Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1483 fois

Liban -

Agression Sioniste au Liban : Bulletin d'Information n° 17

Par

Situation des victimes le 30 juillet 2006 à 16h00: 661 civils libanais tués.
Liban : au moins 51 morts dans le raid aérien d'Israël contre le village de Qana.
L'armée israélienne se retire de Bint Jbeil, bastion du mouvement chiite, après une semaine de violents combats.
Des manifestants pénètrent dans un bâtiment de l'ONU à Beyrouth.
Liban : nouvelle manifestation à Paris ce soir à 18 h.

Agression Sioniste au Liban : Bulletin d'Information n° 17


Qana, ce matin ........ (voir les autres photos)


Liban : au moins 51 morts dans le raid aérien d'Israël contre le village de Qana (Radio Chine Internationale 30 juillet 2006)

Le nombre des victimes du raid aérien d'Israël contre un bâtiment du village de Qana, dans le sud du Liban, a augmenté dimanche à 51, selon des témoins et des sources hospitalières.

Les sources hospitalières ont annoncé qu'au moins 51 personnes, dont 22 enfants, avaient été tuées dans cette attaque.

Un total de 63 habitants locaux, pour la plupart des enfants et des femmes, se cachaient dans un abri souterrain du bâtiment, alors que deux missiles lancés par un avion israélien ont touché le bâtiment.

Par ailleurs, l'armée israélienne a déclaré que le Hezbollah était responsable de cet incident, du fait qu'il utilisait le village de Qana comme une base de lancement des roquettes.

Le Premier ministre libanais Fouad Seniora a condamné le raid israélien, disant qu'"un tel cirme odieux contre nos civils ne brisera pas la volonté du peuple libanais".
Israël a lancé ses offensives militaires contre le Hezbollah libanais le 12 juillet en réaction à l'enlèvement par le groupe de deux soldats israéliens dans une attaque transfrontière.

Une foule de manifestants libanais se sont rassemblés devant le bureau de l'ONU dans le centre de Beyrouth dimanche après le raid aérien meurtier d'Israël sur le village de Gana.

Des manifestants ont jeté des pierres dans la direction du bureau et certains d'entre eux ont pénétré dans le bâtiment, selon la télévision locale.

La Ligue arabe a condamné fermement dimanche le bombardement "barbare" israélien du village de Cana au Liban sud qui a fait au moins 51 morts.

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, a appelé dans un communiqué à l'ouverture d'une enquête internationale sur le massacre de Cana et d'autres crimis commis par Israël au Liban, en particulier les crimes contre les civils.

Il a invité les pays arabes à manifester leur solidarité avec le Liban, estimant qu'il était nécessaire d'offrir une aide humanitaire d'urgence au Liban.

Mme Rice, qui est retournée samedi en Israël, s'est déclarée choquée par le bombardement israélien.
"Nous voulons un cessez-le-feu le plus tôt possible, j'aurais voulu un cessez-le-feu hier si c'était possible", a-t-elle affirmé.

Plus de 600 Libanais ont été tués depuis le début de l'offensive israélien au Liban le 12 juillet.



L'armée israélienne se retire de Bint Jbeil, bastion du mouvement chiite, après une semaine de violents combats (La Presse - Canada - 30 juillet 2006)

Au retour de la secrétaire d'État américaine au Proche-Orient, le chef du Hezbollah a célébré sa «victoire» à Bint Jbeil, bastion du mouvement chiite dans le sud du Liban, dont l'armée israélienne s'est retirée hier après une semaine de violents combats.

Cheikh Hassan Nasrallah a aussi gagné un siège à la table des négociations, s'il faut croire Condoleezza Rice elle-même. Dans l'avion la transportant de la Malaisie à Israël, la chef de la diplomatie américaine a salué "l'accord de principe" du Hezbollah à un cessez-le-feu et à une force internationale de stabilisation dans le sud du Liban.
Cet accord, a-t-elle révélé, est intervenu jeudi lors d'une réunion du cabinet libanais, où le Hezbollah est représenté.

"Évidemment, nous tentons d'obtenir un cessez-le-feu le plus rapidement possible, je considère donc cet accord comme un pas positif", a déclaré Condoleezza Rice aux journalistes.

L'armée israélienne a nié avoir subi une défaite à Bint Jbeil, où huit de ses soldats sont morts dans la journée du 26 juillet (un autre a péri à Maroun al-Ras). Elle a annoncé avoir tué 50 combattants du Hezbollah, un bilan que conteste la milice chiite. Elle dit s'être retirée de Bint Jbeil après avoir atteint son objectif, qui était d'affaiblir son adversaire.

Chose certaine, au 18e jour du conflit, l'intensité des raids aériens israéliens n'a pas diminué.

Quatorze civils ont péri dans les attaques qui ont visé des villages du sud du Liban, dont Bint Jbeil, et les environs de Nabatiyé, ville située à 75 km au sud-est de Beyrouth.

Huit personnes, dont sept membres d'une même famille (une mère et ses six enfants), ont été enterrées sous les décombres d'une maison de deux étages, ciblée par les chasseurs israéliens. Six autres civils sont morts dans un raid d'hélicoptères de combat près du secteur controversé des fermes de Chebaa, occupé par Israël.

Les combattants du Hezbollah se cachent dans les maisons, comme l'ont constaté les soldats israéliens à Bint Jbeil.

Depuis le début de l'offensive israélienne, 453 personnes, dont 382 civils, ont péri, selon un bilan partiel établi par l'AFP. Vendredi, le coordinateur des affaires humanitaires de l'ONU, Jan Egeland, a parlé de plus de 600 victimes civiles au Liban, citant le ministère libanais de la Santé.

S'ajoutent au bilan des morts celui des déplacés (des centaines de milliers) et celui de l'environnement. Près de 15 000 tonnes de mazout se sont déversées dans la mer après un bombardement israélien visant les réservoirs de la centrale électrique de Jiyé (30 km au sud de Beyrouth).

La marée noire englue la côte libanaise sur près de 80 km et menace la côte syrienne.

Le 12 juillet dernier, le Hezbollah ne s'attendait sans doute pas à une réplique d'une telle ampleur, lorsqu'il a enlevé deux soldats israéliens et a tiré des roquettes sur ses voisins du Sud.

"Cuisant revers" Or, malgré les morts et la destruction d'une partie du Liban, le chef du mouvement chiite a affirmé hier qu'Israël avait subi un "cuisant revers".

"L'ennemi n'a réalisé aucun objectif militaire", a déclaré Hassan Nasrallah dans une intervention à la télévision du Hezbollah.

Et d'ajouter: "Il ne faut pas avoir peur de notre victoire, elle sera pour tous les Libanais, de toutes les confessions, dans toutes les régions, de toutes les mouvances, pour tous les musulmans et les chrétiens, et pour tous les Arabes qui sont à nos côtés contre l'agression".

Tout en menaçant de tirer des missiles sur les villes du centre d'Israël, le chef du Hezbollah a remercié la Syrie et l'Iran, qui ont "tout fait pour arrêter l'agression israélienne".

Que Condoleezza Rice choisisse de saluer "l'accord de principe" du Hezbollah à un cessez-le-feu en dit long sur les difficultés de la diplomatie américaine.

À son arrivée en Israël, hier soir, la secrétaire d'État a rencontré le premier ministre israélien Ehoud Olmert.

Aujourd'hui, elle aura des entretiens avec le ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni et le ministre de la Défense Amir Peretz.

Elle cherchera l'accord des gouvernements israélien et libanais sur une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU. Cette résolution, qui pourrait être déposée dès mercredi, fixerait le cadre d'un cessez-le-feu et définirait le mandat d'une force internationale de stabilisation dans le sud du Liban.

Cette force internationale fera l'objet de discussions dès demain au siège de l'ONU.

Tous ces efforts diplomatiques font partie d'un plan de règlement présenté vendredi à la Maison-Blanche par le président américain et le premier ministre britannique.

Hier, pour la première fois, George W. Bush a établi un lien entre le conflit actuel au Proche-Orient et le 11 septembre 2001.

"L'expérience du 11 septembre a rendu évident que nous ne pouvons plus tolérer le statu quo au Proche-Orient. Nous avons vu que quand une région entière fermente dans la violence, cette violence peut éventuellement atteindre nos côtes et s'étendre au monde entier. Le seul moyen de rendre sûre notre nation est de changer le cours des choses au Proche-Orient en combattant l'idéologie terroriste et en encourageant l'espoir de la liberté", a dit le président américain lors de son allocution radiophonique hebdomadaire.



Des manifestants pénètrent dans un bâtiment de l'ONU à Beyrouth (Le Matin - Canada - 30 juillet 2006)

Des manifestants en colère après le raid israélien qui a fait une cinquantaine de morts à Cana, dans le sud du Liban, ont fait irruption dans la principal bâtiment des Nations unies à Beyrouth, au Liban.

Ils ont fait brûler des drapeaux de l'ONU et des Etats-Unis.

Quelque 500 manifestants se sont rassemblés devant l'édifice, dans lequel personne ne travaillait en ce dimanche. Certains ont forcé un barrage de police, cassé des vitres et sont entrés dans la bâtisse.

A l'extérieur, d'autres manifestants criaient des slogans contre Israël et les Etats-Unis, et reprochaient aux gouvernements arabes de ne pas faire suffisamment d'efforts pour arrêter les bombardements israéliens sur le Liban, qui ont commencé il y a 19 jours.



Liban: nouvelle manifestation à Paris (France 3 - 30 juillet 2006)

Un nouvel appel à manifester à Paris contre l'offensive israélienne au Liban a été lancé dimanche après-midi.

Cet appel du Rassemblement pour le Liban fait suite au bombardement de Cana au Liban sud, qui a fait au moins 51 morts, dont la moitié d'enfants. Les manifestants doivent se retrouver place du Trocadéro vers 18h00.

Samedi après-midi, plusieurs milliers de personnes ont déjà manifesté samedi à Paris contre l'offensive israélienne au Liban et à Gaza.


Manifs et marches de protestation de samedi

Samedi, une marche parisienne s'est faite à l'appel, entre autres, des associations France-Palestine, du MRAP, des Indigènes de la République, des syndicats Solidaires et Sud-PTT, des Verts, du PCF, de la Ligue communiste révolutionnaire ou du Parti des travailleurs.Les associations et partis de gauche qui appellaient à défiler de République à Château-Rouge, en "solidarité avec les peuples palestiniens et libanais", réclamaient l'arrêt immédiat des bombardements.

A Lyon, 300 à 400 personnes ont participé à une manifestation de soutien au Liban et ont réclamé "un cessez-le-feu immédiat", samedi soir dans le centre-ville.

A Marseille, 200 à 300 personnes se sont rassemblées samedi en début de soirée près du Vieux-Port pour dénoncer l'offensive israélienne au Liban.


Situation des victimes le 30 juillet 2006 à 16h00: 661 civils libanais tués



Soutien aux Palestiniens du Liban

Les Amis de la Fondation Culturelle Ghassan Kanafani (AFCGK) lancent une souscription exceptionnelle pour l'aide aux Palestiniens du Liban.

Dans la situation actuelle, le moindre soutien est le bienvenu. Nous organisons donc une collecte de fonds exceptionnelle. Si vous désirez nous aider rien de plus simple adressez un chèque à :
Association Les Amis de la Fondation Culturelle Ghassan Kanafani , 1 avenue Saint-Thomas 44100 Nantes.

Vous pouvez vous reporter à notre site actualisé sur http://fcgk44.free.fr

Merci d'avance pour votre soutien
Erwan KERIVEL pour l'AFCGK

contact : celwan@wanadoo.fr

Source : Les Amis de la Fondation Culturelle Ghassan Kanafani

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Liban

Même sujet

Incursions

Même auteur

AFCGK

Même date

30 juillet 2006