Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1757 fois

Gaza -

ARRETEZ LA POLITIQUE DE SIEGE ET D'ISOLEMENT DE LA BANDE DE GAZA - appel de l'Association pour le développement de l'Agriculture (PARC)

Par

> adming@palnet.com

Alors que la date de la Conférence d'Automne approche, le gouvernement d'Israël continue de resserrer le siège sur le peuple palestinien, en imposant un bouclage économique de la Bande de Gaza comme punition collective.

Déclarant la Bande de Gaza "entité hostile", Israël commence à traduire sa décision en actes : par exemple, Israël ne permet pas l'accès aux matières premières, ce qui a provoqué la fermeture de 85% des entreprises de fabrication et le licenciement de plus de 35.000. D'autres secteurs dont le bâtiment, le commerce et les services ont licencié 35.000 autres ouvriers. Toutes les importations et les exportations sont bloquées, et peu des matières de base sont autorisées à entrer dans la Bande. Les hôpitaux manquent de fournitures médicales, ce qui réduit leur capacité à traiter les patients.

De plus, les incursions israéliennes à Beit Hanoun, Beit Lahia, et dans les secteurs à l'est de Khan Younis et d'al-Shijaya n'ont jamais cessé et ont provoqué d'énormes destructions, en particulier des terres et entreprises agricoles. La Bande de Gaza est devenue une grande prison ; la circulation des gens est restreinte à quelques personnes qui peuvent entrer et sortir de la Bande de Gaza par le checkpoint d'Erez, grâce à des permis spéciaux et l'intervention de hauts responsables.

En conséquence, le secteur de l'agriculture subit une crise grave qui se traduit par le manque des produits agricoles de base comme les fertilisants, les pesticides, les produits chimiques, le nylon dont on se sert pour cultiver les fraises, les pièces détachées pour les pompes à eau, les matériaux de construction des serres, en plus de toutes les autres matériels comme les réseaux d'irrigation et les semis.

Il faut aussi noter que le prix de ces matériels a doublé, lorsqu'ils sont disponibles, et le résultat est qu' environ 30% des agriculteurs ont abandonné leur travail ou tout ce qui est en lien avec ce travail. La principale raison de l'abandon de l'agriculture est l'absence de possibilités d'exportation, en particulier pour les fraises, les fleurs de coupe et autres productions de cultures commerciales.

Il est important de noter que la plupart des projets agricoles des ONG sont menacés d'interruption parce que les matériaux de production basiques sont en diminution alors que les prix de ce qui est disponible augmente.

Beaucoup de protestations se sont élevées contre cette crise humanitaire, venant de nombreuses associations internationales réunies en groupes de pression, pour la Conférence d'Automne.

Nous, en Palestine et au PARC à Gaza en particulier, apprécions hautement ces efforts et nous appelons à une mobilisation plus importante de l'opinion publique pour faire pression contre le blocus israélien croissant imposé à la Bande de Gaza, et pour ouvrir les carrefours, au moins à l'époque des exportations, pour autoriser les produits à entrer dans la Bande de Gaza, et pour obliger le gouvernement israélien à mettre fin à ses pratiques illégales contre le peuple palestinien à Gaza et en Cisjordanie .

Nous appelons également à faire pression sur les participants de la conférence d'Annapolis pour qu'ils prennent des décisions pratiques qui mettent un terme aux souffrances des Palestiniens par l'application des résolutions internationales et des conventions sur les droits de l'homme et la protection des civils en temps de guerre.

Nous appelons aussi à la reprise du processus de paix, sur la base de la justice et de l'égalité, pour mettre fin à l'occupation et établir un Etat palestinien indépendant sous souveraineté palestinienne.

L'Association pour le Développement Agricole (PARC) espère que la Conférence pour la Paix – qui se tiendra à la mi-décembre à Madrid et à laquelle participeront des agences et organismes internationaux et des mouvements sociaux – montrera son soutien à la position palestinienne, qui appelle à lever le siège et les punitions collectives imposés sur 1,5 million de Palestiniens dans la Bande de Gaza, et demande une solution juste et durable à la question palestinienne dans la lignée des résolutions internationales et du Conseil de Sécurité, pour permettre aux Palestiniens de se diriger eux-mêmes et d'exercer leur droit à l'autodétermination.

Nous demandons également aux participants de la Conférence pour la Paix de Madrid qu'ils interviennent rapidement pour empêcher la crise humanitaire imminente sur la Bande de Gaza, en faisant du lobbying sur leurs gouvernements pour mettre fin au bouclage économique, en envoyant de l'aide humanitaire et des missions de solidarité, en manifestant devant les ambassades israéliennes dans leurs pays, en envoyant des lettres de protestation au Secrétaire du Quartet, au Secrétaire Général des Nations Unies, au Président des Etats-Unis et au Premier Ministre d'Israël.

Agricultural Development Association (PARC)-Gaza
Gaza, P.O. Box; 225
Tel: +972 (or 970) 8 2805042
Fax: +972 (or 970) 8 2805039
Mobile: +972 (or 970) 599 302 704

Source : Parc

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Actions

Même date

1 novembre 2007