Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4547 fois

Palestine -

Rapport du Bureau de Coordination aux Affaires Humanitaires de l’ONU – Du 9 au 15 Juin 2010

Par

En Cisjordanie, les forces d'occupation israéliennes ont tué un Palestinien et blessé 13 autres cette semaine dans divers incidents en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est. Depuis le début de l'année 2010, 7 Palestiniens et 2 membres des forces de sécurité israéliennes ont été tués.
A Gaza, les forces israéliennes ont blessé trois Palestiniens cette semaine. Depuis le début de l'année 2010, 31 Palestiniens (dont 9 civils) ont été tués et 119 Palestiniens (dont 103 civils) ont été blessés

CISJORDANIE

Un Palestinien a été tué et 13 autres ont été blessés par les Forces d’occupation israéliennes

Les forces israéliennes ont tué un Palestinien et blessé 13 autres cette semaine dans divers incidents en Cisjordanie , y compris à Jérusalem-Est; un policier israélien a été tué par un Palestinien et 6 autres soldats et policiers israéliens ont été blessés. Depuis le début de l'année 2010, 7 Palestiniens et 2 membres des forces de sécurité israéliennes ont été tués dans le conflit israélo-palestinien, contre 14 Palestiniens et 2 soldats et policiers israéliens au cours de la même période en 2009.

En revanche, le nombre de blessés a augmenté de façon significative: en 2010, 688 Palestiniens et 90 soldats et policiers israéliens ont été blessés, contre, respectivement, 548 et 10 au cours de la même période en 2009.

Le 11 Juin, la police israélienne a tué un Palestinien de 39 ans dans le quartier de Wadi al Joz à Jérusalem-Est. Selon le porte-parole des FOI, l'homme a été tué alors qu'il tentait de s’enfuir à pied. Selon les médias, l'homme a tenté de s'échapper après avoir légèrement blessé deux policiers israéliens après avoir, soi-disant, tenté de les écraser avec sa voiture. Trois passants palestiniens, dont une fillette de 13 ans, ont été blessés dans la fusillade.
L'incident a déclenché des affrontements entre les forces israéliennes et les habitants palestiniens dans tout le quartier ainsi que dans le quartier voisin d’Isawiya, qui ont fait un blessé palestinien.

Cette semaine également, dans la région d'Hébron, un officier de police israélien a été tué et trois autres ont été blessés quand des Palestiniens ont ouvert le feu sur un véhicule de police sur la route 60, près du camp de réfugiés d'Al Fawwar. Suite à l'assassinat, les forces israéliennes ont imposé un couvre-feu de quatre heures sur deux communautés voisines (Wadi al Shajneh et Wadi al Hafayer) et ont installé des checkpoints volants dans les secteurs à proximité de l'incident.

Trois Palestiniens et un militant international ont été blessés au cours des manifestations hebdomadaires, pour protester contre la construction de la barrière dans les villages de Bil'in et Ni'lin (Ramallah) et les restrictions à l’accès à la terre imposées par Israël près de la colonie de Karmi Zur (Hébron).

Un soldat israélien a également été blessé dans une manifestation contre l'expansion de la colonie Hallamish dans la région de Ramallah. Afin d'empêcher les Palestiniens et les militants internationaux de tenir une manifestation prévue contre la violence des colons dans le village d'Irak Burin (Naplouse), les forces israéliennes ont déclaré le village zone militaire fermée ; les forces israéliennes y auraient tiré des grenades lacrymogènes et une dame palestinienne âgée a été soignée pour inhalation de gaz lacrymogène.

Les cinq autres Palestiniens, dont deux enfants, ont été blessés dans divers incidents à Hébron, à Tulkarem (sur les terres du village de Far'un derrière le Mur) et lors de la démolition de stands de vente de légumes dans la Vallée du Jourdain (voir rapport ci-dessous).

Les forces israéliennes ont mené 73 opérations de fouilles dans des villes et villages palestiniens cette semaine, un peu moins que le nombre moyen hebdomadaire d'opérations similaires depuis le début de l’année 2010 (100). Au cours de l'une des opérations dans le camp de réfugiés de Jénine, les forces israéliennes ont confisqué les cartes d'identité à cinq Palestiniens, les cartes d’identité n’ont pas encore été restituées à leurs propriétaires.


Moins d’attaques de colons enregistrées

Au cours de la semaine, OCHA a enregistré 3 attaques perpétrées par des colons israéliens, qui ont soit blessé des Palestiniens ou ont concerné des biens palestiniens, contre 12 attaques enregistrées la semaine dernière.

Malgré cette diminution, le nombre d’incidents enregistrés depuis le début de l’année représente le double des attaques enregistrées pendant la période équivalente en 2009 : 135 contre 64. En 2010, un enfant palestinien a été tué et 56 Palestiniens et 29 colons ont été blessés dans des incidents liés aux colons.

Des colons israéliens armés de la colonie d'Itamar sont entrés dans le village voisin d’Aqraba (Naplouse) où ils ont agressé physiquement et blessé un Palestinien.

Dans un autre incident, des individus masqués ont été vu sortir de la colonie de Maon Havat et attaquer le village voisin de Tuwani, au sud d'Hébron où ils ont lancé des pierres sur une maison palestinienne. En conséquence, les fenêtres de la maison ont été cassées, mais aucun blessé n'a été signalé.

Dans un autre incident, des colons de l'avant-poste de Gil'ad Farm (Qalqiliya) sont entrés dans le village voisin d’Immatin où ils ont incendié un véhicule palestinien.

Près de 400 Palestiniens, accompagnés de militants internationaux et israéliens, ont organisé une manifestation hebdomadaire dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est pour protester contre l'expulsion de familles palestiniennes de leurs maisons par des colons israéliens.

Aussi cette semaine, les médias israéliens ont indiqué qu'une conductrice israélienne avait été blessée par des pierres alors qu’elle traversait un quartier palestinien de Jérusalem-Est après qu’un Palestinien ait été tué dans le secteur.


Les autorités israéliennes démolissent neuf structures appartenant à des Palestiniens; des ordres de démolition ont été publié contre une école de la Zone C

Après une accalmie de neuf semaines dans les démolitions, les autorités israéliennes ont démoli neuf structures non résidentielles dans la zone C et à Jérusalem-Est en raison de l'absence de permis de construire.

En 2010, les autorités israéliennes ont démoli 70 structures appartenant à des Palestiniens dans la zone C, déplaçant 129 personnes, et 5 autres structures à Jérusalem-Est, 3 maisons ont été à moitié démolies à Jérusalem. Lors de la période équivalente en 2009, 133 structures ont été démolies dans la zone C et 36 autres à Jérusalem-Est, déplaçant respectivement 299 et 151 personnes.

Lors d'un incident, l'armée israélienne a démoli cinq stands de vente de légumes situés au bord de la route 90 près du village de Marj Na'ja (Jéricho) et confisqué les marchandises. Egalement en Zone C, les autorités israéliennes ont publié des ordres d'arrêt de travail contre 26 structures appartenant à des Palestiniens, dont 22 maisons (une en cours de construction), dans les villages de Majdal Bani Fadil (Naplouse), d’An Nabi Saleh (Ramallah) et d’Umm Salamuna ( Bethléem).

Deux autres ordres de démolition ont été émis contre l’école Al Ka'abna, près du village de Nuwei'ma (Jéricho), où 60 élèves suivent des cours d’enseignement primaire. Il y a au moins 26 écoles en Zone C, qui ont été frappées d’ordres d’arrêt de travail ou de démolition par les autorités israéliennes pour défaut de permis de construire ou sont empêchées d'agrandir leurs installations.

Jusqu'à présent, aucune réponse officielle n'a été donnée par les autorités israéliennes à une proposition présentée par la communauté humanitaire il y a quatre mois, demandant l'approbation des projets concernant ces écoles.

À Jérusalem-Est, la municipalité de Jérusalem a démoli un garage dans le quartier d’Ath Thuri en raison de l'absence de permis de construire et a imposé une amende à son propriétaire. De plus, trois abris pour animaux ont été démolis dans le quartier de Silwan et certains animaux et un abri ont été confisqués. Les abris pour animaux représentent les moyens de subsistance d'une famille de huit personnes.


Mouvement et Accès

Au lendemain de la fusillade ayant causé la mort d'un officier de police israélien (voir ci-dessus), l'armée israélienne a remis en place un barrage routier à l'entrée de la communauté du Wadi al Hafayer, le long de la route 60 dans la région d'Hébron. Cet obstacle avait été enlevé il y a deux semaines, dans le cadre d'un ensemble d’actions visant à faciliter les déplacements annoncées par les autorités israéliennes le 24 mai. Aucun retrait de barrages routiers n’a été enregistré cette semaine.

Egalement cette semaine, les forces israéliennes ont fermé les checkpoints contrôlant l'entrée sud de la ville de Naplouse (Huwwara) et l'entrée nord de Ramallah ('Atara) pendant plus d'une heure à chaque fois, en raison d’alertes de sécurité, ce qui a provoqué de longues files d’attentes et des retards. Dans la vieille ville de Jérusalem-Est, les forces israéliennes se sont déployées massivement dans et autour de la ville, ont installé plusieurs checkpoints volants, empêchant les Palestiniens de moins de 40 ans d'accéder à la mosquée Al Aqsa.

Des activistes palestiniens, internationaux et israéliens ont organisé une manifestation cette semaine, près du checkpoint de Beit El, à l'entrée principale Est de Ramallah, pour exiger son ouverture à la circulation des Palestiniens. Les protestations se sont transformées en affrontements avec les soldats israéliens, mais n'ont pas fait de blessés.

L'interdiction d'accès imposée aux Palestiniens à ce checkpoint (sauf pour les ambulances et les détenteurs de carte de VIP), limite l’accès à la route entre Ramallah et la route 60 à l'usage exclusif des colons et des militaires israéliens, forçant des dizaines de milliers de Palestiniens à faire de longs détours pour atteindre Ramallah.


BANDE DE GAZA

Moins de victimes palestiniennes, les incidents le long de la frontière continuent

Les forces israéliennes ont blessé trois Palestiniens cette semaine, comparé aux six Palestiniens tués et aux trois autres blessés de la semaine dernière.
Depuis le début de l'année 2010, 31 Palestiniens (dont 9 civils), 3 soldats israéliens et un ressortissant étranger ont été tués dans le contexte du conflit israélo-palestinien dans la bande de Gaza et le sud d'Israël. 119 Palestiniens (dont 103 civils) et 5 soldats israéliens ont été blessés.

Les incidents à la frontière Gaza-Israël continuent, affectant la vie des civils et leurs moyens de subsistance.

À deux reprises, les forces israéliennes ont ouvert le feu sur un groupe de civils palestiniens qui récupéraient de la ferraille près de la frontière, blessant trois d'entre eux.

De plus, des sources locales signalent qu’à trois reprises cette semaine, les forces israéliennes ont tiré des tirs d’avertissement sur des agricultrices et des activistes internationaux qui ramassaient du blé à l’Est de Khan Younis, près de la frontière avec Israël.
En conséquence, d’importantes quantités de blé n’ont pas pu être récoltées, compromettant encore davantage les rares moyens d'existence.

Les tanks et les bulldozers israéliens ont également effectué plusieurs incursions de quelques centaines de mètres à l'intérieur de Gaza et se sont retirés après avoir rasé la terre.

Ces incidents se sont produits dans le cadre de la poursuite des restrictions imposées aux Palestiniens par Israël d’accéder aux zones situées à un kilomètre de la clôture frontalière qui représentent environ 18% de la bande de Gaza. Des restrictions similaires s'appliquent aux zones de pêche : il est interdit de pêcher au-delà de trois miles nautiques de la côte; cette semaine, des navires de guerre israéliens ont effectué à deux reprises des tirs d’"avertissement" contre des bateaux de pêche palestiniens. Aucune victime n'a été signalée.

Des factions armées palestiniennes ont tiré plusieurs roquettes rudimentaires sur le sud d'Israël, y compris sur des bases militaires situées sur la frontière, sans faire de blessés ou de dégâts matériels.


Deux Palestiniens sont morts dans des incidents liés aux tunnels

Deux Palestiniens sont morts dans deux incidents liés aux tunnels.
Un garçon de 17 ans a été tué suite à une décharge électrique et l'autre est mort asphyxié alors qu’il travaillait à l'intérieur des tunnels sous la frontière entre Gaza et l’Egypte.

En 2010, 29 Palestiniens ont été tués et 48 autres ont été blessés dans des incidents liés aux tunnels, dont lors de frappes aériennes, de l'effondrement d’un tunnel, d'électrocution et de l'explosion de bouteilles de gaz.

En dépit des risques, les tunnels constituent un lien vital pour la population de Gaza, en permettant l’approvisionnement de marchandises qui ne sont pas disponibles par les points de passage officiels avec Israël, en raison du blocus israélien imposé depuis Juin 2007.


Quelques centaines de personnes franchissent chaque jour le Passage de Rafah

Les autorités égyptiennes continuent de maintenir ouvert le poste frontière de Rafah dans les deux sens. Depuis son ouverture pour une durée indéterminée le 2 Juin 2010, une moyenne d’environ 416 Palestiniens partent quotidiennement de Gaza vers l’Egypte et 270 franchissement le passage de l'Egypte vers Gaza. Le passage continue d'être limité aux soins médicaux et aux autres cas humanitaires, ainsi qu’aux étudiants et aux détenteurs de passeports étrangers.

En conséquence, malgré une augmentation du nombre de personnes franchissant le passage de Rafah par rapport aux semaines précédentes, ces chiffres restent bien en deçà de la moyenne journalière de 650 personnes qui passaient dans chaque sens au cours des cinq premiers mois de 2006, avant la fermeture partielle du passage.


Le blocus entre dans sa quatrième année; l’entrée limitée de nouveaux produits continue (6 - 13 Juin)

Le blocus imposé par Israël à Gaza, qui est entré dans sa quatrième année cette semaine, continue à fragiliser les moyens de subsistance et à empêcher la majeure reconstruction des maisons et des infrastructures. Dans un communiqué de presse publié à cette occasion, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a déclaré que la fermeture constituait une punition collective infligée en violation flagrante des obligations d'Israël en vertu du droit international humanitaire et avait un impact dévastateur sur les 1,5 millions de personnes vivant dans Gaza.

Depuis début 2010, quelques nouveaux produits ont été autorisés à entrer dans la bande de Gaza, principalement des denrées alimentaires, des produits d'hygiène et des matériaux de reconstruction (principalement du gravier et du ciment), cependant, ces produits restent limitées en quantité et en variété.

Deux nouveaux produits ont été autorisés à pénétrer dans la bande de Gaza cette semaine par les autorités israéliennes: du ketchup (deux camions) et du fil à coudre (deux camions). Globalement, les importations de Gaza ont augmenté de près de 17% par rapport à la semaine dernière (573 contre 488 camions).

Cependant, les chiffres de cette semaine ne représentent que 20% de la moyenne hebdomadaire de camions qui étaient entrés pendant les cinq premiers mois de 2007 (2.807 camions), avant l'imposition du blocus.

Comme les semaines précédentes, les produits alimentaires et d'hygiène représentent la majorité des produits importés (475 camions, soit 83% des importations totales). Les restrictions aux exportations se poursuivent, aucune exportation n’a quitté Gaza cette semaine.

L'entrée de matériaux de construction pour le marché commercial, dont du verre, de l'aluminium et du bois, s’est poursuivie cette semaine, ainsi que d'autres matériaux pour trois projets spécifiques.

L’un des projets est réalisé par l'UNRWA et implique la construction de 151 logements à Khan Younis, un total de huit camions de gravier et de deux autres de ciment ont été autorisés à entrer dans Gaza pour ce projet. Le matériel reçu à ce jour représente environ 20% des quantités nécessaires au projet.

Le fret humanitaire apporté par la flottille de Gaza, qui a été intercepté par les forces israéliennes le 31 mai, est toujours retenu par Israël. Toutefois, cette semaine, l'envoyé spécial de l’ONU dans les Territoires Occupés, Robert Serry, a déclaré que le gouvernement israélien et les donateurs de la marchandise avaient accepté de remettre l’ensemble de la cargaison à l'ONU à condition que ce soit à l'ONU exclusivement de déterminer de façon juste son utilisation humanitaire dans Gaza. La livraison des marchandises devrait commencer cette semaine.


Les manques de fuel industriel et de gaz de cuisson se poursuivent

Les importations de fuel industriel nécessaires au fonctionnement de la centrale électrique de Gaza ont légèrement augmenté par rapport à la semaine dernière (1.200.000 contre 1.050.000 litres). Pourtant, cette quantité ne représente qu’environ la moitié de la quantité hebdomadaire de carburant qui entrait dans la bande de Gaza en Novembre 2009, avant le début de la crise financière actuelle. En raison du manque de carburant, la centrale électrique de Gaza continue à fonctionner à seulement 38% de sa pleine capacité.

En conséquence, la majorité de la population continue de connaître des coupures de courant de 8 à 12 heures par jour. Le problème est encore aggravé par le manque de matériel nécessaire pour entretenir et réparer les équipements vitaux, en raison de restrictions imposées à l'importation de ces produits par les autorités israéliennes.

Plus de 90 articles nécessaires à l’entretien de la centrale sont interdits d'entrée depuis Juin 2007.

De même, les importations de gaz de cuisine ont augmenté de 31% cette semaine (979 tonnes contre 750), représentant 70% des besoins hebdomadaires moyens, selon les estimations de l'Association canadienne des Propriétaires de Station-Services. Comme les manques continuent, le régime de rationnement de gaz de cuisine mis en place en Novembre 2009, reste en place.


Derniers développements depuis le mardi 15 Juin

16 Juin : Le Cabinet de Sécurité Israélien a décidé "de rectifier" sa politique concernant la bande de Gaza, dans le cadre duquel plus de biens de consommation et de matériaux pour des projets civils effectués sous supervision internationale seront autorisés à entrer dans la bande de Gaza. Les mesures supplémentaires nécessaires à la mise en application de la décision précitée ne sont pas encore définies.

La décision déclare également qu'«Israël attend de la communauté internationale d'œuvrer à la libération immédiate de Gilad Shalit".

Source : http://www.ochaopt.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Rapports

Même auteur

OCHA

Même date

20 juin 2010