Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1831 fois

Liban -

Agression Sioniste au Liban : Bulletin d'Information n°21

Par

> celwan@wanadoo.fr

Situation des victimes le 04 Août 2006 à 11h00: 889 civils libanais tués.
"Le Liban ne sera ni américain ni israélien", assure le chef du Hezbollah.
Combats violents sur quatre axes au Liban-Sud entre les Israéliens et le Hezbollah.
Aoun : Une force multinationale sera considérée comme "force d'occupation"...

Nasrallah menace de bombarder Tel-Aviv en cas de frappes contre Beyrouth
(L'orient le Jour 04 Août 2006)

Lors d'une déclaration à la télévision, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a menacé hier de frapper Tel-Aviv en cas de bombardements israéliens de Beyrouth, et assuré que l'armée israélienne piétinait au Liban-Sud.

"Si vous bombardez notre capitale, nous bombarderons la capitale de votre entité agressive", a-t-il dit, faisant allusion à Tel-Aviv, dans un message diffusé par la chaîne al-Manar.

"La Résistance islamique est capable de frapper avec la force et à la profondeur nécessaires et au moment où il le faudra", a ajouté sayyed Nasrallah, qui s'était engagé le 29 juillet, dans sa dernière intervention, à viser le centre de l'État hébreu si davantage de civils libanais étaient tués.

Faisant une référence explicite aux déclarations du chef d'état-major israélien Dan Haloutz, qui a affirmé mercredi envisager de nouveaux raids dans la région de Beyrouth, le chef du Hezbollah a déclaré : "Tout le territoire libanais est déjà la cible de bombardements israéliens, mais cette menace vise la capitale du Liban. Dans ce cas, si vous bombardez notre capitale, nous bombarderons la capitale de votre entité agressive."

"La puissante armée israélienne ne s'est montrée capable que de bombarder des civils, des femmes et des enfants", a ajouté Hassan Nasrallah dans une longue intervention au cours de laquelle il a assuré que les Israéliens n'avaient fait aucun progrès dans leur offensive au Liban-Sud.

"La Résistance a montré sa capacité à détruire un grand nombre de chars et de blindés israéliens qui sont parmi les plus modernes (...) Les moujahidine combattent en hommes déterminés et prêts au sacrifice. Cela a constitué une surprise pour l'adversaire", a souligné Hassan Nasrallah.

"Le président américain George W. Bush est responsable de tout ce qui se passe depuis le début de l'offensive israélienne. (Le Premier ministre Ehud) Olmert et son armée ne sont que les instruments" de la politique du président Bush, a-t-il encore affirmé.

"Je dis aux Libanais : n'oubliez pas que c'est cela l'Administration américaine qui se dit l'amie du Liban (...) qui dit vouloir que le Liban soit un exemple au Moyen-Orient. Le Liban ne sera ni américain, ni israélien, ni un point d'ancrage pour ce que souhaitent Bush et (la secrétaire d'État Condoleezza) Rice", a encore assuré le chef du Hezbollah.

Hassan Nasrallah a exigé en outre la libération immédiate des cinq Libanais capturés mercredi par les commandos d'élite de l'armée israélienne à Baalbeck.

"Les civils enlevés par Israël ne sont pas des prisonniers de guerre, et nous ne les considérons pas comme tels, mais comme des otages", a-t-il assuré.

"Il faut les libérer inconditionnellement avant tout échange de prisonniers", a-t-il ajouté.



L'armée israélienne étend ses opérations terrestres au Liban sud (Radio Chine Internationale 04 Août 2006)

L'armée israélienne a étendu jeudi ses opérations terrestres au Liban sud, a rapporté le quotidien Yedioth Ahronoth.

Selon le journal, des milliers de soldats israéliens opèrent dans environ 20 villages au Liban sud à une distance de 6 km de la frontière. L'armée israélienne a intensifié ses opérations au Liban à la veille d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la crise du Liban.

Le Hezbollah cessera de tirer des roquettes sur le nord d'Israël si l'Etat hébreu arrête d'attaquer les localités libanaises, a promis jeudi cheikh Hassan Nasrallah, le chef de la milice chiite, lors d'une intervention télévisée.

"Vous attaquez nos villes, nos villages, nos civils et notre capitale. Nous réagissons. Dès que vous déciderez d'arrêter votre campagne contre nos villes, nos villages, nos civils et nos infrastructures, nous ne tirerons plus de roquettes, contre aucune ville ou implantation israélienne", a assuré cheikh Hassan Nasrallah.

Les pays membres de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) ont adopté jeudi une déclaration sur la situation au Liban, exprimant leur soutien total au peuple libanais et demandant au Conseil de sécurité de l'ONU de déployer davantage d'efforts en vue d'un cessez-le-feu inconditionnel.

Au moins deux civils ont été tués et douze autres blessés dans les raids israéliens lancés vendredi matin sur quatre ponts sur l'autoroute reliant Beyrouth au Liban nord, selon un premier bilan de la Croix Rouge libanaise (CRL).

Un civil a été tué et son corps a été retiré des décombres du pont de Fidar, à une quarantaine de kilomètres au nord de Beyrouth, qui s'est complètement effondré. Une voiture a été ensevelie et le sort de ses occupants restait inconnu, a déclaré le responsable des secours de la CRL, Georges Kettaneh, cité par des informations à Beyrouth.

Un autre civil a été tué sur le pont de Madfoun, à la porte du Liban nord, qui a également été entièrement détruit. Quatre civils ont été blessés dans ce bombardement, a-t-il indiqué.

Sept civils ont été blessés sur le pont de Jouniyé, à une vingtaine de km au nord de Beyrouth, dont une voie est désormais impraticable, et un douzième civil a été blessé dans le bombardement du pont "du Casino", qui a été endommagé, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, l'aviation israélienne a repris ses bombardements contre le bastion du Hezbollah dans la banlieue sud de Beyrouth jeudi au petit matin, ont indiqué des témoins. Les banlieues sud de Beyrouth sont visées d'une façon répétée par l'aviation israélienne depuis le début du conflit entre Israël et le Hezbollah libanais.

Mercredi, le chef d'état-major des Forces de défense israéliennes (IDF), Dan Halutz, a déclaré qu'un cessez-le-feu unilatéral avec le Hezbollah était hors de question. Il a fait savoir que l'armée israélienne envisagerait de lancer des raids aériens en profondeur au Liban, y compris Beyrouth.

Plusieurs salves de roquettes font 8 tués et plus de cent blessés dans le nord de l'État hébreu



Combats violents sur quatre axes au Liban-Sud entre les Israéliens et le Hezbollah (L'orient le Jour 04 Août 2006)

Des affrontements violents opposaient hier au Liban-Sud les combattants du Hezbollah aux unités israéliennes, qui tentent de s'emparer de collines stratégiques jouxtant la frontière ou de consolider leurs positions, selon la police libanaise.

L'armée israélienne, qui a déployé 10 000 hommes au Liban-Sud, tente de conquérir trois collines stratégiques dans les secteurs occidental, central et oriental, mais rencontre une forte résistance du Hezbollah.

L'opération "Changement de cap", lancée le 12 juillet, est censée détruire les positions de la Résistance le long de la frontière pour l'empêcher de tirer des roquettes sur Israël.

Plus de 230 projectiles ont toutefois atteint le nord d'Israël, après plus de trois semaines de campagne militaire, faisant 8 morts et une centaine de blessés. Par ailleurs, 4 soldats israéliens ont trouvé la mort dans les combats.

À l'ouest, des unités israéliennes ont tenté de prendre en tenailles la colline stratégique de Ramiyé, à deux kilomètres de la frontière, toujours selon la police libanaise. Ramiyé surplombe la bourgade frontalière de Naqoura et le port de Tyr. Sa prise permettrait à l'armée israélienne de consolider son avancée sur l'axe de Aïta el-Chaab.

Des fantassins israéliens, épaulés par deux chars, ont avancé vers le village de Qaouzah, au nord de la colline, mais ils ont été contrés par des combattants du Hezbollah. Une autre colonne de soldats israéliens renforcés par trois chars fait mouvement vers le village d'al-Jibaïn, en rencontrant une forte résistance.

Les forces israéliennes avançant vers la colline d'al-Aabad, à 850 m d'altitude, en surplomb de Maiss el-Jabal, et qui donne sur le nord d'Israël et la ville de Bint Jbeil, ont progressé d'un kilomètre et demi en direction de Maiss el-Jabal, toujours selon la police. Elles se sont installées dans une oliveraie aux abords de ce village frontalier.

Sur le troisième axe, plus à l'est, les forces israéliennes, qui ont progressé d'1,5 km à l'intérieur du Liban vers les villages de Aadaïssé, Kfar Kila et Taïbé, ont subi une violente contre-attaque de la part du Hezbollah, selon la police.

"Une âpre bataille se déroule pour le contrôle de la colline de Oueïda, qui donne sur Marjeyoun et le nord d'Israël", a assuré un officier de la police.

"La bataille des collines"

La "Bataille des collines" a été précédée à l'aube par des dizaines de raids aériens israéliens sur la plaine de la Békaa et sur le Liban-Sud, ainsi que par des tirs de la marine et de l'artillerie israéliennes sur les régions de Tyr et de Marjeyoun.

Les avions israéliens ont bombardé, pour la dixième fois, le pont enjambant le fleuve al-Assi, le détruisant entièrement, ce qui a coupé la route principale entre deux bastions du Hezbollah, les villes de Baalbeck et de Hermel (Est), selon la police.

Peu auparavant, les chasseurs-bombardiers israéliens ont pilonné les vallons jouxtant le fleuve du Litani, au sud de la Békaa, où le Hezbollah a installé des rampes de lance-roquettes. Ces bombardements ont suivi de près le tir d'une salve d'une vingtaine de roquettes en direction du nord d'Israël.

Les régions de Tyr, sur la côte du Liban-Sud, et le secteur de Nabatiyé, plus à l'est, ont été la cible au petit matin d'une trentaine de raids aériens, qui ont visé plus particulièrement les routes.

La marine israélienne a bombardé les villages situés au sud de Tyr, alors que l'artillerie lourde, postée en Israël, a tiré ses obus sur la bourgade de Kfar Chouba, jouxtant les fermes occupées de Chebaa.

Israël a repris dans la nuit de mercredi à jeudi les bombardements sur la banlieue sud de Beyrouth, bastion du Hezbollah, après une semaine de répit.



Aoun : Une force multinationale sera considérée comme "force d'occupation" (L'orient le Jour 04 Août 2006)

Le général Michel Aoun s'est déclaré hier "totalement opposé" au déploiement d'une force multinationale, qu'il compare à une "force d'occupation".

Dans un entretien au Figaro à paraître aujourd'hui vendredi, le chef du Courant patriotique libre s'oppose tout particulièrement à l'envoi d'un contingent français sur le sol libanais.

"Les soldats français sont les bienvenus en tant qu'observateurs de la Finul. Ils font du tourisme, c'est bon pour l'économie, mais nous n'en voulons pas en tant que force de dissuasion", explique-t-il, en rappelant l'attentat du Drakkar en 1983 contre les paras français.

Pour le général Aoun, une éventuelle force internationale "ne stabilisera rien du tout". "Elle va au contraire déclencher une nouvelle guerre. Ce sera une force d'occupation pour faire la guerre au Hezbollah et pour assurer la sécurité d'Israël (...) C'est pourquoi les Français ne veulent pas en faire partie" sans accord politique préalable, estime-t-il.

Déployer une force "accroîtrait les risques de guerre civile", prévient-il. "Les combattants du Hezbollah se défendront contre ses soldats, et les Libanais prendront position pour ou contre", dit-il. À ses yeux, "un cessez-le-feu suffit".



Israël intensifie ses bombardements au Liban (AFP 04 Août 2006)

L'armée israélienne a intensifié vendredi ses bombardements au Liban, pilonnant la banlieue sud de Beyrouth et frappant les infrastructures, au lendemain des menaces du chef du puissant mouvement du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, de frapper Tel-Aviv.

Au 24e jour de ce conflit destructeur et sanglant qui ne donne aucun signe de répit et alors que l'armée israélienne s'apprête a pénétrer en profondeur au Liban sud, les Etats-Unis ont affirmé qu'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU visant à mettre fin à la guerre était "proche".

Mettant à exécution ses menaces d'étendre ses bombardements, l'aviation a mené une une trentaine de raids, dont certains particulièrement violents, contre le fief du Hezbollah dans la banlieue sud, notamment le secteur d'Ouzaï, le long de l'aéroport international de Beyrouth, selon la police. Elle a également visé les quartiers de Roueiss et Haret-Hreik, après avoir appelé la population à fuir dans des tracts largués par les avions israéliens.

Les quartiers de Haret-Hreik et Bir al-Abed, où se trouvait le quartier général du Hezbollah, sont en ruines. Elle a bombardé un pont près du port de la région chrétienne de Jouniyé, à une vingtaine de km au nord de Beyrouth, et visé une centrale électrique qui dessert le sud de la vallée de la Békaa (est) et une grande partie du Liban sud.

Les chasseurs-bombardiers ont franchi le mur du son à basse altitude au dessus de Beyrouth, semant la panique parmi la population.
De nombreux raids ont frappé la région montagneuse de Nahlé, au nord-est de Baalbeck, visant des routes qui mènent à la Syrie, de même qu'un secteur au nord-ouest de cette région.

Aucun bilan de victimes éventuelles n'était disponible dans l'immédiat, alors que l'offensive israélienne au Liban a déjà fait plus de 900 morts au Liban et des milliers de blessés depuis son lancement le 12 juillet après la capture par le Hezbollah de deux soldats en Israël près de la frontière.

Jeudi soir, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a, dans une déclaration télévisée, menacé de frapper Tel-Aviv si la capitale libanaise était bombardée. "Si vous bombardez notre capitale, nous bombarderons la capitale de votre entité agressive", a-t-il averti en allusion à Tel-Aviv.

Il a aussi affirmé que le Hezbollah arrêterait de tirer des roquettes sur le nord d'Israël si ce pays arrêtait de "bombarder nos villages".

Un haut responsable militaire israélien non identifié, cité par la télévision publique, a répliqué en affirmant qu'Israël anéantirait toutes les infrastructures du Liban si Tel-Aviv était touchée par une attaque.

L'armée israélienne a en outre reçu l'ordre du ministre de la Défense Amir Peretz de se tenir prête pour une éventuelle prise de contrôle du Liban sud jusqu'au fleuve Litani, situé de 5 à 30 km de la frontière israélienne selon les endroits.

"L'armée a reçu ordre de se préparer à la prochaine étape de l'offensive (terrestre) dont le but est de prendre rapidement le contrôle du Liban sud de la frontière internationale jusqu'à la ligne du fleuve Litani", a indiqué cette porte-parole.
Environ 10.000 hommes opèrent actuellement au Liban sud avec pour objectif d'instaurer une zone de sécurité de 6 à 8 km au nord de la frontière israélienne et de neutraliser les secteurs à partir desquels sont tirées par le Hezbollah les roquettes de courte portée.


Une décision de prise de contrôle de cette région ne peut cependant être prise que par le cabinet de sécurité. Ces préparatifs surviennent au lendemain de la journée la plus sanglante pour Israël depuis le début du conflit le 12 juillet avec la mort de huit civils dans le nord par la chute d'une centaine de roquettes et celle de quatre soldats dans les combats qui continuent au Liban sud avec le Hezbollah.

En 24 jours de conflit, 41 militaires israéliens ont été tués ainsi que 27 civils qui ont péri dans la chute de plus de 2.000 roquettes sur le nord d'Israël.

Malgré l'intensification des violences, les Etats-Unis ont affirmé être persuadés qu'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU sur un le Liban était une question de "jours" et ont demandé à leurs diplomates de travailler tout le week-end si aucun accord n'était trouvé vendredi. "Nous sommes très proches" d'un accord, a dit la secrétaire d'Etat Condoleezza Rice.

"Nous travaillons maintenant sur une résolution du Conseil de sécurité et nous avons l'espoir qu'elle passe. Je pense que c'est certainement une question de jours".

"Nous travaillons très étroitement avec les Français. Nous travaillons avec d'autres. Nous souhaitons beaucoup voir cesser ce conflit, aussi avons-nous besoin d'en finir avec les hostilités mais d'une manière qui favorise une paix durable", a-t-elle ajouté.

Mais les dirigeants israéliens affirment qu'il leur faut encore plusieurs jours pour atteindre leur objectif, le ministre de la Justice Haïm Ramon évoquant les alentours du 12 août pour la fin de l'offensive.

Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a indiqué que son pays voulait qu'une force internationale "solide" de 15.000 hommes soit déployée dans le sud du Liban, avant un cessez-le-feu.

Situation des victimes le 04 Août 2006 à 11h00: 889 civils libanais tués




Soutien aux Palestiniens du Liban

Les Amis de la Fondation Culturelle Ghassan Kanafani (AFCGK) lancent une souscription exceptionnelle pour l'aide aux Palestiniens du Liban.

Dans la situation actuelle, le moindre soutien est le bienvenu. Nous organisons donc une collecte de fonds exceptionnelle. Si vous désirez nous aider rien de plus simple adressez un chèque à :
Association Les Amis de la Fondation Culturelle Ghassan Kanafani , 1 avenue Saint-Thomas 44100 Nantes.

Vous pouvez vous reporter à notre site actualisé sur http://fcgk44.free.fr

Merci d'avance pour votre soutien
Erwan KERIVEL pour l'AFCGK

contact : celwan@wanadoo.fr

Source : Les Amis de la Fondation Culturelle Ghassan Kanafani

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Liban

Même sujet

Incursions

Même auteur

AFCGK

Même date

4 août 2006