Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 967 fois

USA/Israël -

Trump et les fascistes chrétiens

Par

Chris Hedge a passé près de deux décennies en tant que correspondant étranger en Amérique centrale, au Moyen-Orient, en Afrique et dans les Balkans. Il a travaillé pour The Christian Science Monitor, National Public Radio, The Dallas Morning News et The New York Times, pour lequel il fut correspondant étranger pendant 15 ans. Cet article a été publié pour la première fois par Truth Dig

26 juillet 2017 – Le vide idéologique de Donald Trump, plus il est isolé et attaqué, est rempli par la droite chrétienne. Ce fascisme christianisé, avec son réseau de méga-églises, écoles, universités et facultés de droit et son vaste empire radio et télévision, est un puissant allié pour une Maison Blanche assiégée. La droite chrétienne s’organise et se prépare à prendre le pouvoir depuis des décennies. Si la nation souffre d’un autre effondrement économique, ce qui est probablement inévitable, une autre attaque terroriste domestique catastrophique ou une nouvelle guerre, la capacité du président Trump de forcer l’ordre du jour de la droite chrétienne sur le public et d’arrêter la dissidence sera considérablement renforcée. Aux élections présidentielles, Trump a eu 81 pour cent des évangéliques blancs derrière lui.

Trump et les fascistes chrétiens

Les mesures de Trump pour restreindre l’avortement, défendre Planned Parenthood, permettre la discrimination contre les personnes LGBT au nom de « la liberté religieuse » et permettre aux églises de prendre une part active dans la politique en sabrant l’amendement Johnson ainsi que les nominations de juges issus de la Société fédéraliste et son appel pour l’interdiction des immigrants musulmans, l’ont rendu sympathique dans la droite chrétienne. Il est revenu sur la législation sur les droits civils et des règlementations commerciales et environnementales. Il a porté au pouvoir plusieurs piliers de la droite chrétienne – Mike Pence à la vice-présidence, Jeff Sessions au ministère de la Justice, Neil Gorsuch à la Cour suprême, Betsy DeVos au ministère de l’Education, Tom Price à la Santé et aux Services sociaux et Ben Carson au Logement et au Développement urbain. Il adhère à l’idée de suprématie blanche, au sectarisme, au chauvinisme américain, à la cupidité, à l’intolérance religieuse, à la colère et au racisme qui définissent la droite chrétienne.

Plus important encore, le dédain de Trump pour les faits et son penchant pour la pensée magique et les théories conspirationnistes cadrent bien avec la vision du monde de la droite chrétienne, qui se considère comme attaquée par les forces sataniques de l’humanisme laïque incarné par les médias, l’université, l’establishment libéral, Hollywood et le Parti démocrate. Dans cette vision du monde, le changement climatique n’est pas réel, Barack Obama est un musulman et des millions de personnes ont voté illégalement lors des élections de 2016.

Les disciples de la droite chrétienne comme Trump et son groupe d’experts, dont Stephen Bannon, sont manichéens. Ils voient le monde en noir et blanc, avec le bien et le mal, eux et nous. L’appel de Trump, dans son discours en Pologne, pour une croisade contre les horribles hordes de musulmans, qui fuient les guerres et le chaos que nous avons créés, reproduit la vision de la droite chrétienne. Les dirigeants chrétiens, en signe de soutien, sont allés à la Maison Blanche le 10 juillet pour prier pour Trump. Deux jours plus tard, Pat Robertson s’y est présenté pour interviewer le président pour son réseau de télévision chrétien (Christian Broadcasting Network, CBN).

Photo
Donald Trump avec le Révérend Pat Robertson (1) en 2016, à la Regent University de Virginie qu’il a créée. Robertson a obtenu un entretien à la Maison Blanche avec le président pour le Réseau Chrétien de Télévision, également créé par le télévangéliste (Steve Helber/AP).


Si l’alliance entre ces fanatiques et le gouvernement réussit, ça en sera fini des derniers vestiges de la démocratie américaine.

En apparence, il semble incongru que la droite chrétienne se rallie à un promoteur immobilier rusé de New York, très ostensiblement coureur de jupons en série et infidèle, n’ayant aucun respect pour la vérité, consumé par la cupidité, qui ne semble ni lire ni connaître la Bible, fraude et triche régulièrement ses investisseurs et ses entrepreneurs, exprime une misogynie grossière et un narcissisme encore plus grossier et semble aspirer au despotisme. En fait, ce sont les caractéristiques mêmes qui définissent la plupart des leaders de la droite chrétienne. Trump a abusé de personnes désespérées grâce aux milliers de machine à sous dans ses casinos, sa fausse université et ses opérations immobilières. Les pasteurs des méga-églises abusent de leurs disciples en leur extorquant des « offrandes », des « cadeaux d’amour », des dîmes et des dons et en leur vendant des guérisons-miracle avec des « vêtements de prière », des livres sur le développement personnel, des enregistrements audio et vidéo et même des boissons protéinées. Les pasteurs ont établi, au sein de leurs méga-églises des fiefs despotiques, comme Trump l’a fait dans ses affaires. Ils ne peuvent pas plus être contestés ou interrogés qu’un Trump omnipotent peut être mis au défi dans l’émission de téléréalité « L’apprenti ». Et ils cherchent à reproduire leurs petites tyrannies à l’échelle nationale, avec des hommes blancs en responsabilité.

La piété personnelle de la plupart des ministres qui dirigent la droite chrétienne est une façade. Leur vie privée est habituellement marquée par une misère hédoniste faite de manoirs, de jets privés, de limousines, de cortèges de gardes du corps, d’assistants personnels et de domestiques, de virées shopping, de vacances somptueuses et d’escapades sexuelles qui rivalisent avec celles de Trump. Et parce qu’ils gèrent « des églises, » dans de nombreux cas, les fonds de l’église paie leurs empires exonérés d’impôt et leurs styles de vie extravagants. Ils pratiquent également le népotisme, qu’on retrouve dans l’organisation Trump, en élevant les membres de leurs familles à des postes éminents ou très bien payés et en transmettant leurs entreprises à leurs enfants.

Les scandales de la droite chrétienne, qui donnent un aperçu de la vie répugnante de ces pasteurs multimillionnaires, sont légion. Le « Praise the Lord Club » de Jim et Tammy Faye Bakker, par exemple, a ratissé jusqu’à 1 million de dollars par semaine avant que Jim Bakker ne parte en prison pendant près de 5 ans. Il a été reconnu coupable de fraude et autres accusations en 1989 à cause d’une combine de 158 millions de dollars dans laquelle les adeptes ont payé pour des vacances qui ne sont jamais concrétisées. Alors que l’empire Bakker s’écroulait, des accusations de consommation de drogue et de viol ont également fait surface. Tammy Faye est décédée en 2007 et maintenant, Jim Bakker est de retour ; il vend des aliments de survie pour la fin des temps, et, à la télévision, dit à son public nettement réduit que quiconque s’oppose à Trump est l’antéchrist.

Paul et Jan Crouch, qui ont lancé les Bakkers, ont créé Trinity Broadcasting, le réseau télé-évangéliste le plus important au monde, maintenant dirigé par leur fils Matt et son épouse Laurie. Les téléspectateurs étaient invités à appeler un numéro gratuit indiqué au bas de l’écran du téléviseur. De là il n’y avait qu’un pas pour qu’un conseiller en prière leur demande de faire « un cadeau d’amour » et de devenir un « partenaire » du Trinity Broadcasting pour envoyer davantage d’argent encore pendant l’un des fréquents ‘louangethons’.

Les Crouch ont affiché un kitsch de mauvais goût, tout comme Trump. Pendant leur émission populaire nocturne, ils s’asseyaient devant des vitraux qui donnaient sur des décors d’inspiration Louis XVI inondés de rococo doré et de velours rouge, de lustres étincelants et d’un piano peint en doré. L’emblème du Réseau, que Paul Crouch portait sur la poche de son blazer bleu à double boutonnage, représentait une couronne, un lion, un cheval, une colombe blanche, une croix et des phrases en latin, entre autres éléments. Les Crouch auraient été chez eux à la Tour Trump, où le président a un « blason Trump » faux - apparemment plagié – et a décoré son appartement comme s’il était à Versailles.

Les Crouch furent maîtres es-manipulation. Ils ont exhorté les téléspectateurs à envoyer des chèques de 1.000 dollars, même s’ils ne pouvaient pas se le permettre. Ecrivez le chèque quand même, leur disait Paul Crouch (qui est mort en 2013), comme une « démarche de foi » et le Seigneur vous remboursera au centuple. « Croyez-vous que cela pose un problème à Dieu de vous donner 1.000 euros de plus ? », a-t-il demandé lors d’une émission de ‘louangethon’. Pour les téléspectateurs, dont beaucoup luttaient désespérément et croyaient que seuls des miracles et la magie les empêcheraient de sombrer, il était souvent impossible de résister à cette pression émotionnelle.

Photo
Paul et Jan Crouch


Trinity Broadcasting Network (TBN) abrite plusieurs des pires charlatans de la droite chrétienne, dont le guérisseur populaire Benny Hinn, qui dit qu’Adam était un super-héros qui pouvait voler jusqu’à la lune et affirme qu’un jour, les morts ressusciteront pour regarder TBN. Hinn affirme que ses « onctions » ont soigné le cancer, le sida, la surdité, la cécité et de nombreuses autres affections et blessures physiques. Ceux qui n’ont pas été guéris, dit-il, n’ont pas envoyé assez d’argent.

Ces profiteurs religieux sont parmi les escrocs les plus accomplis du pays, un trait qu’ils partagent avec l’occupant actuel du Bureau ovale.

J’ai écrit un livre sur la droite chrétienne en 2007, intitulé « American Fascists: The Christian Right et the War on America ». Je n’ai pas utilisé le mot « fasciste » à la légère. J’ai passé plusieurs heures, après deux ans de rapports, avec deux des plus grands spécialistes du fascisme, Fritz Stern et Robert O. Paxton. Cette idéologie correspondait-elle aux paramètres du fascisme classique ? Etait-elle assez virulente et organisée pou prendre le pouvoir ? Irait-elle aux extrêmes impitoyables des mouvements fascistes précédents pour persécuter et faire taire la dissidence ? Notre société désindustrialisée a-t-elle reproduit le désespoir paralysant, la marginalisation et la colère qui ont toujours nourri les mouvements fascistes ?

L’évangélisme promu par la droite chrétienne est très différent de l’évangélisme et du fondamentalisme d’il y a un siècle. L’accent mis sur la piété personnelle qui définissait l’ancien mouvement, l’appel à éviter la contamination de la politique, a été remplacé par le Reconstructionnisme chrétien, appelé Dominionisme par certains. Cette nouvelle idéologie consiste à prendre le contrôle de toutes les institutions, dont le gouvernement, pour construire une nation « chrétienne ». Dans son livre de 1973, « The Institutes of Biblical Law », Rousas John Rushdoony fut le premier à l’expliciter. Rushdoony avançait que Dieu donne aux élus la domination sur la terre pour construire une société chrétienne, comme il l’a donnée à Adam et à Noé. Leur Etat adviendra avec l’éradication physique des forces de Satan. Il est du devoir de l’église et des élus de « sauver » le monde afin que Christ puisse revenir.

C’est une idéologie de mort. Elle promet que la société laïque, humaniste sera physiquement détruite. Les Dix Commandements formeront la base de notre système juridique. Le créationnisme ou « dessein intelligent » sera enseigné dans les écoles publiques. Les personnes considérées comme des déviants sociaux, dont les homosexuels, les immigrants, les humanistes laïques, les féministes, les juifs, les musulmans, les criminels et ceux qui ont été rejetés comme « chrétiens nominaux », - c’est-à-dire les chrétiens qui n’embrassent pas l’interprétation hérétique et pervertie de la Bible de la droite chrétienne, seront muselés, emprisonnés ou tués. Le rôle du gouvernement fédéral sera réduit à la protection des droits de propriété, la sécurité de la « patrie » et la guerre. Les organisations ecclésiastiques seront financées et habilitées par le gouvernement pour gérer les organismes de protection sociale. Les pauvres, condamnés pour les péchés de paresse et d’indolence, se verront refuser l’aide du gouvernement. La peine de mort sera élargie pour inclure les « crimes moraux », y compris l’apostasie, le blasphème, la sodomie et la sorcellerie, ainsi que l’avortement, qui sera considéré comme un meurtre. Les femmes seront inférieures aux hommes. Ceux qui pratiquent d’autres confessions deviendront, au mieux, des citoyens de deuxième classe et éventuellement des parias. Les guerres au Moyen-Orient seront définies comme des croisades religieuses contre les musulmans. Il n’y aura pas de séparation entre l’église et l’Etat. Les seules voies légitimes seront « chrétiennes ». L’Amérique deviendra un agent de Dieu. Ceux qui défieront les autorités « chrétiennes » seront qualifiés d’agents de Satan.

Des dizaines de millions d’Américains sont déjà hermétiquement enfermés dans cette vision bizarre du monde. Ils reçoivent régulièrement leur dose de théories du complot et de mensonges sur Internet, dans leurs églises, dans les écoles et les collèges chrétiens, à la télévision et à la radio chrétiennes. Elizabeth Dilling, qui a écrit « The Red Network » et fut une sympathisante nazie, est une lecture obligatoire. Thomas Jefferson, qui est en faveur de la séparation de l’église et de l’Etat, est ignoré. Cette propagande chrétienne salue les « contributions importantes » de la Confédération. Le sénateur Joseph McCarthy, qui a mené la chasse aux sorcières communistes dans les années 1950, est réhabilité en tant que héros américain. Le conflit israélo-palestinien [la guerre coloniale d’Israël contre les Palestiniens, ndt], ainsi que les guerres en Iraq, en Afghanistan, au Yémen, en Somalie et en Libye, sont définis comme faisant partie de la lutte mondiale contre le terrorisme satanique islamique. A l’heure actuelle, près de 40 p. 100 des Etats-uniens croit au Créationnisme ou « Dessein intelligent ». Et près d’un tiers de la population, 94 millions de personnes, se considèrent évangéliques.

Photo
45.000 fidèles par semaine dans la méga-église de Lakewood, Houston (Texas), pour écouter le sermon du prédicateur chrétien évangélique Joel Osteen.


Ceux qui restent dans un univers ancré dans la réalité qualifient souvent ces mécontents de bouffons. Ils ne prennent pas au sérieux l’immense segment de la population, surtout blanche et ouvrière, qui en raison de la détresse économique, a des aspirations primales à la vengeance, la gloire nouvelle et le renouveau moral, et qui est facilement séduit par la pensée magique. Ce sont les aspirations et les émotions que Trump a exploitées politiquement.

Ceux qui embrassent ce mouvement ressentent, même si c’est faux, qu’ils sont des victimes entourées de groupes obscurs et sinistres voués à leur destruction. Ils doivent s’élever au rôle de guerriers saints, imprégnés d’une vocation et d’un objectif nobles. Ils doivent sanctifier la rage et l’hyper-masculinité qui sont au cœur du fascisme. La rigidité et la simplicisme de leur croyance, qui consiste à être oint par Dieu d’un objectif spécial dans la vie, sont des armes puissantes dans la lutte contre leurs propres démons et leur désir de sens.

« Le mal, quand on y est, n'est pas senti comme mal, mais comme nécessité ou même comme devoir, » a écrit Simone Weil (in La Pesanteur et la Grâce, Plon, 1947, ndt).

Ces croyants, comme tous les fascistes, détestent le monde basé sur la réalité. Ils le condamnent car ils le jugent corrompu, décomposé et immoral. Ce monde a pris leur travail. Il a détruit leur avenir. Il a ruiné leurs communautés. Il a voué leurs enfants à l’échec. Il a inondé leurs vies d’alcool, d’opiacés, de pornographie, d’abus sexuels, de peines d’emprisonnement, de violences domestiques, de privations et de désespoir. Et puis, des profondeurs de leur désespoir suicidaire, ils ont soudain découvert que Dieu a un projet pour eux. Dieu les sauvera. Dieu interviendra dans leur vie pour les soutenir et les protéger. Dieu les a appelés pour accomplir sa sainte mission dans le monde et être riches, puissants et heureux.

Ils haïssent et redoutent les forces rationnelles et laïques, celles qui parlent le langage du fait et de la preuve, car elles cherchent à ramener les croyants dans la « culture de la mort » qui les a presque détruits. Le système de croyance magique, comme pour les travailleurs allemands pauvres qui affluaient vers le parti nazi, est un radeau émotionnel. C’est tout ce qui les soutient. La seule façon d’affaiblir ce mouvement est de réintégrer ces personnes dans l’économie, leur donner une stabilité économique grâce à de bons salaires et des avantages, restaurer leur estime de soi. Il faut qu’ils vivent dans une société qui ne soit pas prédatrice mais qui fournisse des écoles publiques bien financées, des études universitaires gratuites et des soins de santé universels, une société dans laquelle eux et leurs familles peuvent prospérer.

Ne restons pas aux portes ouvertes de la ville à attendre passivement les barbares. Ils arrivent. Ils avancent vers Bethléem. Laissons tomber notre complaisance et notre cynisme. Opposons-nous ouvertement à l’establishment libéral, qui ne nous sauvera pas, pour exiger et nous battre pour des compensations économiques pour les pauvres et la classe ouvrière. Donnons à tous les Américains, pour l’avenir, un espoir fondé sur la réalité. Le temps presse. Si nous n’agissons pas, les fascistes américains, empoignant les croix chrétiennes, brandissant des drapeaux américains et orchestrant des récitations de masse du serment d’allégeance, unis derrière le personnage grotesque de Donald Trump, porteront cette rage au pouvoir.




(1) Note ISM-France : Les chrétiens évangéliques ou chrétiens sionistes croient que la création de l’Etat d’Israël correspond au rétablissement biblique et prophétique d’Israël et du « peuple élu ». La prochaine étape est la seconde venue du Christ sur terre, lorsque tous les juifs auront rejoint la terre d’Israël. Ils combattent toute politique ou initiative qui prône le respect des droits du peuple palestinien et son autodétermination.

« Le 6 janvier 2006 dans son émission sur le Réseau de Télévision Chrétien (Christian Broadcasting Network, CBN), Pat Robertson sous-entendait que l’accident vasculaire cérébral d’Ariel Sharon était une vengeance divine contre le retrait de Gaza : « Dieu éprouve de l'hostilité à l'égard de ceux qui divisent Sa terre [...] Et à chaque Premier ministre d'Israël qui décide de la découper et d'y renoncer, Dieu dit : “Non, ceci est Mien”. Ariel Sharon divisait la terre de Dieu », déclaration qui semble aussi interpréter l'assassinat de Yitzhak Rabin comme une punition divine. Cette attitude explique que les sionistes chrétiens soient aux États-Unis hostiles à toute intervention américaine en faveur de négociations israélo-palestiniennes. Ils influencent dans ce sens certains députés ou sénateurs républicains. » (source Wikipedia : Sionisme chrétien)






Source : Information Clearing House

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

USA/Israël

Même sujet

Sionisme

Même auteur

Chris Hedges

Même date

28 juillet 2017