Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3389 fois

Ramallah -

Abbas : Nous ne voulons pas "inonder" Israël avec des millions de réfugiés palestiniens

Par

Le Président palestinien Mahmoud Abbas (1) a rencontré dimanche 16 février environ 300 étudiants israéliens à la Muqata, le palais présidentiel à Ramallah, et leur a dit : "Nous ne cherchons pas (...) à inonder Israël avec des millions de réfugiés, ni à changer sa composition sociale." Il a également exprimé son approbation préliminaire à la reconnaissance d'Israël en tant qu'Etat juif.

Abbas a souligné que la question des réfugiés devait être réglée conformément à l'Initiative de paix arabe, qui appelle à "une solution juste du problème des réfugiés palestiniens à convenir conformément à la résolution 194 de l'Assemblée générale des Nations Unies."

La nouvelle de la rencontre d'Abbas avec une délégation israélienne, qui comprenait un certain nombre d'extrémistes, a soulevé un vaste débat et du mécontentement parmi la population palestinienne ; toutefois, le personnel de sécurité de l'Autorité palestinienne a empêché les journalistes palestiniens de couvrir un sit-in organisé pour protester contre la réunion.

Le site israélien d'informations Walla! a rapporté les propos d'Abbas : "Nous ne voulons pas re-diviser Jérusalem. Nous laisserions la ville ouverte, avec deux municipalités chapeautées par un organe directeur. Tel est le sens de la coexistence."

Il a également noté qu'Israël nuit au processus de paix en construisant des colonies sur les terres qui deviendront l'Etat palestinien.

En réponse à la question d'un étudiant concernant tout accord futur sur la Bande de Gaza, Abbas a exprimé sa conviction que dans le cas d'un accord de paix avec Israël, la majorité de la population palestinienne le soutiendrait, ce qui saperait la force de ses opposants, dont ceux dans la Bande de Gaza.

Il a ajouté que si la direction palestinienne en Cisjordanie devait soutenir l'accord, alors la direction du Hamas devrait elle aussi le soutenir.

Abbas a promis que l'Autorité palestinienne ne recourrait pas à la "violence", même si les négociations échouent : "Si la paix n'arrive pas à la fin de ces neuf mois, nous ne reviendrons pas à la violence."

En outre, le président Abbas a évoqué l'exigence israélienne d'être reconnu comme un Etat juif, expliquant que, "Si Israël va aux Nations Unies et demande cette qualification, nous ne nous y opposerons pas car nous avons déjà reconnu Israël," mais il a également ajouté que chaque fois que les Palestiniens cèdent aux exigences israéliennes, Israël demande davantage de concessions.

Pendant la réunion, Abbas a reconnu que l'Autorité palestinienne, ses médias et ses établissements éducatifs prônaient tous l'incitation ; mais il a souligné qu'Israël faisait de même, faisant allusion à l'offre de l'AP de réactiver le travail du comité anti-incitation qui existait il y a quelques années, ce qu'Israël a refusé.

(1) dont le mandat s'est terminé en janvier 2009, ndt.



Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Ramallah

Même sujet

Collabos

Même auteur

Middle East Monitor

Même date

18 février 2014