Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 10983 fois

Bilin -

Soutenez la lutte de Bil'in

Par

Le village de Bil'in est situé en Cisjordanie, à 12 km à l'ouest de Ramallah et à 4 km à l'est de la Ligne Verte. C'est un village agricole de 1.780 habitants. Près de 55% de la terre agricole de Bil'in ont été déclarés "Terre d'Etat" par Israël et confisqués pour la construction du bloc de colonie de Modi'in Illit. Modi'in Illit détient la plus importante population coloniale de tous les blocs de colonie avec plus de 42.000 habitants, et son projet est de parvenir à une population de 150.000 colons.

Soutenez la lutte de Bil'in


"Tout comme un simple individu nommé Gandhi a mené avec succès la lutte non-violente en Inde et des gens simples, comme Rosa Parks et Nelson Mandela ont mené la lutte pour les droits civiques aux États-Unis et en Afrique du Sud, de gens simples ici, à Bil’in mènent une lutte non-violente qui leur apportera la liberté. L’expérience de l’Afrique du Sud prouve que l’injustice peut être démantelée." Archevêque Desmond Tutu, lors de sa visite à Bil'in le 27 août 2009.

Adeeb Abu Rahmah, organisateur et militant très actif de Bil'in, village de Cisjordanie , est en détention depuis son arrestation lors de la manifestation du 10 juillet 2009. Des milliers d'activistes de la solidarité israéliens et internationaux, qui ont manifesté aux côtés d'Adeeb contre le vol des terres de Bil'in au cours de ces cinq dernières années, peuvent témoigner de son engagement inébranlable pour l'action non violente et digne.

Adeeb, qui est détenu depuis plus de trois mois, n'est pas soupçonné d'avoir commis un acte violent, mais a été inculpé sous une accusation de couverture d'"incitation à la violence". Un juge avait d'abord décidé de le libérer sous conditions restrictives, mais un appel interjeté par le procureur militaire a fait renverser la décision, et Adeeb sera maintenu en prison jusqu'à la fin de la procédure judiciaire. Les procès des Palestiniens devant les tribunaux militaires durent souvent plus d'un an. Adeeb subvient seul aux besoins de ses 9 enfants, de sa femme et de sa mère.

L'arrestation d'Adeeb fait partie de la plus récente tentative de l'armée israélienne d'écraser la campagne de résistance non violente en cours dans le village de Bil'in. Une vague de raids nocturnes et d'arrestations visant les protestataires et la direction du Comité Populaire de Bil'in a commencé en même temps que les premières audiences d'une action en justice intentée contre deux compagnies canadiennes pour la construction d'une colonie israélienne sur la terre de Bi'lin.

En effet, le 23 juin 2009, le tribunal canadien a entendu en première audience les arguments d'une action intentée par Bi'lin contre deux compagnies enregistrées au Canada (Green Park International & Green Mount International). Le village appelle en justice contre la construction de colonies sur ses terres, conformément à la Loi canadienne sur les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre ratifiée en 2000.

Les forces israéliennes ont arrêté 27 habitants de Bil’in, dont 11 ont moins de 18 ans. 16 d'entre eux sont toujours en détention israélienne, dont 9 sont mineurs. Certains d'entre eux ont rapporté qu'ils avaient été interrogés sur le procès de Bil'in au Canada pendant leur interrogatoire.

Un énorme soutien et un tollé général de la communauté internationale ont contribué à ce qui semble être la fin des raids nocturnes (le dernier a eu lieu le 30 septembre 2009). Alors que les soldats ont cessé de venir arrêter les manifestants la nuit, les répercussions des raids laissent Bil'in avec des honoraires juridiques et des cautions importants et 16 résidents toujours en détention israélienne.

Défiant la pression des autorités israéliennes, le village continue d'organiser des manifestations hebdomadaires. Les habitants de Bil'in ont manifesté leur solidarité avec Adeeb Abu Rahme et ont récemment fait appel dans l'affaire canadienne.

Alors qu'ils poursuivent leur lutte, ils ont besoin de votre soutien.

Que pouvez-vous faire ?

Les tentatives de criminalisation de la direction des protestations non violentes ont été freinées par le passé grâce à un déluge d'actions de soutien de la part des gens du monde entier pour qui le mot justice a du sens.

1. Prenez contact avec vos représentants politiques, ainsi qu'avec vos ambassades et consulats en Israël pour demander qu'Israël cesse de viser la résistance populaire non violente et libère Adeeb Abu Rahmah et tous les prisonniers de Bil'in.

2. Le Comité Populaire de Bil'lin a besoin de fonds pour régler les frais juridiques tant pour le procès à Montréal que pour la représentation des militants arrêtés devant les tribunaux militaires. Merci de faire parvenir vos dons au fonds juridique de Bi'lin par PayPal. Si vous souhaitez faire un don déductible des impôts aux USA et au Canada, contactez bilinlegal@gmail.com.


Le Comité populaire de Bil’in contre le Mur et les Colonies.


Contexte

Le village de Bil'in est situé en Cisjordanie , à 12 km à l'ouest de Ramallah et à 4 km à l'est de la Ligne Verte. C'est un village agricole, d'environ 4.085 dunams (1 dunam = 0,1 ha), et d'environ 1.780 habitants. Près de 55% de la terre agricole de Bil'in ont été déclarés "Terre d'Etat" par Israël et confisqués pour la construction du bloc de colonie de Modi'in Illit. Modi'in Illit détient la plus importante population coloniale de tous les blocs de colonie avec plus de 42.000 habitants, et son projet est de parvenir à une population de 150.000 colons.

Avant 1948, Bil'in couvrait 4.085 dunams. En 1982 et à nouveau en 1991, près de 1.980 dunams ont été réquisitionnés. 260 autres dunams l’ont été pour la construction du Mur en 2005.

En 2004, la Cour Internationale de Justice a statué que le Mur contrevenait au droit international, en particulier au droit humanitaire international. La Cour a statué de plus que les colonies d'Israël étaient illégales selon ce même droit, précisant que le tracé du Mur était intimement lié aux colonies adjacentes à la Ligne Verte, annexant 12% de plus de la Cisjordanie à Israël.

En dépit de la décision consultative, début 2005, Israël a poursuivi la construction du Mur de séparation sur la terre de Bil'in, coupant le village en deux de manière à placer Modi'in Illit et sa croissance future "du côté israélien" du Mur.

En mars 2005, les habitants de Bil'in ont commencé à organiser des actions directes quasi quotidiennes et des manifestations contre le vol de leurs terres. Gagnant l'attention de la communauté internationale par sa créativité et sa persévérance, Bil'in est devenu un symbole de la résistance populaire. Près de cinq ans plus tard, Bil'in continue de manifester chaque vendredi.

Depuis 2006, Bi'lin organise des conférences annuelles sur la résistance populaire, offrant aux activistes, aux intellectuels et aux dirigeants un forum de discussion sur les stratégies de la lutte non violente contre l'occupation.

Les forces israéliennes ont fait usage de grenades soniques et de choc, des canons à eaux, des balles caoutchouc-acier, des grenades et des bombes lacrymogènes, des balles de calibre 0.22 contre les manifestants (lien à la page sur les armes).

Le 17 avril 2009, Bassem Abu Rahma a reçu une grenade lacrymogène à grande vitesse dans la poitrine, tirée par les forces israéliennes, et il est mort des suites de ses blessures à l'hôpital de Ramallah.

75 habitants ont été arrêtés en lien avec les manifestations contre le Mur, 27 ont été arrêtées dans la campagne de raids nocturnes qui a débuté le 23 juin 2009.

En plus de son mouvement populaire, Bil'in est allé devant les tribunaux à l'automne 2005. En septembre 2007, deux ans après avoir lancé les procédures en justice, la Haute Cour israélienne de Justice a statué qu'à cause de la construction illégale dans certaines parties de Mod'in Illit, les maisons en construction ne devaient pas être terminées et que la route du Mur devait être déplacée de plusieurs centaines de mètres à l'ouest, restituant 25% de ses terres au village. A ce jour, la décision de la Haute Cour n'a pas été appliquée et la construction dans la colonie continue.



Source : Palsolidarity

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Bilin

Même sujet

Résistances

Même auteur

ISM

Même date

6 novembre 2009