Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1588 fois

Israël -

Se contenter de répéter “la Paix, la Paix... ”, cela ne suffit pas

Par

Le texte suivant est la traduction en anglais, mise à jour, d’un article paru dans la revue populaire israélienne “Hadashot” (en hébreu), publiée en Israël le 9 mars 1990

... Il n’y a pas de différence fondamentale entre La Paix Maintenant (Peace Now, Shalom Akhshav, ndt) et les ultra nationalistes. Les uns comme les autres soutiennent et défendent l’idée d’un Etat juif. Et en tant que tels, ils doivent considérer les Palestiniens comme leurs ennemis.
La différence réside en ceci que, tandis qu’Ariel Sharon et le ministre (assassiné) Ze’evi (surnommé Ghandi) veulent se débarrasser de tous les Palestiniens, soit en les massacrant soit en les transférant, les gens de La Paix Maintenant veulent les contenir dans les enclaves de la bande de Gaza et les bantoustans de Cisjordanie. Au mieux, La Paix Maintenant et le Bloc de la Paix (Gush Shalom) représentent l’aile modérée du front sioniste.

Je m’explique :

Commençons par l’intitulé : Bloc de la Paix. Paix ? Qui donc pourrait être contre la paix ? Citez-moi ne serait-ce qu’un seul gangster qui ne veuille pas la paix. Pérès est pour la paix, Sharon est pour la paix, Rehava’am Ze’evi était pour la paix (n’oubliez jamais que même Hitler était pour la Paix !). Vous pouvez descendre l’avenue Dizengoff, à Tel Aviv, en chantant et criant “Paix”, vous ne dérangerez personne.

Dans l’intitulé, le “Maintenant” est un peu plus subtil. Quand vous criez le slogan : “La paix, maintenant”, vous dites en réalité : “Bon, si nous continuons à combattre et à conquérir des territoires, nous remporterons encore plus de butin. Nous aurons plus de villes et plus de villages dans lesquels installer des Juifs. Nous obtiendrons plus de terrains à confisquer, etc.

Mais ça va comme ça : j’en ai plus qu’assez. Après tout, j’habite déjà dans une maison arabe que volée en 1948 et aujourd’hui, personne ne nous la réclame. Aussi, je suis bien peinard, vivant dans mes dépouilles. Pourquoi irais-je risquer ma peau pour une maison à Naplouse ou à Gaza, pour y installer un Russe ou un autre immigrant juif ? C’est son problème. Moi, tout ce que je demande, c’est de vivre tranquille dans mon butin, maintenant : je veux La Paix, Maintenant !”


Je sais. Mes propos peuvent vous paraître rudes, voire même brutaux. Ici, nous avons affaire à un peuple à l’âme pure, et voilà que maintenant, comme s’il ne suffisait pas que Kahana et Ghandi (Ze’evi) crachent sur Shalom Akhshav et Gush Shalom, ce Shimon Tzabar, que nous avions toujours considéré jusqu’ici comme un Israélien honnête, vient nous donner un coup de pied au cul...

“Comment peut-il se permettre d’affirmer que j’ai des dépouilles et un butin ? Je n’ai pas de maison à Jaffa, moi... J’ai épargné agorot après agorot en ôtant le pain de la bouche de mes enfants pour acheter un appartement dans une cité à Ein Kareem. C’est un butin, çà ?”

“C’est des dépouilles de guerre, çà ? Je suis contre l’assassinat d’enfants et je marche dans les manifs du Gush Shalom. Comment pouvez-vous me considérer comme un assassin d’enfants ?”

Que faire ? Quand un Juif n’est pas en train de tuer un Arabe de ses propres mains, il se considère un saint et postule pour le prix Nobel de la paix. Le fait qu’il paie ses impôts à un gouvernement qui permet (pour ne pas dire : ordonne !) à ses soldats de tirer sur des enfants, voilà bien sûr qui n’est pas son problème. Il est à l’aise, “cool”.

Pour être honnête, je dois reconnaître que les gens de la Paix Maintenant - et c’est sans doute encore plus vrai pour ceux du Gush Shalom - ne sont pas tous à mettre dans le même sac.
Parmi eux, il y a des gens qui sont simplement en faveur de la paix.

D’autres peuvent être favorables à un Etat palestinien, voire même pour la restitution des territoires conquis en 1967. Il y en a quelques-uns, parmi eux, qui vivent dans de vieilles maisons palestiniennes parce qu’ils ne peuvent pas se payer un appartement avec des fenêtres ouvrant aux quatre points cardinaux (donc, habitables en été, ndt). Ce qui les apparente aux ultra nationalistes, c’est le Sionisme - cette idéologie voulant que les Juifs ont droit à un Etat et que cet Etat ne saurait se trouver ailleurs que dans un unique pays, la Terre d’Israël (Eretz Israël), que d’autres appellent Palestine.


Il est très facile de dire : “Je suis pour un Etat juif sur la Terre d’Israël”.
La Terre d’Israël n’a jamais été un désert inhabité, vide de population. Si cela avait été le cas, il n’aurait pas été nécessaire de la conquérir militairement. Le simple fait que nous ayons eu à la conquérir en 1948 est la meilleure preuve que ce pays était habité. Nous l’avons conquis par la force armée, nous avons expulsé une partie de ses habitants et nous avons installé à leur place les Juifs que nous aimions tellement. Mais il y a un prix à tout.

Quand vous expulsez des gens, ils n’aiment pas ça. Vous devez frapper, tuer et, s’ils répliquent ou tuent en retour, vous, votre fils ou votre fille, pouvez être tués, vous aussi. Alors, vous devez mettre en place une législation retorse et discriminatoire et forcer vos juges à pervertir les lois. Vous devez obéir à deux formes de logique destinées à soutenir deux formes de morale, une pour vous, l’autre pour eux. C’est vrai, la méthode n’est pas nouvelle, elle est aussi vieille que l’Histoire.

De nombreux Etats et de nombreux empires ont été créés de cette manière, y compris des plus prestigieux. Mais c’était avant l’invention de la télévision. Aujourd’hui, ce que vous faites ici sera vu demain dans le monde entier. Et vous devez vous rappeler que même si vous êtes suffisamment fort, militairement, pour conserver la terre que vous adorez, vous n’êtes pas suffisamment fort pour amener le monde entier à être d’accord avec ça.

Si la situation est bien telle que je la décris, n’y a-t-il aucune solution au problème ?


La réponse dépend de ce que vous mettez derrière l’expression “problème juif”.

Si le problème est de trouver comment des êtres humains peuvent vivre en paix ensemble, il n’y a pas de difficulté à le résoudre, car c’est exactement le problème des Palestiniens.

Mais si le problème juif est de savoir comment vivre en tant que race supérieure et gouverner les autres en les considérant comme des esclaves, il n’a, dans ce cas, pas d’autre solution que ce qui est en train de se passer. Je peux simplement suggérer une alternative à ceux qui souhaitent vivre comme des Etres Humains, et non pas en tant que Juifs. Cette alternative, c’est de transformer l’Etat juif en un Etat pour les être humains.


Le processus n’a rien de compliqué et il peut être mis en oeuvre grâce à ces quelques mesures simples :

1 - annexer formellement les territoire occupés à l’Etat d’Israël ;

2 - tous les habitants du territoire ainsi formé jouiront des mêmes droits civiques et démocratiques ;

3 - des élections auront lieu. Le nouveau Parlement mettra au point une constitution. La constitution garantira non seulement les droits de la majorité, mais aussi ceux de la minorité. Cela serait une excellente occasion pour ramener et réinstaller les réfugiés palestiniens. Un Parlement de cette nature pourra aussi décider du nom du pays et de son drapeau.


Ne me demandez pas si les Palestiniens accepteraient cette proposition. On doit d’abord la leur soumettre et voir. Et si vous m’accusez de ne pas me soucier des Juifs, ma réponse sera que j’ai arrêté de me soucier du peuple Juif depuis le jour où j’ai pris conscience du fait que le peuple juif avait cessé de se soucier de lui-même et avait remis son destin entre les mains d’un gang de gens assoiffés de pouvoir et criminels.


Article paru dans le Point d'information Palestine
Newsletter privée réalisée par La Maison d'Orient - BP 105 - 13192 Marseille Cedex 20 - FRANCE
Phone + Fax : +33 491 089 017

Pour recevoir cette lettre de diffusion, envoyez un mail à : lmomarseille@wanadoo.fr

Source : http://www.ppu.edu

Traduction : Marcel Charbonnier

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Sionisme

Même date

31 mai 2002