Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2579 fois

Israël -

VOL AU DESSUS D’UN NID DE FAUCONS -
Israël, une démocratie catastrophe !

Par

> comaguer@orange.fr

Oui, bien sûr, il y a des élections à la proportionnelle avec de très nombreuses listes mais les « arabes israéliens » qui ont la citoyenneté et le droit de vote et représentent environ 20 % du corps électoral ne sont présents, sauf rares exceptions, que sur les listes des 3 partis « arabes ». Ils n’obtiendront que les voix des électeurs « arabes » et encore pas toutes et ne pourront faire que de la figuration au parlement où ils obtiennent environ 10% des sièges. Encore faut-il que ces trois partis « arabes » aient, pour avoir le droit de se présenter aux élections, reconnu au préalable qu’Israel est un ETAT JUIF donc que les « arabes » n’y sont que tolérés.

Le choix de l’appellation « arabe » n’est pas dû au hasard. Ces citoyens sont évidemment des Palestiniens ou les descendants de ceux qui n’ont pas fui en 1948. Mais les sionistes ne veulent surtout pas les appeler Palestiniens, c'est-à-dire habitants de la Palestine.

Les appeler « arabes » les noie dans une grande masse de population habitant aussi bien l’Egypte que la Jordanie l’Irak ou l’Algérie, façon « élégante » pour les sionistes de leur montrer du doigt la porte pour qu’ils aillent rejoindre leurs frères réfugiés qui croupissent dans des camps dans les pays voisins.

Les autres listes sont des listes de partis juifs/sionistes recueillant les voix des électeurs juifs et les élus « juifs » sont nécessairement majoritaires puisque le corps électoral est majoritairement juif et que la politique de l’état sioniste est de maintenir toujours et par tous moyens une majorité juive dans le pays et au pouvoir.

D’autre part les « arabes-israéliens » se voient reconnue la citoyenneté israélienne, c’est à dire le droit de vote mais pas la nationalité israélienne réservée aux juifs. De la même façon, ils sont victimes de discriminations économiques, sociales et culturelles qui sont dénoncées par les instances spécialisées de l’ONU mais sans résultat.

Il n’existe aucune autre démocratie au monde dont les lois discriminent les électeurs et les citoyens sur une base raciale. Il s’agit donc bien d’un régime d’apartheid.

Quant au reste des habitants de la Palestine, ceux de Gaza et des « territoires », citoyens d’un Etat en projet depuis 60 ans et dont la création, malgré toutes les bonnes paroles, tous les plans de paix, toutes les feuilles de route, a été systématiquement torpillée par les sionistes, ils sont emmurés, bombardés et considérés comme des êtres inférieurs à qui on a octroyé le droit d’élire des représentants qu’on a ensuite refusé de reconnaitre et d’écouter dés qu’ils ont affirmé par leur choix électoral, comme à Gaza, qu’ils ne voulaient être ni des esclaves ni des étrangers dans leur propre pays ni des prisonniers dans des enclaves étouffantes.

De cette « démocratie » coloniale où le pouvoir est statutairement réservé au colonisateur, émergent trois ou quatre partis sionistes candidats à son exercice. Aucun n’est assez fort pour l’exercer seul et il faut donc une coalition pour gouverner. On ne sait pas encore quelle sera la nouvelle coalition au pouvoir mais il est certain qu’elle ne comportera que des responsables qui ont déjà gouverné, qui ont déjà beaucoup de sang palestinien sur les mains (Barak, Livni, Netanyahou), qui viennent à Gaza de franchir encore un seuil dans la haine raciale (Livni, Barak), qui, par la voix d’Olmert , ont déclaré à la face impavide des grands de ce monde qu’Israël continuerait à agir de « façon disproportionnée », ou des nouveaux comme Lieberman le dirigeant de l’extrême-droite en progrès qui est désormais le 3° parti du pays lequel, à propos de la guerre contre GAZA, a déclaré qu’Israël n’était « pas allé assez loin ».

LA « DEMOCRATIE » ISRAELIENNE EST EN ROUTE VERS L’HORREUR !

13 février 2009, Marseille.


Source : Comaguer

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Sionisme

Même auteur

Bernard Genet

Même date

15 février 2009