Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2503 fois

Bethléem -

Wadi Foquin : La confiscation des terres par Israël sape tout espoir de Paix

Par

Abu Murad Manasra est guide touristique à Jérusalem et Bethléem et militant de la paix du village cisjordanien de Wadi Foquin

Nombre des étrangers que je rencontre sont persuadés que le conflit israélo-palestinien est en voie de résolution. Ils se sont familiarisés avec la visite récente et optimiste du président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, à la Maison Blanche, et avec le retrait décidé par Israël.
Mais les réalités qu’ont à vivre les Palestiniens dans les villages de Cisjordanie comme le mien contredisent les espoirs de paix et au contraire indiquent que l’occupation d’Israël s’alourdit.

Wadi Foquin : La confiscation des terres par Israël sape tout espoir de Paix


Carte du Mur dans la région de Wadi Foquin

L’armée israélienne a récemment délivré un ordre de confiscation pour Wadi Foquin et trois villages voisins, à environ 20 km au sud-ouest de Bethléem, concernant 75 hectares de notre terre. L’armée justifie cette confiscation qu’elle juge nécessaire pour empêcher des attaques terroristes et construire un mur de sécurité.

Cet ordre de confiscation a provoqué une crise dans notre petit village, son existence même étant menacée.

Wadi Foquin a perdu 80% de sa terre originelle à la création d’Israël, en 1948.

Plus tard, la création de la colonie israélienne de Betar Illit a dévoré environ 70 ha des terres du village.

Maintenant l’armée veut saisir le reste de nos biens.

Les terres agricoles fertiles de Wadi Foquin sont la principale ressource pour l’existence de 1200 habitants.
Héritée de leurs aïeux et plantée d’oliviers et de vignes, la région qui va être confisquée est cultivée par ses propriétaires palestiniens depuis des temps immémoriaux.

Aujourd’hui aussi, la terre est essentielle à la vie. C’est la source de l’alimentation de nos enfants. C’est un travail et une joie qui provient de la nature. Elle représente notre sens de la communauté, de nous-mêmes et elle est la base de nos espoirs futurs.

La terre concernée est clairement située à l’intérieur de la Cisjordanie occupée, hors des frontières d’Israël. La principale justification donnée dans l’ordre de confiscation de l‘armée, c’est que : "la terre n’est pas enregistrée", une classification arbitraire.
Israël entend déclarer que c’est une "terre d’état", autrement dit une terre israélienne même si nos ancêtres l’ont cultivée pendant des générations.

La Palestine historique a été gouvernée par des puissances étrangèress pendant des centaines d’années. Les Turcs, les Anglais et les Jordaniens ont tous laissé derrière eux leurs propres législations dont se sert l’occupation israélienne.

Le gouvernement israélien recueille le fruit de ces legs juridiques et établit à partir de là toutes les lois qui leur assureront la victoire devant les tribunaux.

Les Palestiniens, en conséquence, se heurtent à d’incroyables bizarreries pour prouver qu’ils sont les propriétaires légaux de leurs terres.

Le slogan du mouvement sioniste utilisé pour justifier la colonisation de la communauté juive en Palestine fut : "une terre sans peuple pour un peuple sans terre".

Mais il y a avait déjà un peuple, ici, sur cette terre. Peut-être que le nouveau slogan sioniste sera "Une terre d’Etat pour un peuple d’Etat" parce que la terre de Palestine va progressivement être assimilée à une terre de l’Etat israélien même si elle est entretenue par ses propriétaires de droit.


L’injustice de cette situation blesse profondément les Palestiniens.
Nous ne sommes reconnus comme les habitants d’aucun état, y compris notre patrie.
Sans Etat palestinien, nous ne somme qu’un peuple qui se définit comme Palestinien et qui a un lien affectif ancien et indestructible avec sa terre.

Si les Israéliens ressentent le besoin de construire des murs et des barrières pour leur sécurité, ils devraient à coup sûr les édifier sur la terre israélienne et non l’être au préjudice de la sécurité et des droits des Palestiniens.

La plupart des Palestiniens ne verraient pas d’objection à un mur qui serait du côté israélien de la Ligne Verte, la frontière de 1967.


J’ai de nombreux amis Juifs Israéliens. Ils adorent leur pays et veulent que les autres l’aiment. Alors ils élèvent la voix pour critiquer la construction du mur, et insistent sur le fait qu’il devrait être construit sur la terre israélienne.

Ces gens travaillent côté à côte avec les Palestiniens pour établir les fondements de la coexistence.

Ils ont suffisamment de sagesse pour comprendre qu’ils ne peuvent obtenir une vie en paix s’ils privent autrui de sécurité, de dignité et de la paix.

La majorité d’entre nous travaillons dur pour enseigner à nos enfants à aimer leurs voisins.
Mais ils s’attendent tout à fait naturellement à ce que leurs voisins ne les haïssent pas en réponse.

Nous avons besoin du soutien de tous ceux qui croient à la paix pour en faire, ici, une réalité vivante.
Je crois qu’un niveau égal de paix et de bien-être peut être atteint pour les deux nations. Ni l’une ni l’autre n’y arrivera si toutes les deux continuent à être dirigées par une poignée de radicaux à courte vue.

Israël emprisonne les Palestiniens dans d'innombrables ghettos qui ne sont pas reliés entre eux, transformant les territoires palestiniens en une série de prisons à ciel ouvert. Nous devons stopper le mur.

C’est un monstre, qui avale rapidement le corps de la Palestine et met en danger son existence même. Le monde doit agir immédiatement avant que ce corps abîmé ne devienne un cadavre sans vie.



Nouvelle carte du Mur pubiée le 20 février 2005 par le Ministère de la Défense israélien

Source : www.baltimoresun.com

Traduction : CS pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Bethléem

Même sujet

Le Mur

Même date

27 juin 2005