Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2489 fois

Cisjordanie -

Un simulacre, pas un compromis

Par

Alors qu'un nouveau président américain se prépare à prendre ses fonctions, et alors qu'Israël prépare des élections nationales, le gouvernement d'Israël a annoncé un «compromis au sujet de l'avant-poste illégal de Migron en Cisjordanie. Le marché fait perdre toute crédibilité aux promesses du gouvernement de s'occuper sérieusement de la colonisation illégale. Il met aussi en doute le sérieux de l'engagement d'Israël pour arriver à la paix avec les Palestiniens. Comprendre pourquoi demande un examen plus attentif des détails cachés derrière l'annonce.

Un simulacre, pas un compromis


Vue partielle de Migron et des voleurs qui y vivent.

Voici les faits : en décembre 2006, le gouvernement israélien a admis que Migron, le navire amiral du mouvement des avant-postes, était illégal –ses résidents un peu plus que des voleurs occupant illégalement la propriété privée palestinienne- et devait être évacué.

Après avoir différé l'action, pour essayer de calmer les colons hors-la-loi, le gouvernement est maintenant arrivé à un marché avec les leaders des colons : l'éventuelle réimplantation de Migron sur un site qui fait partie de la zone municipale de la colonie d'Adam en Cisjordanie .

Ce compromis réduit ce qui devait être une démonstration du sérieux d'Israël au sujet de l'arrêt des actions illégales des colons à rien de plus qu'un mécanisme pour légaliser de telles actions.

De plus, ce qui ne présage rien de bon, cela constitue un dangereux précédent du gouvernement israélien : l'expansion d'une colonie située à l'est de la barrière de sécurité [le mur d'apartheid, ndt] et son éventuelle annexion à Jérusalem, ce qui pourrait avoir de graves conséquences pour la viabilité de la solution à deux états israélien-palestinien.

Voici pourquoi : Adam est une colonie isolée d'environ 2 500 résidents, située loin au nord est de Jérusalem. Sa zone construite est située à environ deux kilomètres de la Ligne Verte et à environ 600 mètres des limites municipales de Jérusalem.

Mais ces chiffres ne font pas toute l'histoire. Prés d'Adam, la barrière de sécurité [le Mur d'apartheid NDT] plonge profondément en Cisjordanie , laissant Adam du côté de la Cisjordanie pendant qu'elle annexe effectivement presque toute la terre -environ 450 acres- à Israël.

Les critiques ont averti que la seule justification de ce tripatouillage était politique : pour laisser la place libre à la construction de colonies qui relieraient Adam à Jérusalem, pendant qu'elles bloqueraient tout développement palestinien dans le secteur.

Et en mars 2007, le Plan 240/3 a émergé fait surface, dans le cadre duquel Adam serait massivement agrandie sur la terre annexée. La construction prévue concernait plus de 1000 logements destinés à loger plus de 5000 colons.
Selon le Plan, Adam resterait à cheval sur la barrière, et créerait un bloc de colonie juive contigu s'étirant à l'ouest depuis Adam jusqu'à la grande colonie de Jérusalem, Neve Ya'akov, située à plus de deux kilomètres de là. Une fois cela accompli, le nouveau tracé de la barrière de sécurité [le Mur d'apartheid, ndt] englobant le reste d'Adam serait un fait accompli virtuel.

Le plan 240/3 (qui reste dans les tuyaux, en attente de l'achèvement du processus d'approbation du gouvernement) et l'accord de Migron discrédite l'opinion populaire – souvent invoquée par les officiels israéliens – selon laquelle «bien sûr, les colonies situées au-delà de la barrière seront un jour enlevées».
Il révèle aussi des intentions hautement problématiques concernant le nord de Jérusalem : Relier les colonies du côté de Jérusalem de la barrière aux colonies isolées du côté cisjordanien, il annexe effectivement ces colonies et les terres environnantes à Jérusalem.

Cela met directement en péril la solution à deux Etats. Selon les réalités actuelles, incorporer les colonies juives qui sont dans les limites municipales de Jérusalem dans Israël est encore compatible avec une solution pour Jérusalem selon les paramètres de Clinton, et les accords informels trouvés à Taba et dans l'initiative de Genève.

L'expansion de ces colonies, et particulièrement le fait de les relier aux colonies situées de l'autre côté de la barrière, menacent la viabilité d'une telle solution. Dit simplement, les colonies israéliennes contigües sur la périphérie de Jérusalem – interrompant la contiguïté naturelle entre les zones palestiniennes de Jérusalem et l'arrière-pays cisjordanien – est incompatible avec aucun accord de paix possible.

La question centrale : Migron est illégal, selon tous les standards. Selon le droit israélien, il devrait être éliminé -pas réimplanté sur aucun autre site de Cisjordanie , et certainement pas à Adam, où il deviendrait un nouvel obstacle à la solution à deux Etats.

Réimplanter Migron récompenserait seulement les actes illégaux des colons et encouragerait davantage d'infractions à la loi. Les résidents de Migron sont des hors-la-loi, et tous les désagréments que cette éviction leur cause sont de leur fait.

Il est déjà regrettable qu'Israël ait aussi longtemps fermé les yeux sur les soi-disant avant-postes et autres transgressions des colons. Il est bien pire de faire semblant de prendre position sur les avant-postes, alors qu'en réalité on blanchit les péchés des colons et on les transforme en outils d'un programme colonial grandiose, et dangereux.

Il est temps pour Israël d'arrêter d'aider et d'encourager les colons dans leurs efforts pour détruire toutes les chances d'un accord de paix viable.

La Haute Cour israélienne, le public israélien et la communauté internationale devraient rejeter cet accord au sujet de Migron et les subterfuges qu'il représente.

Source : Haaretz

Traduction : MM pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie

Même sujet

Colonies

Même date

1 décembre 2008