Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2356 fois

Israël -

Siboni : Détruire le Liban en cas d'une nouvelle guerre

Par

"Au Liban, les attaques devront viser les capacités militaires du Hezbollah et devront cibler les intérêts économiques et les centres du pouvoir civil qui soutiennent l'organisation. De plus, plus les relations entre le Hezbollah et le gouvernement libanais seront étroites, plus les éléments de l'infrastructure de l'Etat libanais seront visés."

Le général de brigade de réserve israélien Gabriel Siboni a appelé à frapper l'infrastructure du Liban en cas d'une nouvelle guerre.

Dans un article publié sur le site internet de l'Institut israélien pour les études sur la sécurité nationale (INSS), Siboni dit que "la situation difficile actuelle à laquelle Israël est confronté comporte deux défis majeurs. Le premier est comment empêcher d'être entraîné dans une dynamique de guerre d'usure continue sur la frontière nord, similaire à celle qui s'est développée au cours des années récentes le long de la frontière avec la Bande de Gaza. Le second est de déterminer la réponse des Forces israéliennes de défense à un conflit à grande échelle à la fois au nord et dans la Bande de Gaza".

Siboni analyse que les deux défis peuvent être relevés en adoptant le principe d'une "frappe disproportionnée contre les points faibles de l'ennemi d'abord, et des opérations pour mettre hors de combat les capacités des missiles de l'ennemi, ensuite."

La punition consiste à littéralement tout détruire

Le Général de Brigade israélien écrit qu'avec un déclenchement des hostilités,

"les Forces israéliennes de défense devront agir immédiatement, de façon décisive et avec une force disproportionnée aux actions de l'ennemi et à la menace qu'il pose. L'objectif d'une telle réponse est de provoquer des dommages et d'infliger une punition à un point tel que le processus de reconstruction sera long et coûteux. La frappe devra être aussi rapide que possible, et devra donner la priorité à endommager les capacités plutôt qu'à chercher chaque rampe de lancement une par une. La punition doit viser les décideurs et les élites au pouvoir.

"En Syrie, la punition devra clairement viser l'armée syrienne, le régime syrien et la structure étatique syrienne.

"Au Liban, les attaques devront viser les capacités militaires du Hezbollah et devront cibler les intérêts économiques et les centres du pouvoir civil qui soutiennent l'organisation. De plus, plus les relations entre le Hezbollah et le gouvernement libanais seront étroites, plus les éléments de l'infrastructure de l'Etat libanais seront visés."

Siboni croit qu'une telle réponse créera un souvenir durable parmi les décideurs syriens et libanais, "accroissant ainsi la dissuasion israélienne et réduisant la probabilité d'hostilités contre Israël pendant une longue période. En même temps, cela forcera la Syrie, le Hezbollah et le Liban à s'engager dans des programmes de reconstruction des ressources longs et intensifs."

La réponse devra être disproportionnée

Il insiste sur le fait qu'Israël ne doit pas être entraîné dans une guerre d'usure avec le Hezbollah. "Le test d'Israël sera l'intensité et la qualité de sa réponse aux incidents sur la frontière libanaise ou les attaques terroristes impliquant le Hezbollah au nord ou le Hamas au sud. Dans de tels cas, Israël ne devra pas limiter sa réponse à des actions dont la sévérité semblera proportionnée à un incident isolé. Israël devra plutôt répondre de façon disproportionnée, de manière à ce qu'il soit très clair que l'Etat d'Israël n'acceptera aucune tentative de perturber l'accalmie qui prévaut actuellement le long de ses frontières. Israël doit être prêt à la dégradation et à l'escalade, ainsi qu'à une confrontation totale. Cette préparation est impérative pour empêcher une guerre d'usure à long terme. Le front interne israélien doit être prêt à subir des tirs, peut-être même des tirs intenses pendant une période prolongée, et comprendre que les FDI s'efforcent à réduire la période de tir au minimum et à créer un équilibre effectif de dissuasion."

"En insufflant une anticipation correcte de la réponse des IDF au sein de la population civile, Israël sera en mesure d'améliorer la préparation et la résilience de ses citoyens. Pourtant, l'objectif premier des FID doit néanmoins être de parvenir à un cessez le feu, selon des conditions qui accroîtront la dissuasion à long terme d'Israël, empêcheront une guerre d'usure, et laisseront l'ennemi s'empêtrer dans un processus de reconstruction long et coûteux", a conclu Siboni.

Gabriel Siboni a rejoint l'équipe de recherche de l'Institut pour les Etudes sur la Sécurité Nationale (INSS) en 2006. Il a servi comme combattant et commandant de la Brigade Golani et a fini son service militaire comme commandant de l'unité de reconnaissance de la brigade.

Dans le cadre de son service militaire, il a été officier d'état-major de la Brigade Golani, commandant en second de l'unité logistique et chef d'état-major d'une division blindée au nord.

En plus de son poste à l'INSS, Siboni est aussi consultant dans maints domaines, dont les systèmes opérationnels et la technologie militaire.

Source : Al Manar

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Sionisme

Même auteur

Mohamad Shmaysani

Même date

3 octobre 2008