Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1325 fois

Palestine occupée -

Renverser la direction palestinienne : le rôle de la jeunesse

Par

Fadi Quran est diplômé en physique et relations internationales de l'université de Stanford. Il est membre de la politique d’Al-Shabaka. Il vit en Cisjordanie occupée et milite contre l’occupation israélienne en organisant des actions non violentes. Il a auparavant auprès de l'unité de recherche juridique et de plaidoyer d'Al-Haq. Fadi est également entrepreneur dans le domaine de l'énergie alternative et il a fondé deux entreprises apportant de l'énergie éolienne et solaire en Palestine et dans d'autres pays de la région.

07.06.2018 – Au lieu de mettre fin à l'occupation, les dirigeants palestiniens actuels et leurs institutions en sont devenus un élément clé. Pourtant, une nouvelle génération de leaders émerge lentement. Leur but est de construire un nouveau cadre pour la lutte palestinienne qui évite les erreurs du passé et permette d’obtenir la libération au cours de leur vie. Leur accès réussi à la direction exigera à la fois une prise en compte et une rupture avec un cycle qui bloque le changement.

Renverser la direction palestinienne : le rôle de la jeunesse

Si l’on analyse le leadership palestinien ancien et actuel, on observe une trajectoire cyclique dans laquelle les membres de l'élite acquièrent d'abord la légitimité de diriger à travers une combinaison de structures traditionnelles et de soutien étranger. La légitimité du Grand Mufti de Jérusalem Amin Al-Husseini, par exemple, était fondée sur l'autorité religieuse et familiale et renforcée et institutionnalisée par l'Empire ottoman puis par le Mandat britannique. La légitimité d'Ahmed Shuqeiri a découlé de la Ligue arabe, de son statut éducatif et de ses liens familiaux, tandis que la légitimité du président Mahmoud Abbas fut fondée sur la loyauté des factions au sein du Fatah puis consolidée de manière significative par les États-Unis et Israël.

Ces dirigeants et les institutions qu'ils administrent ne répondent pas aux aspirations populaires, ce qui conduit à la stagnation et à la contestation publique. Cela précipite une lutte de pouvoir inter-palestinienne souvent intergénérationnelle et hautement destructrice. La lutte prend fin quand survient une tragédie nationale qui détruit ou unit les factions rivales. Au cours de ces moments historiques de chaos national, une nouvelle génération de dirigeants se lève, fascinant le public et engrangeant une légitimité révolutionnaire qui les propulse vers le sommet.

À chaque phase de ce cycle, les leaders en place adoptent le nouveau discours et cooptent des membres de la nouvelle génération ou maintiennent le statu quo via l'intervention de sponsors étrangers qui tuent ou arrêtent les insurgés. Un exemple de cette dynamique est la mort d'Izz Al-Din Al-Qassam, et plus tard des chefs de la révolte de 1936, que les Britanniques ont écrasé avec une grande brutalité. La conquête de l'OLP de Shuqeiri par Yasser Arafat dans les années 1960, dans laquelle Arafat a incorporé des membres de la nouvelle génération, en est un autre. De telles transitions ont également eu lieu au niveau local pendant la Première Intifada, et avec la prise de contrôle progressive du Hamas à Gaza pendant et après la deuxième Intifada (1).

La troisième phase de ce cycle voit l'émergence d'une classe technocratique, une génération de dirigeants qui tente de reconstruire ou de remplacer les institutions qui ont été détruites dans le conflit interne. Ces leaders sont ou se perçoivent comme des bâtisseurs d'institutions, et bien qu'ils atteignent rarement les sommets du pouvoir, ils peuvent acquérir une autorité importante. Ces bâtisseurs ont des conceptions diverses de redynamisation de la société, de la révolution au néolibéralisme. Les exemples incluent Khalil Al-Wazir, un des principaux fondateurs du Fatah qui a joué un rôle clé dans la lente reconstruction du mouvement national en Palestine après les échecs de l'OLP au Liban. Il a été assassiné par Israël en Tunisie pour son rôle dans la préparation du lancement de la Première Intifada. Un autre exemple est Salam Fayyad, qui a suivi un processus néolibéral de renforcement des institutions soutenu par l'Occident en Palestine après la deuxième Intifada. Indépendamment des tendances politiques de ces constructeurs, leurs efforts sont souvent de courte durée car ils tendent à entrer en conflit avec des structures de pouvoir plus profondément enracinées. Cette phase du cycle se termine souvent par un retour à la première phase, où un petit groupe d'élites soutenues par des forces extérieures, détient le contrôle.

Aujourd'hui, ce cycle semble bloqué. Une direction palestinienne sclérosée a réussi à s'accrocher au pouvoir pendant plus de deux décennies. Le cadre institutionnel établi par les Accords d'Oslo - une Autorité Palestinienne (AP) sans autorité fournissant des services administratifs inadéquats, des emplois de bas niveau, et la sécurité à Israël - gouverne toujours une sous-catégorie de Palestiniens dans le Territoire Palestinien Occupé. L'AP est devenue une zone tampon entre les Palestiniens et l'occupation israélienne, une zone qui favorise largement l'occupation. Pendant ce temps, l'AP a transformé le paysage socioéconomique de la société palestinienne en augmentant les inégalités, en élargissant les divisions politiques et en essayant même de modifier le paysage médiatique et éducatif pour affaiblir toutes les formes de lutte efficace contre l'occupation.

Les résultats de ces développements, combinés à la détérioration de la politique régionale au Moyen-Orient, ont amené les observateurs les plus avisés du conflit israélo-palestinien à conclure que la lutte palestinienne pour la liberté est dans le coma.

Mais il suffit de regarder un peu plus loin pour voir que quelque chose bouge. Une nouvelle génération de Palestiniens s'organise et prend de la force. Ils attendent le bon moment pour transformer le statu quo et créer l'élan qui mettra fin à l'occupation. L'establishment de la sécurité israélienne, bien qu'il ne comprenne pas complètement ces dynamiques, voit cela venir. Sinon pourquoi le ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, interdirait-il le "Mouvement des jeunes" palestiniens et le mettrait-il sur la liste des organisations terroristes ? En fait, il n'y a pas d'organisation ou de groupe organisé appelé "Mouvement de la jeunesse" sur le terrain en Palestine. Au contraire, le terme Al-Hirak Al-Shababi est le plus souvent utilisé pour désigner toute action sociale ou politique menée par des jeunes. Qu'est-ce qui effraie tant Lieberman ? Pourquoi les renseignements généraux palestiniens ont-ils un dossier sur les "activités menées par les jeunes" ?

Au cours des cinq dernières années, j'ai rencontré et parlé avec des milliers de jeunes Palestiniens à travers la Cisjordanie , la bande de Gaza et dans la diaspora. Dans chaque ville, ville et camp de réfugiés, des groupes de jeunes s'épanouissent. La plupart se concentrent sur des besoins très locaux et font du bénévolat. Ils semblent apolitiques et ne sont affiliés à aucune faction. Ces groupes échouent souvent, s'effondrent et utilisent ce qu'ils ont appris pour essayer quelque chose de nouveau. Leur croissance est tout sauf linéaire, mais leur apprentissage est exponentiel.

Les principales questions que se posent ces groupes sont : Que devons-nous faire pour avoir une vie meilleure ? Quel est notre objectif ? Comment l'atteignons-nous ? Ayant posé ces questions, il ne leur faut pas longtemps pour découvrir que l'occupation et l'AP en tant qu'organe dirigeant sont des obstacles sur leur chemin. La focalisation de cette génération sur l'action populaire et sa capacité à conceptualiser l'AP en tant qu'obstacle à un véritable mouvement de libération sont fondamentales pour son potentiel à transformer le modèle de leadership palestinien en stagnation.

En outre, de nombreux jeunes Palestiniens sont découragés par le statu quo. C'est très clair dans les universités palestiniennes, qui ont été transformées de phares de libération en usines de désenchantement. Jadis des foyers de la lutte politique palestinienne, les universités produisent aujourd'hui de jeunes hommes et femmes axés sur deux choses : un travail rémunéré ou une opportunité d'émigrer. Un doyen d'université avec qui j'ai parlé a défini son travail comme consistant simplement à former une main-d'œuvre pour l'économie de l'AP. Bien que les groupes de jeunes soient actifs sur les campus, les forces de sécurité palestiniennes en Cisjordanie et les forces du Hamas à Gaza ont transformé la politique étudiante et la propagande électorale en l’ombre de ce qu'elles étaient autrefois, en s’assurant que les slogans superficiels et la peur l’emportent sur de véritables organisations des étudiants et l'espoir.

Cependant, malgré ces politiques répressives, la nouvelle génération n'a pas renoncé à son identité palestinienne ni à ses rêves de liberté. Beaucoup se préparent à entrer dans la lutte pour la libération sous le bon leadership : un dont ils peuvent faire partie et dans lequel ils peuvent avoir confiance. Cette nouvelle génération de leaders, qui tire parti des expériences du passé, a judicieusement choisi de travailler tranquillement, loin des projecteurs, et de se préparer patiemment pour quand le moment sera venu.

Identifier ce moment, cependant, sera difficile parce que trois conditions doivent être remplies :

a) Redonner espoir : la rue palestinienne doit passer de l'aversion pour le risque à l'espoir qu'un avenir meilleur est possible ;
b) Dépasser le seuil de puissance : les jeunes doivent sentir qu'ils ont les ressources humaines et l'endurance nécessaires pour franchir les obstacles que l'AP et Israël peuvent mettre en travers de leur chemin ;

c) Consolider l’opposition à l'occupation : étant donné que l'AP et son appareil de sécurité sont essentiels au maintien du statu quo, et qu’il faut éviter tous conflits internes palestiniens, les jeunes devront trouver un moment où l'occupation aura commis un acte si grave qu'ils pourront mobiliser de nombreux rangs de l'appareil dans la lutte contre l'occupation et à l’écart de la répression interne. Bien sûr, Israël et ses bailleurs de fonds feront de leur mieux pour s'assurer que ces conditions ne soient pas remplies, allant de tuer l'espoir à l'arrestation de dizaines de jeunes militants. Le seul moyen pour que ce moment se présente est que la société civile palestinienne et les jeunes activistes construisent leurs forces et développent leur conscience sociale.

Comment ces jeunes vont-ils éviter les erreurs du passé et briser le cycle décrit ci-dessus ? Pour qu'une nouvelle direction palestinienne réussisse, une culture de transparence, de responsabilisation et de retour d'information doit d'abord être créée au niveau local. Peu importe à quel point un leader est puissant, résilient et discipliné, et peu importe combien il aime son pays et son peuple, c’est un humain. Ce n'est qu'en développant une culture de reddition de comptes qu'une communauté peut produire des leaders capables de faire avancer la lutte. Bien que la Palestine ait eu beaucoup de dirigeants, aucun n'a maintenu autour de lui une culture qui ait aidé à former de nouveaux leaders et à assurer qu'ils restent responsabilisés. La création de cette culture ne se fait pas seulement par la législation ou les règles, ce doit être une pratique quotidienne.

Bien qu'il n'y ait pas assez de place ici pour détailler les pratiques nécessaires, certaines sont relativement simples. Par exemple, les leaders à tous les niveaux de la société, des groupes de bénévoles aux ministères, peuvent travailler avec leurs équipes pour proposer une vision claire de ce qu'ils veulent accomplir, définir les responsabilités et les résultats spécifiques de chaque personne et s'assurer que les leaders s'approprient leurs résultats et ceux de leurs équipes. Ils doivent permettre aux membres de l'équipe de faire des commentaires sur le processus dans un cadre ouvert, comme lors d'une réunion hebdomadaire où les missions sont décomptées et l'apprentissage est discuté de manière conviviale.

Dans un tel processus, le leader du groupe aide à s'assurer que l'équipe réalise sa vision dans un esprit d’unité et de collaboration. Finalement, cela garantit que chacun dans le groupe soit un leader parce que le leadership n'est pas formulé comme un processus à somme nulle.

Le processus peut ne pas toujours fonctionner parfaitement, mais les leçons apprises sont précieuses, y compris des leçons sur la manière dont l'ego de quelqu’un peut devenir un obstacle à la réalisation des objectifs de l'équipe. Plus important encore, les jeunes participants prennent conscience d'une méthode de travail d'équipe et de leadership qui transcende ce qu'ils voient dans la politique locale. Bien que cela puisse sembler être un cliché, il est néanmoins vrai que rien n'est plus percutant que de montrer l'exemple et d'apprendre par l'expérimentation.

Ces leaders conscients d’eux-mêmes et de leur culture de leadership transformateur se heurteront à l'environnement socio-économique et à l'élite politique établie et renforcée par les acteurs internationaux et Israël. Ce leadership basé sur le peuple, que ce soit directement ou indirectement, sera la cible d'une cooptation massive et, si cela échoue, d’assassinat. On peut affirmer que quand Israël « tond l'herbe » à Gaza et que l'AP attaque les jeunes et les étudiants politisés en Cisjordanie , ils tentent de manière préventive de détruire les leaders en devenir.

Alors que certains soutiennent qu'une approche descendante de la réforme règlera les problèmes de leadership - en restructurant l'OLP, en obtenant une représentation et en organisant des élections, entre autres stratégies - les dynamiques socioéconomiques actuelles, la réalité de l'occupation et l'intervention internationale dans la politique palestinienne font de ces efforts à la réforme interne des cibles faciles pour la manipulation politique. C'est un changement authentique au niveau local qui peut résoudre le problème à sa racine et amener une transformation durable du leadership pour la société palestinienne. Si cette génération réussit, non seulement elle libèrera la nation, mais elle fera en sorte que l'avenir au-delà de la libération soit plus beau que ce que beaucoup d'entre nous peuvent imaginer aujourd'hui.


(1) Bien que les phases révolutionnaires de l'histoire palestinienne ne soient pas parvenues à la libération, elles marquent d'importants tournants dans la lutte, comme la solidification du discours anticolonial après 1936 et la montée d'un mouvement national plus indépendant après la prise de contrôle de l'OLP par le Fatah.

Source : Al Shabaka

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine occupée

Même sujet

Jeunesse

Même date

19 juin 2018