Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2467 fois

Negev -

500 sans-abri dans le désert du Néguev

Par

Le ministre israélien des Affaires intérieures a envoyé hier un large contingent de police ainsi que quatre bulldozers démolir un village dans le désert du Néguev (sud d'Israël).
Vingt-cinq bâtiments dont des maisons et des étables ont été détruites, laissant les 500 habitants de Tawil sans domicile.

De nombreux villages du Néguev sont classés par l'administration israélienne comme "non reconnus", ce qui en fait des victimes potentielles de destruction.

Le président du Conseil régional Hussein Alervaian affirme que cette stratégie sert à "épurer le Néguev de la présence arabe". "Le ministre israélien de l'Intérieur a l'intention de démolir les 42'000 maisons arabes du sud du pays de cette manière."

La famille Talalkeh possède 10'000 dunams de terre mais ne peut en bénéficier. "Le gouvernement nous interdit de construire des maisons. Nous vivons dans des conditions très difficiles mais nous ne pouvons pas partir. Cette terre est celle de nos ancêtres. Ces attaques contre nous relèvent du terrorisme. Comment expliquer autrement qu'un gouvernement puisse démolir les maisons de citoyens désarmés en les laissant sans un toit?"


Cette famille est victime de démolitions pour la cinquième fois. "Nous somnmes déterminés à rester et à défendre notre terre et nos maisons. Notre présence est légitime et ceux qui commettent ces actes criminels ne nous ôteront pas notre dignité. Ce village existe depuis 1948, les écoles, les marchés et le cimetière l'attestent de manière évidente."



La disparition d'un village non-reconnu
Les autorités sionistes ont effacé le village Tawil Abu Jaroul dans le Naqab. Le nettoyage ethnique se poursuit en Palestine 48


Les autorités sionistes ont, de nouveau, commis un crime monstrueux le mercredi 7 mars. Elles ont effacé un village non reconnu dans le Naqab, terre palestinienne occupée en 48 et dont la population a été en majorité expulsée vers la Jordanie.

Les forces de l'occupation ont lancé une attaque, tôt le matin, contre le village paisible, détruisant toutes les maisons, les tentes, les abris pour animaux, et ont immédiatement transporté les débris dans des camions pour les sortir du village.

C'est ainsi que les sionistes procèdent depuis 48, détruisant tout ce qu'ils peuvent en Palestine, pour faire croire qu'il n'y avait pas de vie, pas de villages, pas d'agricultures, et pour dire au monde "civilisé": "nous avons planté le désert".

Un nouveau crime a été commis, et la nouvelle, masquée par les médias arabes complices du nettoyage ethnique en Palestine 48, n'a pas été diffusée.

Des témoins ont rapporté que d'importantes forces de police ont entièrement fermé la zone, empêchant les villageois de sortir ou de rentrer, pendant que les bulldozers du ministre de l'intérieur détruisait les maisons, les tentes et les abris pour animaux.

Le mois dernier, ce sont 51 maisons du village qui avaient été détruits.

Ce crime intervient une semaine après la rencntre entre le ministre de la justice et plusieurs personnalités du Naqab, où le premier avait assuré qu'il promettait de régler la situation de la terre dans le Naqab. Ce qui s'est passé montre de quelle manière les officiels sionistes comptent régler la question de la présence palestinienne dans cette terre qui est la leur.

Le comité des quarante (comité qui s'occupe des villages non-reconnus) a dénoncé le crime de destruction, et réclame la mobilisation de toutes les forces politiques, institutionnelles et populaires arabes pour s'opposer à l'expulsion de la population de la région. Elle réclame l'unité dans la lutte pour faire face à ces attaques monstrueuses de la part de l'institution sioniste.

Et selon le conseil régional des villages non-reconnus, les autorités sionistes ont effacé le village arabe du Naqab, sans rien proposer, sinon l'expulsion de 500 personnes, habitants du village.

Le village Tawil Abu Jaroul a été le théâtre de plusieurs raids policiers ces derniers mois, en vue de détruire les maisons et prendre la terre. Le mercredi dernier, ce fut la cinquième, celle de la solution finale.

La famille Talaqa, l'une des familles touchées par ces destructions et expropriations, possède près de 10.000 dunums de terres. Uqayl Talalqa, président du comité local du village, dit: "bien que nous possédons toutes ces terres, ils nous interdisent d'y construire nos maisons.

Dans les années 50, ils nous ont expulsés de nos terres à Tawil, vers Lqiya, et aujourd'hui, nous habitons sur les terres des autres, à Lqyia, dans des conditions très difficiles. Nous n'avions aucune alternative sinon de retourner à nos terres, et c'est ce que nous avons fait, nous nous sommes installés sur nos terres, les terres de nos pères et aïeux. Personne n'a le droit de nous les confisquer et de nous en priver".

Salama Talalqa ajoute : "Ce qui s'est passé aujourd'hui, c'est du terrorisme pur, comment ce gouvernement ose détruire des maisons appartenant à des citoyens qui n'ont rien pour se défendre, et les laisse ainsi, en plein air, sans abri. Si ce n'est pas cela le terrorisme, c'est quoi alors ?"

"C'est la cinquième fois qu'ils viennent, ils détruisent, mais nous sommes déterminés à rester, à défendre notre terre et nos maisons, par tous les moyens légaux. Ils se trompent s'ils croient que ces actes criminels vont nous déraciner. Nous voulons vivre sur nos terres, sur notre terre, dans la dignité. Ce village existait en 1948, il avait ses écoles, son marché, ses routes, et ce cimetière témoigne de notre présence et de nos racines".

Quant à Hussayn Rafay'a, président du conseil régional des villages non-reconnus du Naqab, qui s'est trouvé tôt le matin dans le village, il a déclaré: "Israël prétend qu'il subit le terrorisme, mais aujourd'hui, ce qu'il a fait, c'est le vrai terrorisme d'Etat contre des citoyens qui ne veulent que vivre sur leurs terres et dans leur patrie. Un village entier a été effacé..."

Il a ajouté: "les déclarations du ministre de l'intérieur, affirmant qu'il a l'intention de détruire 42.000 maisons arabes dans le Naqab, sous prétexte qu'elles ne sont pas autorisées, sont des appels haineux, sachant que le ministre et son ministère interdisent de donner l'autorisation pour construire des maisons dans les villages non reconnus, et il n'y a aucune autre solution pour les habitants dans ces villages.

Hussayn Rafay'a a appelé à la mobilisation générale, réclamant des dons afin que les habitants puissent reconstuire leurs maisons, sur place, pour abriter le plus rapidement possible les familles.


Traduction Centre d'Information sur la Résistance en Palestine

Article paru sur la liste de diffusion "Assawra"
Liste dédiée à l'Intifada ...
S'inscrire en envoyant un message à :
assawra-subscribe@yahoogroupes.fr

Source : http://french.pnn.ps/

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Negev

Même sujet

Negev

Même auteur

Palestine News Networks

Même date

8 mars 2007