Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2733 fois

Liban -

Sayed Nasrallah : l'espionnage des télécommunications est lié au TSL

Par

Le 16 juillet, à l'occasion de la Journée des résistants mutilés, le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a estimé qu’il existe un lien entre le scandale de l'affaire d'espionnage des télécommunications et le Tribunal Spécial pour le Liban, soulignant que l'arrestation de l'espion Charbel Kazzi a non seulement révélé qu’« Israël » contrôle tous les réseaux de télécommunication au Liban mais que la décision du 5 Mai de démanteler le réseau de communication de la Résistance était purement israélienne !

Sayed Hassan a demandé l’exécution immédiate de toutes les condamnations à des peines de mort prononcées par la justice libanaise contre les espions jugés, estimant que leur exécution ne doit pas dépendre de calculs confessionnels…

Au début de son discours, Sayed Nasrallah a présenté ses condoléances pour le décès de l’ayatollah Sayed Mohammad Hussein Fadlallah, et pour les martyrs qui sont tombés jeudi lors du double attentat suicide à Zahedane (…).

Le numéro un du Hezbollah a ensuite rendu hommage aux sacrifices des résistants qui ont été mutilés durant les nombreuses offensives perpétrées par l’ennemi sioniste contre le Liban, depuis particulièrement l'invasion du Liban pat l'entité sioniste en 1982.

Selon lui, les hommes de la résistance ont choisi dès les premiers moments l'affrontement avec l'ennemi sioniste, alors que certaines parties au Liban optaient pour la capitulation car elles croyaient que la force du Liban réside dans sa faiblesse, ou faisaient croire que ce qui se passait au Liban était la guerre des autres et que les Libanais n’étaient nullement concernés.

Les idées principales du discours :

"Ce qui se passe au Liban n’est pas la guerre des autres, on ne peut pas se rendre dans nos écoles, nos maisons, nos mosquées pour prier, tout en adoptant une attitude neutre et impartiale dans ce qui se passait. Sinon quel aurait été l’avenir du Liban et que serait-il advenu de lui ? C’est parce que vous n’avez pas été neutres que le Liban est sorti victorieux, et que le Liban a réussi à résister (…).

Vos sacrifices sont survenus au bon moment , et au bon endroit ; vous n’avez pas défendu un leader, une confession, votre bataille était menée pour le peuple, pour votre pays, votre nation (..)

Sur la Terre, il n’a pas de bataille plus noble, du point de vue moral et humain, ni plus claire, ni plus évidente que celle menée contre le projet sioniste ; sur tous les plans vous ne trouverez point de bataille plus noble que cette bataille car elle est la plus grande preuve du sacrifice (…)

Sur le plan politique, je souhaite parler d’un sujet très sérieux et grave l’affaire des espions :

si on prend la guerre de juillet, les espions avant la guerre avaient un grand rôle, ce sont eux qui collectent les données nécessaires pour que l’ennemi bombarde ou attaque… Certes il y a plusieurs moyens d’espionnage surtout que l’ennemi dispose de toute la technologie mais malgré tout cela, l’ennemi ne peut pas se passer du facteur humain.

Avant la guerre, ces espions ont recueilli des informations importantes sur des immeubles, des écoles et des usines, cela veut dire que ces espions sont partenaires et complices dans les crimes commis par l’ennemi israélien..

Après la guerre, la banque de données des Israéliens s’est épuisée, et donc il fallait la renouveler ; c’est pourquoi ils ont réactivé leurs réseaux d’espionnage, des espions qui ont travaillé pour eux pendant des années, et ce de l’aveu des agents dont certains ont été démasqués et qui ont reconnu que leur mission consistait non seulement à récolter des renseignements mais aussi à semer la zizanie, comme par exemple entre Amal et le Hezbollah dans le sud, ou encore entre les sunnites et les chiites, dans le but d’affaiblir la Résistance de l’intérieur ;

Tel est l’objectif de l’ennemi israélien dans tout conflit interne ; or les Israéliens sont restés impuissants devant la volonté de la Résistance ; c’est pourquoi ils sont en train de travailler sur un autre projet de zizanie : le Tribunal spécial pour le Liban et Ashkenazi l’a confirmé en déclarant que le mois de septembre au Liban sera témoin d’événements troublants suite au chef d’inculpation que va rendre le tribunal !

Mais pour revenir à la question des espions, je ne veux pas parler des espions anciens mais je veux parler des espions depuis 2004, et qui sont devenus plus présents sur la scène libanaise, car ils se sentent plus en sécurité et cela est très dangereux !

Car je vous pose la question : comment est-ce possible qu’un espion reste actif sans être démasqué pendant plus de 15 ans ? Comment et pourquoi se sent-il tellement en sécurité ?

Il y a plusieurs raisons : l’indulgence de la justice libanaise qui se contente de rendre des jugements d’emprisonnement de deux ans à trois ans pour un espion qui a travaillé pour le compte de l’ennemi israélien.

Il y a l’environnement des espions qui lui est favorable ; cet environnement qui ne voit pas que c’est honteux qu’un père, qu’un fils, qu’un professeur, qu’un militaire ait des relations avec Israël, comme si le fait d’avoir des liens avec Israël était similaire à celui d’en entretenir avec la Syrie !! Ceci est très grave !!

Il faut en finir avec ces raisons !

Il y a deux ans, nous avons rouvert le dossier des réseaux d’espionnage et les efforts menés jusqu’à ce jour sont bons, je ne parlerai pas du pourquoi ce dossier a été rouvert mais je tiens à dire que les autorités sécuritaires ont fait jusqu’à maintenant un gros travail et nous apprécions les efforts déployés par tout l’appareil sécuritaire dans ce domaine..

C’est pourquoi nous demandons l’exécution de toutes les condamnations de peine de mort rendues jusqu’à maintenant contre les espions démasqués et détenus, nous saluons la décision courageuse du président de la république de signer sans hésitation toute peine de mort !

Nous avons dit que dans ce dossier, les espions n’ont pas de confession, ils sont des ennemis, car ils ont travaillé avec l’ennemi ; mais certains vont penser que si nous arrêtons un espion chiite, il faut aller chercher un espion sunnite ou un espion maronite pour établir un équilibre confessionnel dans les arrestations de agents ; une telle mentalité, si elle existe, est honteuse !

De même, concernant les condamnations à des peines de mort, elles doivent être exécutées le plus vite possible, en-dehors de tout calcul confessionnel car c’est la meilleure façon pour dissuader les espions..

Pour ce qui est des familles des espions, il ne faut pas les maltraiter car il se peut que dans ces familles il y ait un martyr de la résistance, cela arrive !

Il faut organiser une campagne nationale de sensibilisation contre le danger des espions pour que ces derniers ne se sentent plus en sécurité !

J’aborde un autre volet : celui des télécommunications. Ce dossier est très sensible et dangereux et je crois que désormais, après le scandale de l’ALFA, tout le monde est persuadé que l’ennemi israélien contrôle tous les réseaux de télécommunication au Liban, même l’internet.

C’est pourquoi les Libanais doivent être très prudents car le pays est à découvert, l’ennemi nous écoute !

Aussi, faut-il le rappeler, ce contrôle de l’ennemi ne date pas d’hier. Il remonte à plus de dix ans, soit depuis 1996. Ce qui veut dire que quand Israël a fait la guerre contre le Liban, il se croyait préparé, il a pensé qu’il contrôlait tous les réseaux de communications, sauf qu’il a omis de penser au réseau de câbles téléphoniques de la Résistance qui a prouvé son efficacité durant la guerre de juillet..

L’erreur commise par l’ennemi, c’est qu’il a sous-estimé ce réseau et il s’en est rendu compte après… Si vous vous souvenez du massacre de Qana 2, il y a eu un cessez-le-feu des deux côtés, or les Israéliens ont été surpris de voir que la Résistance a respecté pendant 48h ce cessez-le-feu, et donc que cette dernière n’était pas coupée de ses combattants.

Oui, parmi les préparatifs à une guerre, il y a eu un travail acharné de la part de l’ennemi pour priver la résistance de ses point forts, dont le réseau de câbles téléphoniques de la Résistance (…) qui n’est pas un problème technique ni financier, comme certains l'ont prétendu en disant que ce réseau volait l’argent du Trésor public !!!

Et donc je demande au pouvoir politique d’ouvrir une enquête sur ce sujet, je demande au gouvernement d’ouvrir une enquête pour chercher qui est à la tête du fil, d’aller chercher les grands espions qui ont entrainé les petits ; je demande aux politiciens de chercher qui les a entraînés dans cette affaire, car celui qui est à la tête est celui-là même qui a entrainé le Liban au bord de la guerre civile !

Enfin une dernière question se pose : pourquoi l’arrestation de l’espion Charbel Kazzi a-t-elle provoqué tant de bruit, pourquoi le défendre, pourquoi lancer une campagne contre les services de renseignements militaires ?

Parce qu’il a une histoire derrière. En fait tout ce qui est lié à l’affaire des télécommunications est lié aux enquêtes du Tribunal spécial pour le Liban.

Ces derniers temps, nous avons entendu beaucoup de bruit sur l’éventualité d’un chef d’inculpation accusant certains membres du Hezbollah alors que l’enquête n’a pas encore commencé, alors que nos hommes sont toujours interrogés ! Par contre, certains sont déjà au courant du contenu de la sentence avant que le Tribunal ne la rende publique et Ashkenazi l’a confirmée.

A la lumière de tout ceci, sans compter les renseignements que nous avons collectés sur cette affaire, nous avons constitué un dossier complet et nous allons prendre une position que nous allons révéler bientôt.

Il y a des forces locales, régionales et internationales qui ont misé sur la zizanie, sur la guerre de juillet, sur la guerre civile ; maintenant elles misent sur une nouvelle guerre, elles misent sur des scénarios fabriqués comme celui du chef d’inculpation que doit rendre le Tribunal en septembre et donc elles attendent… mais on verra… Cette décision doit se baser soit sur des témoins, soit sur des télécommunications. Or dans le cas des témoins, il n’y en a eu que des faux ; il ne reste plus que les télécommunications.

C’est pour cela que le monde des télécommunications est sacré pour eux et qu’il ne faut surtout pas y toucher, car s’il s’avère qu’il y a des espions dans cette affaire aussi, cela voudra dire que le chef d’inculpation n’a pas de validité.

Car au nom de quelles télécommunications vont-ils parler alors qu’Israël les contrôle !

Je me permets de poser une question que nos députés doivent poser au gouvernement. Au passage, je salue les efforts du département des renseignements, mais je leur pose une question : est-ce que vous déteniez des renseignements sur Kazzi avant que les services de renseignements militaires ne le capturent ou pas ? Et si oui, depuis quand étiez-vous au courant à son sujet ? J’espère que le ministre de l’intérieur posera ces questions et je demande au Premier ministre, le premier concerné par le tribunal, de poser ces questions (…).

C’est tout ce que je peux dire pour l’instant sur ce sujet, nous aurons l’occasion d’en parler dans d’autres occasions (…).

Source : Al Manar

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Liban

Même sujet

Même auteur

Hasan Nasrallah

Même date

17 juillet 2010