Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3351 fois

Cisjordanie -

Action en Justice contre l'interdiction d'entrée dans les Territoires Palestiniens Occupés pratiquée par Israel

Par

Le Centre d'Aide Jurisique de Jérusalem (JLAC), le 11 décembre, a déposé une plainte auprès de l'Administration Civile Israélienne et du Ministère de l'Intérieur pour demander le rétablissement de la procédure des demandes de renouvellement de visas de touristes et le renouvellement des visas pour ceux dont la validité du visa est expirée.

Action en Justice contre l'interdiction d'entrée dans les Territoires Palestiniens Occupés pratiquée par Israel


Tampon "Refus d'entrer" utilisé de plus en plus souvent par les autorités israéliennes à l'égard des non-juifs

L'avocat du JLAC, Sliman Shahin, a présenté la requête au nom des conjoints et des enfants de Palestiniens qui avaient fait leur demande en 2006 et dont les visas ont expiré pendant la procédure, de ceux dont le passeport est estampillé de la mention "DERNIER VISA", de ceux dont le visa n'a pas été renouvellé et de ceux dont le visa de 3 mois est expiré.

Le 19 novembre,les 100 demandes de renouvellement transmises au Ministère de l'Intérieur Palestinien, ont été soit rejetées ou soit estampillées de la mention "DERNIER VISA"

Certains visas ont été prolongés jusqu'à fin décembre, alors que d'autres ont expiré pendant la procédure.

Israël a depuis refusé de traiter toutes les nouvelles demandes de renouvellement de visa, laissant des centaines de personnes avec leur visa expiré ou forcées à sortir du pays pour renouveller leur visa de touristes et risquer d'être refusées de ré-entrer dans le pays.

Par exemple, Soha N. et son mari palestinien vivent à Beit Jala avec leurs deux enfants, âgés de six et huit ans.
Soha et les enfants sont des citoyens français. Comme les autorités israéliennes refusent de leur accorder un droit de résidence, ils doivent renouveller leurs visas tous les trois mois.

Le "DERNIER VISA" de Soha expire le 25 décembre.
Cependant, les autorités israéliennes ont exigé que leurs deux enfants partent avant le 4 décembre.
La famille risque d'être forcée de partir s'installer ailleurs pour rester unie, puisque les enfants sont maintenant considérés comme "illégaux", leurs visas étant expirés.

Shlomo Dror, le porte-parole de l'Administration Civile Israélienne a déclaré que les familles en possession de passeports étrangers qui restent illégalement dans le pays, doivent s'attendre "à de dures conséquences".

Depuis 2000, Israël a gelé les permis de résidence pour les demandeurs de réunification des familles palestiniennes.

Les membres de familles d'origine étrangère doivent renouveller leurs visas de touristes tous les trois mois suite aux des procédures israéliennes.

Il y a maintenant 120.000 demandes de réunification des familles qu'Israël refuse de traiter. Cela affecte près de 500.000 personnes qui sont maintenant menacées de quitter les Territoires Palestiniens Occupés pour maintenir l'unité de leurs familles.

La pétition déposée par JLAC demande aux autorités israéliennes de continuer à traiter les demandes de renouvellement de visas et de délivrer un nouveau visa à ceux dont la durée a expiré de sorte qu'ils ne soient pas menacés d'arrestation et d'expulsion.


"Cette pétition déposée par JLAC est une étape dans la dénonciation de la politique raciste d'Israël contre la réunification des familles palestiniennes. Israël ferme les portes aux familles qui veulent rester légalement.
Refuser le droit de résidence, même par un visa de touriste renouvelable tous les trois mois, est une forme d'expulsion de facto conçue pour créer un changement démographique dans les Territoires Palestiniens Occupés en visant la tranche de la société palestinienne la plus vulnérable et les forcer à partir
", déclare Basil Ayish, un porte-parole de la Campagne pour le Droit d'Entrer/Ré-Entrer dans les Territoires Palestiniens Occupés.


Contacts :
Basil Ayish
Coordinateur du Media Committee
Tel : +970-(0)59-817-3953
Mail : info@righttoenter.ps
Site : www.righttoenter.ps



Lire les autres articles de la Campagne pour le Droit d'Entrer/Ré-Entrer dans les Territoires Palestiniens Occupés

Source : http://www.palsolidarity.org/main/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie

Même sujet

Refus d entrer

Même auteur

Right to Enter

Même date

12 décembre 2006