Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3864 fois

USA -

Un pilote israélien, objecteur de conscience, en tournée aux Etats-Unis

Par

Pilote d’hélicoptère, officier, il a été démis après 11 ans de service dans l’armée de l’air israélienne pour avoir été l’initiateur de la lettre des 27 pilotes refusant les missions de "tirs ciblés" dans les territoires occupés. Il expliquera les considérations personnelles et politiques qui l’ont conduit à poser cet acte.

A travers ses expériences cruciales, Shapira était rempli de colère et profondément déçu de cette armée qui ne donne aux gens aucun espoir de paix . Il a déclaré que la violence ne crée que haine et souffrance, et qu’il s’est du coup senti obligé de faire quelque chose.
Shapira a déclaré que l’entreprise de colonisation est une notion ilélgale. Il croit que le mouvement de réforme devrait venir aussi de l’extérieur d’Israël, ce qui explique qu’il a entrepris une tournée dans onze villes des Etats-Unis.

Le dernier jour de sa tournée aux Etats-Unis, Yonathan Shapira, pilote des Forces Aériennes de Défense, a parlé de son refus de continuer à servir dans les Territoires Occupés.

Shapira est un ancien officier supérieur des Black Hawk, (Faucons Noirs), l’escadre d’hélicoptère des Forces Israéliennes de Défense, dans laquelle il a servi pendant onze ans. En octobre 2003 Shapira a rédigé et signé, avec 26 autres pilotes des Forces israéliennes de Défense, la Lettre du Pilote Refuzenik.

La déclaration commence par ces mots : « Nous, pour qui les Forces Israéliennes de Défense et l’Armée de l’Air sont une part inaliénable de nous-mêmes, refusons de continuer à nuire à des civils innocents ».

Les pilotes expliquaient aussi qu’ils s’opposaient à l’idée d’exécuter des ordres illégaux et immoraux, comme les attaques aériennes contre des populations civiles.

« Comme la plupart des gamins en Israël, je voulais être pilote » a déclaré Shapira. « tout ce que nous faisons vient de notre amour pour notre pays » dit-il d’une voix douce.

La KAM Isahiah Israël Congregation (N. T. K.A.M. Isahiah Israël Congregation est la plus vieille congrégation juive du Proche Orient.
C’est aussi un membre fondateur de l’Union des congrégations hébraïques américaines) et les visiteurs de la chapelle écoutaient attentivement


Prise de conscience

Ayant grandi dans une famille de l’armée de l’air, Shapira a vécu dans les bases de la Force Aérienne dans tout Israël. Son père était chef d’escadre et a donné à son fils une éducation sioniste. Shapira a suivi son entraînement pour les Black Hawk (Faucons Noirs) aux Etats-Unis.

Du haut du ciel Shapira, a survolé les colonies israéliennes et les camps de réfugiés palestiniens. Pendant que les pales de l’hélicoptère tournaient, il regardait en dessous. Il a vu la souffrance des Palestiniens. Shapira décrit ça comme le processus de sa prise de conscience.

Quand il était à l’école, Shapira a appris ce qu’étaient la liberté, la justice et l’égalité. Pourtant, ce que font les Israéliens aux Palestiniens, souligne Shapira, contredit ce qu’il a après dans sa famille et à l’école. La valeur du sang Juif a la même valeur que celui des Palestiniens » a-t-il ajouté.

En juillet 2002, Shapira était en état d’alerte. Dans une colonie israélienne près de Naplouse, un kamikaze s’était fait exploser.
Pour se suicider, il est entré dans la maison d’une famille juive et a détruit leurs vies. Au cours de l’opération de secours, Shapira a transporté en avion les enfants blessés de cette famillejusqu’ à l’hôpital de Tel-Aviv-Jaffa. Son hélicoptère était plein de sang.

Au cours du vol, Shapira a remarqué une « huppa » - le dais d’une cérémonie de mariage juif. Bien que le vol ne prit que huit minutes, il pensa que la petite victime risquait de mourir dans son hélicoptère. Pourtant, les gens dans la cérémonie en dessous de lui n’avaient pas conscience de cette réalité, même s’ils n’en étaient éloignés que de quelques kilomètres.

A présent, Shapira est instructeur bénévole au Israël Crisis Management Center Sela. Selon le site de l’organisation, « Sela est une organisation de bénévoles fondée pour aider les nouveaux immigrants et leurs familles pendant les périodes de crise »



Politique d’assassinats

Shapira a dit que les assassinats ciblés de la politique israélienne ne sont qu’une manière hypocrite de désigner les bombes et les missiles lâchés sur des familles innocentes.

Il a expliqué qu’une bombe d’une tonne équivaut à 1 tonne , le poids de plus qu’une centaine de kamikazes réunis.
Quand une de ces bombes tombe sur des régions très peuplées, plus de 50 % de la population qui meurt sont des civils innocents.

« Le sang des Palestiniens a la même valeur que le sang des Juifs » a-t-il dit. « Je ne veux pas tuer de civils innocents ».


Le 22 juillet 2002, un avion des Forces Aérienens Israéliennes a largué une bombe d’une tonne sur un bâtiment résidentiel du quartier de Daraj à Gaza.
La cible, le Sheik Salah Shehadeh du Hamas, a été tué.
Shapira a donné le nombre de mort de ce bombardement ; 14 innocents tués, la plupart étant des enfants et des bébés. Il n’a pas donné le nombre des survivants. Pendant quelques secondes, Shapira est resté silencieux.
Son auditoire aussi.


Bien que Shapira n’ait pas été impliqué dans ce bombardement, il a exprimé ce qu’il ressentait à ce sujet. « Je me suis senti comme si on me lançait une bombe dans le cœur ». Quand il a prononcé ces derniers mots, l’inflexion de sa voix a fléchi.

Quand les enfants sont en danger, des hommes utilisent leurs mains nues pour les conduire les transporter à l’abri. Pourtant, dans les crimes contre les Israéliens et les Palestiniens que Shapira a décrits ils utilisent leurs doigts pour appuyer sur la gâchette et leurs pouces pour pousser le bouton rouge du saccage.

De retour à son escadre, le commandant de la force aérienne a déclaré que la mission avait été parfaitement exécutée et qu’ils pouvaient dormir tranquilles cette nuit.


L’ancien commandant de la force aérienne d’Israël qui a fait ce présumé commentaire, est l’adjoit au chef d’Etat Major de l’IDF, le général Dan Halutz.

En raison de ce commentaire qu’on lui impute « Yesh Gvul », le Comité Public contre la Torture, des écrivains, des poètes, des universitaires et des pilotes se sont interrogés sur les qualités morales de Halutz au niveau de commandement qui est le sien, dans toute une série de plaintes portées auprès de la Haute Cour israélienne.

Ces organisations ont réclamé « …que la Haute Cour israélienne le suspende de ses fonctions jusqu’à ce qu’une enquête criminelle soit menée pour déterminer s’il est coupable de crimes de guerre… ».

Halutz a envoyé une lettre à la Haute Cour israélienne à propos du commentaire qu’on lui impute. Les organisations ont répondu que «Halutz ne croit pas que la vie des civils palestiniens soit sacrée » dans un communiqué publié dans la presse le 28 décembre 04.

Le chef d’Etat Major est responsable du retrait de Gaza, qui doit être terminé pour le 20 juillet 05.



Responsabilité

« Ce cercle de violence, je dois en prendre ma part de responsabilité » a dit Shapira.

Après sont retour à l’escadre, lui et sa famille ont participé à des manifestations contre l’occupation


A travers ses expériences cruciales, Shapira était rempli de colère et profondément déçu de cette armée qui ne donne aux gens aucun espoir de paix . Il a déclaré que la violence ne crée que haine et souffrance, et qu’il s’est du coup senti obligé de faire quelque chose.

Dans cette grande famille qu’est l’armée, les pilotes ont été d’accord avec Shapira, aussi ont-ils travaillé à la rédaction de la lettre. Des généraux à la retraite et des commandants ont fait connaître oralement leur accord avec de potentiels pilotes objecteurs.
D’autres pilotes connaissaient cette lettre et ont exprimé leur soutien.



La Lettre du Pilote expliquait plus loin que leurs actions dans les Territoires portaient un coup à la morale d’Israël et corrompaient la société israélienne. Les pilotes objecteurs ont écrit qu’ils veulent défendre leur pays au nom des Forces Israélienne de Défense, mais non au nom Forces Israéliennes d’Occupation.

La veille de Yom Kippour, son commandant l’a interrogé. Shapira a dit à son commandant de l’accuser, et de ne pas se contenter de le renvoyer.
« Vous m’avez appris à dire non, grâce à la Lettre d’obéissance du Pilote » a-t-il dit. Les pilotes ont l’obligation de refuser des ordres illégaux et immoraux.

Les Forces Israéliennes de Défense l’ont déchargé de ses fonctions et ont exclu tous les pilotes objecteurs de la Force Aérienne.

Dans la grande famille de l’armée, aucun de ceux qui connaissaient l’imminence de la lettre n’en ont fait état. Résultat, les autorités israéliennes se sont senties menacées par ce silence.

Par la suite, des journalistes ont appelé les pilotes et leur ont dit qu’ils faisaient bien.

"Je pense que nous sommes ceux qui, en Israël, professons le mieux l’amour des Juifs" a-t-il dit «Quand on est contre l’occupation»



« La mission la plus importante »

Les pilotes objecteurs consacrent leur vie à expliquer leur décision.
Ils sentent que le mouvement de réforme a besoin de faire se faire pressant.

Shapira a déclaré que l’entreprise de colonisation est une notion ilélgale. Il croit que le mouvement de réforme devrait venir aussi de l’extérieur d’Israël, ce qui explique qu’il a entrepris une tournée dans onze villes des Etats-Unis.

« J’ai vraiment l’espoir que les choses vont changer » a-t-il dit.
« C’est notre seule chance ».

Shapira a expliqué que lui et les autres pilotes avaient parlé de leur décision avec les membres du Congrès des Etats-Unis. Les membres du Congrès ont déclaré que lorsqu’ils voteront ils devront s’entendre avec le Comité des Affaires publiques americano-israélien, un lobby pro israélien.

Dans un premier temps, quand le public a pris connaissance de la Lettre du Pilote, des gens ont traité les pilotes objecteurs de traîtres.
Mais des écrivains, des universitaires, des artistes et des cinéastes appartenant à l’élite culturelle d’Israël ont exprimé leur soutien aux refuzeniks.

"Si nous contribuons à ce changement pour de bon, alors ce sera la plus importante mission que nous aurons entreprise »


Brit Tzedek v’Shalom – The Jewish alliance fot Justice and Peace and the Refuser Solidarity Network ont sponsorisé la tourné de Shapira aux Etats-Unis

Source : www.palestinechronicle.com

Traduction : CS pour ISM-France

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

USA

Même sujet

Objecteurs de conscience

Même auteur

Sonia Nettnin

Même date

28 mars 2005