Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2683 fois

Liban -

Agression Sioniste au Liban : Bulletin d'Information n°20

Par

> celwan@wanadoo.fr

Situation des victimes le 31 juillet 2006 à 16h00: 715 civils libanais tués.
Une unité héliportée israélienne encerclée près de Baalbeck : Tentative de rapt d'un responsable du Hezbollah.
Après Baalbek, les combats se poursuivent au Sud-Liban.
Un commando enlève 5 membres présumés du Hezbollah, 160 roquettes sur Israël.

Agression Sioniste au Liban : Bulletin d'Information n°20


Le Liban après les bombardements des barbares........ (voir les autres photos)

Liban: une unité héliportée israélienne encerclée près de Baalbeck (SDA-ATS Suisse 02 Août 2006)

Une unité israélienne héliportée a atterri dans la nuit de mardi à mercredi au sud-ouest de Baalbeck, bastion du Hezbollah situé dans l'est du Liban. Elle a été encerclée par des combattants du parti chiite libanais, selon la police.

L'opération héliportée a été préparée par une série de raids aériens au cours de laquelle l'aviation israélienne a tiré une trentaine de roquettes. Des combats ont éclaté entre cette unité, qui a atterri mercredi à l'aube au sud-ouest de Baalbeck, dans la vallée de la Bekaa, sous une importante couverture aérienne.

Les affrontements se poursuivaient trois heures plus tard. Selon des habitants de Baalbeck, des dizaines de combattants du Hezbollah ont été vus se rendre sur les lieux des affrontements.

Des violents combats au moyen de fusils d'assaut, de lance-grenades et de mitrailleuses se sont produits à proximité de l'hôpital, ont rapporté des témoins. Selon la police libanaise, le village de Jimayliyé a été bombardé à plusieurs reprises. Les raids israéliens ont fait des dizaines de victimes.

L'unité israélienne s'est retranchée dans l'hôpital de Dar Al-Hikmé (bien Dar Al-Hikmé), géré par le Hezbollah, situé à 2 km au sud-ouest de Baalbeck, selon le Hezbollah. Cet établissement a été vidé de ses patients depuis le 12 juillet, date du déclenchement de l'offensive israélienne.

Des habitants des villages environnants ont confirmé à l'AFP le déroulement de l'opération héliportée. "Des Israéliens ont atterri. Ils tirent dans tous les sens. Il y a beaucoup de morts et de blessés chez les civils ", ont-ils affirmé.
L'armée libanaise n'a pas d'information officielle sur l'opération, qu'il n'a toutefois pas démentie.

Une importante caserne de l'armée libanaise, appelée caserne Cheikh Abdallah, est installé sur une colline surplombant Baalbeck.

Des hélicoptères ont également survolé à basse altitude la route qui relie Baalbeck à la ville de Homs (en Syrie). Ils ont tiré plusieurs roquettes, incendiant trois stations d'essence.



Tentative de rapt d'un responsable du Hezbollah
Grosse opération héliportée israélienne à Baalbeck
(L'orient le Jour 02 Août 2006)

L'unité israélienne héliportée qui a atterri dans la nuit de mardi à mercredi à Baalbeck serait, à l'heure de mettre sous presse, encerclée à l'intérieur de l'hôpital Dar el-Hekmé par des combattants du Hezb, selon un porte-parole du parti de Dieu. Selon plusieurs médias arabes, le but de cette opération serait le rapt d'un responsable du Hezbollah.

Des habitants de la région, affolés, ont appelé l'AFP, affirmant : "Les Israéliens ont atterri, ils tirent partout, il y a beaucoup de morts et de blessés". Israël s'était d'ailleurs chargé dès 22h20 de "préparer" le terrain en multipliant ses raids meurtriers sur un rayon de 40 km autour de Baalbeck.



Après Baalbek, les combats se poursuivent au Sud-Liban (Reuters 02 Août 2006)

L'armée israélienne a capturé dans la nuit de mardi à mercredi cinq membres du Hezbollah au cours d'une opération héliportée près de Baalbek, dans le nord-est du Liban, et a engagé dans la matinée jusqu'à 6.000 hommes sur cinq fronts dans le sud du pays.

L'artillerie a pilonné des villages situés à la frontière tandis que les troupes au sol, appuyées par des chars, progressaient vers les bastions du Hezbollah.

Les miliciens chiites ont riposté par des tirs de mortier, de mitrailleuse et de missiles antichars.

Le Hezbollah a affirmé avoir détruit quatre blindés et un bulldozer militaire durant les combats.

L'armée israélienne a fait savoir que deux de ses soldats avaient été légèrement blessés durant des "échanges de tirs isolés" mais, selon elle, aucun véhicule de l'armée n'a été touché.

Trois soldats de l'armée libanaise ont par ailleurs été tués dans un raid aérien non loin de Sarba, un village à 14 km au sud-est de Saïda, a-t-on appris de source proche des services de sécurité libanais.

Durant quatre heures dans la nuit, des combats se sont déroulés dans les environs de Baalbek, où des commandos israéliens ont été héliportés à proximité d'un hôpital du Hezbollah, à une centaine de kilomètres de la frontière israélienne.


AU MOINS 13 CIVILS TUES A DJAMMALIEH

Les hélicoptères ont appuyé les troupes au sol, notamment en tirant des missiles. Deux combattants du Hezbollah ont été tués, selon les services de sécurité libanais. Une quinzaine de civils ont également trouvé la mort, dont quatre enfants.

L'armée israélienne a annoncé que les commandos avaient capturé et emmené cinq membres du Hezbollah, ce que le mouvement chiite a démenti.

Après le départ des commandos, des attaques aériennes ont détruit l'hôpital Al Hikmah, un bâtiment de trois étages.

Au moins 13 civils libanais ont par ailleurs été tués lorsque des avions ont bombardé le village de Djammalieh, près de Baalbek.

Cinq membres d'une même famille ont péri dans un raid sur le village de Saath et un automobiliste a été tué à Hermel, plus au nord.

L'aviation israélienne a détruit trois ponts à l'extrémité nord de la vallée de la Bekaa et dans le nord du Liban.

Le Hezbollah a tiré plus de 80 roquettes sur Israël mercredi matin. L'une d'elle a fait un mort à Nahariyah, dans le nord de l'Etat hébreu.

Dans un entretien au Jerusalem Post, le général Moshe Kaplinsky, chef adjoint de Tsahal, explique que les troupes israéliennes ont désormais pour objectif de progresser jusqu'au fleuve Litani, à 20 km au nord de la frontière avec Israël, et pourraient même dépasser cette ligne stratégique.

Depuis le 12 juillet, date de l'enlèvement de deux soldats israéliens par le Hezbollah, au moins 643 Libanais et 55 Israéliens ont été tués dans le conflit.

D'après le ministère de la Santé libanais, qui prend en compte les disparus dans son calcul, le bilan s'élève à 762 morts côté libanais.


Un commando enlève 5 membres présumés du Hezbollah, 160 roquettes sur Israël
(AFP 02 Août 2006)

Un commando héliporté israélien a enlevé quatre militants présumés du Hezbollah dans un raid en profondeur au Liban mercredi, alors qu'un nombre record de 160 roquettes ont visé le nord d'Israël dont pour la première fois des secteurs jusqu'à 60 km de la frontière.

Cette escalade, incluant de violents combats au Liban sud, survient sur fond de divergences au sein de la communauté internationale pour régler le conflit qui devrait se poursuivre jusqu'"à la fin de la semaine prochaine", soit aux alentours du 12 août, selon le ministre israélien de la Justice Haïm Ramon.

Face aux premiers signes d'impatience des Etats-Unis, dont la secrétaire d'Etat Condoleezza Rice a souhaité un cessez-le-feu "dans quelques jours", Israël a intensifié ses opérations terrestres pour neutraliser la menace du Hezbollah.

Après le raid à Baalbeck (est) à 100 km de la frontière, l'opération la plus profonde en territoire libanais depuis le début de l'offensive le 12 juillet, le chef d'état-major israélien Dan Haloutz a indiqué que l'armée envisageait de "nouvelles attaques aériennes en profondeur au Liban surtout dans la région de Beyrouth". "Cette question sera tranchée dans un jour ou deux", a-t-il prévenu.

Un commando israélien héliporté a, sous le couvert de la nuit, enlevé cinq membres du Hezbollah et tué ou blessé dix à Baalbeck, selon le général Haloutz.
"Nous avons lancé cette opération pour prouver que nous pouvions frapper partout au Liban", a-t-il dit, niant des informations selon lesquelles le commando voulait enlever un dirigeant du Hezbollah.

La police libanaise a de son côté affirmé que cinq civils ont été enlevés et 16 tués, dont sept enfants, dans ce raid accompagné d'intenses bombardements et d'accrochages avec le Hezbollah. Ce dernier a démenti le rapt de ses membres et qualifié l'opération de "fiasco".

Par ailleurs au Liban sud, l'aviation israélienne a mené des raids contre des positions du Hezbollah pour appuyer ses unités au sol engagées dans de violents combats avec les combattants du parti chiite. Selon la police, les soldats israéliens, dont cinq ont été blessés, rencontrent une forte résistance du Hezbollah. Près de Saïda, trois soldats libanais ont été tués dans un raid aérien.

Alors que les responsables israéliens ont affirmé que leur offensive avait atténué les capacités du Hezbollah, cette formation a tiré à partir du sud Liban plus de 160 roquettes sur des localités du nord d'Israël, dont pour la première fois un secteur proche de Beth Shéan à 60 km de la frontière.
Une personne a été tuée à Nahariya dans la chute d'une roquette, selon la police. Sept personnes ont été légèrement blessées.

En 22 jours d'offensive israélienne lancée après la capture le 12 juillet par le Hezbollah de deux soldats à la frontière, au moins 835 personnes, des civils et militaires, ont été tuées au Liban et plus de 3.210 blessées, selon un bilan officiel libanais.

Côté israélien, 19 civils ont péri dans le nord d'Israël touché par plus de 2.000 roquettes alors que 33 militaires ont péri.

Malgré le lourd bilan humain et les pressions croissantes, le Premier ministre israélien Ehud Olmert a rejeté toute trêve immédiate et affirmé que l'offensive se poursuivrait jusqu'au déploiement d'une force internationale au Liban sud, qui viendrait "relever" Tsahal.

L'objectif de l'offensive terrestre israélienne, impliquant 7.000 soldats, est de détruire le long de sa frontière nord les positions du Hezbollah dont les combattants sont déployés depuis 2000 au Liban sud et mettre ainsi fin aux tirs de roquettes.

La durée de la campagne "dépend beaucoup de la nature de la résolution de l'Onu.
Si, comme nous l'espérons, la force internationale est composée d'unités de combat, nous serons en mesure de cesser le feu quand cette force sera déployée au sol au Liban sud", a déclaré M. Olmert.
Il a cité la France comme "candidat naturel" pour faire partie de cette force.

Mais contrairement à Washington et Israël, la France conditionne l'envoi d'une force internationale au Liban à l'instauration d'un cessez-le-feu et à un accord politique. Le différend Washington-Paris empêche un consensus au Conseil de sécurité de l'ONU.

Paris a aussi jugé "toujours prématurée" une réunion de pays contributeurs potentiels à une future force internationale reprogrammée à l'Onu pour jeudi.
Le gouvernement libanais est en faveur d'un renforcement des Casques Bleus de l'ONU déjà présents au Liban sud mais exige avant tout un cessez-le-feu immédiat.

Mme Rice, dont le pays est le principal allié d'Israël, souhaite que les efforts diplomatiques résultent en un cessez-le-feu "dans quelques jours, pas des semaines". Mais elle a réitéré la position de son pays qu'une trêve ne devait pas laisser le Hezbollah avec la capacité de frapper Israël.

Le Guide suprême d'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, dont le pays appuie le Hezbollah, a prôné la résistance des musulmans face "au loup sauvage du sionisme" et aux Etats-Unis, peu après un appel français pour une participation de l'Iran "à la recherche d'une solution" au conflit.

Entretemps, le Liban reste en proie à une crise humanitaire majeure avec le déplacement de plus de 800.000 personnes.

L'aide continue d'y arriver mais elle est difficilement acheminée dans certains secteurs du sud, où les habitants sont parfois bloqués pendant des jours sans nourriture ou eau, en raison des bombardements et des destructions estimées à 2,5 milliards USD.

Situation des victimes le 02 Août 2006 à 16h00: 762 civils libanais tués




Soutien aux Palestiniens du Liban

Les Amis de la Fondation Culturelle Ghassan Kanafani (AFCGK) lancent une souscription exceptionnelle pour l'aide aux Palestiniens du Liban.

Dans la situation actuelle, le moindre soutien est le bienvenu. Nous organisons donc une collecte de fonds exceptionnelle. Si vous désirez nous aider rien de plus simple adressez un chèque à :
Association Les Amis de la Fondation Culturelle Ghassan Kanafani , 1 avenue Saint-Thomas 44100 Nantes.

Vous pouvez vous reporter à notre site actualisé sur http://fcgk44.free.fr

Merci d'avance pour votre soutien
Erwan KERIVEL pour l'AFCGK

contact : celwan@wanadoo.fr

Source : Les Amis de la Fondation Culturelle Ghassan Kanafani

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Liban

Même sujet

Incursions

Même auteur

AFCGK

Même date

2 août 2006