Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1775 fois

Palestine -

Un Palestinien de 48 témoigne, entretien avec le Dr. Izzeddin Musa

Par

Gesellschaft zur Humanitären Unterstützung der Palästinenser e.V. G.H.U.P.* (Association pour le soutien humanitaire des Palestiniens) www.palaestina-ghup.org/index.ht - Le Dr.Musa publie un périodique sur: www.palaestina-stimme.de

Le sionisme est pour moi une forme de racisme, car il veut créer un État uniquement pour les citoyens de croyance juive.
Un État basé sur des principes ethniques est par définition raciste. Les discriminations innombrables que subissent mes compatriotes Palestiniens en Israël et dans les territoires occupés parlent d’elles mêmes.
Et beaucoup d'Israéliens, qui ne sont pas des sionistes, reprochent également au sionisme son racisme.


Dr. Izzeddin Musa, naquit en 1938 à Haïfa, Palestine.
Sa famille déménageât à Naplouse en 1945 pour fuir les brutalités des groupes terroristes de la bande de Stern et de l’Irgoun.
Il fréquenta l’école primaire de Naplouse et obtint son baccalauréat fin 1956 puis il vint ensuite en Allemagne en 1957 pour y étudier les Sciences Naturelles, et où il fut promu docteur en science.

Dr. Izeddin Musa a d’abord travaillé en tant que géologue diplômé dans un bureau d'ingénieurs près de Cologne, puis s’est mis à son compte.

En 1991 il fonda en collaboration avec un groupe d’allemands et de germano-palestiniens une association d'utilité publique: Gesellschaft zur Humanitären Unterstützung der Palästinenser e.V. G.H.U.P. (Association pour le soutien humanitaire des Palestiniens)




MM: Cher Dr. Musa, vous appartenez à cette génération de Palestiniens qui ont vécu la création de l'État d’Israël. Quels sont vos souvenirs ?

Musa : J’ai hélas nombreux souvenirs ; surtout des souvenirs négatifs et effrayants. Je pouvais à peine lire et écrire au moment où nous avons été obligés de quitter l’école, parce que les bâtiments d’écoles devaient être transformés en logements d'urgence pour les réfugiés palestiniens chassé subitement hors de leur terre au moment de la création violente de l’État d'Israël en 1948.

Pendant une année nous n’avons pas eu de cours. Je m’étais naturellement, en tant qu'enfant, réjoui de faire l’école buissonnière « officiellement ». Néanmoins je pressentais que quelque chose n’était pas normal.

Les images de ces "juifs" violents qui dans les années 1940 avaient terrorisé mes compatriotes par des attentats terroristes me sont restées gravées dans la mémoire.

J'ai été moi-même attaqué plusieurs fois à Haïfa, pendant que je me trouvais seul, par des d’enfants juifs de mon âge ou plus âgés. La fuite était la seule solution.

Pour nous, Palestiniens, l’expulsion et la création d’Israël, ont constitué la catastrophe absolue (Al-Nakba). Et cela continue jusqu'à aujourd'hui et devient de plus en plus atroce. Israël qualifie à tort cette guerre de 48 comme guerre d'indépendance.

C'était la première guerre, au cours de laquelle avait lieu une "épuration ethnique" massive.
Ilan Pappe, l'historien israélien, l’a qualifié de cette façon. Cette injustice historique reste impunie jusqu'à ce jour. Les États occidentaux ont une grande responsabilité dans la tragédie de mon peuple. Il faut réparer cet acte.



MM: Permettez- nous de vous interrompre ici. Dans des conversations avec des Palestiniens, les termes sionistes et juifs sont presque utilisés comme synonymes. Cela prête à confusion et on peut avoir l’impression que c’est contre les "juifs", parce qu'ils sont de confession juive, ce qui est une attitude que l'Islam ne permet pas. Qu’en pensez-vous ?

Musa : Tous mes compatriotes en Palestine parlent de juifs, or ce sont toujours des Israéliens qui sont concernés. (La nationalité en Israël sur le passeport est : juif NDT)
Cette désignation ne comporte rien de négatif, parce que personne ne le conçoit dans ce sens.

Lorsque j'utilise par exemple l'expression sioniste, je désigne les Israéliens et les gens de confession juive qui s’attachent à cette idéologie sioniste néfaste.
Le sionisme est pour moi une forme de racisme, car il veut créer un État uniquement pour les citoyens de croyance juive.

Un État basé sur des principes ethniques est par définition raciste. Les discriminations innombrables que subissent mes compatriotes Palestiniens en Israël et dans les territoires occupés parlent d’elles mêmes. Et beaucoup d'Israéliens, qui ne sont pas des sionistes, reprochent également au sionisme son racisme.

Nous, en Palestine et partout dans le monde islamique et arabe, avons vécu paisiblement ensemble pendant plus de 1400 ans avec nos compatriotes de croyance juive ; puis le sionisme colonialiste apparut à la fin du 19ème siècle.
Ce n’est pas nous le problème, mais le sionisme ! La paix en Palestine et en Israël ne pourra se réaliser que sans l’idéologie sioniste.



MM : Qu’est-ce qui a motivé votre action politique ?

Musa : Je me suis intéressé à la politique dès l’âge de 10 ans. C’est mon père qui me parlait de la situation politique en Palestine.
Bassam Shakaa -qui devint plus tard maire de Naplouse- et qui avait approximativement huit ans de plus que moi, a engagé une dizaine d’enfants pour saper le dépouillement du scrutin, qui devait d’ailleurs avoir lieu dans mon école. Je n’hésitais pas une seconde à y participer.

Nous avons cru à l’époque, que seuls les protégés du roi hachémite Abdallah remporteraient les élections par des manipulations. Nous étions un groupe d’enfants sous les ordres de Bassam Shakaa et nous ne voulions que perturber le dépouillement du scrutin ni l’empêcher.
Les soldats d’Abdallah nous ont tirés dessus. Nous avons joué avec eux au chat et à la souris. Personne n'a été heureusement blessé.

Bassam Shakaa à toujours exaspéré les sionistes, parce qu'il avait défendu l’idée nationaliste des Palestiniens. Pendant qu’il était maire de Naplouse, des extrémistes juifs ont fait sauter sa voiture, il y a perdu ses deux jambes.

Il y a eu, à Naplouse, beaucoup de traitres à la solde du roi hachémite Abdallah (le premier roi de Jordanie), originaire du Hijaz (Péninsule Arabique, aujourd'hui Arabie Saoudite) et des Anglais. Il était soutenu par ces derniers, qui avaient le Pouvoir mandataire et il fut installé par les colonisateurs anglais comme Émir de la Transjordanie.

Abdallah était très complaisant envers les Anglais et en particulier envers les sionistes pour assoir son pouvoir. C’était la raison pour laquelle il fut tué devant la Mosquée Al-Aqsa par les nationalistes palestiniens.
Il fut suivi à l’époque par le futur roi Hussein qui a également entretenu une relation étroite avec l’Occident, les sionistes et avec l'État d'Israël.



MM : Des élections ont eu lieu en 2006. Mais le résultat n'a pas satisfait l'Europe, et le peuple palestinien est appelé à voter une nouvelle fois. Quelle est votre opinion ?

Musa : Les élections de janvier 2006 étaient, d’après l’avis unanime d’observateurs internationaux, absolument démocratiques et libres. Mais le résultat ne plaisait pas à George W. Bush et encore moins au Premier ministre israélien Ehud Olmert.
Ces derniers ont demandé aux États occidentaux et à quelques États arabes de boycotter le gouvernement démocratiquement élu par les Palestiniens. Ce boycott montre les deux poids deux mesures et l’hypocrisie de l’Occident.

D'une part, ils exigent la liberté et la démocratie pour le monde islamique et arabe, et d'autre part ils boycottent un gouvernement démocratiquement élu. Cela relève d’un cynisme et d’une inqualifiable hypocrisie.

Nous pouvons paraphraser, Berthold Brecht, poète allemand : "Puisque le peuple vote contre le Gouvernement, il faut dissoudre le peuple".

Mais le plus révoltant est l'attitude du "Président" de l'Autorité Palestinienne, Mahmud Abbas et de son parti Fatah.

Il se bat contre son propre gouvernement légitime et il tente avec l'aide des USA, d'Israël, de l'Occident et d'autres États arabes corrompus d’orchestrer un coup d’État contre ce gouvernement.

Abbas joue le rôle d’un "Quisling" à la solde des États étrangers, contre son propre peuple. Uri Avnery, activiste israélien, a appelé l'embrassade et le baiser d’Olmert et d’Abbas le "baiser de la mort", en référence à Judas l’Iscariote quand il a embrassé Jésus.



MM : Désormais, vous vivez depuis plusieurs décennies en Allemagne. Comprenez-vous pourquoi l'Allemagne adopte une position particulière à l’égard d’Israël ?

Musa : Oui et non. Tant que ce n’est pas au détriment de mes compatriotes et que l’on n’accuse pas mon peuple, les Allemands peuvent maintenir leurs relations spécifiques comme ils le veulent.

Je suis également Allemand, mais je ne puis cependant m'identifier avec cette position. Les Allemands ne peuvent pas se débarrasser de leur complexe de culpabilité à nos dépens et nous faire payer pour cela. Mon peuple est devenu la victime des victimes des crimes des nazis.

Dans ce rôle, nous nous sentons très mal. Personne en Palestine ne nie les crimes de l'Allemagne nazie envers le judaïsme européen. Seuls les stupides et les ignorants le font.

Si mes chers compatriotes allemands pensent qu’ils doivent incontestablement expier cette culpabilité, pourquoi alors ils n'offrent pas aux juifs israéliens et aux juifs du monde entier, conformément au droit de retour de l'an 1950, un morceau d’Allemagne?

Le Land de Hesse serait de la taille d'Israël. Cependant, les frontières nationales ne devraient pas être fixées définitivement, pour laisser suffisamment de place aux autres colonisateurs.

Or, si les Allemands étaient confrontés aux conséquences que subit mon peuple quotidiennement en Palestine, ils ne le trouveraient probablement pas du tout drôle.

Le mutisme de la Chancelière Merkel et de la classe politique dans son ensemble en Allemagne, face aux crimes contre l’humanité commis par Israël, est insupportable.



MM : Vous vivez depuis plusieurs décennies en Allemagne. Comprenez-vous pourquoi l'Allemagne affiche une position particulière à l’égard des juifs ?

Musa : Non. Pourquoi une puissance non nucléaire, comme l’Allemagne, doit-elle protéger une puissance nucléaire comme Israël? Et contre quel ennemi?
Partout dans le monde les juifs vivent dans la sécurité absolue, sauf en Israël. Pourquoi l’Occident ignore-t-il ces raisons?

Israël doit être protégé contre Israël, après que le "fasciste" (Haaretz) Avigdor a été nommé ministre des Affaires stratégiques. Il exige, par exemple, la liquidation des députés israélo-palestiniens qui ont des contacts en Syrie et avec le gouvernement élu démocratiquement en Palestine. Il a également demandé le bombardement du barrage d’Assouan en Egypte.

On nous informe qu'il doit préparer, avec les néoconservateurs états-uniens et le lobby pro israélien aux USA, l'attaque nucléaire contre l'Iran. Israël et la puissance d'occupation états-unienne sont la plus grande menace pour la paix mondiale.
Le sondage de l’Union Européenne, d’il y a deux ans, a confirmé cette opinion.



MM : Quels sont les objectifs de la Gesellschaft zur Humanitären Unterstützung der Palästinenser e.V. - G.H.U.P. (Association pour le soutien humanitaire des Palestiniens)

Musa : L'association est politiquement et sur le plan confessionnel neutre. Elle sert à des fins strictement d'utilité publique et soutient les Palestiniens dans la défense de leurs droits élémentaires, reconnus et garantis par les Droits de l’Homme de ONU et dans son droit à l'autodétermination.

Une aide humanitaire directe a pu se faire et dont le slogan était : "De l’aide pour aider soi-même".



MM : Pensez-vous qu’il y ait encore une possibilité de coexistence en paix entre les musulmans, les chrétiens et les juifs à Jérusalem, malgré tout ?

Musa : Évidemment! Je l’ai déjà évoqué, des musulmans, des chrétiens et des juifs ont vécu ensemble en paix pendant des siècles à Jérusalem.

Les troubles-fête de la paix sont les sionistes et leur idéologie raciste. Israël doit renoncer à cette idéologie, et à l’instar de la coexistence qui a eu lieu en Andalousie entre les différentes communautés ainsi que dans beaucoup de pays arabes, cette perspective est encore possible.

Car les juifs orientaux (Mizrahim) et les juifs éthiopiens ne sont nulle part autant discriminés qu’en Israël. Ils sont également victimes du sionisme raciste. L'Occident, et tout particulièrement l'Allemagne, devraient enfin prendre connaissance de ces faits.



MM : Dr. Musa, nous vous remercions pour l'entretien.

Source : http://www.muslim-markt.de/

Traduction : Monica Hostettler

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Interviews

Même date

19 janvier 2007