Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 11274 fois

Europe -

War on Want lance une campagne européenne pour la Palestine

Par

La Palestine fait face à une crise humanitaire sans précédent. L'ONU indique que 70% des Palestiniens en Cisjordanie et à Gaza vivent maintenant dans une grande pauvreté, un chiffre comparable au niveau de pauvreté en Afrique Sub-Saharienne. Plus de 50% des Palestiniens dépendent maintenant de l'aide alimentaire.
Ne restons pas silencieux !

War on Want lance une campagne européenne pour la Palestine


Photo War on Want : Un père et sa fille observent les destructions

Cette pauvreté est la conséquence directe de 40 ans d'occupation israélienne. Selon le Département s pour le Développement International du gouvernement Britannique : "La pauvreté dans les territoires palestiniens occupés est le produit de l'occupation et du conflit."

Seule une fin de l'occupation permettra d'arracher les racines de la pauvreté.

Israël a confisqué aux Palestiniens des milliers d'hectares de terre fertile afin de construire son Mur de Séparation illégal.

L'ONU estime que 60% des familles de fermiers sont maintenant coupés de leur terre parce qu'Israël ne veut pas leur délivrer d'autorisations.
Des maisons, des fermes et des canalisations d'eau ont été détruits délibérément.

Le mur est en voie d'achèvement, en dépit de la décision de la Cour Internationale de Justice internationale de 2004 qui le déclarait en violation du droit international. Quand il sera terminé, le mur fera 703km de long. C'est la distance entre Londres et Zurich.

Téléchargez ou regardez le film de War on Want sur le Mur de Séparation

Les droits de l'homme sont violés quotidiennement, alors que les restrictions à la circulation ont dévasté l'économie palestinienne et ont créé une série de ghettos très pauvres.

Il y a actuellement plus de 500 checkpoints et obstacles physiques en Cisjordanie qui limitent le déplacement des Palestiniens.

Comme l'ancien sécrétaire général des Nations-Unies, Kofi Annan, l'a confirmé : "Le système de fermeture israélien est la principale cause de la pauvreté et de la crise humanitaire dans les Territoires Palestiniens Occupés".

En tant que principal partenaire commercial d'Israël, l'Union Européenne a été invitée à suspendre les préférences commerciales dont jouit Israël en raison de l'Accord d'Association Union Européenne-Israël.

L'accord est basé sur le respect des droits de l'homme, pourtant les représentants des Nations Unies ont clairement démontré que ces droits étaient régulièrement violés par les forces israéliennes.
Bien que cela corresponde à une rupture de l'accord, l'Union Européenne continue à récompenser Israël par des préférences commerciales

En revanche, les Palestiniens subissent une augmentation de la pauvreté en raison de la décision de suspendre l'aide directe à l'Autorité Palestinienne prise par la France, la Grande Bretagne et les autres Etats Membres de l'Union Européeene.

Cela a mené à la suppression des salaires des 165.000 employés du gouvernement et à une augmentation dramatique de la pauvreté. La Palestine est en crise.

Nous devons faire pression sur notre gouvernement pour qu'il assume son rôle et qu'il mette fin à l'injustice.



Soyons nous aussi des citoyens responsables et participons à cette campagne pour la libération de la Palestine, la suspension de l'Accord d'Association Union Européenne-Israël et le respect de l'article 41 de la Charte des Nations Unies* :

En 1995, dans le cadre du Processus de Barcelone, l’Union Européenne a mis en place une série d’accords avec plusieurs pays méditerranéens en vue de créer une zone de libre-échange d’ici 2010. L’accord d’association entre l’Union Européenne et Israël en fait partie. (consulter le texte de l'accord)

Article 2 de l'Accord d'Association Union Européenne-Israël :
"Les relations entre les parties, de même que toutes les dispositions du présent accord, se fondent sur le respect des droits de l'homme et des principes démocratiques, qui inspire leurs politiques internes et internationales et qui constitue un élément essentiel du présent accord."


D'autre part, mondialisation oblige, de nombreux produits des colonies illégales israéliennes sont importés en Europe et bénéficient de l'Accord d'Association malgré le texte de son article 83 :
"Le présent accord s'applique, d'une part, aux territoires où les traités instituant la Communauté européenne et la Communauté européenne du charbon et de l'acier sont d'application et dans les conditions prévues par lesdits traités et, d'autre part, au territoire de l'État d'Israël."


Pourtant, le 10 avril 2002, le Parlement Européen avait adopté une résolution demandant la suspension de cet accord :
Extrait :
"Le Parlement européen demande au Conseil et à la Commission de convoquer d’urgence le Conseil d’association UE-Israël pour transmettre sa position au gouvernement israélien en lui demandant de respecter les dernières résolutions de l’ONU et (…) demande à la Commission et au Conseil, dans ce contexte la suspension de l’Accord d’association euroméditerranéen UE-Israël ;"




COMMENT AGIR ?


1 - Ecrivez au Président de la République, au Ministère des Affaires Etrangères et au président de la Commission Européenne pour demander :

a) la suspension de l'accord d'Association Union Européenne-Israël

b) le respect de la Quatrième Convention de Genève

c) la cessation de toute collaboration avec le gouvernement israélien, en particulier dans les domaines scientifique, économique, sportif, technologique et militaire.


Par mail : http://www.elysee.fr/ecrire/mail.htm

ou par voie postale (votre courrier est alors dispensé d'affranchissement), à l'adresse suivante :

Monsieur le Président de la République
Palais de l'Elysée
55, rue du faubourg Saint-Honoré
75008 Paris

Ministère des Affaires Etrangères :
http://www.france.diplomatie.fr/courrier/default.asp?code=actu


Monsieur José Manuel Barroso, président de la Commission Européenne

par mail : sg-web-president@ec.europa.eu

par voie postale :
Monsieur le Président de la Commission Européenne
1049 Bruxelles
Belgique


2 - Ecrivez également à vos élus et à vos représentants auprès du gouvernement

connaitre l'élu de votre région

connaitre votre représentant au sénat


3 - Demandez aux syndicats, aux organisations de la société civile et religieuse de voter des résolutions en soutien à la campagne internationale contre l'Apartheid d'Israël et en répondant à l'Appel des plus de 170 organisations de la société civile palestinienne demandant le Boycott, les Sanctions et les Retraits d'Investissements à l'égard d'Israël


Et quand les gouverments refusent d'agir, les citoyens doivent prendre leurs responsabilités et, en tant que tels, nous devons tous BOYCOTTER ISRAEL (voir notre campagne)

NOTE :

Texte de l'article 41 de la Charte des Nations Unies
"Le Conseil de sécurité peut décider quelles mesures n'impliquant pas l'emploi de la force armée doivent être prises pour donner effet à ses décisions, et peut inviter les Membres des Nations Unies à appliquer ces mesures. Celles-ci peuvent comprendre l'interruption complète ou partielle des relations économiques et des communications ferroviaires, maritimes, aériennes, postales, télégraphiques, radioélectriques et des autres moyens de communication, ainsi que la rupture des relations diplomatiques."

Source : http://www.waronwant.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Europe

Même sujet

Actions

Même auteur

War on Want

Même date

29 août 2007