Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1188 fois

Palestine Occupée -

Réalités coloniales : de Sheikh Jarrah à Lydda

Par

12.05.2021 - Les citoyens palestiniens en Israël ont manifesté ces derniers jours contre l'oppression israélienne à Jérusalem. Ils protestent contre le déplacement et la dépossession des Palestiniens de Sheikh Jarrah, l'attaque des fidèles à l'intérieur de la mosquée Al-Aqsa, les tentatives de la police d'empêcher les citoyens palestiniens de prier dans la mosquée pendant Laylat Al-Qadr, et l'assaut brutal sur Gaza.

Réalités coloniales : de Sheikh Jarrah à Lydda

Des colons israéliens armés arrivent à Lydda sous la protection des forces israéliennes, le 12 mai 2021 (photo Twitter)
Les médias israéliens s'inquiètent de ces développements. Ce matin, Roni Daniel, le vétéran correspondant sur la sécurité de la télévision israélienne, a insisté sur le fait que le comportement des citoyens palestiniens est plus préoccupant que la confrontation avec le Hamas. L'armée s'occupera du Hamas, a-t-il assuré aux auditeurs, mais la question des émeutes à l'intérieur d'Israël est bien plus grave, a-t-il répété, réfutant les tentatives du présentateur de l'émission de l'interroger sur Gaza.

Dans l'ensemble, les médias israéliens s'alarment de l'effondrement de la "coexistence" dans les "villes mixtes" à l'intérieur d'Israël, Lydda, Ramleh, Jaffa, Acre et Haïfa. À Lydda, le maire a demandé l'intervention de l'armée dans la ville contre ses propres citoyens. Le gouvernement a acquiescé : il a déclaré l'état d'urgence et a imposé un verrouillage de la ville.

Pourtant, il est difficile de prendre au sérieux cette invocation d'une coexistence perdue. La réalité du colonialisme de peuplement, de la judaïsation de la Palestine, est présente à Lydda autant qu'à Sheikh Jarrah. L'idéologie qui sous-tend les deux est similaire. Les forces politiques sont même les mêmes.

En 2004, par exemple, Haaretz a fait état d'une "colonie à l'intérieur de Lydda", faisant référence à un groupe de colons religieux de Cisjordanie qui se sont installés à Lydda pour empêcher le "contrôle arabe".

Il ne s'agissait pas simplement d'un cas de résidents privés s'installant dans la ville. En 2003, l'administration foncière israélienne a accordé à l'association Kiryat Eliyashiv, qui était le seul soumissionnaire lors d'un appel d'offres, six dunams de terre, en fait gratuitement (sept Nouveaux Shekels Israéliens par unité de logement !).

Ces initiatives de colonisation visant à modifier l'"équilibre démographique" entre Palestiniens et juifs israéliens sont la manifestation d'une politique d'apartheid : les dirigeants du groupe de colons religieux ont été clairs dès le début : aucun Arabe ne peut obtenir un appartement dans le quartier de Ramat Eliyashiv. Juifs seulement !

En 2015, le site Walla a fait un rapport plus approfondi sur cette réalité de la ségrégation à Lydda, Ramleh, Jaffa qui sépare entre les ghettos arabes négligés souffrant de pauvreté et de criminalité et les quartiers juifs riches.

Cette ségrégation est présente dans les murs séparant les quartiers arabes et juifs de Ramleh et Lydda.

À Lydda, un mur de plus de 4 mètres de haut et de 1,5 km de long sépare le quartier arabe Pardes Shnir du quartier juif Nir Zvi.

A Ramleh, un mur de 4 mètres de haut et de 2 km de long sépare l’arabe Jawarish du Ganei Dan juif.

La ségrégation est également apparente dans l'existence du village non reconnu de Dahmash. Les quartiers juifs riches et nouvellement fondés sont bien équipés. Pourtant, Dahmash, vieux de plus de 70 ans, est sous la menace constante de démolitions (voir ici). En tant que village non reconnu, il ne dispose pas des services de base tels que l'électricité et l'eau courante. Hier, une roquette a tué deux résidents de Dahmash. Cet incident a mis davantage en évidence la vulnérabilité des citoyens palestiniens. Ils n'avaient aucun abri disponible.

Le maire d'extrême droite de Lydda (un kahaniste, selon les médias) a également contribué à la ségrégation en gelant les permis de construire afin d'empêcher les résidents arabes de s'installer dans les quartiers juifs.

Les kahanistes et l'organisation Lahava, qui avaient défilé à Jérusalem en scandant « Mort aux Arabes » il y a quelques jours à peine, sont descendus à Ramleh et à Lydda. Des centaines de ces extrémistes ont attaqué des citoyens arabes à Ramleh.

Itamar Ben Gvir, aujourd'hui membre de la Knesset, a appelé à Lydda à tirer sur tout lanceur de pierres.

Le ministre de la sécurité intérieure Amir Ohana a déjà déterminé que le citoyen juif qui a tiré sur un manifestant arabe, Musa Hassouna, à une distance de 50 m, a agi en état de légitime défense, et que les citoyens juifs armés aident la police ! Suite à cette pression politique, la police qui avait initialement détenu le tireur, l'a relâché un jour plus tard. La violence privée contre les citoyens palestiniens est ainsi encouragée et approuvée par les autorités de l'État.

La réalité est donc celle d'un colonialisme de peuplement dans lequel les pouvoirs privés et publics agissent de concert pour judaïser la terre et déchaîner la violence dans la Palestine historique, du fleuve à la mer.

C'est donc une fiction de prétendre qu'il y a une quelconque "coexistence" ou qu'il existe des "villes mixtes" en Israël. C'est la réalité des ghettos et de l'apartheid : un projet colonial permanent de suprématie juive. Jim Crow n'était pas un projet de coexistence.

Il est également trompeur de qualifier Israël de "démocratie libérale" ou simplement de "société profondément divisée". Avec en toile de fond l'absence de clause de protection égale dans la déclaration israélienne des droits et la loi sur les comités d'admission (2011) qui permet d'exclure les citoyens palestiniens de la vie dans des centaines de localités, la Loi fondamentale : Israël comme État-nation du peuple juif (2018) ne fait que constitutionnaliser la suprématie juive.

Il est donc ironique que, jusqu'à récemment, l'analogie avec l'apartheid ou la catégorisation juridique du crime d'apartheid ait été utilisée en référence à la Cisjordanie . Pourtant, l'une des premières invocations de l'apartheid par les Palestiniens faisait référence à la réalité coloniale d'avant 1967. Fayez Sayegh, dans son livre de 1965 intitulé "Le colonialisme sioniste en Palestine" (PDF), a fait l'analogie avec l'apartheid sud-africain avant l'occupation de 1967 et dans le cadre du colonialisme de peuplement.


Source : Mondoweiss

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine Occupée

Même sujet

Colonialisme

Même date

13 mai 2021