Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2178 fois

Palestine -

88% des prisonniers dans les prisons palestiniennes sont détenus sans procès

Par

Il y a environ 18 mois, une délégation de l'Union Européenne est venue en Palestine afin d'évaluer la situation des prisonniers dans les prisons palestiniennes. La délégation, qui était rattachée au Bureau de Coordination de la police de l'Union Européenne pour le soutien à la police palestinienne (EUPOL COPPS) - un groupe d'experts en matière de sécurité qui sont impliqués dans la restructuration de la force de police palestinienne - a reçu un ordre clair: réformer le système judiciaire palestinien.

L'une des étonnantes conclusions des experts juridiques européens est que 88% des prisonniers étaient détenus sans procès, audience ou condamnation. Ce fait a mis en évidence la réalité des problèmes auxquels fait face l’Autorité Palestinienne dans le domaine du droit.

À une époque où les forces de police palestiniennes commencent à montrer des signes d'amélioration impressionnants, en agissant avec détermination pour rétablir l'ordre dans l'ensemble de la Cisjordanie , en grande partie grâce à une redistribution des postes, les personnes arrêtées sont tout simplement jetées en prison sans aucune procédure judiciaire.

Afin de modifier la situation, le groupe de l'UE a pris le nom de section du Droit.

"Nous essayons d’accomplir la tâche initiale de l'équipe qui s'occupe de la réhabilitation des forces de police", a déclaré Kristoff Luktis, 44 ans, un ancien juge autrichien qui a été désigné à la tête du groupe. Il a été impliqué dans des travaux similaires dans d'autres parties du monde, où se déroulaient de violents conflits.

Il refuse de sembler pessimiste quand on lui demande de décrire la situation du système juridique palestinien.

"Tout le monde peut comprendre que, dans le cadre de la loi et l'ordre, il faut plus que des forces de police et nous avons identifié de nombreux problèmes", a t-il dit. «Par exemple, il n'a pas été défini clairement quoi faire avec un suspect. Un grand nombre des suspects qui ont été arrêtés sont maintenus en prison sans procès. En un an et demi, nous avons réussi à en réduire le nombre, et maintenant« seulement» 80% des prisonniers sont détenus sans procès. Le chiffre normal est d'environ 50%, et en Autriche, il est de 40%".

Même avant la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas en Juin 2007, le nombre d'experts juridiques européens dans le cadre d'EUPOL COPPS était assez limité, mais après l’arrivée de Salam Fayyad comme Premier ministre de l'Autorité Palestinienne, le mandat du groupe a été élargi et le personnel a été renforcé avec des experts juridiques venant de toute l'Europe. Ils travaillent essentiellement sur la législation en matière de défense des suspects, des enquêtes criminelles, des règles de la police, etc Mais le plus gros problème affronté par Luktis et son équipe, c’est l'état déplorable des tribunaux en Cisjordanie .

Leur capacité à légiférer de nouvelles lois ou à modifier celles existantes est très limitée en raison de l'absence d'une législature palestinienne. Le Parlement ne s'est pas réuni depuis Juin 2007 - lorsque le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza - et il lui est impossible de voter des lois.

“Nous pouvons aider et donner des conseils sur la législation et même élaborer des lois, mais il n’y a pas de parlement pour les recevoir.» dit Luktis.
«Nous restons là à espérer qu’un jour, l'Assemblée législative reprendra ses fonctions, car en l'absence de législation, l’efficacité reste très limitée. Il y a la possibilité d'utiliser des décrets présidentiels, mais ce sont des outils destinés seulement aux cas d'urgence. Ce qui peut être adopté, ce sont des règlementations et des arrêtés permettant de résoudre des problèmes compliqués. Nous essayons maintenant de construire l'ensemble d'une structure organisationnelle: former des équipes juridiques - pas seulement les juges mais aussi le personnel administratif. Il y a aussi un besoin de matériel manquant, et il reste encore un long chemin à parcourir."

Il existe 24 tribunaux en Cisjordanie et 14 de ces tribunaux sont des tribunaux de conciliation, qui effectuent de très simples évaluations des cas, huit sont des tribunaux de «première instance», qui sont comme les tribunaux de district, et il y a une Cour d'appel et la Cour Suprême , toutes les deux à Ramallah. Il y a 15 juges à la Cour Suprême.

Source : http://www.haaretz.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Prisonniers

Même auteur

Avi Issacharoff

Même date

12 mai 2009