Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1779 fois

USA -

Rupture nette ou sale guerre ? Directive de la politique étrangère d'Israel pour les Etats-Unis

Par

Institut for Research : Middle Eastern Policy

De grands changements sont rarement réalisés sans plan.
Le document de politique israélienne "Une rupture nette : Une nouvelle stratégie pour sécuriser le Royaume" (ACB) a été écrit pour Israel par un groupe de conseillers politiques.
Plus tard, presque tous les membres ont accédé à des postes influents de prise de décision politique au gouvernement américain, dans les médias et les cercles universitaires.

Rupture nette ou sale guerre ? Directive de la politique étrangère d'Israel pour les Etats-Unis

Plusieurs des politiques préconisées par l'ACB telles que le renversement du gouvernement irakien sont maintenant entièrement appliquées et présentent de nouveaux défis pour la communauté internationale.

D'autres, tel que la réforme de l'économie israélienne ont été des échecs incommensurables, mais génèrent peu de visibilité ou d'impact à l'extérieur d'Israël.

Ce document est une vue d'ensemble sur l'application de la politique "Une rupture nette : Une nouvelle stratégie pour sécuriser le Royaume".

Certains des événements et des tendances qui contribuent au succès ou à l'échec du plan datent de bien avant l'ACB. Et bien que beaucoup des auteurs de l'ACB aient accédé à de nouveaux postes dans le pouvoir politique aux États-Unis, le succès ou l'échec des politiques ne peut pas être attribué qu'à eux seuls.

Cependant, les politiques de l'ACB, pour la plupart, nuisent fortement aux intérêts des États-Unis.
Le cadre de l'ACB est utile pour expliquer les motifs qui ont conduit à l'échec total des intérêts américains au Moyen-Orient et au triomphe de la politique et des lobbies sur le savoir-faire de l'Etat.


I - Sécuriser le Royaume : Contexte

"Une rupture nette : Une nouvelle stratégie pour sécuriser le Royaume" (ACB) contient 6 pages de recommandations politiques pour Benjamin Netanyahu.

En 1996, le premier ministre israélien nouvellement élu comptait sur des faiseurs d'opinion, des think-thanks et des chercheurs pour préparer le document.

Le groupe d'études de l'Institute for Advanced Strategic and Political Studies qui travaillait sur "Une nouvelle stratégie israélienne pour 2000" comprenait Richard Perle, James Colbert, Charles Fairbanks, Douglas Feith, Robert Loewenberg, David Wurmser, et Meyrav Wurmser.

Le document appelant à une "rupture" avec les politiques du passé qui avaient échoué telles que la "Terre contre la Paix" et une nouvelle focalisation sur les réalités de "l'équilibre des forces" dans la région frappe par son approche de la realpolitik et une forte dépendance à l'égard des actions et des ressources du gouvernement américain.



Initiatives politiques de l'ACB (Source: IRMEP 2003)

1) Augmenter le soutien du Congrès américain
• “Electrifier et trouver un soutien” auprès des membres importants du Congrès américain
• Une coopération stratégique avec la Défense anti-missiles américaine
• Obtenir plus de soutien parmi les membres du Congrès qui connaissent peu Israël
• Exploiter le soutien pour déplacer l'ambassade des États-Unis de Tel Aviv à Jérusalem
• Identifier Israël aux États-Unis et aux "valeurs occidentales"
• Utiliser la rhétorique de la Guerre Froide pour défendre Israël auprès des Américains


2) Solution de "la Paix contre la Paix" pour les Palestiniens
• Éliminer les initiatives vers "une paix globale" et les substituer par la stratégie de "la Paix contre la Paix."
• Souligner "l'équilibre des forces" en tant que seul test de légitimité, imposer les accords
• Produire des alternatives à Arafat
• Rechercher une légitimité pour "la poursuite acharnée" des militants palestiniens
• Éliminer le concept de "la terre contre la paix", utiliser les négociations seulement comme forum pour communiquer les décisions
• Établir un comité de surveillance commun avec les États-Unis pour mesurer le respect des accords par les Palestiniens
• Suspendre l'aide des États-Unis aux Palestiniens
• Promouvoir les droits de l'homme parmi les Arabes pour isoler les Palestiniens dans les circonscriptions électorales Arabes
• Légitimer les 2000 ans de revendication de la terre
• Fomenter une reconnaissance d'Israël par les Arabes en échange de la paix


3) Contenir, Déstabiliser et repousser les rivaux régionaux
• Contester les pays Arabes comme étant des "Etats policiers" manquant de légitimité.

Syrie
• Renforcer les alliances régionales. Travailler avec la Turquie et la Jordanie pour insérer les tribus Arabes hostiles en Syrie
• Remettre en cause publiquement la légitimité syrienne, supposer que les traités avec Damas ont été déloyaux
• Contenir la Syrie, frapper des cibles choisies
• Rejeter le concept de "la terre contre la paix" pour les Hauteurs du Golan

Irak
• Installer une monarchie Hashémite en Irak
• Isoler et entourer la Syrie par un régime ami en Irak

Liban
• Engager la Syrie, l'Iran et l'Irak au Liban
• "Sevrer" les Shiites libanais de l'Irak pour la Jordanie


4) Réforme économique
• Éliminer le Sionisme social de l'économie.
• Réformer l'ensemble de l'économie, réduire les impêts
• Montrer une maturité et une indépendance économique à l'égard des Etats-Unis
• Éliminer le besoin d'être défendu par les forces armées américaines
• Supprimer l'aide américaine à Israël
• Créer une zone de libre échange, vendre les terres publiques et les entreprises

5) Sionisme
• Reconstruire le Sionisme, rajeunir l'idéal national
• "Façonner un environnement régional" en faveur d'Israël, "transcender les ennemis" plutêt que les contenir
• Préférer le droit de préemption comme stratégie de défense nationale


Bien que les lecteurs de l'ACB puissent identifier dans le document près de 34 objectifs distincts et recevables présentés avec éloquence, ils peuvent être résumés en cinq principaux objectifs politiques :

1. Augmenter le soutien du Congrès américain
2. Une stratégie de "Paix contre la Paix" en Palestine
3. Contenir, Déstabiliser, et repousser les rivaux régionaux
4. Réforme économique
5. Rajeunissement du Sionisme


Dans cet article, nous évaluerons le niveau de mise en oeuvre de ces cinq objectifs et leurs effets sur les intérêts américains. Cependant, aucun ensemble de politiques ne se réalise sans réseau de diffusion et de mise en application actif et avec de la voix.
Les légions des troupes de choc américaines de l'ACB sont nombreuses.

À la base, les principaux employés de l'administration Bush (appelés les Néocons), les “think tanks” de recherche politique, la presse spécialisée et les rubriques d'opinion ont réussi avec un succès étonnant à soutenir les points de l'agenda politique de l'ACB et à les présenter comme des "intérêts vitaux" pour les Etats-Unis. (Voir le tableau 3)

Le besoin de preuves sur "la scène du crime" reliant la complicité des partisans de l'ACB aux actions du gouvernement américain à la demande d'Israël est inutile.

Beaucoup d'actions américaines sont tout simplement tellement inexplicables qu'une observation de leur bienfaiteur en chef, Israël, est la seule explication raisonnable.

Et comme les Américains écartent les accusations des gouvernements Arabes qu'Israël les attaque par procuration dans la région, les preuves montrent que les Arabes ont raison. "Une rupture nette" est au coeur de la revendication israélienne de "sale guerre".


Réseau de diffusion et de mise en application de la politique des Néocons (Source: IRMEP 2003)

• Cabales de la Défense

Messages
• Préemption/Remodeler le Moyen Orient
• Aide à Israël/Développement comjoint d'armes
• Nouvelle sécurité de la patrie
• Débouchés
• Légitimer l'occupation israélienne des Territoires Palestiniens

Moyens
• Think-Tanks
• Conseil de Politique de Défense
• Département de la Défense
• Entreprises liées à la Défense
• Talk Shows
• Banques d'Investissements

Membres
• Paul Wolfowitz
• Richard Perle
• Douglas Feith
• Elliot Abrams
• David Wurmser


• Presse Spécialisée Néeocon

Messages
• Danger de l'Islam
• Illégitimité de tous les gouvernements Arabes
• Illégitimité des initiatives “la Terre contre la Paix”
• Primauté de la défense d'Israël

Moyens
• American Enterprise Institute, JINSA, et Rapports de la • Fondation Heritage
• Le Weekly Standard
• Le commentaire de The New Republic
(Comité Juif Américain)

Membres
• David Brooks
• Lawrence Kaplan
• William Kristol
• Norman Podhoretz


• Editorialistes

Messages
• Les militants palestiniens sont des “terroristes”
• Lier le 11 Septembre à tous les gouvernements Arabes
• Les Israéliens sont des “héros”
• Les critiques d'Israël sont des “anti-Sémites”

Moyens
• Wall Street Journal
• New York Times
• Editoriaux du Washington Post

Membres
• Robert Kagan
• Charles Krauthammer
• Max Boot
• William Safire


Les membres clé du groupe ont pu établir la primauté des questions israéliennes à un tel niveau que les Américains trouveraient absurde si le groupe favorisait les intérêts de n'importe quel autre état, (comme l'Italie ou le Mexique).

Leur niveau de vitriol et de colportage de la guerre grâce au pouvoir de leur stylo et de leur influence sur la politique américaine est stupéfiant.

Beaucoup d'entre eux se sont personnellement engagés dans des actions qui ont fait échouer des initiatives officielles de politique étrangère américaine afin d'améliorer le pouvoir d'Israël.

D'autres ont systématiquement détérioré la constitution des États-Unis en substituant des intérêts israéliens à la place d'intérêts légitimes des États-Unis au Département de la Défense et dans la branche exécutive du gouvernement américain.

Le trou béant qui sépare ce groupe de pression pour le compte d'Israël et les véritables intérêts des Etats-Unis définit également ce groupe de la même l'étiquette qu'ils balancent tellement fréquemment à d'autres : des traîtres envers les Etats-Unis d'Amérique.



• Etude de la mise en oeuvre de l'ACB

Le niveau de la mise en oeuvre des objectifs politiques de l'ACB n'est pas uniforme. Ni les ressources, israéliennes et américaines, qui ont été rassemblées et déployées pour les soutenir. Dans ce chapitre, nous étudierons le niveau de succès de la mise en oeuvre de chaque politique de l'ACB.


a. Augmenter le soutien du Congrès américain

C'est un suicide politique pour un membre du Congrès américain que de s'opposer fortement aux positions politiques des Lobbies Sionistes agissant aux Etats-Unis. L'ancien Président George H.W. Bush l'avait exprimé le mieux quand il a déclaré que s'opposer au Lobby Sioniste en faveur d'un Etat palestinien était la bonne chose à faire, mais coutait "un prix infernal."

La démonstration définissant ce pouvoir date d'avant l'ACB.
Le Lobby a converti son plus puissant adversaire de l'aide en rassemblant desmassives contributions de campagne pour battre le Sénateur de Caroline du Nord, Jesse Helms.

Les comités d'action politique pro-Israéliens ont semé la crainte en versant 222.342 dollars dans la campagne de l'adversaire de Helms, le Gouverneur de Caroline du Nord, James Hunt.

Le secrétaire de la campagne de Hunt a proclamé que "le Sénateur Helms avait le pire dossier anti-Israélien au Sénat américain et que les partisans d'Israël dans tout le pays le savaient."

Après l'alarme de sa réélection presque perdue, Helms a annoncé qu'il ne couperait pas plus d'un tiers de l'ensemble de l'aide étrangère américaine allant à Israël puisqu'une telle aide était "dans l'intérêt stratégique des Etats-Unis".

Il est également devenu un partisan acharné et comique du tranfert de l'ambassade des États-Unis de Tel Aviv vers Jérusalem et a travaillé diligemment pour augmenter les crédits à Israël du Département de la Défense, du Département d'Etat et d'une demi-douzaine d'autres budgets de l'agence fédérale.

Un aperçu des législations récemment présentées indique que le Congrès rembourse sa dette à Israël en internalisant les conflits d'Israël et en mettant les ressources des États-Unis à la disposition d'Israël. (Voir ci-dessous)


Récentes législations pro-israéliennes présentées au Congrès des États-Unis (Source: Librairie du Congrès et IRMEP 2003)

• Loi Koby Mandell de 2003

Résumé :
Pour créer un bureau au Ministère de la Justice afin d'entreprendre des initiatives spécifiques pour s'assurer que tous les citoyens américains touchés par le terrorisme à l'étranger recevront un traitement équitable de la part du gouvernement des Etats-Unis indépendamment du pays d'origine ou de la résidence des terroristes, et pour s'assurer que tous les terroristes impliqués dans de telles attaques seront poursuivis, jugés, et punis avec une fermeté identique, indépendamment du pays d'origine ou de la résidence des terroristes.


Analyse
Démonise l'Autorité Palestinienne en appelant "actes de terrorisme" les décès de citoyens israéliens possédant une double nationalité dans le conflit Israëlo-Palestinien que le ministère de la Justice des États-Unis peut poursuivre.
Tout naturellement, la législation n'aborde pas l'arrestation sommaire et la torture des citoyens Arabes américains par le Shin-Bet israélien


• Considérant que les Etats-Unis et Israël sont des alliés proches dont les peuples partagent une amitié profonde et constante basée sur un engagement partagé aux valeurs démocratiques H.RES.61


Résumé
Recommande à la population d'Israël de tenir des élections libres et justes, réaffirmant l'amitié entre les gouvernements et les peuples des Etats-Unis et d'Israël, et pour d'autres buts.


Analyse
Cherche à forcer la direction palestinienne à censurer les médias officiels en opposition à Israël et à prendre la responsabilité de la sécurité d'Israël en contrêlant de nombreux groupes radicaux essentiellement hors de son contrêle.


• HR 167 IH

Résumé
Prendre certaines mesures vers la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Analyse
Cherche à créer un autre ensemble de "faits sur le terrain" en éliminant la résistance pour déplacer les installations diplomatiques américaines de Tel Aviv vers la ville contestée de Jérusalem.

Cherche également à reconnaitre les naissances à Jérusalem comme étant des naissances en Israël et reconnaître, dans tous les documents du gouvernement américain, Jérusalem comme capitale malgré l'opposition internationale à légitimer la question.


• Loi de Surveillance du Programme d'Etudes Internationales des Ecoles (Présentée à la Chambre des Représentants) HR 1358 IH

Résumé
Cherche à surveiller tous les programmes internationaux pour rechercher du matériel "anti-sémite" et à relier l'aide des États-Unis à l'approbation officielle des États-Unis pour cet instrument d'éducation.

Analyse
Codifie des groupes indépendants de surveillance du genre McCarthy liés aux organisations Sionistes tels que l'infâme "Campus Watch”de Daniel Pipes.
Légitime encore un autre levier pour que les agents secrets israéliens influencent et refusent l'aide aux pays qui s'opposent légitimement à Israël.


• Résolution du Sénateur Lindsey Graham et du membre du Congrès, Joe Wilson pour protéger et ouvrir tous les lieux saints à l'intérieur de l'Etat d'Israël et du territoire voisin SCON 32 IS

Résumé
Exprime le sentiment du Congrès concernant la protection des sites religieux et la liberté d'accès et de culte "dans l'état d'Israël et "des territoires voisins". La résolution déclare que les lieux saints actuellement sous la souveraineté de l'Etat d'Israël devraient rester sous la protection israélienne et que tous les lieux saints dans la région restent ouverts aux visiteurs de toutes religions."

Analyse
Cherche à renforcer les frontières de 1967 et les Territoires Occupés par Israël en mettant leurs sites religieux sous la protection légitime du Congrès reflétant la Loi sur "la Protection israélienne des Lieux Saints de 1967" qui déclare que la liberté d'accès et au culte est garantie dans tous les lieux de culte et d'importance religieuse."


Au delà de la rhétorique répétitive et presque désespérée au sujet de l'unité de la vision et de l'objectif entre les États-Unis et Israël, et l'approbation féroce de tout ce qui est Israélien, une autre tendance commune ressort de cette législation.
Rien ne sera présenté par des membres du Congres préoccupés exclusivement par la promotion des intérêts des États-Unis.

La majeure partie de la législation est coûteuse pour les Etats-Unis en contraignant les libertés des civils américains et les initiatives de politique étrangère au Moyen-Orient tout en légitimant les actions israéliennes même les plus ignobles qu'une grande partie de la communauté internationale et les Nations-Unies considèrent comme des crimes.
Ces gestes créent une hostilité envers les nations et les Etats avec lesquels les États-Unis auraient dû améliorer solidement ses relations.

En tant qu'objectif politique de l'ACB, l'IRMEP donne une note de "5 sur 5" pour la démonstration de l'influence israélienne sur le Congrès américain.



b. L'approche de “la Paix contre la Paix” pour la question Palestinienne

Israël a adopté tous les aspects pour promouvoir la stratégie de "la Paix contre la Paix" avec les Palestiniens.

Dans le cadre de cette politique, les Palestiniens n'ont aucune revendications de terre sur le territoire à l'intérieur des frontières d'Israël ou sur le territoire occupé par Israël. Dans le cadre de cette politique, les Palestiniens et les futurs ennemis devraient se satisfaire d'éviter leur propre destruction par Israël.

Une approche agressive favorisée par Richard Perle, ancien Président du Conseil de Politique de Défense américaine désigne la Jordanie comme étant la Palestine, impliquant la relocalisation ou "le nettoyage ethnique" du peuple palestinien.

La "terre contre la paix" en tant que stratégie est largement critiquée par les agents pro-Israéliens comme étant impossible et manquant de sécurité pour Israël.
Les efforts actuels pour faire échouer le reste de la "terre contre la paix" incluent :

1. Dates limites de sécurité données par les Israéliens.
Le 31 mars 2003, le Ministre des Affaires Etrangères israélien, Silvan Shalom, a indiqué qu'Israël ne donnerait que deux mois au premier ministre palestinien pour mettre fin au terrorisme.
En plaçant le premier ministre responsable de la sécurité israélienne contre des forces entièrement en dehors de son cercle d'influence, Israël crée des conditions idéales pour rejeter la terre des mouvements de la paix tout en accélérant la colonisation.


2. Légitimer les retards des Israéliens par des Amendements à la Feuille de Route
La Feuille de Route pour la paix proposée par l'Union Européenne, la Russie, les Nations Unies et les Etats-Unis était, à l'origine, conçue pour être non-négociable par Israël et les Palestiniens.
L'intense pression du Lobby a produit des fissures qui ouvrent la possibilité à Israël de négocier sans fin et de retarder la Feuille de Route alors qu'Israël propose 12 principaux changements à ce document de sept pages.

Le 14 mars 2003, le Président Bush a autorisé Israël à poursuivre la stratégie de l'amendement dans une annonce à l'eau de Rose. "Les Etats-Unis ont développé ce plan au bout plusieurs mois de collaboration étroite avec la Russie, l'Union Européenne, et les Nations Unies. Une fois que cette Feuillle de Route est fournie, nous nous attendons et ferons bon accueil aux contributions d'Israël et des Palestiniens à ce document qui feront avancer vers une paix véritable."


3. Discréditer les Architectes de la Feuille de Route
Le premier ministre Ariel Sharon et les membres du réseau ont travaillé diligemment pour critiquer les architectes de la Feuille de Route, en particulier les nations européennes.
Tandis qu'Israël ne réussissait pas à bloquer quelques conférences et contributions palestiniennes à la Feuille de Route, le climat politique actuel aux États-Unis après que les alliés traditionnels et les Nations Unies ne soutiennent pas l'invasion américaine de l'Irak a amplifié les chances d'Israël de créer des schismes parmi les membres du Quartet.

Puisqu'Israël n'a pas encore pu faire complètement échouer la Feuille de Route, l'IRMEP donne seulement un score de "3 sur 5" pour la promotion de la stratégie de "la paix contre la paix".


c. Contenir, Déstabiliser et Repousser les rivaux régionaux

L'invasion de l'Irak par les États-Unis est un succès si singulier pour Israël que les responsables pro-israéliens et les experts aux Etats-Unis ont dû retenir leur allégresse quand l'effort long et laborieux pour renverser le gouvernement Irakien et neutraliser l'état a finalement porté ses fruits.

Bien que l'Irak ne soit que l'un des rivaux d'Israël, les efforts des Israéliens pour discréditer, perturber, et affaiblir d'autres gouvernements Arabes, en pleine réforme démocratique, avancent rapidement.



Etude 5 : "Rupture nette" Mise en oeuvre de la politique de retenue et de déstabilisation (IRMEP 2003)


• Cible : la Syrie

Stratégie : Menaces d'Invasion
Dans son discours lors d'une conférence des membres de l'AIPAC , le Secrétaire d'Etat, Colin Powell, a parlé "des choix critiques" que devait affronter Damas.
"La Syrie peut continuer à soutenir directement des groupes terroristes et le régime mourant de Saddam Hussein, ou il peut prendre un chemin différent et plein d'espoir. Sinon, la Syrie devra supporter la responsabilité de ses choix, et ses conséquences." a-t'il déclaré aux forts applaudissements.

Résultat
L'envoi des troupes américaines en Syrie après le renversement de Saddam Hussein est une priorité pour Israël.
Une augmentation des allégations de transports de materiel de guerre par les Syriens, et son utilisation comme point d'entrée pour les Musulmans régionaux répondant à un appel au Jihad ont pu rapidement être amplifiés pour soutenir l'utilisation de la force par les importantes forces américaines déjà présentes dans la région.


• Cible : la Syrie

Stratégie : Faire couver le conflit
La violence dans et autour des Hauteurs du Golan s'est élargie. Les guérilleros du Hezbollah sur la zone de frontière, qui avaient combattu pour forcer les Israéliens à se retirer, ont tué sept soldats israéliens.

Résultat
Israël a répondu par des attaques aériennes qui ont détruit trois centrales électriques libanaises et ont blessé 20 civils. Israël a continué sa campagne pour coller l'étiquette de "terroristes" à toutes les branches du Hezbollah.


• Cible : l'Iran

Stratégie : Relier tous les indépendants à l'Iran
Le secrétaire d'Etat à la Défense, Rumsfeld, accuse des centaines de combattants de milices Shiites irakiennes basés en Iran de revenir en Irak, compliquant la mission militaire de la coalition menée par les Etats-Unis qui cherche à évincer le dirigeant irakien Saddam Hussein. Il s'est précipité à les classer comme étant des "combattants" bien que ces forces pourraient être canalisées du cêté américain.
Le sous-secrétaire d'Etat John Bolton, un faucon, a été cité le mois dernier disant à des responsables israéliens que l'Iran "serait traité" après la guerre avec l'Irak.

Résultat
En rejetant immédiatement la possibilité que des milices Shiites soient des alliés et en impliquant rapidement le gouvernement iranien avec des gens qui sont probablement des indépendants, l'administration Bush a franchi une autre étape sur le chemin des rivaux régionaux de l'ACB. Bien que le Royaume-Uni ait rejeté tout soutien sur les fronts Syriens et Iraniens, des forces américaines massives pourraient immédiatement être redéployées pour attaquer l'Iran.


• Cible : Arabie Saoudite

Stratégie : Salir et diffamer
L'ancien Président du Conseil de Politique de Défense, Richard Perle, le fer de lance d'une intense campagne de diffamation à l’égard de l'Arabie Saoudite au Pentagone, pose les bases d’une future action militaire américaine.

Résultat :
Perle a engagé l'analyste Laurent Muraweic de Rand Corporation le 10 juillet 2002.
Le briefing de Rand a déclaré l'Arabie Saoudite comme un "ennemi des Etats-Unis" et a préconisé que les Etats-Unis envahissent le pays, saisissent ses gisements de pétrole et confisquent ses actifs financiers à moins que les Saoudiens "cessent de soutenir le réseau terroriste anti-Occidental."


• Cible : l'Egypte

Stratégie : Conditionner et Couper l'aide étrangère
Condition l'aide à l'Egypte contre un soutien accru à Israël

Résultat
Une législation doit être engagée sur la technologie sociale en Egypte qui est reliée à l'aide étrangère américaine pour récrire le programme d'études afin de donner une meilleure image d'Israël. Des campagnes d'observation des médias et de notes sont également des conditions à la fourniture de l'aide.

L'IRMEP donne une note globale de "4" aux efforts israéliens pour déstabiliser et repousser ses rivaux régionaux.
Tandis que de grands succès ont été réalisés en Irak et en Arabie Saoudite, il n'est pas encore clair si Israël pourra motiver les États-Unis dans un conflit armé avec la Syrie et l'Iran.

En outre, il semble de plus en plus évident que les nations Arabes soient "au courant" des architectes du conflit au Moyen-Orient, et organisent des stratégies pour exposer et résister aux actions par procuration de l'ACB.



d. Réforme économique

Les efforts de réforme économique des Israéliens n'ont pas donné de résultats positifs.
Bien que l'ACB réclame une indépendance économique accrue face aux Etats-Unis, ce qui permettrait une liberté de gestion pour des politiques israéliennes auxquelles s'opposent directement les États-Unis, les réformes ont été trop petites et trop tardives.

Israël a mal géré son économie et continue à exporter les conséquences négatives vers les Etats-Unis.


1. Frapper la mauvaise gestion économique des Israéliens

103% du PIB en 2002, Israël a l'un des ratios de dette gouvernementale les plus élevés au monde ; un dette par rapport au PIB plus fort que la plupart des pays de l'OCDE, surpassant le Canada.
La banque d'Israël prévoit que le ratio augmentera jusqu'à au moins 106% en 2003. Les paiements des intérêts de la dette gouvernementale, selon les normes internationales, s'élèvent à 8.1% du PIB, alors que la moyenne de l'OCDE est de 2.2%.

C'est défavorable comparé aux 3.1% en Allemagne, aux 2.8% en France, aux 2% aux USA, et aux 1.2% au Japon. La banque d'Israël pense que cela continuera et qu'une augmentation non contrêlée des paiements des intérêts de la dette gouvernementale réduira la capacité du gouvernement à maintenir des investissements d'infrastructure et des besoins sociaux ou d'établir librement les priorités du budget.

Ces paiements des intérêts sur la dette gouvernementale se sont montés jusqu'à 39.5 milliards de NIS en 2002, un cinquième du budget de l'Etat.

La mauvaise gestion économique a causé la récession la plus dure des 55 ans d'histoire du pays et deux ans de croissance négative. Le produit intérieur brut d'Israël est tombé à 1.1% en 2002 avec un chêmage de 10.3%.

Le gouvernement a enregistré un déficit budgétaire de 579 millions de dollars en février, le découvert sur 30 jours le plus élevé jamais enregistré.


2. Eliminer le Sionisme Social

Le mouvement des kibbutz en Israël est le symbole du Sionisme social et il est en crise. Seul un nombre limité de kibbutz en Israël, entre 35 et 50, vont bien, ou dans certains cas prospérent.

Bien que seulement 2% des 6.2 millions d’Israéliens vivent dans des kibbutzim ; ils produisent 40% de l'agriculture de la nation et 10% de son rendement industriel. Alors que les jeunes israéliens fuient les kibbutz, l'âge moyen des membres a considérablement vieilli.

Les capacités financières des communes à couvrir les retraites et les soins de santé sont en survie alors que les Israéliens ont réalisé les défauts fondamentaux du Sionisme social.

Comme l'a indiqué un immigré, "Nos principes de base étaient mauvais." "L'idée fondamentale était que si nous amenions nos enfants dans une société de non compétition, ils voudraient naturellement vivre de cette façon. …. C'était une grosse erreur."


3. Surdéveloppement/confiance dans la technologie de pointe

Lors du boom technologique, Israël a surdéveloppé son secteur de pointe.
Des investissements ont été faits malgré un manque général de soutien de la communauté universitaire et d'un manque de demande en équipements de technologie de pointe dans le secteur de l'éducation et au niveau domestique.

Israël a compté sur sa capacité à accroître l'accès préférentiel au marché américain pour des produits et des logiciels militaires sans tenir compte de la forte concurrence avec les États-Unis et d'autres sociétés internationales.


L'effondrement dramatique du secteur de pointe israélien a également révélé l'effet disproportionné que la confiance dans un secteur volatil peut avoir sur un petit pays par opposition à de plus grandes économies en Europe et aux Etats-Unis qui s'en sont mieux tirées.

L'évaluation de la réforme économique en Israël par l'IRMEP est qu'elle n’est pas assez importante et beaucoup trop tardive, ce qui donne un score de l'ACB de "1 sur 5".
Peut-être que cela doit être attribué aux architectes de l'ACB. Alors que la plupart sont fortement capables d'assurer une aide étrangère et un soutien politique à Israël, aucun d'entre eux n'était des économistes renommés.

Les architectes et leur réseau rejettent, naturellement, une grande partie du blâme pour le malaise économique d'Israël comme étant un effet de la résistance palestinienne à l'occupation.



e. Rajeunissement du Sionisme

Le Sionisme, défini comme un Mouvement International pour l'établissement d'une communauté nationale ou religieuse juive en Palestine et plus tard pour le soutien à l'Israël moderne, resurgit chez des groupes inattendus :


1. Mouvement Chrétien Sioniste américain

Le soutien à Israël en provenance des groupes chrétiens organisés aux États-Unis connaît une croissance explosive. Israël a encouragé et a accepté comme cause ce qui représente des étapes concrètes vers l'accomplissement de la prophétie.
Un groupe, une coalition chrétienne de deux millions de membres, peut rapidement déployer des conseils de vote à plus de 70 millions de ménages américains pour des causes comme des efforts législatifs afin de consolider les frontières de 1967 et les Territoires Occupés par Israël rien qu'au nom de la "protection de l'accès aux sites religieux".
Le retour des Juifs dans leur ancienne patrie est vu par les Evangélistes comme la condition préalable à l'avènement mystique du Christ.
Par conséquent, quand l'état Juif a été créé en 1948, les évangelistes l'ont vu comme signe.
La conquête par Israël de Jérusalem et de la Cisjordanie en 1967 a accru leur excitation et a multiplié leur soutien organisé à Israël.


2. Affaiblir l'opposition internationale au Sionisme

Il y a vingt-six ans, l'Assemblée Générale des Nations Unies a adopté une résolution litigieuse comparant le Sionisme à du racisme. Alors, comme maintenant, Israël a demandé le soutien des Etats-Unis (et de quelques autres états) pour soutenir le rejet israélien de la résolution.

Bien que des conférences abordant le lien entre le Sionisme et le racisme remettent encore en cause Israël et les nombreuses victimes palestiniennes qu'occasionne ce conflit sans fin, les États-Unis ont étouffé le débat par leur absence remarquée à la plupart des conférences sur les droits de l'homme.


3. Un déploiement plus efficace de l'attaque diffamatoire de"l'anti-sémitisme".

Les critiques d'Israël dans les principaux médias, que ce soit la presse, la radio ou la télévision, sont peu nombreux.
En 1919, Morris Jastrow, Jr. a écrit le livre "le Sionisme et le futur de la Palestine" publié par Macmillan Company.

Jastrow avait correctement prédit que l'association de la religion et de la nationalité au "Sionisme politique" aurait des conséquences négatives. Il a posé le principe qu'alors que les Non-Juifs ont un seul pays et une prétendue loyauté : "Les Américains sont Américains", les "Français sont Français", etc., les Juifs sont vus comme ayant des loyautés séparées.

Il croyait qu'ils seraient des citoyens du pays dans lequel ils vivaient et également des partisans de l'Etat Juif. Il s'inquiétait que des Juifs vivant à l'extérieur d'Israël (Palestine occupée) soient vus comme étant moins totalement fidèles au pays dans lequel ils résident.

Vrai ou faux, Jastrow avait prédit que cette différence politique s'ajouterait au véritable anti-sémitisme qui existait alors.

Cependant, Jastrow n'avait pas prédit que des campagnes de diffamation seraient déployées par des entités Sionistes comme l'Anti Defamation League quand un petit nombre d'agents israéliens se feraient vraiment prendre dans des "activités incompatibles avec leur statut de citoyens américains."

La suggestion de Pat Buchanan et d'autres penseurs profondément conservateurs que des membres "du parti de la guerre" ayant indéniablement des liens compromettants avec Israël étaient les principaux architectes de l'invasion américaine de l'Irak a rencontré un mur étouffant d'accusations d'anti-sémitisme et des reproches des médias.

Cependant, la plupart des critiques potentiels d'Israël parmi les médias traditionnels continuent à être muselés de façon efficace, les accusations et les preuves commencent à circuler au delà des petits groupes d'intellectuels et de patriotes.

Une religion n'a aucune protection.

Sur la radio Chrétienne Bible Belt America, les auditeurs peuvent entendre des condamnations acérées de l'Islam, et le témoignage de la prépondérance et de la droiture des principes Chrétiens et Sionistes, agissant en alliance contre l'Islam.

D’importantes conférences comportent des sessions avec des idéologues intellectuels tels que Daniel Pipes parlant de l'Islam militant et des 15% de Musulmans comme étant des terroristes potentiels tandis que Jerry Falwell proclame que le prophète Mohamed lui-même était un terroriste.

Les innombrables millions d'Américains lisent une série de romans appelés “Left Behind".

Ce sont des séries des meilleurs best-sellers du pays qui ont été adaptés à l'écran. Ces livres glorifient et font la chronique des périodes apocalyptiques. Leurs contextes se déroulent au vingt et unième siècle et sont complétés par des avions de guerre et des correspondants de télévision.


Cette ferveur Chrétienne au crédit d'Israël offre une pause à de nombreux leaders Juifs.

Tandis que ces Chrétiens croient que Dieu a donné la terre d'Israël aux Juifs et que chaque grain de sable entre la Mer Morte, le fleuve du Jourdain et la Mer Méditerranéenne appartient aux Juifs, y compris la Cisjordanie et Gaza, des problèmes existent.

La version biblique de l'Apocalypse soit tue les Juifs ou soit les convertit au Christianisme, donnant au soutien évangélique une épée à double tranchant qui est un pauvre guide pour la véritable géopolitique qui se joue sur le terrain au Moyen-Orient. Selon les paroles d'un observateur intelligent, "cela nous supprime le quatrième acte".

Et quels conseils bibliques y a-t-il pour les trois millions de Palestiniens qui vivent en Cisjordanie et à Gaza ?

Quelques fondamentalistes suggèrent que la majeure partie d'entre eux devrait être nettoyée de cet Etat donné par Dieu et être déplacée vers un autre pays Arabe.

En fait, beaucoup d'évangélistes croient que lorsque le Premier Ministre Rabin a signé les Accords d'Oslo et a offert de négocier la terre contre la paix, c'était non seulement une erreur, mais c'était un péché qu'il a payé de sa propre vie.

L'IRMEP donne une note de "5" au plan de rajeunissement du Sionisme de l'ACB. L'efficacité des machines en place pour promouvoir le Sionisme inspire le respect à des groupes pourtant inattendus, et parfois, complètement non désirés.


• III. Évaluation des dommages faits par l'ACB aux intérêts américains

L'ACB représente un plan pour qu'Israël réalise les meilleurs résultats possibles. Cependant, les politiques qui créent des résultats favorables pour Israël créent un effet négatif et opposé d’un niveau équivalent pour les Etats-Unis.

Dans cette partie, nous analyserons l'ampleur des dommages et nous lui assignerons une note.


a. Augmentation du soutien du Congrès américain

Une influence israélienne vérifiable sur le Congrès américain, émanant indirectement de différents groupes de l'ensemble des groupes d'intérêts et des organisations de Lobby, est énormément préjudiciable aux Etats-Unis.

Puisque des idéologues promouvant des politiques basées sur des objectifs israéliens, sionistes ou même bibliques qui sont réellement imposées par la Loi et la volonté des militaires aux Etats-Unis, une partie des idéaux américains commencent à se flétrir, mourir et finalement tomber en ruines.

En premier lieu, il y a l'idée que, en tant que nation, les Etats-Unis agissent le mieux en tant qu'entité laique.

La déclaration des droits déclare : " Le Congrès ne fera aucune loi relativement à l'établissement d'une religion". En acceptant et en exportant la puissance des États-Unis pour soutenir les objectifs de deux religions, le Christianismes et le Judaïsme, le Congrès a violé la constitution des États-Unis, et il s'est violé lui-même.

Des actions moindres, telles que la diffusion d’annonces aux soldats américains combattant sur les terres Musulmanes leur recommandant instamment de "prier pour le Président Bush" sont encore d'autres signes inquiétants que la séparation de l'Eglise et de l'Etat aux Etats-Unis a été tellement érodée qu'elle est sur le point de s'effondrer.

L'IRMEP attribue la plus haute note aux dommages découlant de l'augmentation du soutien du Congrès américain, soit "5 sur 5".


b. La stratégie de la "paix contre la Paix" pour les Palestiniens

L'effondrement des Accords d'Oslo et la dégradation provoquée par le conflit israéli-palestinien ont laissé une seule partie capable de pouvoir réellement imposer des solutions à la crise. Les Etats-Unis.

Les intérêts des États-Unis dans l’obtention d’une paix dans la région sont d'une importance élevée. Le conflit est vu comme le poteau de lynchage pour toutes les injustices dans l'ensemble du monde Arabe. En se tenant aux cêtés des intérêts israéliens, et en compromettant son rêle de médiateur neutre, les États-Unis ont compromis leur propre légitimité.

Le principal intérêt des États-Unis au Moyen-Orient est de promouvoir un développement économique, politique et social, progressif et non-violent dans l'ensemble de la région.

Favoriser un seul pays rend le conflit dans des régions productrices de pétrole vital, motive les réseaux terroristes des militants fondamentalistes à agir contre les États-Unis, et met sous tension les relations des États-Unis avec la communauté internationale.

L'IRMEP donne à l'adhésion des États-Unis à la stratégie de "la Paix contre la Paix" plutêt qu'à la stratégie de "la terre contre la Paix" une note élevée (une note de 4) pour les dommages faits aux intérêts américains au Moyen-Orient.


c. Contenir, Déstabiliser, et repousser les rivaux régionaux

Les futures générations se souviendront peut-être que le plan motivé par les Israéliens pour "déstabiliser" et "remodeler la carte du Moyen-Orient" aura été l'étincelle qui est tombée dans la boîte de matière inflammable de la 3ème Guerre Mondiale.

Alors que les Etats-Unis sont clairement intéressés par la réforme des gouvernements et des institutions dans l'ensemble du Moyen-Orient, une approche plus lente et plus progressive avec énormément moins de bain de sang aurait été nettement une voie préférable.

En accélérant le conflit et en confondant le droit international et les alliances au nom du "changement de régime", les États-Unis sont de plus en plus perçus comme un Etat voyou et les Nations-Unies aussi paria qu'Israël.

En choississant de se battre contre des ethnies et des tribus dont elle ne sait rien ou préfère ne savoir que peu de choses, l'Administration Bush commence seulement à récolter les conséquences de l'extrémisme peu judicieux et motivé idéologiquement.

Le score à l'évaluation des dommages aux États-Unis de l'IRMEP est un solide "5 sur 5".


d. Réforme Economique

La réforme économique d'Israël est une question qui affecte peu les intérêts américains. Bien que les Israéliens voudraient intégrer de nouvelles économies, en particulier dans le secteur industriel militaire, les États-Unis trouvent fréquemment que cela mène à des transferts de technologie fortuits.

Les tentatives israéliennes de ventes de systèmes de radar basés sur les AWAC américains et le jet de combat Lavi copié des F16 américains sont au niveau stratégique des sujets significatifs et préjudiciables.

La dépendance continue d'Israël à l'aide des États-Unis est un facteur négatif pour les Etats-Unis.

l'IRMEP juge les dommages aux intérêts américains comme étant seulement matériels. Gonfler les niveaux d'aide à Israël, représentant un pourcentage important de l'ensemble du PIB des États-Unis, aliène la communauté internationale et les états Arabes puisque c'est simplement le versement des États-Unis le plus élevé, à des conditions extrêmement favorables (équivalent à de l'argent comptant), de l'ensemble du budget de l'aide étrangère des États-Unis.


Ce n'est pas bon pour Israël et malgré le gros avantage pour les fabricants d'armes américains et les intérêts des fournisseurs de la défense qui se transcrit en paquets d'aide, c'est négatif pour les États-Unis


L'IRMEP attribue une note de 2 sur 5 pour les dommages aux Etats-Unis.



e. Rajeunissement du Sionisme

Soutenir le rajeunissement du Sionisme a eu un effet de polarisation aux Etats-Unis et a endommagé les libertés protégées constitutionnellement des citoyens américains. Comme étude de cas, voyons comment deux soldats motivés idéologiquement et religieusement partant vers différents pays sont maintenant traités par le gouvernement des États-Unis.

Un jeune Juif enthousiaste et capable avec la citoyenneté américaine peut facilement voyager en Israël et servir dans les Forces de Défense israélienne, ou dans toute autre branche de gouvernement, pendant deux ans, et revenir se mélanger parmi la société américaine.
Ses activités, ses engagements d'allégeance (qui annulent sa citoyenneté américaine), et des détails de son service militaire sont sans intérêt pour le gouvernement américain.
Il pourrait s'engager pour deux ans dans des opérations paramilitaires contre des alliés Arabes des États-Unis.
Le soldat pourrait revenir aux États-Unis avec une liaison continue avec les services de renseignements du Mossad.
Personne ne s'en inquièterait ou enquêterait aux États-Unis


Un jeune palestinien enthousiaste et capable avec la citoyenneté américaine partant pour la Cisjordanie aurait un traitement différent. S'il fait partie de la minorité de Palestiniens Musulmans fervents religieux, il devra affronter la colère d'Israël et des États-Unis.
Il peut être détenu et emprisonné en Israël si les autorités suspectent une sympathie ou un soutien à la cause palestinienne.
Les réclamations auprès des conseillers américains à Tel Aviv ne mèneront ni à un soutien ni à une représentation des États-Unis si la détention atteint un tribunal judiciaire.

Si le jeune palestinien rejoint un groupe considéré comme étant une opposition militante à Israël (même s'il ne l'est pas pour les Etats-Unis), il sera immédiatement fortement impliqué dans un crime d'association avec des organisations "terroristes", sujet à la détention en tant que combattant ennemi à Guantanamo Bay, ou même exécuté par des membres des renseignements américains. L'opposition militante à Israël a été totalement criminalisée aux Etats-Unis.
Et Israël lui-même se réserve publiquement le droit d'assassiner aux Etats-Unis, les citoyens américains suspectés d'action contre les intérêts d'Israël.

En tant que partisan de la promotion du Sionisme ainsi que d’autres actions militaires motivées religieusement, les États-Unis ont subtilement codifié l'armée et tout autre soutien à la religion d'une façon qui frappe les bases mêmes des raisons pour lesquelles la nation a été créée.

En codifiant sélectivement le soutien au Sionisme, les États-Unis se placent eux mêmes sur le chemin de l'intolérance et du bain de sang.

Les dommages à sa réputation comme nation juste, équitable et laique ont été dépassés par des coalitions de groupes d'intérêts évangélistes et des agents israéliens. La note de l'IRMEP aux dommages pour les États-Unis est de 4 sur 5.

En parlant de façon pratique, la politique des États-Unis devient comparable à une croisade moderne institutionalisée contre les nations Arabes et l'Islam.



IV. Recommandations politiques de l'IRMEP

Que l'ACB ait atteint des niveaux élevés d'exécution est indéniable. Cependant, l'IRMEP croit que les coûts en termes de dommages faits aux objectifs de politique étrangère américaine et aux intérêts nationaux sont extrêmement forts.

Bien que certains dommages puissent même être irréparables, l'IRMEP demande aux politiciens américains d'étudier immédiatement les coûts de la mise en Å“uvre de l'ACB.

Suivre l'ACB ne peut, à l’avenir, que produire des dommages supplémentaires aux intérêts américains.

Source : Institut for Research : Middle Eastern Policy

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

USA

Même sujet

Rapports

Même date

24 août 2006