Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2964 fois

Jérusalem -

Une voix catholique : le Mur de Séparation cause d'extrêmes difficultés en Terre Sainte

Par

Sur la terre où Jésus a marché, les Chrétiens palestiniens sont en phase d'extinction.
Avec près de 500.000 chrétiens palestiniens dans le monde entier, seuls 170.000 sont encore en Terre Sainte. Ils appartiennent à 15 églises différentes, certains utilisent encore l'araméen, la langue que parlait le Christ.
Mais les traditions des offices religieux et de continuité des communautés chrétiennes là où est né le Christianisme pourraient bientôt disparaître.

Lors de sa création en 1948, Israël a expulsé près de 750.000 Palestiniens, dont 50.000 à 60.000 Chrétiens. Quelques quartiers de Jérusalem où vivaient en majorité les Chrétiens palestiniens, comme Qatamon, ont été vidé et saisis par Israël pour installer les immigrés juifs nouvellement arrivés.

Quand j'étais enfant, j'entendais mes parents parler de leur maison de Qatamon. Bien qu'elles soient douloureuses, les conversations étaient toujours teintées d'espoir de retour. Leur génération est morte en chérissant ces souvenirs. Néanmoins, ils n'ont jamais perdu l'espoir d'une solution et ils étaient toujours disposés à des compromis pour résoudre leur tragédie.

Pourtant, la tragédie de 1948 se poursuit aujourd'hui avec l'émigration de notre jeunesse. Une situation économique et politique insupportable, aggravée par le mur de séparation d'Israël, nous pousse littéralement hors de notre patrie.

À Jérusalem, que je représente au Conseil Législatif Palestinien, nous devons prouver aux autorités israéliennes que Jérusalem est notre "centre de vie", ou risquer de perdre nos droits de résidence. Cependant, le mur a séparé des milliers de Palestiniens de Jérusalem.

Les déplacements dans la ville sont restreints, limitant les perspectives d'éducation et d'emploi de nos jeunes. Mes électeurs se voient régulièrement refuser leurs demandes de permis de construire pour loger leurs familles grandissantes.

En dépit des affirmations d'Israël, le groupe des droits de l'homme israélien, B´Tselem, appelle cette politique qui n'a aucune justification de sécurité, "une déportation tranquille".

À Bethléem, la ville de la Nativité, les conversations s'éternisent sur les difficultés économiques et sociales provoquées par le mur. Bethléem et Jérusalem, séparées d'une dizaine de kilomètres, étaient des villes jumelles, en particulier pour le tourisme et le pélerinage des Chrétiens. Mais le mur a séparé les liens entre les deux villes.

Les habitants de Bethléem ne peuvent plus aller à l'église à Jérusalem pour assister à des mariages, à des baptêmes et à des enterrements sans autorisations des autorités israéliennes. Elles sont presque impossibles à obtenir. Les personnes malades ont besoin aussi d'une autorisation pour recevoir des soins médicaux dans un hôpital israélien situé à seulement 4 ou 5 km.

Si la fermeture hermétique de Bethléem et les mesures de contrôle draconiennes d'Israël se poursuivent, de nouvelles vagues d'émigration de notre jeunesse palestinienne chrétienne sont inévitables.

Notre expérience en tant que Chrétiens palestiniens est étroitement liée à celle des Palestiniens en général. Historiquement, les relations entre Chrétiens et Musulmans en Palestine ont été basées sur ce que nous appelons "le dialogue de vie" puisque que nous travaillons ensemble, nos enfants vont à l'école ensemble et nous partageons les mêmes conditions de vie dures ou agréables.

Nous sommes fiers, en tant que Chrétiens palestiniens, d'avoir parmi nos leaders le défunt intellectuel Edouard Said, la porte-parole Hanan Ashrawi, et l'actuel délégué de l'OLP aux Etats-Unis, Afif Safieh.

Nous travaillons avec nos compatriotes musulmans pour mettre fin à l'occupation militaire d'Israël et pour établir un état palestinien viable, démocratique et laic, géographiquement contigu, en paix avec lui-même et avec ses voisins.

En fait, selon un récent sondage effectué par le Jerusalem Media and Communications Center, seuls trois pour cent des Palestiniens soutiennent les règles islamiques. La grande majorité soutient le nationalisme laic.

Nos relations sont périodiquement testées par des développements extérieurs tels que les récents commentaires du Pape sur l'Islam.
A leur suite, il y a eu des actes de vandalisme contre des églises en Cisjordanie et à Gaza, ce qui nous a tous préoccupés, Chrétiens et Musulmans, en particulier à la lumière des siècles de respect de la part des Musulmans envers les communautés chrétiennes et juives, ici et ailleurs au Moyen-Orient.

Nous avons été soutenus par nos voisins musulmans, des responsables religieux et l'Autorité Nationale Palestinienne qui a condamné ces actes et a promis de poursuivre les malfaiteurs. Les Musulmans se sont assis à côté des Chrétiens dans les églises qui avaient été vandalisées.

Les Chrétiens et d'autres en Amérique qui ont à cœur nos véritables intérêts nous aideraient en poussant les États-Unis à avoir une politique plus équitable.

Le blocus du gouvernement palestinien qui a commencé en mars doit cesser.

Les deux côtés doivent observer un cessez-le-feu, et non seulement les Palestiniens. Les négociations doivent être basées sur le droit international et les droits de l'homme, et si des conditions sont imposées pour des discussions, elles doivent être réciproques aux deux parties.

Cette terre n'appartient à personne. La paix viendra quand aucun groupe ne dominera et exclura les autres. Le message d'amour et de tolérance du Christ sera entendu en Terre Sainte quand l'égalité entre tous les enfants de Dieu sera de nouveau respectée.


Le pont essentiel que représentent les Chrétiens palestiniens entre l'Occident et le monde arabe serait alors préservé au profit des futures générations.


Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Initiatives de Paix

Même date

12 décembre 2006