour la bande de Gaza dans son ensemble et pour chacun de ses établissements de santé
• Développer un plan stratégique de développement sanitaire à grande échelle pour la bande de Gaza, en introduisant une infrastructure sanitaire plus régionalisée, décentralisée et forte avec une capacité de soins tertiaires renforcée, un meilleur système de gestion et une amélioration du développement des ressources humaines
• Elaborer un plan pour une meilleure prise en charge des personnes handicapées, en intégrant les problèmes médicaux, sociaux et d'emploi avec un programme fort au niveau local garantissant un environnement social assimilant le handicap.

Source : http://www.reliefweb.int/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Rapports

Même date

22 mai 2009