Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1529 fois

Palestine occupée -

Samidoun : le « Deal du siècle » colonial échouera, il est temps de riposter et de défendre la Palestine !

Par

29.01.2020 - Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, dont est membre le Collectif Palestine Vaincra, joint sa voix à celle des Palestiniens et de toutes les personnes de conscience du monde entier pour rejeter et condamner le soi-disant « Deal du siècle » raciste et colonialiste de Donald Trump et Benjamin Netanyahu. Cet « accord » consacre de manière flagrante le colonialisme de peuplement et le sionisme sans même une façade de préoccupation pour les principes prétendument universels de justice, de souveraineté, d’autodétermination et de droit international dont les Palestiniens sont systématiquement exclus.

Samidoun : le « Deal du siècle » colonial échouera, il est temps de riposter et de défendre la Palestine !

Bien que nous soyons tout à fait certains de l’échec total de ce « plan de guerre » pour la Palestine occupée (ce n’est certainement pas une forme quelconque de plan de paix) face au rejet unifié des peuples palestinien et arabe et de tous les partisans de la justice dans le monde, nous soulignons également l’urgence d’intensifier notre lutte pour affronter le sionisme et l’impérialisme et provoquer leur défaite. Cela doit signifier étendre nos campagnes de boycott, désinvestissement et sanctions avec un effet matériel; défendre la Résistance palestinienne et faire avancer l’exigence de la libération pour les prisonniers politiques palestiniens.

De Balfour à Trump

Il n’est pas surprenant que cela ait été qualifié d ‘« accord du siècle » – après tout, cela fait un peu plus de 100 ans que les Palestiniens luttent contre la colonisation dans leur pays d’origine. La division du monde arabe sous l’accord Sykes-Picot et le colonialisme britannique en Palestine ont conduit directement à la déclaration Balfour, dans laquelle un seigneur britannique a accordé des terres qui n’étaient pas les siennes – et qui étaient, en fait, la terre du peuple palestinien autochtone – au mouvement sioniste colonialiste européen. Les Palestiniens étaient référencés de manière dédaigneuse comme rien de plus que les « communautés non juives existantes ».

Aujourd’hui, Trump parle de nouveau avec la perspective d’un seigneur impérial, distribuant des terres et des biens qui ne lui appartiennent pas dans l’intérêt du pouvoir impérial et de son partenaire, le colonialisme sioniste. Depuis plus d’un siècle, cependant, le plan Balfour et ses conséquences désastreuses, soutenus comme ils l’ont été par la puissance impériale, la puissance militaire et des milliardaires capitalistes, ont échoué sur les bancs rocheux de l’existence et de la Résistance palestiniennes, inébranlables sous toutes leurs formes, d’Intifada en Intifada, avec une vision révolutionnaire de libération qui propulse la lutte pour poursuivre la victoire contre toutes les forces de réaction, de racisme et de répression.

Des élections avec du sang palestinien

Bien sûr, le spectacle à la Maison Blanche aujourd’hui – en présence d’une flopée de sionistes notoires de droite, y compris le donateur politique milliardaire Sheldon Adelson, assis au premier rang après le financement de la campagne de Trump, et le promoteur du génocide Brooke Goldstein du Lawfare Project, responsable de poursuites frivoles répétées visant des professeurs, des étudiants et des personnes de conscience qui parlent de la Palestine – a également été un moment de campagne pour ses hôtes d’extrême droite, Trump et Netanyahu. Le fait que cette célébration coloniale ait également été soutenue par un autre politicien israélien Benjamin Gantz souligne le fait que la compétition politique sioniste ne porte que sur la manière de gérer le vol de terres palestiniennes et la perte de vies palestiniennes, plutôt que sur la nature de l’État lui-même. Netanyahu a été inculpé de corruption aujourd’hui, alors que Trump est sous le coup de la procédure « impeachment » et fait face à des demandes populaires croissantes de changement réel, comme Medicare for All, une éducation publique gratuite et la fin de guerres sans fin, qui mettent en péril sa campagne de réélection.
La distraction de ces crises électorales des politiciens défaillants, cependant, est une menace d’un prix très concret pour les millions de Palestiniens qui sont menacés par leurs décrets alors qu’ils cherchent à légitimer l’apartheid en cours, la confiscation des terres, les démolitions de maisons, l’incarcération de masse, l’exécution extrajudiciaire, le siège sur Gaza, le déni du droit au retour des réfugiés, le nettoyage ethnique à Jérusalem et bien d’autres crimes de guerre et crimes contre l’humanité en cours. Ce diaporama électoral international n’est pas simplement un affichage pour les caméras; il est construit sa fondation sur le sang palestinien.

L’Alliance coloniale : impérialisme, sionisme, réaction arabe

L’annonce de l ‘« accord » a mis une fois de plus à nu que les Palestiniens continuent de faire face au même camp ennemi auquel ils ont été confrontés dès les premiers jours de la lutte : l’impérialisme, le sionisme et la réaction arabe, le sionisme prenant la forme du projet de colonisation de peuplement israélien lui-même et du mouvement sioniste qui le soutient avec un soutien politique et économique et des alliances avec les puissances impérialistes occidentales. Trump et Netanyahu se sont vantés de la présence des ambassadeurs de Bahreïn, d’Oman et des Émirats Arabes Unis lors de la conférence de presse, le dernier reflet de l’implication de ces régimes réactionnaires et de leurs rois et princes non seulement dans le massacre du peuple du Yémen, mais aussi dans le soutien sans réserve à leurs sponsors impérialistes pour attaquer la cause palestinienne, au cœur de tout mouvement de libération arabe.

Bien sûr, l’impérialisme américain est la principale force de terreur et de destruction dans le monde. Toutes les nombreuses références à la « lutte contre le terrorisme » dans les discours de Trump et de Netanyahu sont, en fait, des demandes de reddition totale non seulement du peuple palestinien, mais des peuples du monde, à qui il est interdit de se battre contre les États puissants qui confisquent leurs terres, leurs ressources et leurs richesses. La vision de ce « plan » ne se limite pas à la seule Palestine, mais vise à servir de modèle pour la domination impérialiste de la région et l’hégémonie régionale sioniste en cours, alors même que ceux-ci font face à une crise croissante alors que les forces populaires et politiques résistent et surmontent les invasions réactionnaires, les sanctions et d’autres attaques.

L’apartheid comme solution

Le soi-disant « accord du siècle » favorise l’annexion des colonies de peuplement israéliennes illégales, la confiscation des terres fertiles de la vallée du Jourdain, le déni complet de souveraineté sur le ciel et les mers pour le peuple autochtone de Palestine et la construction d’un réseau complexe de tunnels et de routes sous contrôle complet de la sécurité israélienne permettant aux Palestiniens de faire des allers-retours entre leurs Bantoustans isolés. La « reconnaissance d’Israël en tant qu’État juif » n’est rien d’autre qu’une demande de reconnaissance officielle du racisme, des inégalités permanentes pour les Palestiniens et une justification du nettoyage ethnique. Il considère Jérusalem comme une mosquée « à visiter pour les musulmans » plutôt que comme une ville palestinienne et arabe florissante sous occupation. Elle exige des Palestiniens d’être « démilitarisés », tandis que l’armée israélienne, soutenue par une aide militaire américaine de 3,8 milliards de dollars par an et servant comme l’une des plus grandes forces de substitution américaines dans la région, continue de dominer.

L’accord de Trump est un plan pour l’apartheid en tant que solution et, à bien des égards, un reflet de la réalité actuelle en Palestine. Il souligne une fois de plus l’échec du soi-disant « processus de paix » et l’impasse de la « solution à deux États ». En réalité, la meilleure réponse à Trump, Netanyahu et au régime sioniste-impérialiste en Palestine est la décolonisation et la libération totale de la Palestine du fleuve à la mer, le démantèlement de la colonie sioniste et la construction d’un avenir vraiment juste.

Une vision pour l’exploitation capitaliste

L’impérialisme est un projet capitaliste, et cela est incroyablement clair dans le long document établissant la vision de Trump sur la façon dont cette forme particulière d’apartheid devrait être financée et construite afin de rendre la main-d’œuvre et les ressources palestiniennes les plus favorables à l’exploitation du capital sioniste et international. Il exige à plusieurs reprises de ses bantoustans palestiniens envisagés qu’ils doivent être « favorables aux entreprises », accueillants envers les « sociétés multinationales » et les « investissements directs étrangers ». Ils sont également tenus de protéger la « propriété privée » – tandis que la propriété privée des Palestiniens confisqués par les forces sionistes de la Nakba restent volées sans justice, sans retour ni même compensation. Non seulement le « plan » de Trump est une tentative de liquider la lutte palestinienne pour la libération nationale, mais il constitue également une attaque contre la lutte palestinienne en cours pour la libération sociale et économique, tentant de supprimer la vision d’un avenir socialiste palestinien et arabe.

Il convient également de noter que si le plan est un affront effroyable à toute notion de justice ou aux principes du droit international et une tentative flagrante de mettre la Palestine sur le marché des votes électoraux pour Trump et Netanyahu personnellement, il ne s’agit pas non plus d’une rupture brutale mais de la poursuite de la politique impérialiste américaine en Palestine et dans la région en général. La « carte » d’apartheid des bantoustans accompagnant le soi-disant « plan » ressemble de façon frappante à celles qui ont été promues à maintes reprises par le « processus de paix », tandis que davantage de terres palestiniennes sont volées et des vies sont tuées. La démilitarisation de la Palestine, le déni de souveraineté et d’autodétermination, la confiscation des droits de l’air et de l’eau, la promotion des «échanges de terres» et l’utilisation de « l’État » comme un terme vide sans véritable indépendance ou autodétermination ont tous fait partie du désastreux processus d’Oslo.

D’Oslo à Trump : mettre fin à la coordination sécuritaire

La pièce maîtresse des demandes du plan Trump pour la reddition palestinienne comprend une vision encore plus détaillée des agents palestiniens travaillant au nom d’Israël pour criminaliser et réprimer la Résistance palestinienne. Comme cela a été observé à plusieurs reprises par les Palestiniens, l’occupant et le colonisateur cherchent toujours à créer une entité locale pour mener à bien le travail de l’occupant – puis intensifient ses nouvelles demandes de subordination. Le document Trump-Netanyahu prétend feindre d’être préoccupé par l’indépendance judiciaire palestinienne, tout en exigeant simultanément une intensification de la répression des tribunaux et des poursuites spécifiques « anti-terroriste ». L’Autorité palestinienne a, en fait, dégradé les droits des Palestiniens, par des détentions politiques, l’ingérence judiciaire et des poursuites pour « cybercriminalité » – dans le cadre de la « coordination sécuritaire » de l’Autorité palestinienne avec Israël, un processus supervisé par les autorités militaires américaines et développé sous la formation des États-Unis. Alors que nous marquons les Semaines de solidarité avec Ahmad Sa’adat, nous notons que ce dirigeant palestinien emprisonné a été enlevé par Israël dans une prison de l’Autorité palestinienne, où il a été détenu dans le cadre d’un accord de coordination sécuritaire sous la surveillance des gardes américains et britanniques.

Le résultat le plus dévastateur du processus d’Oslo a peut-être été la « coordination sécuritaire », en vertu de laquelle l’Autorité palestinienne continue de détenir des Palestiniens et d’attaquer la résistance, même lorsqu’elle a engagé des escarmouches politiques publiques avec des responsables israéliens. Afin de développer une Résistance palestinienne unifiée à « l’Accord du siècle », il n’y a pas de tâche plus urgente que de mettre fin une fois pour toutes à la « coordination sécuritaire » de l’Autorité palestinienne avec Israël et de libérer tous les prisonniers politiques détenus dans les prisons de l’Autorité palestinienne.

Attaqués : les prisonniers, les réfugiés, les Palestiniens de 48

Les prisonniers palestiniens, un problème central dans la lutte de libération des Palestiniens, sont évoqués dans la section 15 du plan Trump complet, dans un contexte dédaigneux qui semble déterminé à extraire la reddition politique comme une condition pour libérer même l’un des 5000 Palestiniens emprisonnés par Israël pour leur implication dans la lutte de libération. « Chaque détenu libéré devra signer un engagement à promouvoir au sein de sa communauté les avantages de la coexistence entre Israéliens et Palestiniens, et à se comporter de manière à modeler la coexistence. Les prisonniers qui refusent de signer cet engagement resteront incarcérés », indique le document. Le modèle de « coexistence » promu tout au long du document ne signifie rien d’autre que la reddition et la liquidation du peuple palestinien et l’enchâssement du racisme sioniste, une condition inacceptable pour tout Palestinien emprisonné en tant que combattant pour la liberté.

Il exclut spécifiquement les « citoyens israéliens », en particulier les Palestiniens de 48 emprisonnés pour leur rôle dans la lutte pour la libération de leurs terres et de leur peuple – tout comme ces prisonniers qui font face à une nouvelle attaque de Naftali Bennett, visant à imposer l’appauvrissement et une punition collective à leurs familles qui languissent derrière les barreaux. C’est loin d’être le seul contenu inquiétant du plan de Trump pour les Palestiniens de 1948 – non seulement la « reconnaissance d’Israël en tant qu’État juif » exclut ces 1,2 million de citoyens, mais son inclusion des « échanges de terres » pour les « zones peuplées et non peuplées » semble envisager un mécanisme permettant au régime sioniste de transférer sa population palestinienne indésirable – et sa citoyenneté – aux bantoustans isolés et soumis qu’il promeut.

Toute la population palestinienne – à Jérusalem occupée et en Cisjordanie , à Gaza assiégée, colonisée en 48, en exil et dans la diaspora dans les camps et dans le monde – est attaquée dans ce plan. La section du plan sur les « réfugiés » efface l’existence de la Nakba, crée une fausse équivalence entre les réfugiés palestiniens et les Arabes juifs (plutôt que de les considérer correctement comme des peuples victimes du sionisme et du colonialisme) dans lesquels ils peuvent être échangés les uns contre les autres et tente d’obscurcir par le fait que les réfugiés palestiniens restent des réfugiés aujourd’hui, même ceux qui ont obtenu la citoyenneté ailleurs, exclus de leur patrie et de leur droit de rentrer chez eux, en raison du nettoyage ethnique sioniste systématique de la Palestine, durant la Nakba de 1947-1948.

Les réfugiés palestiniens ont besoin de droits civils et humains dans leur pays de refuge, mais cela ne se fera jamais par le biais d’alliances avec les États et les entités mêmes qui perpétuent leur dépossession et leur exclusion en violation du droit international et des principes fondamentaux de justice. Au lieu de cela, les réfugiés palestiniens ont besoin de leurs droits civils, humains, sociaux et économiques pour pouvoir vivre leur vie et participer pleinement à la lutte pour la libération de leur patrie occupée, du fleuve à la mer, et à la lutte pour la libération de toute la région du joug de la réaction et de l’impérialisme.

Face à l’attaque globale contre la Résistance palestinienne

Enfin, nous notons qu’au cœur de ce soi-disant « plan » se trouve une attaque globale contre la Résistance palestinienne et le droit du peuple palestinien à lutter par tous les moyens pour libérer sa patrie occupée et obtenir la libération du colonialisme. La lutte de libération est transformée en « terrorisme » par les États responsables de terroriser les peuples du monde dans leur quête d’un contrôle total sur les ressources et les richesses. Le peuple palestinien a créé et construit ses mouvements de libération pour lutter sous toutes ses formes, et ce sont ces mouvements de résistance et ces forces révolutionnaires qui ont obtenu chaque victoire remportée par le peuple palestinien au cours de plus de 70 ans de lutte.

La demande de « démilitarisation » palestinienne dans un militarisme sioniste intense n’est rien d’autre qu’une demande de reddition et de liquidation. Le fait de qualifier les organisations de Résistance palestiniennes de « groupes terroristes » est une diffamation malveillante qui vise à semer la confusion dans le monde. Presque toutes les luttes de libération dans le monde incluent la lutte armée dans le cadre d’un programme complet de résistance à la colonisation, du Vietnam à l’Algérie, de l’Afrique du Sud à la lutte pour mettre fin à l’esclavage et parvenir à la libération des Noirs aux États-Unis. Il en va de même pour la Résistance palestinienne.

Si nous voulons lutter contre l’agenda exprimé dans le « plan » Trump-Netanyahu, nous devons nous battre contre toute tentative de qualifier la Résistance palestinienne comme du « terrorisme ». Cela signifie lutter pour supprimer les soi-disant « listes terroristes » et les désignations qui étiquettent les combattants de la liberté palestiniens comme des terroristes aux États-Unis, au Canada, dans l’Union européenne, en Grande-Bretagne et ailleurs. Ces types de lois servent à réprimer la diaspora palestinienne et l’organisation de la solidarité dans le monde et tentent d’isoler les Palestiniens qui se sacrifient le plus pour défendre leur terre et leur peuple de l’apartheid et du colonialisme. Plus de 5 000 Palestiniens sont emprisonnés sous le faux label de « terrorisme », tandis que les États qui justifient les guerres de changement de régime par des appels à la « démocratie » excluent les dirigeants palestiniens soutenus démocratiquement en appliquant le label de « terrorisme ».

Complicité européenne dans la répression anti-palestinienne

À l’heure actuelle, les organisations palestiniennes de base et non gouvernementales sont confrontées à une nouvelle politique de l’Union européenne exigeant qu’elles signent des accords selon lesquels aucune personne associée aux principaux partis politiques palestiniens ne doit être impliquée dans leur travail et leurs programmes, même au niveau politique le plus public. Des responsables israéliens comme le ministre des Affaires stratégiques, Gilad Erdan (le soi-disant «ministre anti-BDS» – qui dirige également l’administration pénitentiaire israélienne) parcourt le monde pour salir les organisations qui luttent pour les droits des Palestiniens et défendent les prisonniers palestiniens, le tout avec de vagues allégations de « connexions » avec les principaux partis politiques affublé du faux label de « terrorisme ». Si l’Union européenne et d’autres partis prétendent vouloir une alternative juste à la demande de reddition Trump-Netanyahu, ils peuvent commencer par mettre fin à cette attaque antidémocratique contre les droits humains palestiniens et l’expression politique.

Ils peuvent aller plus loin en mettant fin aux tentatives en cours de criminaliser et de réprimer l’organisation du boycott de l’apartheid israélien en Allemagne, en Autriche et ailleurs en Europe. Ces attaques répressives violent les droits des communautés palestiniennes en Europe et de toutes les personnes concernées par la justice à respecter les principes fondamentaux des droits de l’homme contre l’apartheid. L’annonce d’aujourd’hui a montré clairement à beaucoup que Trump et Netanyahu promeuvent l’apartheid comme solution. Pour chacune de ces personnes, la première réponse doit être claire: boycott, désinvestissement et sanctions, et isolement international d’Israël.

Vers la libération de la Palestine

Le spectacle grotesque Netanyahu-Trump à Washington, DC, au final, ne change rien. Il nous fournit un document de leur plan envisagé, un reflet des réalités auxquelles les Palestiniens sont confrontés au quotidien. Trump et Netanyahu n’ont aucune autorité pour modifier le droit international ou légitimer le colonialisme, l’apartheid et le nettoyage ethnique, et nous sommes certains que la force et la résistance unifiées du peuple palestinien feront une fois de plus échouer ce «plan» sur les rives de la défaite.

Nous ne pouvons cependant pas rester silencieux ou ignorer cette dernière attaque. L’alliance stratégique de nos ennemis est claire : impérialisme, sionisme, forces réactionnaires arabes. Le moment est venu de construire notre alliance stratégique pour un avenir de liberté et de justice de la mer au Jourdain : travailler ensemble pour défendre une vision de la libération totale de la Palestine – et, en fait, de la libération du monde. Il est maintenant temps de construire nos mouvements, de renforcer nos alliances et de faire passer le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) à l’isolement international d’Israël. Il est peut-être aussi plus urgent que jamais de défendre la Résistance palestinienne, dont le droit même de lutter pour la liberté fait face à une attaque sévère et globale.

En tant que réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, dont est membre le Collectif Palestine Vaincra, nous soulignons également l’importance cruciale d’intensifier les campagnes partout pour libérer les 5 000 prisonniers politiques palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, dont beaucoup sont soumis à de graves tortures. Ce sont les dirigeants du mouvement de libération palestinien et du peuple palestinien et garantir leur liberté est essentiel à la libération de la Palestine.

Tout comme nous devons affronter Trump et Netanyahu, nous devons également nous tenir aux côtés de ceux qui défendent la souveraineté indigène contre la colonisation de peuplement américaine, canadienne et australienne, avec le mouvement de libération des Noirs, avec tous ceux du monde arabe qui luttent pour la justice et affrontent les régimes réactionnaires, avec ceux qui luttent pour la justice pour les migrants et les réfugiés et contre le racisme et l’oppression sous toutes leurs formes, avec des travailleurs sur les lignes de piquetage et qui organisent pour la justice, avec le Venezuela, Cuba et tous les peuples d’Amérique latine qui se battent pour défendre leur terre contre l’impérialisme rapace et les forces du coup d’État de droite, avec le peuple philippin résistant aux assassinats et à la répression, avec les mouvements dans les rues de l’Inde défendant les droits des peuples contre les attaques fascistes, avec ceux qui luttent pour faire tomber les sanctions dévastant le peuple iranien, avec tous les mouvements, peuples et nations qui sont confrontés à l’impérialisme, à l’exploitation et à l’injustice.

Chaque victoire pour les luttes du peuple, chaque défaite de l’impérialisme est aussi une victoire pour la Palestine. Nous les célébrerons ensemble à Jérusalem, la capitale libérée de la Palestine. De la mer au Jourdain, la Palestine sera libre !


Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra

Source : Collectif Palestine Vaincra

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine occupée

Même sujet

Initiatives de paix

Même auteur

Samidoun

Même date

30 janvier 2020