Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1999 fois

Jérusalem -

Un document confidentiel britannique met Israël en accusation

Par

Ce document émanant du Foreign Office alerte sur le fait que la violation du droit international représente un très grave danger pour la paix.
Un document confidentiel du Foreign Office [les Affaires étrangères britanniques] accuse Israël d’accélérer son annexion des quartiers arabes de Jérusalem, en construisant des colonies juives illégales et l’immense barrière qui parcourt la Cisjordanie, afin d’empêcher que Jérusalem ne devienne une capitale, pour les Palestiniens.

Avec une analyse franchement critique, peu habituelle, des évaluations britanniques des intentions israéliennes, ce document affirme que le gouvernement d’Ariel Sharon est en train d’obérer les perspectives d’un accord de paix en faisant tout afin d’exclure le devenir de Jérusalem Est des négociations et que cette attitude risque d’amener les Palestiniens habitant la ville de Jérusalem à rejoindre des formations radicales.

Le document, que le Guardian s’est procuré, a été présenté à une réunion du conseil des ministres européens présidé par le ministre britannique des Affaires étrangères, Jack Straw, lundi dernier, conjointement à des recommandations de contrer la politique israélienne, allant jusqu’à la reconnaissance des activités politiques palestiniennes à Jérusalem Est.


Mais le conseil [des ministres européens des A.E.] a décidé de mettre la question au frigo, à l’instigation de l’Italie, indiquent certaines sources, l’Italie étant aux yeux des Israéliens leur allié le plus fiable au sein de l’Union européenne.


Israël a qualifié une recommandation de déplacer les rencontres officielles de l’Union européenne avec l’Autorité palestinienne de Ramallah à Jérusalem Est, afin de marquer la reconnaissance par l’Union européenne des revendications palestiniennes de "proposition négative".

Il affirme que la partie orientale de Jérusalem, qu’il a occupée à la suite de sa guerre de juin 1967, est partie intégrante de sa "capitale indivisible".
Quasiment tous les gouvernements maintiennent leur ambassade en Israël à Tel Aviv, car ils ne reconnaissent pas cette prétention israélienne.



Le document, rédigé par le consulat britannique de Jérusalem Est, dans le contexte de la présidence de l’Union européenne (assurée par la Grande-Bretagne, rappelons-le, ndt), indique que la politique israélienne, visant à empêcher que Jérusalem ne devienne la capitale palestinienne, trouve sa traduction pratique dans l’extension de la colonisation tant à Jérusalem même qu’autour de cette ville.

Le document affirme que le projet, nourri par M. Sharon, de relier Jérusalem à la très importante colonie de peuplement de Ma’ale Adumim, en Cisjordanie , en construisant des milliers de maisons neuves entre les deux, "menace de parachever l’encerclement de la ville par des colonies juives, ce qui aurait au surcroît pour effet de couper en deux la Cisjordanie , et de la diviser en deux zones géographiques disjointes."



Il ajoute : "Les activités israéliennes [de colonisation] à Jérusalem représentent une violation tant ses [propres] obligations au regard de la Feuille de route [un projet de paix] que le droit international."

Le Foreign Office conclut par ailleurs en indiquant que l’énorme muraille de béton, dont Israël affirme qu’il s’agit d’une installation sécuritaire, sert [de fait] à exproprier des terres arabes, à l’intérieur et à l’extérieur de Jérusalem.

"Cette annexion de facto de terres palestiniennes prendrait un caractère irréversible sans des évacuations forcées de colons et une modification du tracé de cette muraille."


Le document indique également que les contrêles extrêmement stricts imposés aux déplacements des civils palestiniens à l’intérieur et autour de la ville de Jérusalem font partie d’une tentative de restreindre l’accroissement démographique de la population arabe.

"Quand la muraille sera bouclée, Israël contrêlera tous les accès à Jérusalem Est, qui se retrouvera coupée de ses villes satellites palestiniennes, Bethléem et Ramallah, et, au-delà, de toute la Cisjordanie . Cela aura des conséquences très graves pour les Palestiniens", pronostique-t-il.


"Il est quasi certain que la principale motivation d’Israël est d’ordre démographique… Le plan d’occupation des sols de Jérusalem est marqué au coin d’un objectif explicite : maintenir la composante palestinienne au-dessous des 30 % de la population hiérosolomitaine totale."

Tout ceci, poursuit le document, réduit dans une grande mesure la perspective d’une solution à deux Etats, une des principales revendications des Palestiniens restant leur souveraineté sur la moitié orientale de Jérusalem.


"Les Palestiniens sont profondément inquiets, au sujet de Jérusalem Est", indique le document. "Ils redoutent qu’Israël n’arrachent le morceau", sous couvert de désengagement. Les mesures israéliennes risquent aussi de radicaliser la population palestinienne de Jérusalem Est, jusqu’ici relativement paisible."

Mark Regev, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, a déclaré : "Israël en tient pour ce que Jérusalem reste sa capitale unifiée. Et en même temps, Israël maintient son engagement à ce que Jérusalem fasse partie des points à examiner lors de la discussion du statut définitif. "

Source : www.guardian.co.uk/

Traduction : Marcel Charbonnier

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Colonies

Même auteur

Chris McGreal

Même date

25 novembre 2005