Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2500 fois

Palestine -

Une politique de punition

Par

> haniyeh@fastmail.net

Ismail Haniyeh est le Premier Ministre palestinien et l'un des dirigeants du Hamas

En dépit de la responsabilité historique des gouvernements britanniques successifs pour ce qui est arrivé à notre peuple, de la Déclaration de Balfour à la catastrophe de la dépossession, les Palestiniens avaient espéré que la nouvelle génération de politiciens britanniques pourrait rompre avec le passé et représenter la vérité et la justice au Moyen-Orient.

Cependant, malheureusement, la dernière décennie a été témoin de la politique britannique la plus injuste et la plus inéquitable envers la région depuis la création de l'état d'Israël dans notre patrie il y a près de 60 ans.

Le problème a été l'attachement inconditionnel du gouvernement de Tony Blair aux administrations Clinton et ensuite Bush, qui n'ont vu le Moyen-Orient qu'à travers les yeux des Israéliens.

En dépit des crimes de guerre israéliens envers notre peuple et des assassinats de nos leaders, les Palestiniens ont introduit dans la région l'une des expériences démocratiques les plus transparentes que jamais. La réponse du gouvernement Bbritannique a été de soutenir les Etats-Unis et Israël dans l'imposition de boycotts et des sanctions, dans un acte flagrant de punition collective.

Depuis les élections législatives en janvier 2006, les Palestiniens ont supporté un réeel état de siège et de boycotts économiques et diplomatiques, et la machine militaire israélienne a eu les mains libres.

En juillet et août, les troupes de l'occupation israéliennes ont tué 251 Palestiniens, dont environ la moitié d'entre eux étaient des civils - sans aucun mot de critique de la part du gouvernement britannique.

M. Blair a l'intention de se rendre dans notre pays ce week-end. Est-ce un exercice de relations publiques alors qu'il entre dans ses derniers jours au pouvoir, ou apporte-t'il une nouvelle initiative pour briser l'impasse créée par la politique de son ami et la sienne?

C'aurait pu être pour moi une occasion, en tant que premier ministre palestinien élu, d'avoir des discussions face à face avec lui, mais ce n'est pas possible, puisque son gouvernement a décidé de ne pas reconnaitre le mien.

Non seulement cela, mais son gouvernement a décidé de punir aussi mon peuple pour m'avoir élu ainsi que mes camarades députés, dont beaucoup sont détenus par les Israéliens depuis qu'ils ont été enlevés dans leurs maisons et leurs bureaux.

L'arrestation de ces ministres et de ces parlementaires - cinq ministres, 33 députés, y compris mon adjoint et le porte-parole du conseil législatif - est une violation des principes les plus fondamentaux de la démocratie, mais cela semble être peu important pour M. Blair. Pour lui, les trois soldats israéliens capturés sont bien plus importants que les 10.000 détenus palestiniens.

Ici en Palestine, nous nous demandons ce que le public britannique pense de la conduite du gouvernement Blair qui a provoqué une souffrance considérable aux Palestiniens. Nous savons pourquoi notre peuple a été puni collectivement. C'est parce que nous refusons d'abandonner notre droit à la liberté et à l'indépendance.

Au coeur des problèmes de notre région, il y a l'occupation israélienne, qui a provoqué la souffrance et des désastres sans fin.

Si vous souhaitez faire une bonne action, M. Blair, alors travaillez pour une fin de l'occupation, sans plus tarder.

Notre message aux délégués du parti Travailliste qui se rassemblent ce mois-ci, c'est de ne pas permettre à ceux qui se tiennent aux côtés de nos oppresseurs de vous détourner de vos valeurs et de votre association historique avec les mouvements de liberté dans le monde entier.

Nous recevons des signaux ici que le public britannique n'est pas content de ce que le gouvernement Blair a fait à notre peuple.

Nous savons de façon sûre que la majorité des Britanniques n'a pas approuvé l'invasion de l'Irak. Nous les louons considérablement pour une telle position et nous les remercions de sympathiser avec nous dans notre situation difficile.

C'est seulement à travers la justice que la paix l'emportera dans notre région et les Musulmans, les Chrétiens et les Juifs vivront de nouveau en harmonie.



Source : The Guardian

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Non Violence

Même auteur

Ismail Haniyeh

Même date

10 septembre 2006